OCR Interpretation


Le Patriote canadien. (Burlington, Vt.) 1839-1840, October 09, 1839, Image 2

Image and text provided by University of Vermont

Persistent link: http://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn90000507/1839-10-09/ed-1/seq-2/

What is OCR?


Thumbnail for

71? )nîv&tv tLttn nïtï vn.
e finit a :i it pnreil'.cniM.t rr 'i nn up d fu H '
de pistolet lias l'ai lu filin L , I i i - ' ri
'lu'il cta:t Hnui'-l' xami;.. r ;u i la ! ai.-
a. ..:. . .... i .... ... ... .:. !
iuii p ir ui . Mé' Vi'.p p. il o .- ii i' ; ii"ih -n-iu ; '
tifrerr- I. er.i... Il . t... .. .? i..r ! I.
I - I ' .1 1
uu'uu oui liait nlus Luit il. u) L d fuiit. J i
ot'e '..r 'i . 1- i
i - - i
lui s les ;iM-ir-ij(- s (Ii: r. il'- bL.-ure, L d'-f.mt :
levait être debout, quand il lu r;u, c ''ut (
.u i in .i . i...
i i ' j
inortelk-. Le 1mu Lallt H oiil lu i la luii:n.n i t uihu ruu.i uv.
par lcu (litlrroii-i m;w !': l'u-il. !, ilf.ii.l J I .m- I' r J 1 1 r-I'ni , ir m îii;-î-, ! --i-avait
au! !- loitrtM l; la nniit -iu-l:: t . l t;iii.- iin.'n du-. r : n-lt.iil miuV':- t ij'Til v n
maclit-'i. t'rii coiijH iJdiviia avoir i: iiifli'i j "-;i.t a-- . J"i.r, n'.n-i u r ;"'"u
Jar un iiit.truiin.iit tram li-u.l. .!'ai lieu (!-rroi-, tr- inîs u in u! :ti.n ir li s tr:.ri-.M.: ii
ro que le cnrpj, aprcx avoir 'i" t î i - li- IV "i ! o'ofm -ti'jtn.-. Jam-it'.'! v.r il t i.n.u ri -!i-
. ... I- i i, --.i I I l . i
avait imt'Iii tout hf.u haii''. I !-- .rnli. ,
'tiit fiicore t'i'iiilu oar wiw tiutn: lllsllr iiioiii '
prave. Il y avait ami ilui ur lilrMin .-ur j
lo Vetitrf. L'u ii, t.aus atti inilrr la r- rv !!' ;
et mém; au J riftT Id raix1, n ut -au - r la !
mort. J'ai asbi.-te moi-nu me aux t'uneiaiil
iIm Refont.
TraiiMquetlionr par .Mr. Walker : H y avr.it
wir 1st tûliï du ilHuîit, ileux ou troin l-l' un s Ji j
abre. Je ne puis m lire l: nomlire le 11' -- i
aire me lu del'unt avail recvr ur l-n autres ;
.; . .i.. :..n: .i. .. i
j'iuin'B OU torpn, limitées p.n i.t n ini ..', r.i-
i. i 1 1. ..:...i ; ... .....i i
uri lie UUlIrn un. h3U 1 1 H ' ni n, il . ..n.ini t.i'.i i -
le. La profusion el Maii' ipii coulait en a!or.
ilance de toute lew 'iliMin a, aurait pu riniM-r
la mort, ati! ipi'on dut l'nltiil ui r a itucu mi;
lileiwure m particulier. Il y avait m-i plusieurs
outres blcusuroH sur le corps, ipii uv.in i t ( té, m
appureiu e, in!Hi":c par îles naip.- de Mtlirt;.
J 1. M. r l'r'H'iir-iir-;éir r.il iV' Ittr.- lu f ruiT
rlofp irt le prp' riniT il H' h h in'n r en l'éi. ie'.
LE PATRIOTE CANADIEN'.
MKKCUKDI SOIU, !) ocrohiu: :
1 HANQIJKS Al'X flTATS-r.Ms.
Voici tn rinnuii la xltitialinur. dru l',an:r tir
l Linon ilnii rit nine
Étntde JVew-Vi-rk lf.
Alaliani
() Kl
Indiana
Illinois
Ki iitia ky
TellIieM-H'O
I .ouifciaili:
.M isi.-ipi
Aikan;is
y issouii
l'Ioiiilii
M icliipui
NViscontii
lovva
Maine 51;
New-llampsliirc 2"?
Vermont 20
MaflMicliiiHsr'Hs 1 '.V.i
Rhode-Inland (.7
Connecticut 4A
Nfevv-JvrHoy Xi
Pennsylvuiiio 6S
Delaware U
;JVInrylaud 30
Dist. do Colombio 10
.Virgiuio 0
Oiirclino lt
Ueorgio 21
.
M
I I
'- !
7'
lu ;
Un j
J!)
4
I
T.,1.,1 k'.ii
Ilctbon lolavoriner,.. ,1, proper e ,,,,,, J
.1 '. '
,uen rpu otirent dew resisourc a iinnienses. Du
triouveinent pie procure une liampie bien cous
tituées découlent deux ti'et.s bien féconda 11s
pour PindtiKtrie. bien précieux pour les en.
vcrncmeiiH.
Une bampio omet des K-ittes qui cpiivnleni
à l'arirenL et tui mimdi-cnt u sou nlisence î et
Tarirent ialnnv da HO VOIT fl I Ilk-1 Piiiiriiwiinîii ...i.t i
J. ..... '....1... . . 1
....... n ...m r.vp.11, Minim (. reliaient , t
. . 1 . '.
. . , 1 , .
vn.nt iLinimr ! u. r................. ;.. .. .;.
r... i, .,i M-ni.iiiiMi une u iiv le
plu Renfle, ne existence',,!,, vli.l,, I....
limiueaontlondélcHrichessêHdelallollaude,!
do l'Angleterre, do Venise et le lion,, ; elle
ont anuvé le linanrrM le l'I'.s.m ... ,1 , H,.
1. . 1 r
jicmurK ; lojzraiu rretlerie veut nci ut.s pour
réparer lys lmrdrc des Menues, après la
guerro do Nt-pt un. On peut donc initie lire
comato une vérité .fondée mir l'cxp ri'.'nce,
quo Ich associutiuiH des bunipies tout des
moyens Ich plus puissuns pour rendre it l'agri
culture, tui commerce, a rjndustrie, et aux
arts, l'activité Hi jitieensuire à la tot tun publi
que, et au bouheur particulier do tous les c i
1 tycu.
Partout les banques promctlent les moines
avantage et les mt inen bienlhits ; il m- s'agit
quo de donner a ee ?tubliseinciis ded bases
solidea ct don règlemeus tpti eu assurent l'uti
lité et la durée.
D'apréa ceci, nous accuseru-J'ou l'être op.
poaéaaux banques? Aucunement. .s l.
croyons avantaireuses sous nlni u
. - "1"mci.i l.l'pOIIS
ana les transactions commerciales, et surtout
pour le transport dt grandes nommes, de la ma
nière la plus aiséo et la moins conteuse d'un'
place à une autre place. Alais pour les appli
quer ù ces obj;ts, ou doit leur allouer .l'emeit'.e
les billets do vingt cinq piastres et au-dessus,
mais jamais au-dessous du ce montant ; car
l'argent tnonnoyé doit (tre eu une circulation
universelle pour tous leg achats domestiques le
h société. C'est ainsi qu'on ugit en l-'ratice.
pays! riche, qui n une population de trente et
quelques millions d'iuibituus, oit les bainpi-s u
Paria seul possèdent maintenant plus de lii
millionsen espèces, dont le pays n'a pus besoin,
qiwiqu'il n'y ait point do billets eu circulation
1 une valeur moindre do 6t)(J l'ruiics.
Che un peuple confécéré, il serait nvnnUi
geux de asser une loi pour un trésor roiistitu
tionel et indépendant. Kilo est in.lispensalile
à riBdépciiiiuicoetàla stabilité des l'.tits de
l'Union j le trésor serait toniours a Is disposi
tion du pt-uplo 4ans les besoins ur-'etis l'une
jruerro nécessité pour maintenir ses droits,
l'honneur national ctlo bien être general.
Souvent la circulation d'une immense qunn
tité de tilleu do petites valeurs conduit à des
pfcutationa extravagantes, it la ruine et a la
muère de la nation qui en fait tisane. Ojh .
que Individus, Quelques banquiers, seulement
Jrohtcnt de ces désordre.
s t-t 1
ill -'
' ri- o'ut.'- y
; r. i ! ï' 1 - '- ..!'
- j.r .mi -.;. : i a ! i'.' fi". '
If- 1 ,l::n :',u'.i poill. ,'.': o t "I.Uili r-
i i .! . L, ' i u . ;,ir 0 i l li i.f i.-i t..- m. 't
, - . ' i
1' in uld' t : j ; ; i , i . : . r I . III.' ! ' 1 re t'1 '
'..: t.- i" i-i 1.1 .' Lur va! ur, 1 . ; uv .-. plu.
j ll.l. " III.' I '
- tre 01
ri-i in :ir:' rt inniiiinv v, i,n i
nu 'i il Y u 'I ':')'i il i t: nt iiiil.ioi;."
u "r ar-iit.
l'i'ii ! I.ain'n-.s . uji ttiint iii; lui!' tx ! j' -
h v il' ur, pluw I'mi-iM .t r -i r-. pi .s r.ni'l
I'' monopole, pliu il y a !' Lan;ui rouie.
l'iu.i trompe e-t (; :ii iri ux pi upl , plw en-
lin la onnp'.Ku a île moyi mi a lain: a-ir, t
plus souliiaiitj i-m une nation. I'm; l i
cunslituiioii nelli; 1 1 Imji pen.lniite ne tu;
hostile au'i li! ertes du peuple ; Ile liomier iit
um; rmili; 'a ilip; au roiiiiu. ru; L; i.lian';
.. ...
nnii'iuu
l'tri'ivtiuiii di .Mr. U ni. I.. .Mu AV;i:iV.
I.a dernière (ietie de 1 -. cligne ratri.,ti; 1 -t
elitoliree di s ili.S liei Ou detul ; t i - eiiil e
il'- ur.iv u r s 1 m!il ne s de la doiii ur. .N'ou- re
rfttoiif île le dire. (u lijui s n rvin urs du
peuple Ain ri ain li -!ionoii nt ci lt; nation -IH'Icum:
( t llo-iil:i. le. Ce n ht j,;w a,,, '
pu; 1 1 inl'ortiiiie piiboiuiii r, coit piic- d'un
di.'s j.lus randrt lu'eiis ii; la vie, de ,i' li'n rte
individuelle, il ui fit t it fluoré, ajout, r a mm
01 llrancv, I m mauvais l.aitcmcns d'etrew mé
prisa Mes.
Il '.xt renfermé latis une petite cellule, et
cotitr; la oututrie, on lui r l'ie l'i.;;L;e di s
coiri'Iois di; la pri.-on, lui, m 1 i.ututoe a une
v le active, e-t p; ive de pu mire au uni: e-pi ce
il'cxeicice ; ou voildl.lit 1 ; Itlill r ij.ilis .-.'l milite
i t dans s all',;ii' s.
S. s amis h. !.. p. um ,f p.iiiit vi-it' i-; il se
Il OU I t it I1'' (' Ijlle lui el.voie ...,; I p(JU -(; ; et s .
p l.l' l.ili s, ipii vont lui p'.iii i a i : 1 1 : t ; ; ( r ;m,t
i po-.ei s ;,u l.rutalile i d.-s 'Mi; '( l : r-. (In
va plu ; loin, ,t clnm'.re n'e.-t p-dut 1 1 - j n t .
i y i ni t m lu it i!i -s i Hun::, r-, de ipule ( m.
d.iyi s d.; I i pri-oa r çoivent 1 .") .-t. par t te.
."'.'.us i i -m' uiij),,iiiii,e, .Mr. Mm ki.n.ii; jie
peut se 1 rer a -r oeriip.ilii.li...
Ii' lioiu'uv dci siuatui'' i eu sa l'.iviur, -ur
Il pehlion piie:ii e :ni piiice,. p,,,,,- ,, ln;M1.
! I' 'a il i ram e. e-t nuilee .1 l-.t' I Mr
au linn n n .1 p is i iic.,1
craint iju'il n'v soit unir
lait (!
Ou
vlr. .MiKinie, dans un
i iiilli ton d'oïl
rtoiM (irons les deliils pii pti eed. nt, ("lit ri s
M'HII' IIV ce eneri'lesa liro leiiieo.' . if.irii
1 I
sln-ril de loi'!ii-ter -t un in.iu . :m lin!.,.,.
l'i VV ', Ct e e.ilier, tilt lliiUVeiul St.
I. 'ci lit de .Mr. MoKellie .-1 ,1 ill V l'I a allS
liollle de V IV
-ympalliii s. Il 1
les toi es du II,nit-( ail.ld.l. Miuduient 1 m.
! I'1".1'" Ain:r;-tiiH nui h t tniii-ei.t ainsi .
p''-l-' P"''!'' M -!,, si ;, caps . a
II' MIC. KO CSIII t est .Lie .a 1 un . .. ,
I . .
masijiier; il saura les i inivrir de honte et d n
lainle nu yen v de leurs cnlicitovt-lis.
.Nous nous faisons ici un di voinie prier tins
amis du ( 'aiutd.i de vouloir l'ien ouvrir nue
Hou-eription pour soutenir la lamil, innu, s
saute de Mr. MaeK.'ir.i'. 1 1 a i etil'.un en
ls air, et une epou,e aussi collta;,'eu-e tplVIIe
,,!' bonne pain,.;,..
I i-
.Vlr. .liai Iveirie nv:mt
lo'llie
au publie un
,,,,.,, ii.-.
' ' ,M " I;l
oil de ci u n ni", rcii's
, d T I V '
' af ' ' a rV'""-"!"- ,la.ns " !h!"-
. '""!,ni1 ,! 0,1 s,"ni'' !",N r,,'
1 -t' r, le ijenlier eu :i
lui
Use
: U ' v;,.ioti
line jouissait que depuis peu de semailles
le la permission d'alli r dans les galleries.
.11 'STICK AC II U T-CA.WDA.
.Mr. liait, qui fui l'édile, ir du I.evvUtnii Te
lograpli, a te om ainne a 7 ans de tiavatu
lori es et il se cauliouui MU oulie. lui-lin me
pour -I'll 1 Uurs, 1 1 a fournir !eu autres cau
tions de 2lM louis cliaipie.
Wilkius Wilson cl lkiker doivent siil'ir ') ans
do travaux forces cl ont f. umi les mêmes cau-
tlOIIIU IH"US que I ,irt.
sh ame a ce couil.imiie a (1 mois d'empri
sonnement dans la .cole du district, ct a une
amende le lun Luis. Il uYm pa. t ccpte de
donner les caulionm. incus les nutji s con
damiics. A.sli cadet dev ra soiillrir un emprisonnement
d'un au, payer uiieamendi! le jiiLuis il four
nir les mêmes ciiuiioiint nu us.
Ces mallieumu sont de nouvelles victimes
.saciiliecs parmi euuv cria nient oinbia-.ux et
oppresseur.
I.cs procès de ces prétendus coiispiiaii ui
de Coboiir, sont une iiouvtlle moqueiie de .i
saiiiUte de la justice. Jusqu'à, quand jv.uliïira
t-ou une telle prof , nation l
SY.MPATIUK AMliKICAINK.
Les indignités commises contre les Cana
iliens sont telles, pie les journaux des deux par
tis.pii divisent l.s Ktals-Cnis, qui ne sont
point sous rinllueiiee le l'or anglais, m peu
vent .'empêcher de te moji'iier hautement leur
indignation, et de vouer .1 l'exécration les ac
tes du gouvernement antlai au Canada.
Dans notre dernière l'vuille, nous avons cite
le riattsburi; hi;' sur Ii s allair' s Cauadiemics:
aujourd'hui, nous donnons, oinme preure de
la sympithie Atuerie.iine, une h;;rat:;Mie de
Mr. Cushin, et l'article suivant du Mui liu.-toii
Sentinel du t :
"Du l'as-Canada noiw jum-is nniris ci" !,
ouveruemeiit anjjiis vi. i.t d'ajeu:' r nu'in u
veau forfait à la kuieue j'-te d'altoi i;. s qui d
hoiiorirai. nt les peuples les plus bari arcs du
sjloLc. Dimanche dimier, le t:au-poit le
r..
.L
.
v..
ilfi ;i fait voiL d (l j'-îi-c. avant;; ' 'fi
vc i.i i , i. ! J.i j.i.ift. d-
'.' .'iii,i' s ont i.:ri- !' , ri.'U' '.r " t- ('fi
ljii a i
C.li.a'.'a ir - IUi :ili, Mit té evlus !
.iii.i r aiu-, Dr. .;w o!;. ie Cl, 11!' aujuav.
1 1. Situ. -Motl, d'Al.ur ïb. daiisei-t ' tat, t ai lt
du i.oiii -re. Ces rim. s. t î r s 00e ! i.ar.a- !
S il-: s l a
! i:n
? t 1'K Ui.'
; ' le hur !
: Olli llli.ttt i.t
1 d" l' A un ri'iu'
t -'.u- !' s- m uv d.. b nation pi'ii- iij,u!k-i,', 1
uni
lut - I lire JU-'C' i'l !:ii'ln' oppress, ur au
1 1 ' 1 ,
n'aur. i. it point fa ci 'b ro 'l'ii
d .!.fi ri iit la vie aii'jtie nation, iui la d'di- :
irix
lu p.m I.Of.le Jill!' ! itov ns, tll
Vtl'll'fltllt.lrl.ft.i'rilL'ir. Vrir.l.t..rr.. Vï ...i
v-. ... .... :
on leur avait, d.t qu, dan-; un d ml-siccL, lus ;
bon. mes lv raient i tre uni aruues de l'Ame.'
1 .
limn- pour un ' lava-je in rp tiel, t tt la pour
i . ' n , !
i vu i lis' îr.fiMitT 1.1 iv iiii ir 'itiiir i rr inri'4
i r ; . , -
' roy -vous qu'ils aunieiit pu croire que leur
l'et' rite entiTU dev ii lidiait assey, deiO'iii r' e
I, ni -.11'. I... ... ..... I.lir.f.r:i'.rrr,f-'l ..'i.:-- i i r ri.-f-i.r.t.. 1 lu.l Mu. l.'!..t.i r
i. .1 ... m..' i ; i.. lui i.'; , l '.'Ml nia:- . .. ; ... ...... .. .. . . ..... ..v ..'t""'"" s-IUil-U que CX't AOOtOM
t :.!:, t sont tiuii.tjiai.t ;.vos d.i.vs u;.e ( v-yoti n'Js i.a.tr-, ti.a; ie jour, ! .uveam , s: s i.tira avili f croit-on que le 'inonde Je croi
p.irti-; !.;n éu r.'snd'-p. -:r Mi: ir l' - lavai" journaux sur to us ! poii.t.-i O: la zvuAv ton- ri att.i:.t de Ji iletri-sure qu'on veut imprin
leur vie dora:.!-, ronu.e s'ils aval 1 1 t; ou- ! ' d' ralioii A m;rii -.line. ' ?jr s-u iront .' Craignez au contraire que T
p,. ! s d s riii.'s U plu- bai. IU -.i t de ! avons a anaonc r :iuj'"ir.'l.ui d' tix houte ne r jnili-se sur d'autre- freonts. Ma'
tous !.!.. s. d i vi'i!l;-.r 1 le 7 an- .1 l'adol. j nouv l!-.-s pul Ji.-atln ; l'u.v int.'fil. e TU nous nous arr tons.. ..nous tic pouvons rienVai '
i.t d Is :,iU ; l:llJ, , ,. q,,-, y a j,U!j Lt- . mer, journal -u.lie a Ncw-V rk " deux ; ".ur eux qui partent, t-t l'e.xprefeion enteire
n1!' , i:j n.iA inati.j, it lai,- t.t lJo ni i.s l,:,r - m u'in- : . t l'autre parait a A! any nos seuiin- nts pourrait nuire a ceux qui j.
i'.'is la 01 i-e if Ii t.,i.. ... ' II. iiv io.v.iiï ' feOUs ï: titre .liiifreirnn .Mwmic Hr-islrr." ' tent: rar le 011! .limit i.na n,.,.. C.....I:
.... .... 1. . . j . - - i-., .."jn vniini.iriia
pour peiiu Mre 'l'une till': inlami.; put rejaillir' plant lie le cuivre, de la ramli-ur le la pein
ur l'A m riipi( . Ils uraii nt romti Je honte, j ture pie vous voun.z r jr:scuti.r ; 2o. jue la
s'ils aviueiit pi suppos r pie b urs d si aiidans ' Kurfa' e d .- cette piaiK-he soit argentée ; passez
p is-;iit tr; li'iiioii.M de paiulb.s truaute, san ! dessus ik; l'a id; nitrique ; '60, que cette lame
iltl mollis: eehltfer ill I ' 1 .! 1 " l ift f 1. . IL t '..t..!.1:i M, , Tt 1 . . t .Iêkiii. nilii r.rlii'irri. :..il ..v......;. t..
d I est le cas. lor anglais a tout corrompu. I
- 1
I ont ce oui; l'ail d'insultant les mie'iions tvrau-
. .IS I.
i n - j . -
impies d: l'Angleterre, l'Ani'-riipje 1; soutire
avec soumission.
Si nous allons ninsi, pi ndant cinquatite ans,
nom tremblons peur la di -tiu( e de notre pos-
ii i n'.
l.es .anailietis oiit-il lait d autr cIios.m
ipie celles qui devai- nt ire faites dans de si m- :
!'l,il'!i s eireoiisai, es ! otit-il.sagi aiiin-nu nt pi- ;
ne i aur ren: lait Ii ur s oppn
l'aur rtiiît. lit I. iiisoppies-enrs ..'ils s'i.taiet.t
t:"ive la u- leurs situation
.' .Nous icjioiidioii t
lloll.
I.l pour n lotiiHf V preuve, îicu lions
i iter I'- .Moi. t" al i '..uri'-t, un ultra tory, nu
...-.'. t i -. i '
ii. i c''i, co:,i.'i' var i a le aïs :
N oils ne poi! iu in ilv lll.ince ni l'.'lillf ;
i'l T l,1lie.--t ili.i ;i !, nous m:
'ur -n von-;
'(
i ii
I
"tit i"ei lli -, tt sont
eneoie l'eeclles : i,V n i;i,. .(mill tir IcHi v
lil,:.' tt tir li ur I ni i ii(,0- i. ,i"mi s- n' riltdilrlil'-ni
tit'" h-us ti.i ltutî iiiî.-iiii li t m'i, i ,.. -sa on du
nujjtdf."
. .' i
. Ii'iii'hiitrli tli .M ul.ficir. pur;,' lJ.l,
''iis i" titte i
d" Caroline Al
maïKicli
-Mr.
MaeK nie va pui'ln r dans qin-lqus .euiaines
u n bai maul v oleni" colite liant plus d" mat ères
iiil'llM iu-di'Ue de iî.Vl pa'jes, qui M ia Vendu
au prix modique de In piastres pour 0C, mi
a ce tans, pour une en mtite moindre ou plus
"lande. II s'i U'oiei ra d'en -ti-ndie la circula
tion au Canada.
( e '.il. lldller, pourle porter llll llegrf' l'un
portaiic qu'il a
su iiiii-indre, a entraîne so
iiiii'ur a d
.'tandi s dépenses, que son ( mpri-j
soiiiif ment n'i
a pas peu coiiiribiie a faire naître.
.Nous avons lu un I nies extraits de cet i
m niai 1. cl nous nv..n, i ie t'eiooe d,- son me.
ri:e par i'inl, n i qu'il a su nous inspirer, tant ;
i .i
e' lappolt clili'liolo;:iiiie. que polir les
mis ces laits liist'.rniU'-s. no Itiuues et (co-
nouiiqiics qu'il p-uli nn" : et ..surtout quant a
ce pu coin-erne les ( anadas. !
.Noos e recomuian. Ions spécialement aux j
amis d'- la i att-e if s Canad.is, qui se doivent
laire un devoir de m- procurer un journal si I
pu. pre a Lire naître -n ux de grands souve
nirs 1 1 l'ini. ret le plus v u'.
Par son utilité, at ! t . i,; tru h est digne d'oc
cuper une place dans I" cabinet le tout homme
d; Litres, en ce qu'il pourra lui rappc'n r des
'veiiein.'iisrmarqu.i'-les it lui sauver um
gr.inile pi re de t- Hi's dans les recherche qu'il
p Minait ( tic a même de faire.
I.OCAI.Il'K.
('est le lu Octobre que ',isseinble la Le
gislature du Ycinioiit a Montpclier. K-s
W higs iiusssi bi il que les I )i mocr lies-, pretell-
deni que leur i ;i! ti n sih c'if a la inai.irite dans la
c'nuiii re basse. Il va y avoir une vive contes
tatiou pjnr la c'uaire d'orateur : ce qui décidera
de slliteViri.i loice des pattis. Ou s'attend que
ci (t.- session .sera une des plus avant, igcu.cs
pour I la u. On (L.t y nv.it. r la (nicstioi: d. s
cinques. u cetnite nii;itii'-pour rev isi r h s
taints de l'Kiat fi i i son rapport. Cette s,..,l,,n
sera PI IS oll'ie eue d'ord i 1 1 :i i re ..n. I ..
nuis de tenir nos lecteurs au courant des
aliaiics impoti.int- s qui s'v passeront.
on i comm.- l'on proa di ra jeudi a ! heures,
la s un m tes iissci ni n tes seront nppcLs a
l'oidre. De s ii'e iL i hoisirent l'Oiati ur : en
suite un a. nnli
empose d'un de,- mene r- s 1
île Inique comte, sera nomme pour rencontrer
un égal nombre des m.-m'.res du sénat: et
Ions deux pioccdcront ri empter les scrutins
uis deux pioceiicront ri compter les scrutins
ur le nouveau gouverneur. Cel,ii-ei proela-(
i" sera de uite installe : i t . '. st ,,. coutu-
n- qu'il il.-livre u .o;.. ou discours aux
ux chain:. icssiir les atlair.-s de l'Ktat.
l.es chami.rcs procèdent aussirt.t aux aTii-
pour
up
un
d.
les, s.-ius avoir a n pondu- a ce message com
me c était i usiigf ittsii-nitiant au Canada
l'en,i.,:d '.rn',..
l.-s ,'T'.ir ";ei-e. i!m ,-r'u. (.i P
pr is...pnt
I mue ,.i
m 1 1 u
e ,i I e. .
fis , -re
I -
I" ,
.noi;vi:i .101 i:n'ai .
I.a Letur
o.intiiux ;it!ac
- a la P.,
menti. te ;n ce elle, fait naître k
'.u.i.t i,i', Co;,.
iKuaiecs, um.ise 1: ,;.,!.., l'instruit sur ses !
irs, 1 ii signal-.- nu'a Ls uctes
1'. !..
r' d i'u!
a ;tj. r-
ri'Oi ri
l'.-.-i Ain' rimiin m; nio:.tp iit u '-mi uaLti
vru vnti'ivvt'VTinv
-OL J.I.I.h I.N l.y riO..
Ke Da;-j. rrot-.iie, ti l'art nouveau do peiu-
dr- ur 1
cuivie 1 xa te re.-M in' lance les
p.'v-a.'cs et des it j' M vnaus, 'au v. jven des
rayo:v .-olairei retlethi dm. s une chamlrc
o'evure.
ji p.iran qnf, pour 11:1e renie V latere ;r; 0,1 'lt 1
rr;ill( p ,r inn-e, p,,vee par le g..ivi rneinent
r,;,,,-. -ii,v...,o.r i. IV.rls. e,,i,,. i,ti u
.11' i- ' .
pnniii r sou i iir-ii i n procetie pour av oir Je
U.H uli(.MX ,.u minarure.
. ... , , . , . . ,.
I. t:i iti !' la ifiisioti. oit t'e ncrr.rdee
. , , . M ',, . ,, , . " .
a u dame Je .Mr. Duuerre si elle lui survit.
J.k t'Ko lus. i.st to.M.MF. t.iT :
Prcuiieri rnent, pren . une petite ieuii'le de
I. i.rn u. I. ur I-.
......s. ... , . i.-u ue
l ms.dans une boite fermée. à la vaneur de l'i.
'.11.. ... 1. ..;..: '
imiu t dcv
u'.: ; iu, n,iiiy. 1,1 iouii.; ainsi pri paree au 'I" -e leueoiure nuiie part ailleurs sur co
foyer de la hambre obscure, durant huit ou dix ' "oiitiiiOnt. Le Sa'ueiiay vaudrait mieux encore
minutes, diriirez la aux objets que vous voulez j 'i'"' ''"tany ay où l'émigration en pays etran
r"pr sent'-r, a la plus grand.' clarté du soleil. 1 t-'T I",Mr l, s 'es ardentes, enthousiastes do
(Ku Kurope il faut une exposition plus longue, i r" air.it;i:es de iiistite et ."ouniru'it anrà
.... i t. :i .;. i .:- i r K... ... 1 urv
j s- n nu' oipit; ie k.iieu eiiaire av''; puis
Ui éclat un i n l.ttp.t)" : ) déplâtre, la feuille n
r"c;.irati.i d'' huit ou dix minutes, tf-xposez-
eu la s'ir.'ace dan. tue; autie boite a la vaneur î
i!u ni'-ri-'Ue, ideve a ia eiialeiir de lî!7 degrés
et vous aurez alors le. e.iul' ur.s ori niKiIrs coin-
: i:i-uiipié.s des oi j' ts sur la l'.-uilie pa. l'a tioti
des rav uns de la lumu r- ; bo. it iinu, nt.
plonge-. 1
ti-
a'iaino me ahimj dans une au d'hv-
iiosino In . .
i,. . .... i.. ..r. t.. . . '.
diirni'le, ct elisuite laVe.-la d tus i
S. 1
u , .1,111 . -i; i.i r r soir
alin que la peinture soit
i eau in-
! I '
tdli '-, cl riii.'i iii' U pro' de . -t accoinoli.
Celle iiouvi II. façon de peindre a été ;tn
.... - .1 ,
uovee ; . vv-l oil. ave- a-si , (le sileei-y
Pour completer ci tt'- i:positiou, nous ajuu-
tiilis ici la dcscriiitioii .l'on., clciml t.. .J
i - .n-,
'est line- i oile i p npii. ijui, par h-pri-nie de
ristal produisant a la lois r'-l!e.ioii ct refnc
tioii place.-, devant ! trou d'un volet, répète
llit' l n uri lii' lit l'iiuaL'i; coloré et mouvant de-j
o! i (s- ep rieurs-.
t -
.
A .Ntvv-1 ork la cliandiTO oi sc-ur; dont :ti fit
usage a i-tle-t Jard' n pour voir la r pre sen
ti, ion 'U: r.Miisr ,1- m. j-anl el une partie de
lîro'lvvav, est ainsi lécrite :
I.lle consistait en une chambre circulaire
surmontée d'un dome, ayant au centre une
table Couverte de I . i i 1 1 - l,!:i aebe. I ,'io narti nu tit
i- i , il "
u : pour la n presentation, lut mis dans I obscurm
. I e. i o... . .i n.....
L ' ." ,ni:ini ia porte, i'res nu connue lait une
... .-. i i, i ii.-
! I .""'. "uvcriiiiv a la.-pi-n.- lut auapte un petit
.union mouvan, ; lemiioir iiiicnve pisqu au
1 lK,illt il 1 ' t recevoir cl iransiiK tti-e la pers-
l,l:,'",! ;n ,,"l"''-' de- 1 1 fiM- ou de la toile ; t-t
:il..r i',,i .....r.. ....... . :..;..
aloi
lut représente minutieusement eu minia-
lun
sur li la'nle tm.ii s les scenes embrassées
le miroir : les dames élevant leurs para-
e 'r
s"ls. attachant leurs souliers etc. .les mouv e tir.-ns
les steiilldioals et t h tt. s les representations
ot rieurs. Ke 1 1 u cl le miroir furent places
o- manière a se mouvoir hori.otil ilcment au-
! tour du d. une, et alors diverses s ( m s fuient
' . , 1 -
successivement relieellle.- ; (t. (Il l.llsoil de
l'.;ue l'angle de r-llexioit c;l égal ii l'angle
; 'i incidence, ,., inures reproduites lurent
1 IT a Mlle on h, 1 ' te s li or, ,rl i.ti. .1, . l.-i i r.-
- ...... .... ,..
: i . n e.,... i .t.. i , .n. . .t. . i . 1 1 m ,
....... -s ...i,. m,, ... ci .... ... ...i .u...... .
,..i.i.,.i gi.ii!...uru.s otje,s pouvait cin- van.-c
I a volonté. J'ar la méthode .1.- Mr. Dagucie,
on peut donner des representations correcte,,
en ce q,. L .nouvel... lis ne nui-., lit point;
i car il suliit de peu de minutes pour l.xer l'un -
; 1.1 .....
i bru surprenant, savoir pie L,- val. urs entre
lh, ( nd,,n dcJ;, ....j j , ,s rnanis de .Mr. Contes, qui crtai ns jours
K IKK S PO K 1 T I T I'. S . , ni" .lai, nt jusqu'à la somm de K:j'i,(icu, n'a
Nous e-n. ions an mollis eue. k s autorités v, lient om.- et.- . ,.i.,i.t.., s- ,1, ,1.....
I rtt.i ii ii ii ;,ie.s locales. s.e rappe
i i . -
.il.t ,'l'( li'
..... i
an
partieunciit a une nation (pu
e vat.!e
tre a
la tete de la ( iv lilsatiou 1 la mi le (L
n'. es
a des
g.-..cri ust . ( t libeial'-s, épargnerai-. nt
, oiulainnes politiques, Jont e crilu.'
u cin' or-
t" aucune infamie si Lu les notions d,
iio'ooirs d,i sii ( ! ,
; lions espeiioiis, dis,,!:s.nms. qu'on cparg:n rait
j aux Coiidaiiiin s Politiques, d uis k- tours de
j leur Vovage t ! de er exil, d - o' .1 nain es 11''.
ii is-,ua, -, auu-i"e.s ou asMuetnt es crimin s
.lin;
ÎIH'S ; m.l! non. nn veut (-tri' crip I jus-
i 1 0:1 " ur '',;' crac i une s u
. "' M' 1,1 ro"I"' :'mm'
. ... .i
v ...ci ce qu on
.w-rvm. de Samedi :
" lls s 1 risoniiiers ont en g"t.era!.
1 ' ri " "'' r "ri ''" 2"i;r-ra:, a re
''"p ""'N ;,j',n;n"""' co"M I Vf' k -ir eeiuage jus-
q''- ' qu'ils fussent mis a 't ord du linpdi;
'"'"'l'1" "vant les prepintif- pour leur garde
Mrc, t qu'on ur mutait l'uniforme Ls cou-
y'u'u vt 'l"'"" l-'ir coupait Lv cheveux. iL sen -
t, P. . .. I i : . ... i :i .
'in nt l' tat dégradé nU'indiL s'daient ré -
. ' I i ... ........... -y .S,..
dmts. rs im.iiiji discrets de nos "loyaux" de cet-
ns nous trompons f,.rt sih Kxibs l'.di- j t" ville, j. tient l-u ( t (Lu. in.c contre la nomi
tiques ont te i u cette oc. io imi an iu. s (i'u n ; int ion de M. Pori.K.TT Tiionpso.n ; les au
autre sentiment i: le c lui d" l'iodlgliatioll ties rongent leur freein en siletiee. I.e ncuiilo
d'- ce voir traites- corn m- d. s vL,trs t des is- i
j l'ii'.'v, n pan ii lesquels il se ttoiive dt hoiu-
ru. s appartenant a de bonnes familles a qui
I tenaient un rang respectai,!" dans 1 1 soci, te,
in s lion. tues dont I en c:t" d' s trails d'une bon
ticPte h"-ioi.pi. On rappotte que "u;i d'eux,
( Il il!' s P.. . v i:i dit I ,..; .-i v il;, i ll il des Ijabi.
l ints les plus riches ,; ,M respectables de
Acaibe. eut; mlaiit h- témoin, pendant von pro-
tes, t.Uribuer à ira outre un l'ait travc q-i'il a
v ait commis hi-m-me, interrompit le tétnoia
tt lui (i.t ; ' .Nj;i. cV-m moi qui ai tU.it "cela.
.Je ne v ux pris cu'un aiitrf r..rf.. I :.. . .
iii'-s ar t..
Lit tomme était poursuivi pour
1 1 ' -- "luonsam
! y. u des Kjv:;iix, 11$ maîlret, d'alkr a Ilotar
1 'i;,.v' ' 1 'iIJe s'' 'ut lossililc' de nou ...J
lusrace orosi riie. m.
voy r ton, nous rioiiS maintei.atit en route
pn . tmit. ce serait peut-ttre le mieux j,our
'"'i,'ar notis serions fort embarrasses de de.
cider les.pj.-ls ioiveutle plus souffreir on ,1..
; ' .
i ,ri
. pnrt a nos l
pn l' -iei.i. ou eeux qui sont partis.
Ici nous homme., prenne, tentes de faire
iu leurs (lime njee nue no.
'l"'.t-ril..rf.iiiv,li. . ... t-.; 1
1 vui.
i ' -'""" i'-"', ceux ou present
I lt ' '"x l,lu-s f-'"ds encore que nous prévoy.
i oiis dans l'avenir pour noire nauvrp me., r.. ...
.. - aure race. Pour
, eux J entre elle surtout nui ont iln
i ,, J 1 J"1 P,,,s sensibles
. ,, 1 1"'" ensioiea
tue les aulri's aux ma heurs H..
j tiioti s. Nous avons donc l'idée de demander
! ;i l'Angleterre di; deitiin r le territoire du K.
' L'Il'.li.lV a servir i .. r. O..... ... f I" i.
.r . uu v.iiiaui eus r ran-
;ais qui ne pourraient supj.orter lu vue de leurs
'Coiiqe-rLtes opprimée, t qui voudraient ahVr
j tonder ailleurs une nouvelle patrie. Pcut-ôtr
nous iaisserau-oii tranquilles dans ce coin
pernét'i, r ces rmi'iirs et ru i..,. :..i .
, u" '
' ' '."o- pouiepn;.
r
.
haukas courus.
pensons jn; la Cuzdlc de QuSbtc a
inl'Umec lorsipi'elle dit '-qu'il k été
N'.r;,
! -té mal
' 'lu
"' o rnarehi s iiifreuctueti.ses pnar l'ai
, i . ... -, . . .
i ri' ''' :' :''" i'1' -f ici pleiques-iiu les trisoiinier
sur l,a:,( i-rpus." Ke fait est nue. .ne,,,,!
; '"tuh u li un-u t . ,n de faire île telles li'm-ir.
,.., ..i, i, .. . i .
: - ' . umi, u lias en e ii-ir,i,i. i '......
ri!" a mis um; eeériié toute particiilii-re daus
-s pn
et
n pourrait presque penser
' U . I.t- Il était !,,is trou r iso!.:.. U I '....e. ;
. i i 1 " '"' "i s; mi':
I'- m--, propres demarches, ,t qu'elle craignait
,1" oif Muini.ses a une discussion iudiciai.
- - . .v- . i.s, i,, m, i ,s ,i .-.vtlliey eu
Hl'Iiv diicele fait voir qu'on ne redoute' pas
moins l'épreuve devant les Cours Impériales,
: 'I'"njours fst-il que le Conseil Spécial a oublié
' P'.ler une Ordoii na ne i.n e.,:,. ,1.. I . .1:... .
Î'J !)
, ..: . . . e -i . . .
a i envoi les rrisoniiieis .i s v h ....
i .". i,.. i,. ti. iiiir
tatlon des l'i isonilieis Politiuues. eoinrri P
.. -.- -'Il, Ml-, 1,
1 la Ki'i-i-l.-.ture du Haut-Canada
Mai
p' ut-i tre y a-t-il quekpie .statut imperial qui régi-
c tte matière. .Non. n'avons pas étudié la
qu'-stion. Ou verra.
Non. accusons avec r niercirnents lu récep
tion du pamphlet de .Mr. t.mvAN sur le gouver
nement I e -iiolisabl". nue liniic il. .i-m.u I.. ....
' ... . .; .. i "
i , ' "us i, m inj.
.1. Il I ' i -. I I, 1, . . -.
nt-sMle l'J.difeur 1-1 i:.im,,ii,f, 'Mr. fiowA
; on ! sait, va le chef du parti Ornngistc dan
ic i laut-i nnailn, et il vient de publier ce oui a.
cte i ciit de i.his comril'-t ct de ni, .s ,-,.il,...;r
ju-qu'a present, -n laveur du ririucipe de h
... i . i . .... . .
poiisa alite des aviseurs de I'I'.m , ma'
. . . . . t . n
les col,, nn s. Ke fait est qu'il l'exception du
"l-'anuly Compact" et de ses depeinlaiits,
t ut'-s les nuances d opinion, dans le Hau
Canada sont eu faveur le ce principe. J.e
llttuiilltitt dniirital va jusqu'à dire qu'il fnut le
Miveriicmei.i responsa nie, 1 abolition du
fVstemo renresentaiil'. i.n Im
i e J' .11. OU.
i ,
. î.e pm.-es d -' .Mr. Covtfs, commis do
la
S',ir-,-;ir;aL de h K uique- de Montréal en cette
. .11.. . '. . ?.. i , ,
. ", s .-si lermu.e veinircdi demur au
" ,
soir
, ir acquittement iiu prévenu. ( e procès
du-
r ut .1. puis mai. li ..t le seul qui ait excite
!,.,. ,,.!;. ,,,;,, p,.I!(allt le terme qui vient
de f uir. J, ,j, t'alcatma a . t.- prouvée, mais
L jury a consid.ie que c'était une allaire cinlo
, t mm um- atiiiiie rriminell.-.
I
. 'instruction de ce prn'i s a dévoilé un fait
. -.,,,.,. . ... îfni- ,.. uv .ni liens
... i i , i i
ans. lorsque la (!'i.lilllUl Jut (
aieaimn lut (l' cotiverte en
lévrier I:,-. Cep.-n iat't. il a parti depuis ce
t mps- des ( tats des affaire-, du ? banque do
Montreal .-ism riiiei.les selon la loi ! Or le dr
beit de Coat.-s montait au huitihite du capital
de i i succursale. II est done le fuit que pen
dant qu'on pie. entait au public un ( tat d'affai
res touî-a-Uit ronflant, il m inquait un h'iiliimt
du capital verse, qui trouvait bien dans les
1 ,rd. r. aux du oiuiuis, mais nullement dans
s i ca.ss. m-, (.'a lait jaser, comme on dit.
-1
tj Dr mm vr ir (,oi vniixti n. On dit que lo
nouveau gouv( rneiir du Canada amené, coin-
. me secretaire, M. .N unlock, un des t-inployeg
du ininisp-re ds colonies, qui a eu eiure les
nriins depuis 135 l;s papi.-rs relatifs aux pro.
j v inas de l'Amérique septi-ntrionaL.
j (), ,,..,,. du jouerai ir H ichard Jackson
1 cfmiue devant succéder à sir John CoUiortie
. , . .
( d,ip ,. ,,,,,. .i,.f i,t oiili?:iiro ici.
du moins aurait-il donr lieu d'est é rer avec notre
j i.vee tr ir- nouveau (iinm-rucur un régime do
; pist-rc. de c in-touil'.' tt do siiine politique î
i ) j, n ,. veuille !
Krs .Ik.is m si i. mu s. Ou lit (lins
L
ili -.'.'de .Mniilnal de .Mercredi :
-Ke iiinit court eu villj que son K.rellcnci
l- (ioiivi rm .ii.tit iier.il a rt(,u les dépêches du
Inii'.ua CoLaial lai enjoignant de r: iu t-:ijt.r
f lis. I."

xml | txt