OCR Interpretation


Le Patriote canadien. (Burlington, Vt.) 1839-1840, August 28, 1839, Image 2

Image and text provided by University of Vermont

Persistent link: http://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn90000507/1839-08-28/ed-1/seq-2/

What is OCR?


Thumbnail for

r
(i
(j
IS
'
II
i'l
'it
2
V
2tr sprttriotr itnnaVim
diewnt en outre ua grand wmlt k proi.n- j
été, k pitier-jut tt e l.vrereti ùj .t..-
propriété, f .f:U j' !' da:. la rue, éearte tt
. rv ;rrrjt a d'trn: k 1' têtr "'"
i i ut .
I.
t r
Id-
f ï t rf:ii f'i
j - ' ' . .
Vl. t'y it. t' Ï" L. tr
li- to ce. : i-ooi
i
tii.itf cruets. . f . . i v i .. ..........-.., i
Ce ammra, r-- ' ' ,t lM . ! t... j, ra!,,,;irl. ,,, ,., o. !V fur.t.t cp
carnage, avant m"'"'"1"' , . ,1. ...
trul-iVnc- fe-mm, .Un, : . '" ; X, '
.1 i: ... !. . e'l.i . l.l . ;X I.', 1'
I v out uti rriti'l " . ' . , ï. ...... ,
- .... . i .vr ; A 1 ..'i..;; taj ..-4
ooar ta aire u:ie tav i.... r'" ,l
K'Urs or-i . r. .'.,. ,,-,., ,'., ,,11;roti
' . kl I - ...... "
1 1,.-.. r i k ii a-. re li- freiiliiair. arrm-n M, 1
,1 . .1 f T u i.fuir.-tt hit tuie, k, dir.-f.t.on-.
i- li .rr:ui:-ti urs., o i tis'ret t :
li . V.... ,l'.. il l. liriiTK l'..rm.;.L nrril. lt I t lie u aor, ort'
iin htp xniii'..i? uiiU'-' -
l'i I inn i --
s . Lfîï-in.:re l'.t )-m r t .i:tr tri.i tf- CU fnii
J ;nJi:4 ujv i;.j..-uf, -t il t'-it 'v aa" que k
. . - , l . . .4 I . . .
trer Itur ch'.va ii.
.1 Olf ! "r".
. x. ' i f t f if i V I ur- I au i.'
iiVmi'.'j.n, 'J j J .'' I 1-3'..
tir:.'"!:.
tt fi? IWri.t -t- t jf'i'i-: i 't- detrjiie.
hmct-AU c-ie rtLdre i (.'oL.'.att j.cplc pour jcipe tie Impropriété ncré au Caaia, cr a
if:ot:.iM.T le srouvtrr.enirrit. : prtiiit qu'il fc'r avait aucuue place dan,
La cuuuaisiciicç d' h déllctiou Ud capitain- - mudc ou ki aiijf-té de la propriété dtt
t J. . - ' . . . . j ..a-... f . . I 'r.lii. pjli ril 11. t. .trt r i . , . .
tantinoplf-, au-i lien qu'on A!icu, mut k ! ê2a!ern:Lt te pouvait jKjricr k CanadittVi I
nvif, dit-on. qui ci.t décide Kho?n tt Ilahl J p!u détt;ter l'uuiva que U euro qjj f
a cette reddition d-.- l'empire et de leur juiie jiropféc.
fill:
.1.
r !
Noii avons a l' t I
C( tte plam li-pu'n 'P'.' J '
tlerni' r piqu'O.
Men lettres vhh o' t f
ornmpucernttit d't moi-.
..r l,m,'i t, r;ii. r ii":un ' r (! '-vu,
t-t eu:.t
1 : ti-1, t p.irv li.f i t a et.-it.orv i- - i.- "
i.!-y ; r.rt,ri' C i .MM. I' .un:- et !.. z
' L-i ror.fi-!-. c 'i. lt ui:t i-:t r '-': t r,,::-
i.r; 'rav .r-x.rei.t h toî.er,
li ïvt-tii-R l pjr;uiviret.t ou lion.
La Caz'tii de t're- eor.tieut le rapport
suivar.t d-.- r.:'..2-i'-r:.e-t tLtr..- l-.-s armée Tuf
qj rt lt.tirjjû.-. L'm'e Turque x:cu
pait un- ! Vt-: p.f- tJ-'t; N reU Ft-rahimq-ii
aviit rçi la i-r::.: . I'i p'eha twur ûir'
ii.r. ifi'iui'nr la :'js.i.o:i
r-l-ur. t il Mt arn te f
.ir d --. r, i;..m:e j.ort-r ut 1 --ii.'-rui i
r . r. lr-. m f ri i. . i ... i' i
tuai ou i'ûore i i ouvirain. Leur propre distorde, kur detaut I
DUS
H A N O VRC
ttrr tir et l'ai-irm"
(.'. . f.t II et ut
i
!-ll:nj-
ii. I " ' . .
iticns plut K-rcut, piri-n l' - iu'-'-t :;i: i'i .j,. j;
briller h vil!.)' d .nt h p-puLitivii -M en iron I x ,.,, ,. ; , .
celle? de New-York.
J'ai n; ph:-!n f-'W "if l-i f "- ''-""-Iition,
j'ai eifnii!i ! p! e q''i t' ti-q': -
par l.i popjl.u,.. L- li- nonnu" -U'iM K",.--'
kl une de piV' I - p'"- p,i','lq-' ',r
Mingliani, et re.er' ,"' îl ';'"' i,i'r,i''
New-York, î.uiuffief. le r.irr- d- Ciiiiî.nn.
Limdi, tonte i joirnfe, I- riei-i-tm'-. oit
té oecii)e!i a eiarniti'.r les U rn-ii.i d. 'm. 'i
Ie5 precedent. ?. Je toim donii'j ut. ' t tt d
do rette déplora!?' imil d'uprea le j'i!fii.il !
Jtirm in'hi tu d'aujourd'liiii.
Le., iii-citrdt, fifi-t Wl' ïar: d in-
mi. l. i i ni:.ï '.
lu r u
,., n- r o- pr
I, 'i'.l d' tU
t
ire . i:. i i irrn ."i
-.;-! : Mr. I.e;'.--t td-.i r.te
t u I M-.; ii o li:..' ' h--. I'. !)"
, ,i, ;r . . 1 1 ': ri';i'i.' '' , ' n;i-
l.t ;.,. d .' J lout' pi 1 1 s dir ''
le t'-iir r; i- r I- - ru -. t 1 pîn
t
u:.e av'i'i-, c
Iroi.t : m ui
ir i;.t :i i 'i :.it !-o'.:
i - r' trt.v if '
:ij"
;
r.
r tra .i :
.i
i:- f
Ii
MB î
t d.
!. t.-loi:-. t ::t :.r- i. tMii - i i"
, d" l i l'" r. l't ::t MM'jueew
.! :i c. ;
' i:i. ri fur
Vi,.', ;if':i
t' rr. '! ' n
d';i itr t- ''.
de la iin'M- nrn.ii i-. Neantnoi'i n n ie "
i.n- '.t i:t !: '!. t 'i -t l'oiitriL'' m' n-
tioM.c, tj'ii a ' i iiir,i v tn.e f rt- tie pr-
... .... . i
ln' t i (' -: ur-4 iniiiit r
u-. i .-ar.t au u:.-.
t r--, ! ! u tia:. s l i iti '.
; 1' i: t : i.i jf r: :i r i . ' o it i- l'-t inu-
p- v io'' ii e
d- ioill1-. la Ii'llt
.-ti-i K Mti. rui.
ou :
r i lî' .-. ' ):i
lu lit.:, d
l!i;i: ! - !
V'htiI itioim d"jui-t quitro l). -ur', njirf c.moi ii
reçurent leurnutioa, de MM. L'-v-u tt 'Ilii -'
Ct litinnerei.it leur l ureau v-r, ' i:i'j K ur. , 1.
peuple dan, la rue !' M -.rt-tai irre d Ituil ' j i.-.'-i'a tr
HitiiT, intniit du reiiiilt.it. m-lip--ra freidu I- M trii.
r
I.dit
Mr. IV urne fit
I.
ti'l f u i.ins 1.1
Mr. L"' t V't ! ni ine ! m-.
int.. o t:u'i-ri t:t d'etre en activité
.- Ii.-'ir'.
le matin sinant, la vi pre-enta.t
lenient, et la ville prenta l'apparei'. e d-I ..r-j .-fin ! .; j.lu oiri'ir'. I." iioutiqu s
dre ordinaire. M ilheunu.- ment rt tt.- tr in- m . j ru h ri;. d' t' ir'::'. ferme'! il iru.t
îui'dite fut de tt. de' durée. ers 7 lieur--, 'tout.- I.i tourne'. I.f draivns t le rara-'.-
le Hull Uiiif,' e.-Mt couvi rt l'un t'riii! iiom' n- r, ,i.-f m t.tti.itii" au haut le la rue. hij.ii
de persoiinc, dorst plu-i ur, pai 1 ur r.pp ir n- ', ,( homme ! 1 1 poiif t h . roiit.i:-le. .-pe
re, devaient être nttir - par rurioite. ,. ur 1 ( hu ) :.t d p itr-' iidi !an- le rue, et 1.
conduite fut parfait' mei t n d mre t. a U I pou. t. ( ville pre.-nTi lu j.;.: r n d'un- vdl-' ai't'f
nu on ne ht attrune t"tit -.tive tioiir h t.-i. r- ; . i,t!e n r- ' v ill- tirent ! viit u.niiei-
1 . i .
per. Cependant la pree lut m freaude, jue ' liair. ! uii i' - maioii Mi-peete-, pour relrou
Ici hoiitiipiirrs a Hua Kin ! rinen-ut leur- vvr h . ti. N qm turent nl v-- !a r.uit pri t -
houti'pi1., avant huit h urex. un u plutét jue , .i. nie. ru ii .t!! pouvoir n lrosv r.
d coutume, mai, nan, tiu il v eut u nj un' j Ju-.ni'iilot, m î-o-tniN avai.'i.t ete on-
il r
meute, l't u npr huit 1 un-, i n inm i : i j tamm i:t cu , a eaiuiii r it t moins, t
cent, peronne, turent v u venant de Ii M. j'ni t n.i'. rme qu'ordre avait te ionn' 1 eii-
arm r d; k-r H de p r li s. A leur arrive- ; vov-r, nu iep.t tnilit.wn-1 arm-, a h-n appar
daus la rue Moor, ell.-n rendirent a la pri.-on t nan a la c!a iininireuse d manuKir-
et commencèrent immédiatement une tur. u- t.lri, r.
m; attaque contre le, fi ut tics dont il démoli-1 Mardi M.ir.on eut de crainte, que la nuit ne se
rent nrcviue toute,. ! passerait ia. .mi. trul I', p:ir l'av i qui fut loii-
ÎA i hoiiiin.', de polire qui étaient contre le (.,. C'harti.-t n crand nombre t iient
porte, avaient, eornruo il parait, rieu or!r' de ; nemid'., a la tête de Holloway. !. ruai-
lie point njrr cm!re le peuple ans en inMruc- ; ir,,i ci,nii r nt un placanl court mai mhmi
t ions de, ma'itrnt. La populare ayant i'-'iatif, annonçant ju l'acte de riot avait t' lu
inoli le, fenêtres lu hureau, prnvHju.i la police , t u.r,. app i n.l i -oi:t.i'; l' i a 1 ur po
nu comraL ce retira ct commença iiiiin ii ttt - t, r-.wctil.. Le tnilitair- tut eu rv i e
ment une attaque ur !. fer.étr ., de li mnion ; daa tout. le ditfereitfti partit d' la ville,
de Mr. Ilourne, r-pi i r. Apre, avoir t rie 1 mi jint tout' , h prn'autiun pour pr'v iiir 1
ton, les carreaux vitre, de l.i l .itie. ayant inq tei.ouvillt -m nt i , ! nu do la nuit ir
Ha'.s le liiiuleur ur une fatjaili- d quar.iHt" ,Iut.q'i'aii v i:dndi aucut.e iiouvell
pied., ftiir une profondeur de q'i:ure-vint pied. ' tentative ne lut faite, tuai-, ajoute lYrnvûin
il, ne partagèrent en bande, tt comm.-n.cn iit i ;l A (.: . itrf. re. tjue je rrair., plu, c'
avec ardeur 1 ruvre ue e ilruet.n. A , , nratere d p r de ceux qui ;il-i-m ii
neuf heur' et un quart une partie e précipita ' av. c lu ( barti-t , qui. d apr c qu ou tht
ur In porte du ma;ri.in de Mr Hourne t m- 'ariMfreil -; cr tem nt et n pnui'l nom' r
mit a détruire cette proniii te. Le the, le ou- ! Von v rn . oar le journaux o ie l Char
cre, et tous leg artitl qui lomheteiit ,ou leur - tit ne eonceiitrei.t pa leur Ti:ion .
it i ii. ....
main lurent ju , iin, li ni', ! cana-tre lui- l. nient a llirminham : v "oi t tro. actil- i.in
cee, parmi hu, séditieux et to'.it le portail a t te i tua!' . villi iiui;u:i.c!i;rn r -. t u ne peut
Abattu. Tous h carcoii de houlitiU" t lt lo- rturt r t;ui li s roi.l K Mi'.lt . le leiitf
cataire furent épouvante, et .'i nliiirent le li proo-d .
maison par les cott', et i autre por:i. i an- x nia, (. ir.rr m . rc -ti:;. le n.ar
di, que f fai.vaait cette ît iruction, un auire ' n-t- t i : . r ; t u.'.t a--- r.e-e t t r- il '.M-auc
itarti entra dan, h mae.t'iii di" MM. L zz t. i mal nux ii À. i de t n;i fer. :r ie i
vendeur de plume, et tapisi'r, et ,' tant ni- t :! . i n v j t u.t w:.e rat:i." quai tde de ! .uf .
iiar. de quelques p.ece, de roulil Mi1:rt :it ilan . ' n moi:i- cr. r!i f coui rv ati ur. t;ui vnul ii.
a rue avec, le, tendift nt cnume d tapi ir!r.vi peufil-, ut a i e.uche !t im"- par un
dans toutes les dir et i.;:., de li place de l'.iiU j unplatre ! I ou.-.
Ring. . j Av inn r que l. rlnrti?te, t f; t n roat ti. s
-'Ayant p!ac la t.,ijc do celte minière sur le j dommage p rmanea,, c' -t ce ioU je te p. ux
pave, u.t de, séditieux n'en fut a u:;e lamH d i pa lire.
rnonutnetit de NUo'i,ti ayant alîuuie un ni'r- ! Sioikto !. on iv-urt qu'il y n une grande
ceau de papier, il mit le feu a i to.itil. i i m : t ipiai.i.ie de p.q i , q il oit ne ùite tt qui ont
:i r... .: :i ...-'.. . t !.. i
C i i ouviaii ni.m de k-ver de, ror.tr. bu'.io::
ut
..n...ii
t f t"
-.Vl-O.l t.
r ..t o: tr .
r. ..t, '. .:
r . i; t 1':
. .. :.. i." !': ..' ..
..- . av
.. : 1 f'.rt ' rf.-lUolj,
r. li-ju'.' eo..ïtruites par
âiouîor. r rl'nn.ir
i mutuel de confiance, tt la complète inext- W ta
. j..t it ii.:: j i : : r.,.,. (Sut-rreavec toute autre puigsatce one k F..
terent le miu;:r. uiutKre au pacha , u" tourmentée par une guerre civile, per
Égyptien. j qu'une révolution vintdetmire le jougariglti,
Lanaca. .Mai aussitôt que l'A tlt terre fcrjj
W nntT. .11 rrfitirm if mnma rvnli. .
Il v a eu .? -raiidg di-sorirr. dan. ce rovau- ' ' ' " " r . w,u,w aTe,
me. 'tt surtout dans U apitale. Oa adr'tM I et d' izvir aux Canadien. Ww
u;:e petition a la diète (i Tinatiqu..- contre le : Indépendance, à moins qu'il ik fussent ii.
procèdes arbitraires du Koi, et pour la rt-iau- terminés a faire partit de la grande Coiife'dérv
rutiou do h con.titutiou de- ! tiou des Etats-Un is. Mais dans un tel
. ... ri.,e ... vV. r. ..... , d0 ch(jV.. adleu ,a LatiIiali.é Canada,...
-' uui
l'our la ravoir ensuite, il faudrait dn..
ri
i. i. .. ..... . i ..
, olîlC!' r pra9i'ii. 't ou l ou s auinuau a
sepr.x-ur. r le "raii'î-ria::i.i '-.
i i i
Ann de miner k lurc, lo-n oe leur,
r tr-ir:etn mti. l' r ir.im et .-vuimaii eonunue
r nt ie " n tir r durii.t deux heure, s'tfeir-
çant de parvenir a u'i champ ie bataille que le
don I thi ava:t preceUemment c:ioii
on.mi Mi.t W -.tav raïue.
F. u pamnitt .-Jr Urnin, l'armée Fryp-
tieiiti'.' fit w.iie lore, t profitant le la nature
de U poitin. s; forma eu ma-, compactes,
infant-ri- vi centre, la sro--j cavalerie tt la
-I . Il . ! ..
cavah-rie l;'re nut ail-, ei u.-.- r:reni ueS
harji vi;.ur.'U contre les Turcs, fjui tu
' t.t H-irj.ri.H de tte nttaque soudaine. Le
.' . r ..11... "...
ra.:" I-c- (l'r:uer lurrni eieuvi nus en
-ordre. Le "''neril, cependant, sï p'.rtii au
freont, t par a v-kur et ! courage des troupe..
pu I nw.riiiai nt, p meiiia pour ur ique
en. p. a .-or. f.mx-pi. S:l pro -m? cavalerie,
maiîe ureu-tnieîit pour lui, nt put air nans
' aet ou ; et 1. pieces de campagne de, Liryp-
t:t u dincers par de otitcier, européen, jetè
rent 1- le-oriire dan, es rins. Les ailesde son
ann'-' étaient aui trop étendu s ; et .', trou-
anirnt e de l'ard- ur de h poursuite, n a
v aient carde ai;.;im ordrtî rejuiier de hatull; :
a peine aucu t- rc-;st.i:ice :
et t-Ji ni'-ine t'-t:ip, quelques corp l nra.es,
q'i'lbnhim da:. -.t r- tmijc avnit lai.e t ii arri-
bu ade, sur la dr:t- t la eau tu-, tondirent
sur l'arriére d Ti.r. et t:ur . t le trou;-.,
ottomane, dau, une di route complet' .
Le désordre fut tel, pie le, wddat tur'. :--
terent leur, arme et prirent la fuite !. - ..
confusion la plu çrmie. I ne parti' d
pes avèrent d? pawner le camp r " :
tandis qu? d'aute, rnj-f ni le, pt.ini - e
! rr.uphrate. Il parait qu une p.m.
fuvard pnrvinrent a .auvrr, t qu-' I
! U rix-l'a-!
v il ri- . Le ! mn'i-'trat eu chef: et de que le Koi KrLete '.
i ;t . . - . i:. xf. i.... .. .. i
i .K l J IUIormc. il u-I.-iiOH ! uiiiai-u ri,
,.-. ordotiiiaqu'il fut juj' par le co:...-i! privé. q'J ue révolution parmi l'I aion Américaine,
si- Sur cela les citoveta du Hanovre rendi- j a un H que Brocaaain?, avant que. la o,.r.i-!.
' fa- i rent en corp au pa'.ai-.. ou i! eurent une en- t;oM Lru:,,. 0t. vint a ttre noyée par la u
: fer.isi trevue avtc le Koh et il, lui dirent avec fermeté - , J
que parla loi Mr. Kurnv.ii ne pouvait tri ju-- ' , f-wau
par le rons-il priv. , mai, ,,-uk'ment par kui- ',-u '"l' 1 Lnton, de reUblir leur r
Lunal riiunieip'il ; t le Koi fx forte de recoti- , tiontlr.e.
narre que telle tait la loi. ; Main dans le ta que la Franco 6trait en f?uerrs
Mr. 'Uumanti s-.ri sa-, doute acquitté, ses ' aTec l'Empire Kritannique, asnjrémetH tL
ijz-, avant té e''a!'iner.t eou;iiv 1". ! u..:, i. i.a i.
1 e , , , aulera t le Canada a obtenir et a assurer
F.n même tf m. .1 v eut d. émeutes séneu- , , . , ureT ua
le, ku' lle, r.e furent poir.t ' na-p.-noance ; aioru, par un puissant encj.
i
peupi'
s parmi
étouffées sins etTu.?ioi. de sang.
I'ARLEMF.MT IMPÉRI Aï
CHiMBR). I t., COMMINR.
Dur ours de Ch'irl'i ''". un d't f?o?tni
taira qui t'en rir.t en Canada en ls37.
F.-fn.-.rit rî..-ltii 1V1 rr i.t r . t.... Tt--... " . i
I ... ... w.....-. i . uiiLiauuu i lauçaise,
! Canadien pourraient avec i-fTicaché eixet
: kur natioual.é. Kdit. Pat. C'a.
i
i
j .Juzmmtation de t.irn.it .in?ji'j, $c.
t Le 23 JuiMet, lord John Kusl dit : " qu'.
: il était de l'intention du ronve nt-mcit An Air
Le 11 juillet, Sir C. K. .r v tit motion que . M.f imme(iateineLt 8ur Ia uMe de ,a
quelque heures lu. nt dévouée a la cou,'- juae t.stimation additionnelle, afin d'augmenter
k ration de, aflaire du lia-Canada ; et oé- cKaque ré-tfiment d'infanterie de 739 a uO hom
clara qu'il cta:t entièrement contraire a l'opi- mpg Cçtu, evaiuation produirait une aucrmen.
mon de bu W . Mole.worth, il demandait qu il ; ution de parmee de 5(MMJ hommPS LJ
fut donne attention aux troi, ou quatre consi
deration, plu. freappante li e au sujet
2'J il était un poir;t sur le;u 1 une siiltisar.te
me nécessaire pjur maintenir cette force ad
ditionnelle jusqu'en avril prochain, n'excéderat
pas 1.7.),h;ij. La demande reitérée de l'aide
. .. , -i'i ' .......... . -iv. ut- i aiuo
attention n avait limai, t u- portée. U- nul , d f mtrérer,ta a..
. i i ) i - -------- - .... v.ovo i'uhho uy
t le lancer qui . .,. rai.-nt dan e pays ,mr pav, . B(mout dan, ,e Nof( dç pAc' Irt(.r
a mauvais.-, condu.te de, aîtair . ?' I-; l'i,'Iipos.sibilite, a tout événement de dancer ex
Canada, qu'il n'avait jamais vu envier claire- ; uèm (Jc diniinu,r notre force Ini,itajr daw
1,1 . Am titra . . .
ment cette con-id'ration : c'est-a-dir,
H... t.... ,.!.. .. t . p ...
ju. o - in.iiii rei.jieia pi.i' p i
i les colonies, spécialement nu Canrdi, faisait ua
' ' I devoir au rouvern'-mei.t de demaïuter m ..
a connexion avec l'Anckterre ce-' 1. Avv.t i . r, . Ar. . n:, ..
tout, il demandait a tourner son attention .ur , nel!o ri y, uvait auti à
le .ohé du M. Laurent. ' dire, eu',1 a rt,,u u:.e repré.et.bt-on du main
Ou a H- surpris quand une a! ,:oti a 1 1- j d n,;i f.,. t)lrticu!;r rrrr.
iaue o- ia po-si.'tiiiif o une "',..,r.uiou : AA ,VK i,JU ,j ,v -. ,
Piy, et lias-i anaûa ; il R (te c:t qu .. i. v .
tr .i
;ehe, a' !
sacre ne tut tus si crand iu il s rait ;o
.v . l'iruacin r.
Mai
même Je moiqut, i-
up
ou
til
1:
camp. Je ' acace et
l'arinef turijU'.' to;u-
! r nt entre le mains de, Lcyp'i'-i... Le
Citerai turc iutraiae hti. la déroute c;i.é-
,. . . t i t i
rate traversa l r.uptirate sou cru v ai, i ie
'-e a l' paul par une hall', pent de fai-hk-sc
par la porte de n nan g dans le milieu
de la nviere, rt alliit être entraiiK avec son
cava'.i r, pianlun j- une Albanais, monté ur
un p'-tit cheval pirote, s-aisissai.t le general
au milieu di coqs l'amena en suret--ur
l'autre rive. Tr..i heures après Ibrak.im
e p-pifait sous la t u.te îu jjëueral.
l.a Flotte Turque mire Ui miins des Kyrdiens.
J. Le .Mnnitfir d-- vendredi, 2 juill t. reçu
pur un expn - extra'.rdinaire, avait ette iin-
piutante df jié.he t'-îerp.'ihiq ie.
De l lient des af'nirr ttranires au Président
d't ('onset!.
Mar.-ii'.., k 2.) .Tuilkt 3 h. P. M.
Le . I i mort du Sultin fut connue a Alexan
drie. Le 9, un' corvette Turqu", avant a bord
.Nerd Ley, i îv. vt' du capitaine Tacha, charcf'
d'annoncer au v ic--roi 1 1 prewenci lu capinaiin
P.oha a lanhi, f- sat t voile du cot" i- Kho
(!' -. ttatia k lui proposer il-- pl ic r la ib'tp
Turipi'.' sou sa pr",t' ctio'i. pour la mettre on su
q i':l t-ii! a le-k utt r p?
;p!MoTi do t'j le? mai'::.-'
t"::t n-i-j r i r. no pourrait rri'
ntr p.u.4 .-'tr ::,.,:.t 'i ia paix, que l'établisse
ment d'u:.. : d . polie locale. (Lutendez.)
Lui (Lord John p.u.s:!r; pour cette raison,
propo.A,t d'avtiicrt uuu r-xilotiw raiit f"
luit a rt fillVill 1' '."ri--if :.ito ALpnrr nnr Ia
que c'est pur nou, une Mer Kaltiquc-ue trSfior puj,,jc 9.tnn ' 'f.xrô,jarit pn., l10.1
c fi une mer intérieure, r.e u-manu un ,: (jo poUr l'etai i. r.T :.t d'une police & Kir
capitaux 't de l'industrie pour dev-lopp-r ks mir.rham ; t. tir- ,-mme devant être parée par
i Lu nui
v ait aucun d îne r que ce fut une source d a- j . nn
... . . . . . .... .
. r --ion. u les nnait 0; leu-r vue sur'
cette art; du Hiond.-, qu'il y trouveraient qu'au
cun - ituftion sur le globe n'otïrait plu, de
Isciiite pour le aTessiins contre l'Ançktcrre
tue les eaux du Saint-Laurent. C'est un fait
i
monument, i ue la tra n y. ..-to par lam : :u
dans les boutiques d- M M. Hourne t F.' . t;.
Le feu prit immédiat, r.i.' t a ix con,,
ep peu d'instan 1 latun-- f i" ; : - ..
més. " Les vues des nedili. -x f ;r t -i
apparentes, que l'attroiip m : i
dans Bull Ring, fut ai -n.',
eant les séditieux maître. i prin-i;tal"s ru s. ,
La place atlaquée e.. i.t-.' par U popu! .ce, fui j
la maison de Mr. Art d l, boucher, it -m un;;t
presque vis-k-vig d i m-itiument. C. j...r.d ;
cllu rn fut repou' e t i.-; ut point i .n r
L maison. Dautr.i ut'.. ir
tf, forceront et ouvrir. :.! k maci .
r te a.loiit" a
;is r" nt - i s -t institut. les homme s ni
vont :.!.:' I, miisoioi demanda:. t à ce ju'or
s vu
! I ! t
vr pour aiuer u eau-- .e ia reiorm',
! f"
t.lil ! irl.'ie ' ( t
.1 .p.-r-a, lai j p,,rt' i.t a
, eti.
i :.t un n ïu. ian un livre pi'il
' " t, .1 CcrivftV le '.oPi-, rei-
..( .. s r, ' ' ' ... voir.
.i î .... ,i. ' . '.. i rire;.; poe io:i
i'e. i - a . t s.i t i .'.i;;. U s'y n n-r-
. t foin, : t , ; . -. l.'v ' ; un
r ! t outre t
la mort i!u S.;! i
L- v ici -r .
act'epvrt:. m
no.'i. uu ;
Ko. ndi. . .
l.o; i ' . '
a A!- x . i: .
'.u ;i i.f sav.a.i pa s i
'. . st am- r. la M
.h a. 1. 1 , A-tr.
- nA4 i j- i,r n
; r----.. . -r.
la ci 'r-
-.rtie r-
i
ro,Hoiircfs et pour avoir df touT
quo la Kui" retire Je la l'a!.. ; : .
a naltieue, il était détendu une t'r.i
de l'année de, approches d'un euntini ar la
Lace ; mai, il y avait cette dilu reiice entre le
aint-Laurent tt la Iîaluque, que le Golfe Su
.surent a trois entrées, toi.t il s Ait tiéces-
saire le garder chacune d'elles afin de prévenir
i.-ue d'iitie flotte hostile. Le détroit de lie lie
I-k. k pa.sa'e entre la terre-ferme et l'isk de
T rreneuve, et le détroit de Canso, entre
C.-'j) Hreton et la Nouvelk-Lcossc- ; toutes
lev raknt ttr- cardées par des flottes anglaises
d- la tin de l'hiver, au milieu des brouillard.
Je Tt m neuve. On a pensé qu'une separa
tion du Canada de l'Angleterre conduirait ce
m a s'
.T!
vt sur cette ville.
LK PATRIOTE CANADIEN.
MKRCRF.DI SOIR, 2 AOUT 1833.
unir aux Ïitals-Unis ck l'Amérique. I TVRANNIK A L'EGARD DU CANADA.
... . - y ' c . . i: ! : i .- i i . .
Certfs.ee r.e s rait pa ur.; con qu -nce ne
. i
cessaire. S'il Hait certain qu i.n t-1 tvfcr.e-
ment arrivât on n'éprouverait pa l'alarme qu'on
ressent maintenant .-ur ce sujet. ,.r n te se
souvenais pa d'un ex mpk dan i'nisto.re anci
enne ou moderne qui fit eonnVitre qu'un 'tatdc
même ortcitie ait ete d' tru.t par .- s n'ai...
Les ét.a's sont ordinairement d tru,t par d'au
tres Hat. qui h urs sort opposes d'opi'wots.
d'habitudes et de manier s.
souvent 1 ipiustic, la Iraude, le crime et la
tyrannie trouvent d, protecteurg ; jamais il
n'ont le public pour eux : c'est en ceci que U
voix du peuple? est la voix de Dk-u ; mai, rnal
hureucmcLt cette voix S ait te rt toujour!
fîtibl- contre k cri de la pui-.-a ..ce, i la pliinte
de l'innocence opprimée s'txaie ea niurmurc
méprisées par la tyrannie.
Si la justice, dans le peuple, pçt une vertu
d'F,Vaf; la violence H la trrannie sont de même
Il était probable que Canada te tomberait , dans les chef, un vice. d'Ltat.
pa entre le, mains des Luts-Unis ; mai l'An- Le premier ct le plus grand intérêt public est j"
,t lt rre ii;,a..oo::nai;i i.i ..v-r-ion un anaiio, . toujours i l jumi .
Les chets se servent toujours d s droite qu'il t
ix moi te s'ecouleraifnt pas sans qu'une
tlr.ttt trançaise ne v int protec r les t. anadieDs. 1 ont pour u-urter ceux qu ils n ont pas; mail è
V.
I
ci-
...r, j.u--k
Mr.;
Martin, joaillier, viin le Mr. lbune. de'
Mr. Ranks, droguiste, de Mr. Sava.'e, mar.u-'
facturier de freomages, de Mr. Arthur D.ikiu. o. !
picier, de Mr. Hrut-vn, orf.'vre. de Mr. Goddt n.1
tenant IV-iel NeUiti, de Mr. Rrinton. InMicht-r.
do Mr. Allen, Wilitier, d Mr. Keath, manu
facturier de freomage ctik Mr. Scupamaire,
Ùog jiste.
La fenêtre de freont de la maison il Mr.
Martin fn( complètement détruit, t tous '
objeta a portée, consij.tat:t en bagues. annaux
d'or et autre bîjoUirie furent j- ies tb-hor, et
une partie volée. La fenêtre d la bouti
que di Mr. Bank fut hrim'c e t il lit une perte
ônsîdéra ble. Le fenêtres des autres maison
qui ont été nommées, furrt di fuicei s t les
fenetrtg brisées dans plusieurs chart! res. L'ft
taque ur la I-outique do Mr. HoiMn fut la plu
furieuse. Presque toutes les espi tes d'ouwa
gel tfargeut eu a-'gtut que vUeuait rtttr
o"Tra."
r-
t. CILm
: rand torn'' ' i . :- ..
afin, tlirent-ii-, i ' pr."i. i ,'
h s intbii le n.iiin' ils ava. t.:
de l'être.
Fiic .Vaiionale .Vri.,nrah!e d-j Sjîn!-. it.
11 a H" proposé pir h s chartitf, d'eta. lir
un f.-1. toit : uiaV p.,iir un moi. I.aqu Ile e.
rait tomme le saint-moi" cluratt ce tem
aucun travail te d vant être fait. Ic but d
cette f, i. f-t s, u x.amcn Lan h convention
g t rale maintenant en session. Sur la de
mxiid'1 qui fut fade ur le moyens qu'emploi-,
raient 1 ouv ri r pour se rourrir, eux t leur,
famille, durant cette fete, it fut répondu : Il y
a assez de pain ci tie bi uf tlaii, le pays, et nous
avons astczdc- force pour non en procurer.
Mr. AVc 'ntter. h 1 1 re orateur du sénat
américain, fit un toru discours a undincr d'a
gi iculture a Oxford qui produisit une grande
sensation, t ou se trouvaient do tiobks it de?
lu rtrtes dieiir jruc Je PAtgJvtcri.
at tor..
r r- :
,e Se:
r - r . I:
uanl.ore ij.
,- C .
u. 1
Mars
r..r
.. '. an-
: U C'!."
tto'.içitt l'arrivée du prince k J, ;:.
star.tir.ople. 1- .
L- r,.!ltin tl'I": rahiin c-irtetar.t sa vie.
t:re. dit : qu'il pouru.v cratt l'iiinemi. riai
qu'il r.e pouvait k trouver.
De lettres d'Akxandrie. du 6, namknt
qu'il y règne ure grande joie. I. 2, M.
Caillé, l'envoyé freançais, n'était jka, arrive
aux quartiers-généraux d'Ibrahim.
Cette corroUïntion ie h défection de l'ami
ral turc avec sa flotte est ekplorailc ; mai, on
peut y jouter le, choses plu funestes. (" t
que les membres du nouveau Divan, ou gou
vernement, a Constantinople-, out adopté une
marche singulière : ils ont écrit a Mehcmct
Ali afin de se mettre, eux e t le sultan, sous sa
p:o:t tion, lui ollrant k rcut rneme nt hérédi
taire? de la Syrie; n d; FPpyjv.-. et invitant Me-
2. :r tu k homme k s plus célèbre
a- ce, enver- la I.eu!iano, et les autres
- mens sur !. rives du Misisipi et de
. ; i'ii.t' t.t'o:, d- rilmoer'-ur dis Fran-
pottrsnion si li
. mi"
' '.- r
cats éta t o . i: p--.
g'ie rre t.e - f j( di '
not cri rM-.tr t.- .
-.air .i -. oui lu; un
'.f freançais sont e nqt'ehes de le faire par le j le plus fort n'est jamais acz fort pour etretou
i;tede 1763. mai. alors, ils v seraient entraînés 'jours le mxitre. Céder â la force est on vc
r 1m soi.ttmer.s avec kquels il regarde-1 de neceisito. non c'a volonté ; c'est tout tj
at.U' Ikment la Nouvelle-France. ! plu un acte de prudence. A ne considérer qu
uM :ine des sentimens manifest." ! la force, tant qu'un peuple ou une colonie est
contraint d ob ir t qu elle obéit, elle lait bien;
1 ! -af i. enver-la I.tuiiane. et les autres I it"t ou'elle twitt -couer 1 iouc et ou'tile k
i r sf
steoue, !! fait encore mieux : car recouvrant
a liUrté par I me m droit qui h lui ravie,
ai !! kt fondée a la pffondre. oucn te 'K
' - r.bandon- j tait pas a a W 'ter.
'ures ' ces-, Ce qui rend la constitution d'un état, d'ufi
i'-- iiiv-;,t ! colonie toiide e t durable, c'est quand Ici ciO
t' tii'i ; m i- i'aut' r t. a: . 'ai.. . L'iria:...-: serait j vcnancei sont tellement observées, que lerp
en ianje r par 1-. pivito.r qu. aurait La pM-sio:i j porta naturel tt le loi tombent toujours d
i i Si. Laurent. L' Canada, par se 1 rr.itc s, j concert sur les mèmeg points, et que refles-ci
i ..t en cor.îûet a.c la l!u.-., et il e-t le I te font pour ainsi dire, qu'assurer, accomp-
SlfP fi'l fcrrinrrfl- .If ru'll.a. ru c t. ritiu ïm- ' t, r.rr r...ftfî.r tr.;; nitrrc
portant du monde, dont la plus grande partie. Ln fait d kgi.iat.ou, rien n'et solide qu y
appartient ace pay, ce qui serait suffisant ce qui est bon, ri"!i t ct bon que ce qu
pour excitt r la cupitlite riw. Sou ces cir- j avantageux au plus grand nombre, eru, en eTan-con-tances,
il était imjosible d'en de pri se r ' très terme, conforme à la justice, a la voloM
l'importance pour la juronne d' A ngl terre, I générale, qui fait proprement la loi ou ce q'Jt
soit cf.mme station commerciale, militaire ou ', lie ks hommes entre eux.
de marine, et qu'il était convaincu qu'il n'y a1 Une constitution qui re serait point bas
oucuii lieu qui puisse- si matériellement affecter j sur ces grands principes, ne saurait f outeE'i
la suprématie navale tt commerciale de que par la violence, parce qu'elle serait eu c"
l'Ane! t rre comme I s eaux du St. Laurent. tradition avec l'équ.té, avec l'etprit BOcial,aTrf
Il serait foli de prétendre procéder durant le carart re national, en un root, avee loutK'
cette Hion afin d'effectuer une union légis- : rapports et tous !" prineipo eJerbornrne polie.
iiunr. il w rail a sl"jiuii'i ' nn n n i' i t'ji rn n un tori's iiiii ----
i t i i i
1
V
1 ï ' .' ...ii . run : lit ur-. i J4 i'i w
L'ami asiJ'i.r Frit.ee a Co!irtai.ta.ojl-,
aj j'Kî-i'i'-nt i'i tonsil
Thrripi; h ;.u.'î.Li Pone a t iiifor
u iui l'iiiiaiiimr, u nu ni., n ni, a 1 1 pp..-.- n i , lt iki..on:i le enani.tei.
Leeds, a nrad.ord, ;c. doi t 1
i. --it, iui on rcfa?e, avec di
. i iii". -. .

xml | txt