OCR Interpretation


The Opelousas courier. [volume] (Opelousas, La.) 1852-1910, April 18, 1868, French, Image 1

Image and text provided by Louisiana State University; Baton Rouge, LA

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83026389/1868-04-18/ed-1/seq-1/

What is OCR?


Thumbnail for

Vol. XV. Opelousas, Paroisse St. Landry, Lne., 18 Avril 1868. No. 45.
COURIRIER DES OPELOUSAS.
REDIGE PAR
T. G. COMPTON.
PUBLIE PAR
Joel H. Sandoz, Propriftaire.
SAMIEDI matin, : :: 18 AVRIL 1868.
VOTEZ
CONTRE LA CONSTITUTION I
Citoyens blancs de la Paroisse
St. Landry, cellc-ci est la derninre
occasion que nous aurons d'invo
quer de vous de voter contre la
Constitution,
AUJOURD'HUI.
Votez contre cet abominable
instrument ne del'ignorance et de
la corruption, et qui fera de vous
un peuple degrade, abattu et hu
mili6!
ya A la sollicitation d'un grand nombre de
see constituents de cette Paroisse, nous sugg(
tons aux votants du Quatribme District Con-!
gressionnel de cet Etat, le nom de
John E. King. Esq.,
comme candidat convenable pour le CongrPs, i
1'6lection qui aura lieu le 17 et IS avril prochain.
11 est A espfrer que cette suggestion sera ap
prouvfe par les citoyens des autres Paroisses de
ce District, et qu'uue action immedliate sera prise
soit pour confirmer cette nomination, soit pour
s'eutendre sur une autre.
W Nous sommes autoris6 A aunoncer
L'Hov. A BAILEY,
le titulaire actuel, comme candidat pour
Juge du Huitiime District Judiciaire,
compos6 des Paroisses St. Landry, Lafa
yette, Vermilion et Calcasieu, A l'dlection
qui aura lieu le 17 et 18 avril courant.
I& Nous soummes autorisa A anuoucer
E. D. ESTILETTE, ESQ.,
le pr6sent titilaire, comme candidat pour
la place d'Avocnt de District pour le 8e
District Jndiciaire, compose des paroisses
St. Landry, Lafayette, Vermilion et Cal
easieu, A l'bltction qui aura lieu le 17 et
18 avril conraut. [II avril 1868-44
A l'editcur du (,ourrier:
Ayez is complaisance d'annoncer que
je suiscandidat Ala place de Juge de Pa
roisse (Juge de Ia Cour des Prcuves) pour
la Paroisse St. Landry, A l'4lection qui
aura lieu le 17 et le 18 Avril prochain.
D. C. SITTIG.
Opelousas 31 mars 1868.
WNous sommes antorise A annoncer
ADOLPHE GARRIGUES
comme candidat A la place de Jnge de la
Cour des Preuves (Jnge de Paroisse) pour
la Paroisse St. Landry, A l'd1eetion qui
aura lieu le 17 et le 18 avril conrant.
r7"Nous sommes autoris it annoncer
YVES D'AVY,
le titulaire actuel, comme candidat A In
place de Recorder, h l'election qui aura
lien le 17 et le 18 Avril courant.
N.l.ous soummes autorise A annoncer
JAMES G. HAYES,
le titulaire actuel, comnme candidat A la
place de Shirif, A r'dlection qui aura lieu
le 17 etle 18 Avril couran:t.
SNouts soimmes nutorise A annoncer
JAMES M. PORTER, Esq.
comme candidat pour Juge dlu HuitiBme
District Judiciaire, compos de le Pu rois
ses St. Landry, Lafayette, Veruaillon et
Calcasien. A l'dlection qui aura lien le 17
et le 18 Avril conrant. [4 arvril.
a'Je snis candidat independant pour
la place'd'Avocat de District pour le 8e
District Judicinire. A l1'lection qui aura
lien le 17 et le 18 Avril courant.
G. W. HUD}SPETH.
3 Nous sommes antoris A annoncor
JOSEPH D. RICHARD, Esq.,
comme eandidat pour ia place de GreMer
de li Cour du IInitinme District poLr la
Parois.e St. Landgy-P6leetioa qui aura
lieu le17 t .e I8 Avril.,courant. 4av
" Nons sommes autoris4 A annoncer
CHARLES H. POTIER, ESQ.,
comme Coroner de la Paroisse St. Lan
dry, A 1'4legtion qui aura lien le 17 et 18
avril couraat. [11 avril 1868
EXREGISTREXEnT A ST. LAiRwY.-Le
deanier eir4aistements e notre Paroisse
joute A Is' Bste des votans, ~634 nbms,
dont 548 blaes et 106 de couleur. Ma
jesild laeri he 42:a e .
,~Ii noroJournal eat Uiig6 anjour
dbui, eI eetreat : devra attrihmet cela
an surcroit d'ouvrge qun'mmne toujours
toute aeleti oa anliale.
ExWaelakstiMFN? A 4, NLE.-OELU
Ix,--L'en istrem nitqni vient d'evoir
lien ola 4ouveull 9+er iajne. .jajlis
to des votans 4,075 Mlane et 1,730 do cou
gear c'es-&dhf. tens maajtrltd de 2345
,*volans u e. '
II. Idditear tdu Courrier,
oa noram gantet4 propeod eommean..
..aeri devofr ddeliuea et honueur pour1
des raisons do tit4st d'affairE partca.
li.rsr ealem.a. J- roemere tacabre.
: met mes.mi de leur f Aver, atj fes.p
.iquna st aipg m'.t.bligd eme re.
r: dead lice' roseevrgmt lei approla
b . P., SAIZN.
., aBa T, h.e 12 avai 1 888.
L'avenir des Etats-Unis.
Un correspondant adresse de New
York an Charleston Courier, A la date du
17 mars, le ricit vrai on pretendu d'nue
conversati.on qun'il aurait ene avec nu
vienx politicien qni a Ete longteiups em
ploy 6 comme agent confidentic des Etats
Unis avant et pendant Ia guerre et qn'il
repjtsente comme tin observateur tres
sagace. Le dialogue est assez curieux
et merite d'etre reprodnit:
Correspondant. - Qui, pensez-vous,
sera eln President ?
Agent.-Le gdndral Grant, sans ancune
doute. Le parti dlenocrate ne pent rien
faire pour I'empechler. Quand iubme le
gdinral ne recevrait pas un nombre suffi
sant de votes, ii y a dljA des plans prts
pour le faire President.
Correspondanl . - Pensez-vous que lc
penple lii soit oppos#?
Agent.-Oni je le pease. Mais le mal
iheur est que le pat ti ddmocrate n'a pas
de grand houiune A lui opposer. 11 u'y a
dans sea rangs ni Jackson ni Douglas; ii
n'y a pas d'lomme qui puisse donner de
sages conseils anu puti dans ces temips
extraordinaires, aucun qu;i puisse main
tenir le parti dans la politique d'initia
tive. Les grands hommines nmaquent, it
ie reste rien que l'organisatiou et les
vieilles traditions de parti, sans ancune
chance 6veutuelle de succes. Les repu
blicains non-seuiement out un grand
noma, mais ils en out plusieurs et le plus
grand de tous est celni du gdedral Grant.
Corresp.-Que pensez-vous de Grant?
Agent.-J'ai en plusienrs conver.al
tions avec lui, et lui ai fait, en mon nom
et an noan de plusienrs anutres citoyens,
prdsent d'une maiscn dans la 36e rue,
sons conditions d'une hypothbque qni a
dte plus tard affrianchi par le Club de la
Ligue de l'Untion. Ceci nm'a ntis en rap
port intime avec Ini, et je dois dire que,
eu s'en tenant A I'apparence extriieure,
je n'ai jamuais vu d'homnue ,pl:s commnn;
ses conlversations mlelmes stiir les cllevalx
ticuient conllmunes. Mais. neanlmoins, je
vouis dirai qu'on est loin de l'apprieier A
sa valeur, II y a plus d'6tofte en lui quc
dans aucun hominne vivanlt. Le gdneral
Fr.ancis Blair ta'a dit l'antre jour que
Grant a l'intention d'etre President et
qne quand it sera it la Maison Blanche ii
se propose d'y rester. II se croit aussi
grand que Cromwell, et il nie doute nul
i leInint que les choses ne s'arrangent de
tellesr fgon qu'il pourra rester an fau
tenil ~presidentiel comme dictateur.
Correspondaint.-Quels indices voycz
vous de tout cela ?
Agent.-I1 y a pen de temps, dtant
dans le train ie Washington A Baltimore,
le gdndral Banks me pria tie veiller stir st
rfel:nle pendant tlu'il s'oecupait de ses
Ingages. Or, vons savez que les femmnes
aiment A causer, et Mine Banks n'est pas
une exception A la rdgle. Duns le cours
de la conversation elle me dit:-'"Le gb
unral Grant commet un erreur, quand it
a quelque chose A faire, il ne consulte
jamais les hiomnies d'Etat, it ne demande
jamais leur opinion it ties Cito Yens imii
nents ni & des numembres du Congr.s, il
ne cause qn'avec son dtat-major, et it n'a
anucne relation avec les chefs du parti
rdpll,licain. Mainteiuant, ceci ne s'ap
plique pas an g6neral Banks. car apres
tout, ii est otlicier de i'armie. Mais,
savez-vous, continua Mine Banks, que ie
rigne des avocats homlimes d'Etat, pren
dlra fin quand le guderal Grant sera inu
ponvoir ? Les Wilson, les Trumbull, lea
Sumner, les Collax feront place aux Sher
man, aux Canby, aux Sheridan, et aux
Meade. La mndthode pour reconcilier les
Etats du Sud sera non-senlement la res
tanration ldes Etats aver tons lenls droits
et privileges, inain I'dlvation des Lee,
des Longstreet, des Beaureg-ard, comme
etant lea vrais represenntants du peple
du Sud. Avec l'aide des inilitaires du
Nord aussi bien que ceux dli Sud, it
fotrmera un gouvernnement qui sern an
gonvueremrent."
uU, monsierur, continua I'agent 4s'n
ton pensif, avec le gniuca;l Grant an ftu
tenil piesidentiel, :idiett anx avocats,
adittu an Itngrophilianme. L'hoImne it
chev;l sern l I, et vatis anlrez un gonver
inement quni, tout en deponil:-ant le petiple
de ses Iroits, de libertY, setr ntianminls
tree pouulaire, gr.ce A sa politique auda
ciense, qni ne tentra Ii rien mloins qu'i
faire des Etats-Unis la puissance la phis
grande et la plus influente de ]a terre.
L'anexion du Canada, 1'abshrption du
Mexique, la prise en possession de P'Is
thmte de Pananma-toutes e-a questions
sront mises en avant pour dttourner
I'attetition dn penple snr les affaires
4trangres. Une flatte puiesatite senr
envo&ti. dana lea eauix da-lt Chiue et dit
Japon, et pour la plvmiire fois les Etats
Unis seront recrnituns comme les arbitres
des vastes int6r6ts concentris en Anie.
Les afftires Btrangbres occuperont ulne
grande partie de I'attention de son ad
ministration, et les EtatsL-Uuis demande
rout A ttre dcoutes sur toutes les ques
tions affectntit les chiuigeinents colmmer
ciaux et pohitqiles en Europe et en Asie,
qui fojut 'olijrt des liscussioua habituel
les des potentats, europens.
Votns ponvez brualer li t te en signe
que rous no supposes .pas A Grant des
denseins si extraordinair'nement amli
tienx. Ponruoi, alors, s1n hetomme- lige,
son Vydreds, M. Wadhburne, de l'Ulli
puoi, a,4-i. ii y a quelques jours, fait A
ia Clmhnre unei motion importante qui a"
dckapp6 " l'itteition de la presee du
pays, nalg~i sea i.ex d'Argusa. Wash
burne a .propoe d'abolir le d6partement
de la police A Washington et de laisser
les soldats faire le service que fait actu
ellement 14 police. Si motion a st6 hen
reasement catrtde pour le moment, mais
quand on lii eAa demand6 las raison, it
na' su quo rdpondre.et.a ini pr ballbnter
le mot 6eonomie! Eemonuie,t parblen!
Penses-y an pea: rinn que des soldata
dto.utde hlatº -Blesche, des minis
tres d n pi te-ete. Et pais enalte. ?
Tout eels znoftroq:el eat o bpenne dae
gnu6ral {i ,(t. Prpaires vos on goa
vernement fort, ias en uares plus qune
persoane teaa; chercbd.
Eu termiuant, permtetesmoi dappeler
votre ateptioun ur an autre fait sigaifl
eatif. Voea doves avoir remarqu6 qn'-i
l'sceprtion do gnral HIanaeock, tons leo
c * piae ~g6adauz, avant dose pro
eout. 'st ot. gnastion Im ante, re
-to. "r e a d fe stee la.. ee
1,44, vasc cotta con
jcotion dAidtb i asia leare esprit, il
sera facile d'employer 'arade quand eela
setrs adesmire. r
SALMON P. CHASE.
Voici le portrait de ce persona
ge trace par un correspondent tie
Washington :
Salmon P. Chase est un ldes per
sonnages les plus adroits et les
plus subtils de notre Cpoque 0t de
notre pays. Son esprit ddlidis'est
affind daus la chicane. Avocat
habile et heureux, ii a lepuis long
temps, comnme beaucoup d'hoinmes
de sa profession, perdu le sells du
juste et de l'injuste. La politique
a achev6 de donner a sa cons
cience le caractere l'd6lastiAq it( nd
cessaire pour sacrifier les mayens
an but. Avant la guerre, it a etd
le tacticien du parti clout Seward
btait l'orateur. 11 escaladait ra
pidement les degrds de l'echelle
de Jacob qui mbne au ciel du
pouvoir. II avait et& succesive
inent senateur au Congr:s et
gouverneur de l'Etat de 1'Ohio.
La guerre l'a porte an cabinet de
Lincoln oil ii a etd secritaire du
tresor et pare des greenbacks.
On peut contempler ses traits sur
la menue mounaie de papier vert
qui enflamme les imaginations
tout antant que l'or et pour la
possession de laquelle taut de
cceurs s'avilisent et taut d'(amcs se
prostituent.
Cette figure de financier a l'air
de regarder avec un sourire in:er
nal et diabolique la foule qui pal
pe ces assignats. La guerre tinie,
Salmon P. Chase s'est rdfigid ai
la Cour Supreme, inlappreciable
observatoire oil Son IHonneur
Fourrd, accroupi sur ses pattes de
velours et les griflfs soigneuse
ment rentrdes, suit avec une at
tention filine les vicissitudes Ide
la politique et la meide des ambi
tions. 11 vise l nla prdsidence avec
une sobridtd de gestes et de pa
roles, avec un fiegme et une im
passibilite, avec une constance et
une tenacit6 qui rveilent un jon
eur rompu. M. Chase preside la
haute cour s6natoriale qui doit ju
ger le President dont it cor·,oite
la succession. Ici commenct son
rble aetifde candidat.
Suivez les mouvements de ce
grand juge et dites s'il n'est pas
une incarnation de Pilate! On
croirait qu'il plane dans une rggion
pure et que les passions qui se dd
chainent autour de lui lie l'attei
gnent point. 11 semble vouloir
apaisser les flots. En critiquant
les procedures preliminaires de la
Imise en accusation, ii reproche
indireetemeut leur impatience et
leur fougue aux membres du Con
gres. Chase affecte de remplir
avec regret un devoir pdnible.
Sa haute comndie est calculhe
pour satisfaire toutes les nuances
du parti rdpublicain; les radicaux
verront en lui un magistrat eufer
mi et contenu dans la majestueu
se hermine, oblige de dissimuler
ses sentiments sons les dehors de
I'impartialit(; les moderds appl)au
dirout a sou calne et a sa gdnd
rosit6. La majoritC sera con
quise et le portera an comble de
ses raves. Plus tard, la bataille
Blectorale gagn6e, 11 toutnera a
son profit l'inevitable reaction
qiti doit tcraser tOt on tard le ra
dicalisme.
II reniera ceux qui font servi,
les traineurs de sabre et les har
pies des camps. T'out l'odieux de
la mise en accusation par la Cham
bre, de la d6position par le S6nat,
retombera sur les auteurs de ces
mesures; quant A liii, ii se sera.
lav6 les mains devant le peuple
et ne sera responsable de rien.
QuQi de plus facile d'ailleurs que
les transitions et les palinodies ?
Andrew Johnson, accuse et jug6
aujonrd'hui par les radicaux, ne
les a-t-il point ddpass6s jadis en
violence? Seulement ii s'est trom
p-; ii a saivi les Glans de son caeur
et n'a pas ob6i aux calculs de l'in
tkr6t. Ila r6agi trop tot. AprFs
une telle temp6te sur l'ocan po
pulaire, it fallait donner aux flots
le temps de s'apaiser.
Voila, si nous ne nons trompons
sur le juge-pri6ident Chase, le
plan -form6. dans son esprit. Le
menera-t-il a bonne fin, c'est nne
question qui sera dbcid6e bientOt.
It est froid et rnas, ii tient bien
ses cartes, mals la fortune est
trangemnent mystbrieuse et in
certaine, et la politique am6ri
eaine est terriblement compliqude
de nos jours.
MARss.---A Washington, en cette Pa
misse, le 14 avril courant, par le Rev. M.
Meilbant, M. LEaocE SAxsoz, de notre
-ill~ , B Mlle. HKLEU. LAN. oxNA REY
JOLDa, de Wabmgton.
Les blanea penvent-il*, en toute
onreirence, voter pour la Constitution
94 BARDEAT de choix
vendre. s'adresaer an bu
rsau Courier. [8 Join-5- .
Etat de la Louisiane.
Cour de Dist ict. St. Landry.-No. 10891.
StUCCEaSIOaN D)E 111NOl ROBINSON.
f I'EORCE HIL de la Pu niss. St. |.andrv.
- i ali t rati-inteir di' la sucrirsin de t;u Mi.
nor Roibinion. dec i'. ayant riiegistrb un Ta
ble.au d,' Distib:tionu des fods de lauis' sicies-
sion. accompa n6 d'Ine petition d,.maandut I' ho
mllgatinla dni d : .hn ;- Et atm andu gI'il a te fair t
drit la di ma da dle de aldite petrtiiio par un or
dre d- la ('iur ssditie en date do I; Avril 18;r:
En cmisniqence, av is east par Ie presnt done
aux interes,es dlans cutte sice, ssion. 'avoir a
faire ,pposition. si aucnle ils out. par emrit. a mii
Iumrean, daLis Ia ville.- Op. olusis. dans Its tre-ite
iours pii suivront la date di iuesent avi. pour
A.G I 1l1lGUES. Gr ffier.
Opelouass. 18 Avril I1;8
Vente par le Slherif.
Etat de la Louisiane.
Fvelina Debaillou, veuve, lCou ir de I)i-ict
vs. Paro:sse St. LIndry.
Bernjamin DIjean it ala. Ni. 10194.
EN ve.rt. i'n ordre d.* sari.' It de vent, lane
d a n s l iff .t t e v i- , , .s - u s i n t i "e.d . p a r ' o -
,, iNe la (Co r du , lutietne lDisni i Jud -iiire d",
IE rat d." a la .U isiah i , si-j -:,ut dals er p ,,,r la
P arisse Sr. Laid y. ,it ,iii ad , s . j',ffriai
,e v r-nte p idti I-. an plus ,otf r l-` V. . ni dn r .n-,
cheii-s,.ur. d,.vant la prie d- la Ml"is.,n de Cuonr
dh c."tar P ctu,,isse. n la valel- ,t" lo s.
Lc Saiedi. 2 Mai proclain. 1-6-.
(uTImmrug-ant t I hI leiies di uhatil, 't conetinant
de jonllr vi jo.n , s il. s-t uie 1 -s-aire, l e drits
tinls, inteletset pretrltu as die BetLjamini 1)ej.--an
Ii. d(efiu, ,c.. a Iapr iet6 e-ap;Ii dec;ite, sai
sie dans I'affaire ci des, us. sav,,ir:
'T'ons ,s dr, it-. tiS. ji. ithts it pr6ten
tions dudir Benj.u.,nin 1)ej.a i la succession de
tun .lan B1aptiste I)uj.,ai n, i ue
Conditions :- Doze ,- ,is de credit. . compter
4l .i jour de ia v.Iute, v,-e int&.rt a raion d"- hnit
pour ienit a cimptr d," la iemw date. L'acqie
rer faurniiuant caution it saisfaition, it "un
intre. Ivypotl.equte spciale resirvie sur sla pro
ini16t vendue.
.4S. G. HAYES, Sherif.
Op-.lontse 13 Avril 1u0o.
]Marchandises
FRAICHES
ET A BAS PRIX!
AC MAGASIN ROUGE.
L E soussigr:e 1l honneur d'r:ppeler I'at
tcrntion ilu i.ub is oe g-, eral scr u.ii (
Vii recent dr nrarch:,ndis--s seches Cer utres
Afiu que l'on saehe bien oa l'on ve.d
A MEILLEUR MAlRCHE,
j'observerai que jte e"de mes mnillrnres iii.
dinnebus auiieriuiusc i 12.1 et i5 c~tis lal
yard. Cotons a draps, de Sprague, de ton
tre les couleurs, i 17 cents Mous-eline de
quattre quarts, de toutes les ci.ulurs, (gra
runtics b.ni treint) A 20 cents. Citoi ecroI
et. blanc, a 10. 12, 15 et 17 Ce:nts Ia yard
Colonnade, des umcilleures uu:rnufactures, a
30 cents la yard. Cut ils de uini, is mieil
l:-ures marques, a 35 a 45 cents la yard -
Deminus etrifl. a 15 a 20 cents Couou dit
Costlituttonal, 4 quarts, a 15 cents.
J'appellerai egalemeut
L'AllENIION PARTICULIERE
a mon assortiment de ratrons pour robes.
Grenadines tout. roie, a 50 ents la yard, tit
qui va!ernt $1. Prcales, a 32, cts. la yard.
B.rkges,, - - '22 "
blz:ubiques, - 30 "
Popeline de printemps, 30 "
Parasols en soie,
de toutes lc. couleurs et varidtes, q(ie j'of
fre a des prix tris riduits, dans Ie but de
vendre ces nrarchawlie!is pour ftire place A
d'autres. Quoiqu'ils vailleut $St, je Ice ce
derai i $3 50.
MOUSaELINE SUISSE,
JACONATS,
MOUCHOIRS DE TOILE &C.
BRODERIES.
TOILE &C. &e &C.
Joe cderni toutes cc. mwrchanidises, ain
sI qui'une variete de marchaudises de tout
geure, a extreemelut bou matche.
CORSETS
Franjais et americains, recemment rtcus
et a vendre a bun omarche.
J'appellerai egnleutmet I'attention sur un
assortlueut frais et cmpiet de
BOTTES,
Souliers,
q'e je vendraA a un petit benefice de 10
pour cent sir le prix couutat, vu 1:i darete
ds temps, ia rarete de I'argent et le bedoint
dans lequel on re trouve de c~a mnarchandi
Je rEclame comme tne faveur, qne I'on
veuille bieu veuir examiner mre marehan
dises et wes prix. Je suis certain d'avan.
ce que l'ou se cinvair.era que cet auuonce
n'est pas du charlatani.-me.
Toures les usarchaudises que j'annonce
ici sqztt en magasat et seronl vendues aux
prix wi quoes.
SOL. LOEB.
A I'aneien magasin d'EduorA Duprd.
Opelousa 11 Avril 1868 44ft
SEL! SEL! SELl
S ACS pleins et en 'ocu ordre. a $3 25, a
k vetdre pfr SOL. LUEB,
44tf Rute Main, Opetusasa.
Leonce F. Lastrapes,
E NCANT'EUR PUBLIC dans et pour
la Paroisse St. Laudty.
Bureau A Opelousas.
Opelousas 18 avril 1868tf
y Votes coutre la Coustitution noire.
Avis.
CC EIX qii ont 1les re('aln ptionis L ex
(li((i· iiiii1ti"t' ia Snl4essioll (1 ftell
Jmiiiiitlti ii H:airis,. (leinee[, dcrtiii eremnet
de 1:tl''aroisse St. L~andl iv, soilt a veil is
d'a vii ir Li s jtli~eteri~t -les a :oo51
4S 'Mouian . a vorals, i. Qtpoloisas, aflin
d'i3tre claissifces si f lies siit atli,,.rlicca.
0. HIINC'KL I i
Opt louslas. 19 Avxri. Ih5. 4b5-2t
Taxes! Taxes!! Taxes!!!
L snhl.,itglinecst ( ii;teniitt lit ipiS
cences t'Lt:1t hour ' It."i'Ce 1567. of~ iii
v'ite inlst~nlnrleut It~s ccolttil~llrl hic s a rc·
niii p::: el 411 us Ic pinis (d6ia i possible, Li
soil lhireaii, Li a Jiaison dxt ('ciii.
I1i intifrne fgai T iiien t cenli Clu cclx
(r(1iie4rine ftile lai Tax. de, la(Col veitioll
est &.x leiiicii t diue, et cll 'lle doit xt ic·
ci lltettCe avantt le I cx de aiai proclinin,
sous peiine tldiiiieiide.
J.AS. G. 11AYE4.
,S'I, iv el ('ollet(tClP.
Opelousas4 Avril~tix. 4:Itf
Dernier Appel.
Aux debitours de la Succession
du Dr. A. HIeliry.
L ES pcrsoiiiie., dull i -ieit a cette sac.
Cee'io ii ,out lreveliles clue ai lcurs
et~itrp i rte ciii I as 'irgies d hei an 20 ( i
I i(Ji, Htles -rrocl Jiltit i its la plo
cLliirlc si' ioln de li Ctttir de i)i~tiiict.
Par ordre des arorats d ( la successiwi
N. 4.IUA'IREViaUX.
A'hntin isiraicur.
Opelosnas 4 avrii 1868 4;3-:t.
JOSETPH i. MMOOLE ItIN .1. MacAN
7MOORE & MORGA-N,
A -vo catr t
OPELOITSAS. LNE..
0 \T fora( If soviet(,it~t, i~t csx·rcc·!olt lour
uli'v (llti'aitu, Lailavtct. Avovec! its et Pliiuiit
Cu epee. [ii Ailat I567-i:tft
John H. Overton,
AVOr'AT-.JUIIISCON'SLTE. a ripIris sxi pro
frssioini ct xcxrat-rit tiStl;l Ics (ours tle^tirt .
et S me. 1)l-t icitstijilji.&itit ii Otct Etat. Shtil Ii
rcin, eost l Ophlunras. rio! Belletv ue, p)its la .Wtii'ti
do Cour. [19.xiauv
John X. Taylor,
AVOCAT, OI'lx:IuusAS. Lne.
ERCER. dholls Iis Ctiiirs dui H:titijine
EIjisl'ijix .J'dit-isgii- Hilisi quoi daiis Iis Paroiss
huhm lait iii-iierc serax ilppIiqliut- a li eolileeiii (Ilt-s
rexlanhitiitis e: a In Ipirsuito dos I Hoiffos dli oil
von~llra hieln le charer (1 5.411s ;
Joats E KING. Elm. It I-s-i-iijx)
JOHN E. KING & ESTILETTE.
Avocaut, Opelousasi,
S'EIAN'r asNsoctie pour Is piratiqlio dii doit.
S"iti I iienpit-iilt de toloti ,iffairc qiii oIui seTs
ciiifiet daus St. Landry ci It t'lrs Prrsss Nvoisi
ililites. [Olii-Iousas, 24 Aoiit si17
Louis J. GARY. GABRIEL A. FOURtNET.
Gary & Fourijet,
Avocatf a Ft. Martinville, Lue.,
XERtCEIIONT 1-our Irofession dais h-s I'd
roiusss St. Martin, Ste. Marie. Lafayette it
V"eizuillon. [!&v. Iy
Hotel Saint Landry,
PAR OMEK I'OliE'l',
Rite di Is Cohr -is-ai--is tic IM iailsn It Cour.
J OINrE a Ci 1bit-i, -~sI li -iie it' ursiind ei
citniimiode. nui les chevaix sileout ellritu-llins
i iprt irx ivoddee.
fpeionsal~s :1 Nlovemhre 1366. 1 a
AVIS.
BiEAUCOUP de personnes de la Pa
roisse St. La ndrvy m'ay'ault eonie. des
trres, avant, pendant ,t :apes la gullerrl.
je ctoi r de il1,41devoir tl'i iVi nIllonrca cclleI
Ili poss'deilt les certificats d'entrCes
dnt ls nnmi'ros sliivent, en1:111 nlt du
Bureau des ''erres d'Olpelouss, 1l(-llpendant
la rbellion, qu'elles pcuwent assurer
lelrs titres a e't's terres, en1 R'adre.ssant it
noi, a Perry's Bridge. Paroisse Vernil
lon, et en paynlit a l'oliicier prlepos6 a
Weffet de reccvoir, 25 cents par acre.
II est a 11a contnllaissan~lce que les certiti
Cats dont lles numerd Sllivetln . existent
dansla Plroisse St. L'ldry, savo'ir': Nos.
99)03. 9009, 9'80, 10325, 10544, 8 .i3, I
10544, 10127, 1022(;I, 10126. 1 ;2ti2, 10341,
10342, 8437. 8180, 8437, 843;.
l'ons les l certiticats d'entrees an-desslus
du No. 8094 sent mlils. "c'st-a-dirl qtue le
No. 8094 mulllanllllt t1e ce], Iii(i1, est le
dernier reconuin valid. Les dtcelit(nurs
des declarations de pr1l mptions Nos.
1299, 1334, 1273, 1300, 1303, 1283, 1291,
1203, 12)2, sont darts la mell.m categoric
vt ne penvent obtenir leuls tortes que
sous l'acte dit luomestead, de l :;f.
F. FERAY,
I. C. et Assist. Register B. des T. C. E. U.
ponr la Piroisse VermilhIn.
N. B.-Je ne don.ne ici ii les nrioms i1,i
les locations dans ltinterCt de crux que
cela concerne, attelndu que ces ter: es Solt
actuellement snjertts ah aette V;ndues.
28 mars 1868. 42-2t
VENEZ ACHETER
i l'ancten empacement de G. Ikelhimer,
a Washington.
JE ven'.rni le fondI de marchandises qui
me restent en mnains, S mnilleur mar
c'e 1i4iol n 's jnlllis vendu dans cette Pa
ro.s-e. Mo stock connsiste en marchandi
'is 4eches, vrtements c,4 . f cti(on!his, chaus
sure, chapeaux, quincai lerie, faience, et
65,000 BRIQUES,
qui seront, vendues en quantil. au choix des
acquereurs.
a. JACOBS. agent.
Washington 14 Thars 1868. 1 m
SEL! SEL! SEL!!!
SACS entiers et en bon ordre, a vendre a
$3 25, par. SOL. LOEB.
441f Rue Main, Opelousas.
SEL! 8EL! SEL!!
SACS pleins et en bon ordre,,~ 83 25, 5
vendre par SOL. LOEB.
4ltf Rue Main, Opelousas.
Economie et industrie.
I vous vouh z plainte r du co ll, procu
, rez "'ouis in lclinee appelee t
IPlanter'' qli furin ra Its siili nos, y lais-cra
thilller ]i .raine et. recvcouviira oin tlel le
teimps, er lli tehrn tout cet mluvrage aiusi ra
pideuetint que I ch, vial narei-. et ne de
Inri;dainr qu'un lionltue et un cheval .our
fair( le tout
lProcur, z vius igainment 'e cl]bre C')rn
Planter, dint ,l ., t ciri ,tiime dii Cot'an
Pl/nter, et 'l:i a 1lt. a '?ge d 'criersr le
gros.'s mo lt "ur le Ii 'J-, et qui livre la
terro eituve-lt''ti-,uti pl've l ie ie ae che.
val ,u mulet croule l.it f:Ici:[eniiti f.Ce 1ir.
tier ctite it:iclhiite, ct ou gC:ui uil d ddouze
als lpeaUt col e duile le tlnut.
Aheiruz le ~:itj/uorl C(/lticatlor, avec le
qriel vlus puouviz Cuhivir dix arp',its pur
j. lr avec uun bIline et deux b, is chevir ox
,,u Ululcts Adr'e, st z v,,u- td. l anel,.n! ha
bitation dlu Dr.'.;iylor, p:es de Wa-hi og
tu:il ( I'ai-atcc) ill v,,us ve,,vz Ci. nll-tl.
lie., ti ipedatiuii et tcu vous pJurrez ei oh
tenir a des condlitio - j l', i ,ri 'i.s
JAM1;S POWElR:S.
St. Landry 11 avril 18S0 44--2t
RiEPA.VATiURI CAPILLI.
T. tr c p falus.sie, fl'i-llrl.. \, t lt'e Pcrruglu' :
I i' ver lmtodtt , fuullte.".; ; LtomIITe it vit' . lurtout,
EI'vt w- . m uie t ; t. "l' fir, t. llh tit l:ri :
, i z joun,.li-., ' iiit . ' ii Ix. v ',"1' tiilS. Vt-lI Z tols
\-o s r jonir l' n ,,ir le e ar,: atear si ,
Qul oUsi te llt u isCi('r a hidi l tie iillt atUgu'tt.
Reparateur Capilli,
Si'OUlt faire er,-itre s lievtex stir les
I tetes chanvlt (nr'inilorte a ,uinlle cause
on peut aitribuer lear clhtic,) ct firiattl la
cri.--ance A la .urflc- ; it n'a point degual.
11 ftura crilire la ba;rbse .r Ics iteintotit. les
lu.-s unis d ns l'eep ice d, 7 a huit setniai
Ties. Qiuelques f.roti'ieus ig-orants out as
sure qug'ii 'y aiunt l ien dus le imindl' qui
puisi- f lrCer la eroisst:,lc , de la harbe et
,It,, chlv"ax. Leu;r ti-erti-it e-t fttis-, et
arur,,l,,ds, columt;e it:.v' nt l!, p,',,nvetr t,
iuilliers de tiniiaiis vivaunts (s:ns comtlpter
les nionrts qui le dinrailt ant-si s ii . eailit
vivant.-) par leuir pr-opre e xperieice. da1is
que!ln'intl diia, cllumllnnt pulrlrnslru-ln re
contui:itre le vrai d'avtec In clntrr;fgin ?
(C lrt'uuinetntti. c est ..is z 1 flicile, vu qne lets
.,i-nf-dixieuI:e des pie lip r.,titlns diffrletites.
aflicees -ur li.- jornatux cotiilte remiplis
silt le rienlie etflt., pour la batrbe it Its
chevoux, lie sontt d'alilcune valeiour, et pro
blblenent chacun de vllos a deji depenst
di'etnortnls oll ulles inutilenreni, diius leur
achatt. :Niions voui recolnmik. ds done d'es.
sayer ie liup:,rateur (Ipil i; it notie vons
entiera rin ai muius quil ne retnplisse Ce
but pour lequel nr,.s Ic represetiouns. Si
vos parinriielelis n en onl . pas, envioyez tious
.$1, et iouus vous I'civerrons, poste payee,
avee le recu de votre argenti , liquel Olns
sera retiiurilu, sir votre applicat ion, si vous
t'etes p:i, stiiifalts.
Adressez: W. L. CLARK & Co.
Chini,trns
No. R, West-Ftayette St. Syracuse, N. Y.
3U mars 1867. la
C. .F. .HIUTTS & Co.
A AGENTS GEN:II..t pour leI anllllOnel's fits liH t
journluxI . Not. 8 et (1l. 8tate stree(t. Try,
New-York. [30I mars 1867.
Que les afflig;s ne
SOIFFIIENTI PL US
ITANI vot tns onvez tC re got' ti 1Ta
Iissag' de 1 E LIXii do D)OC 1E Ii
JI)NVILLE et ive ,cen d' f)rui. lc s
secs etnonant. q'i ilt ee pr|rii l r i't
ineunlparahl, utiedic:ant oft p,,r lis taibte-- ti
.'s ,ut d .l1 iite,'s !, -sitIl,.'s et n. ' v ,l .
lhs pruotrationis, hi perte d. s trees niuilnei -
laires, I'iiltp'tence in ,'imipuirti qiu lle in. ji
colns.erullecle on iildisrcti tio ui,lllllliies paLr I
Ii j.tun csse. e'est it I i le pill ir reparation e
'Il'on :it doconvert ji-'lpt'r prenilt.. Eile u
tt!srit les tiff.ctio),i nervous' , s, la depre., in
desi foire.s, I'excit;,ttint, I'incapaei. .e e ttludi
er Is nil'airus, in pirie de i0 mieii re, la
conlf:ision et la penlse ai -a proire de-tril,.
:in, ini-i que hes eraities qule Il',n u:rltt
SI'alieation d'; i esprit, &e Co .,'enied,
v,,ns tfra reciuvrir I'plpeti, rttnhlir:a lI
:rant de ceux (qiii 1'auraielt detruite p:r i
I'usnage dii prtiipimne.
JUiInes geins, ,ie Vntil, in. :s d'avrn
taie a 'i ipsitio', d,, 'Qilck ),CieTrs'" e
des practieien-N igZwirants; envwys'z ,an, de.
lai pour I'Ehx, zi fin . lue Voils p.i.,it z r,.
convrir i tl'. diatemrlltnt votre c.nte et v tre I
hien tire. UITo Tparfito guerion est ger.,-.
tie dar.s toites Ile.circon-tances Prix 81
Onil 'i0lnri 4 bhoutelleis adress es au mLill $
tie bo teille ei t -ufti-ante poiir aticr!lle-r
la c'ure dtns toils les ecls trdii'ires. Le
Doicrtir Joinrville possedu aisoi des ;.iiluls
specifi iues p'or la guerisitn protilte it
pernliaulanlte do la Goniorrhee, peritei seui i-.
tnles, reiitenitiions l!rttbrials la gravellte et
roultes eI aff.rc iois de la v.sie, iqui s'tffc e
tnent orditiaireument en cieq jutrs. Eils
sOot upr-parees avec d's extraits de vreg
taux (qli .oquit inffCensifs siur le ..yI-I tie or
ne produissent auce'te nau.ee, oiu i;lu vai' i
gout a I'estoimac. Aucun regime speccial
n'e-t necessaire quand on fait usage de ces
remxdes, ii leur action, iii leiir sage tie
peuvont en aucune maniier,, arreter vss
traveanr jurialiers. Prix $1 la buite.
L'un ou I autre de ces articles sera envoy
a n'importe qiiulle adresse, bien cichete, et I
poste payee, au regti di prix sus mentiunue.
Adres.sez vos ordres a
BERGER. SHUTTS & Cie, Chinlistes.
No. 2S5. River street, Troy, N. Y.
30 imars 1857-la Jul 27-7.
ASTROLOGIE.
Le Monde csf dionni anx Rvidlations 3Vys
Yerieuses fitites par la
GraLde A.tdologeue,
MADAME H. A. PERRIGO.
E LLE rrvble et decrle lea secrets qu'au-.
Sen mortel n'a j:lmais conins,; ctle
rEtablit le bonheur de ceux qui, par une
bhnmeur triite. ,ne catastrophe. des inttilhli
p '^ dl qu,, ,t. i ,':r~':t 1 :orli oC tdes per.
t ii.r d' ,.pti &. &c . , etriIn tilt e~poir
(,n u -. r de I1':i , !ir. IElle tfit reu
nit cux qi sit deptai honiirpi separdQ,
d,,onle de, inthrmatlitp cn,!et rll;,1t ,ie-, antis
oi des IieLi-'inll :bet:tr , tit rendre cio
rO inrer ,. ,,ropliert- p-rda., , o, v.,!es;
elie vl us iitr:,: d : vI e ion qui e v(us
etas phn aite a t r,-u;vre, et , no- i,,n llie
vou: li bietihdrz ,, i.:' ,e -,'ce ; ce e
lPs iairi''s et v's dit le jour qie vous
dev-z vi s r. :ir. l; i'e v rus d .ne le
,rIt, lia r'-ýe i,latci e, et iee li c::rttctd rise
p1,s i : sicrleriir ii per umne que vonus
ie·vtz er 2 itii er. Ile lit da:ris von penjc es,
et. p ,r si percep ti,, preiue surn,:turelle
delile les u otmi brrei 1,y ter,,s d, ',venitr.
D)eprui. Ii e.'uils qure noos voyrnns -ire
dans le firirtnr,.tm ---li e ie nlaftusanrte sur.
rit,i;rtit ttn predomlloi lttit dats lia ce,,figura
iinir-depuis I asp;ect et i) pusiltuun des pla.
ePries et le. etuiles i ii m ,brilce. de la voute
re!ete. ni, jiur de hIur i ,iiant.:ce, eie dd
rinit -ei e ,,, ',>in s, ,par ce uiiur en, sur la -
do-tee furir te t I hnrmt:,e. No inanlquez
pis de ci,,-rler la pls grande .4sfroilogue
du nmon10; ii ne vuus ell cuotera qu une
lbr;i.ttclie. et i! p luta lv ivenir que vius u'au.
ri z pau do sit3t citte oppi,Itunrit6 favorable.
Plix do cou,,tltahtion, ave he le portrait et
les irfoJriinaioins d irtees, 81. Ceux qui
rrsterlt loin peuvent conulter cette dame
par la po-te avec 'r:e parfaite securite e'
ilne Cedr re satiiiaf tiurn, Cuotlre s'ils ,
etairent en p, rsornie.
l eir carte explicite, ecrite en plein, avec
toutes les ,uFertitns demantldes, et avec les
rdpiu.-es, sera envoyte ainsi que le portrait,
par lai malle, au requ du prix ci haut men
tiorur. JLe plus itrict seerct sera uobervd,
et tolte c.rcrespoltdancec sera rctourrllee on
ditrnite. Les reterences veiant des plus
houril lieux sanru,,t fo,,uriies i cenx qui lea
de.ireront. Eerivez intelligillenient lejour
da mois et I'anute duns lesquels vo a.
q1,it., e, e cvvYarrt uue petite muehe de
cheveux. Adres, z:
Madame 11. A. PERRII GO.
P. O. Drawer 203, Buffalo. N. Y.
30 wars 1ý67-1a. Jul 27-7
C'Est Extraordinaire Mail
C EST Jf I !
|ADA 1E REMINGTON a la p!us
_I grande rdputation dn monde. Elle
ist, C lairrovyr te, Sonrnambuliste et Astro.
logue. Pendant qu'elle est sons l'irflnence
Clairvoyante, elle trace d'une nianiere in
comparable les forntes Ct les traits de la
per.ornne avec hlauelle vons devez vous
marier, et a I'aide d'un instrument d'une
puissance prodigieuse, counu par le nom de
Psychormotrope. elle garantit d'indiquer at
de produire tn tableau pnrfait de la vie fu
ture du niari on de la feimuie qui feront
cette application, avee la date du maririge,
I'occupatirn, les principnix traits des ca
ractres, &c., &c Ceci West point une im
poition; des temonigniages nonbreox pen.
vent le prouver. Eu dormant I'endroit de
Is lais.uarce, I'age, la disposition, la cou
leur des yeux et des cheveux, et remettant
e.inqull;nte sous et une eiveliippe avec votre
ad'e..--e, von-u reevr t vottie portrait, au re
tour de I nia ma, avec les ifiitrruatiions que
vi, dd-irez. Adlresset-vouis aveC conftialce
.a Mliie Gtrrrtde Reminrgton, P. U. Buitc
No 297, Wt.st Troy, New York
30 mars 1867 -lat. Ji1l27--7.
Libre Pour Tout le Monde.
STN i' granlde circuilire 6 pp. dorirnt
d.s i trict ions de la plus gratnde imt
pII, r:c. :ix j iunies g,..ns d's d xi .gi 'xe!.
.l! b'r apprensl comeiIit la biauti
lair .i.ult'i i .t plate i la laiilir, ciux que
" :. t. --ii e i s t cetix q· u e 1 on
jioiies .,oli li it l.' 7i n-l de d n,,I -<illls oie
doiveist p:ta tiiquier di i!v'oyer leur al I esýe
et its recivront par hi isulle, tpote piayee,
une coplie Alreles.'
P 0. 1Draiwer, `1, Trov, N. Y.
3 .1)1'Trs 1,67.--int. Augl3-8
LES MOUSTACIES
FAVORIS
iONT constrlilnts de croiire siir le fi
lgre- hI . plus units diins I'splace de 3
i . -i.e i-ins rs eni f is ,it r i:ager du l trTiaNi
ralt r Cailture dii )l'wtui SEVIGNE,
!;la phl iilgra e iie ehli rte qilt nilt eslore
ivt I'aite par I:i sciencle Ilodetrini, agi:sasilt
s'ir le ciir-c hrIvsve l ' silr I.i birlu d iile
iiwlatere pr, sique Iri;acilesie. Osn en a
fast uisage piruss I''lite de l:ia poiim ailitn de
Paris'ii et de Londres, ilveIc le plus grillnd
,sllir·as . ie uiOini di's acheteulrs serai en.
i r( ii tr( , 1e et si on ollitnt Ims une I~ Icile et
nslere s. 'i-faciition 5n r.liiloursera I'ir
ge ait. Prix par in nIl;rih', sachete ct isposte
payt'e, $1. Des de-critli.ns ude circulaTres
e ti IS lleultgngiags' eCtov lvies ralsit.
Adressez, BEIRGER, SIT'J"I'S & Cie.,
Chirnistes.
No. 2 5, River st. Trony, N. Y.--Souls
Agents pour lI's Elats. I'nis.
.:) mars 1537-1a jul 27-7.
Excelsior I Excelsior!!
L,'EIlermrinarcur des C'leceu. du Profes
seur CHASTELLAI, S, pour vous dcba.
rasser de vos cheveux superflus.
4 UX dames ptrtrcuhiersment ce dsepila.
L mohire se recmnlmltde comme etint
Uin des pyus indispensbhlbts articles a la
bheAuth f'.minine; it est facile dans son
application, et ne brfle ni injure la peau.
rnais agit directemeot sur la rae ne du
cuir chevelu. II e-t garsnti de de:truire les
cheveux superflus qii croi-sent stir le fr-nt,
oui sur quelqu'lutres parties du corps. les
exrirtpant cornpletement et radicalement.
hIiasant In penu tres uuie, douce et natu
relte. C'est le steil article de ce genre er,
usage chez les Frangais, et c'est :tilie.
ment le seul depilatoire, doit I'existence
sost etleclive. Prix" 73 cents par paquet.
envoy(i poste paysie, i n'importe quell,
adresse, aus rciu ide I'ordre par
BERGER, SHU'TTS & cie., Chitnistc
No. 2,_5, River ·stt,,,. Troy, N Y.
O0 mars 1 u ;7--l'i J-:t 27-7

xml | txt