OCR Interpretation


Echo de l'ouest. [volume] (Minneapolis, Minn.) 1883-1929, March 25, 1885, Image 4

Image and text provided by Minnesota Historical Society; Saint Paul, MN

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83045239/1885-03-25/ed-1/seq-4/

What is OCR?


Thumbnail for

I3n bruit de pas préoipités ve
nait de se faire entendre dans la
serre presque aussitôt, la porte
s'était ouverte aveo fracas et Yvon
ne, la vieille Bretonne qui servait
Haymonde. et l'aidait dans les
soins qu'elle prodiguait à M. Des
grangea, parut sur le seui), le visa
ge bouleversé, les cheveux en dé
sordre, le regard épouvanté.
Dès qu'elle eut aperçu Kaymon
de, elle courut à elle, agitant ees
mains, comme affolée.
—Mademoiselle mademoisel
le cria-t-elle, venez tout de suite!
M. Desgranges se meurt
XY11
"Raymonde s'était levée pâlis
sante et épouvantée.
—M. Desgranges mourant
balbutia-t-elle, est-ce possible
—Yenez venez insista la
vieille servante tenez, entendez
vous
On entendait, en effet, la voix du
vieillard qui appelait à lui.
Raymonde' se précipita vers la
serre, monta les degrés de l'esca
lier qui menait au pavillon et ar
riva en quelques secondes, dans la
chambre qu'occupait l'ex-caissier
de la Banque.
Laura et Yvonne la suivaient de
près.
Toutefois, chemin faisant elle
avait donné l'ordre d'envoyer cher
cher le médecin qui demeurait rue
Culture-Sainte-Catherine, c'est-à
dire a deux pas.
Et dès qu'elle eut pris ce soin,
elle marcha d'un pas rapide vers
le lit.
La crise avait perdu de son in
tensité le vieillard était relative
ment plus calme mais une trépi
dation nerveuse agitait encore de
temps en temps ses bras raidis, et
son regard inquiet et effaré s'atta
chait avec une fixité farouche à la
porte qui communiquait avec la
chambre de la bonne,
Raymonde voulut lui prendre la
main.
Cher père, c'est moi dit-elle
de sa voix la plus douce. .Raymon
de.... votre Raymonde que vous
aimez tant.
Le vieillard n'écoutait pas son
œil grand ouvert ne quittait plus
la porte. Il repoussa violemment
la jeune fille et étendit le bras, par
un geste terrifié.
—Là c'est par là qu'il a dispa
ru, dit-il d'une voix forte.
—Qui cela? demanda Raymonde.
—Le fantôme
—Yous l'avez-vu?
—Oui oui
—C'est peut-être un rêve, une
hallucination
—Ah tu ne me crois pas. Un
rêve, dis-tu mais je l'ai vu, là,
comme je te vois, le misérable
—Yous étiez lonc seul?
—Yvonne était allée dans ta
chambre, avant de se retirer, pour
te demander si tu n'avais pas be
soin de ses services... .J'étais seul,
j'allais m'assoupir, quand, par
cette porte, un homme est entré.
—Quel homme?
—Je ne le connais pas.
—Et que vous a-t-il fait?
Le vieillard eut un frisson, et
une lueur traversa son regard.
—Il s'est avancé à pas lents,
avec précaution, à travers la cham
bre, répondit-il d'une voix sacca
dée puis s'étant approché ei me
croyant endormi, il a tiré un flacon
de sa poche, et a versé quelques
dans ce verre.
—Celui-ci? interrogea Raymon
de, en prenant le verre, et le pas
sant à Laura qui alla le placer sur
la cheminée.
—Oui, celui-ci.... moi, j'étais
glacé, et comme fasciné, je voulais
appeler, et ma voix s'étranglait
dans ma gorge, mais à un suprême
effort que je tentai, il a disparu.
—Par cette porte?
Oui.. là là il faut qu'on
fouille le pavillon,le pavillon... éil
doit y être encore.. ah le miséra
ble. C'est lui! toujours lui il
craint que je ne revienne à la vie,
que je puisse enfin parler Ray
monde ma pauvre Raymonde...
ne me quitte pas.. tu vois bien que
j'ai peur Il faut l'atteindre... .le
livrer à la.. ..
Il n'en put dire davantage, et re
tomba inerte sur lé lit.
—Pauvre homme murmura
Laura fortement impressionnée.
C'est une hallucination.
—Qui saitA fit Raymonde.
Tu crois donc aux fantômes.
"Non mais le malheureux avait
toute sa raison, tout à l'heure.. .11
y a longtemps que je ne l'avais vu
ainsi d'ailleurs, on peut tou
jours vérifier..
Et inconsciemment, elle fit quel
ques pas dans la direction du che
min que Je fantôme avait dû pren
dre pour fuir.
Ce ne fut pas long.
Dans le premier moment, la re
cherche à laquelle elle se livra, ne
parut, il est vrai, devoir amener
aucun résultat. Mais dès qu'elle
eut pénétré dans la chambre de la
bonne, elle étouffa un cri de stu
peur et se baissa vivement vers le
parquet.
Il y avait là des empreinte tou
tes fraîches d'un pied d'hommes.
Le vieillard avait donc dit vrai.
Un malfaiteur s'était introduit dans
sa chambre, avec des intentions qui
ne pouvaient être que criminelles.
Au surplus, il était facile de s'en
assurer le verre était encore
sur la cheminée et l'analyse de son
contenu devait lever bientôt tous
les doutes. KJ'
(A continuer,)
POESIE,
COMMENT FUT FORMEE LA
NATION FRANÇAISE.
Dieu venait de tirer la terre du néant:
II se reposait, lus de ce travail géant,
Les anges l'entouraient, se voilant dans
[leur robe
Or, Dieu leur dit: "Prenez les îognures
[du globe,
Et de tous ees débris rassemblés par vos
[mains,
Faites des nations qui peuplent ces che
[mins."
L'un d'eux, au même instant trouve un
[sac de voyage,
Il y met du brouillard, des vapeurs, un
[nuage,
Un lingot d'or qu'il cache en un bloc de
[charben,
Une voile, une rame, un sabot d'étalon
Puis, avisant d'en haut une île de la terre,
Il y jette le tout et dit: "C'est l'Augle
[terre!"
Dans une peau de bouc presque pleine de
[vent,
Un autre met d'abord, pêle mêle, en rê
[vant,
Un évantail d'ivoire, un pépin de gre
[nade,
Les cornes d'un taureau, la robe d'un
[alcade,
Un soulier de satin, un manteau de ve
[lours
Une échelle de soie, escalier des amours
Puis quand l'outre est gonflé à se croire
[montagne,
Il la lance sur la terre en disant: "C'est
[l'Espagne!"
Un troisième alors prend un ma que
[d'arlequin,
Du marbre, des couleurs, des pinceaux,
[un burin,
Un poignard, une croix, un soupir de
[poète,
Des laves de volcan, un gosier de fau
vette,
Un œil de signera, plus agaçant que pur,
Un canon d'escopette, un coin de ciel
"[d'azur
Il en forme un faisceau qu'avee grand
[soin il iie,
Et, le laissant tomber, il dit: "C'est l'I
ftalie!"
Le Seigneur atiendait, alors un sétaphin
Prit un cœur de lion, un glaive d'acier
[fin,
Le soc d'une charrue, un aiguillon, un li
[vre.
Un rire que peut être une larme va sui
[vre,
Le baiser d'une femnjp, un rayon de so
[leil,
Une rose des cieux un grain de blé ver
[meil,
Les feuilles d'un laurier, un raisin de
[vendange,
Et la corde d'argent de la lyre d'un ange
Puis, attachant le tout avec une faveur,
Il s'inclina disant: "Bon et puissant
[Seigneur!
Je sais bien que mon œuvre, hélas! est
[incomplète
Je vous prie, à genoux, de la rendre par
[faite
Il ne faut qu'une chose un sourire
[de Dieu!"
Dieu sourit eon sourire éclaira le
[saint lieu
Le séraphin, ému de tant de bienveil
[lance
Ouvrit sa main féconde et dit: "Voilà
"la France!"
ACHILLE KIRWAN.
Surprise desagreable.
Joseph Zauber, demeurant au
No 429 Huitième rue, s'est tiré—
étant encore au lit—un coup de
pistolet dans la tempe droite. Sa
femme, qui dormait paisiblement
à son côté, a été éveillée en sursaut
par la détonation. Dès qu'elle
s'est rendu compte de ce qui venait
d'arriver, elle a couru appeler à
l'aide, et quand elle est revenue
avec des voisins, Zauber était mort.
Il lui avait été impossible de trou
ver de l'ouvrage depuis neuf mois,
et il avait fini par tomber malade
de découragement. Mme Zauber
dit que quoique son mari lui fit
l'effet d'avoir l'esprit dérangé de
puis quelque temps elle ne s'était
jamais doutée qu'il pensât au sui
cide et qu'elle a éprouvé la plus
grande surprise de sa vie.
Un enfant pendu par son pere.
On mande du Petit Sault, Ma
dawaeka, que Bénoni Thériault, de
la rivière Verte, a pendu sou en
fant âgé de 16 mois, dans l'après
midi de jeudi dernier.
Privé de la raison, Thériault
avait passé quelque temps à l'asile
des lunatique d'où il a été ren
voyé.
On ne le croyait pas dangereux.
Yoici quelques détails sur cette
horrible tragédie.
Le bébé était couché dani son
berceau. Sa mère partit pour la
grange, laissant son père et un pe
tit frère du bébé dans l'apartement.
Aussitôt sa femme partie, le père
tira de sa poche un corde de cuir
et l'attacha autour du cou de l'en
fant. Le petit garçon lui dit d'ar
rêter, qu'il étouffait le bébé, mais
le père n'en fit aucun cas et serra
plus fort. Le petit garçon courut
vers sa mère en lui criant que son
dère étranglait le bébé. Elle ac
courut à toutes jambes, et comme
elje ouvrait la porte son mari pre
nait le bout delà corde et tenait
l'enfant suspendu en l'air. D'un
bond elle saota de l'autre côté de
l'appartement, lui arracha son en
fant, mais il était déjà sans vie.
Thériault a été arrêté et logé
dans la prison du petit Sault.
Le coroner a tenu une enquête
et le verdict du juré déclare que
l'enfant a été étranglé par son père
pendant que celui-ci était sous
l'influence de la folie.—Le Moni
teur acadien.
Une femme qui mange son mari.
Un assassinat a été commis à
Lisbonne (Portugal), dans des cir
constances particulièrement atro
ces. Juan de les Santos, cordon
nier, et sa femme Jésusa de la
Conception, habitaient une pièce
retirée du palais du comte de Sour
za, Des discussions assez fréquen
tes s'élevaient entre les deux époux.
A la suite d'une de ces altercations
une lutte terrible a eu lieu entre
eux, dans laquelle le mari a suc
combé. Sa femme l'avait littéra
lement déchiqueté à coups de dents.
Le cadavre de los Santos était
affreusement mutilé. La figure
n'était qu'une large plaie par où
s'échappaient encore des filets de
sang: le nez avait disparu, comme
arraché violemment les yeux
avaient été tirés, avec effort aussi,
de leurs orbites. Ce spectacle
frappait d'horreur.
Jesusa a été mise en état d'ar
restation. Amenée devent le juge,
elle a fondu en larmes et déclaré
qu'elle déplorait la perte de son
mari. Mais elle est restée muette
sur les motifs de sa querelle. Cet
te malheureuse est âgée de qua
rante-deux ans. Sa physionomie
ne respire ni l'intelligence ni la
bonté. La longueur et l'acuité de
ses dents, qu'elle découvre fré
quemment dans la contraction des
muscles faciaux, qui prêtent un ca
ractère tout à fait bestial.
Les Canadiens de Manchester
N. H.
Ayant eu la bonne fortune de
séjourner quelque temps à Man
chester la semaine dernière, nous
ne pouvons taire le désir que nous
éprouvons de donner quelques dé
tails touchant son excellente popu
lation canadienne. On sait que
nos nationaux de Manchester for
ment l'un des centres canadiens
les plus importants les Etats de la
Nouvelle-Angleterre. Us ont deux
églises qui prennent place parmi
les plus beaux temples de la ville.
Leurs pasteurs déploient beaucoup
de zèle pour le bonheur spirituel
des paroissiens et ils sont forte
ment attachés aux affaires du pays.
Toutes les branches du commerce
sont habilement exploités par les
Canadiens. Pendant notre court
séjour en cette ville, nous avons eu
le plaisir de faire connaissance
avec M. A. G. Grenier, autrefois
de La Baie du Feb vre. Ce dis
tingué compatriote est propriétaire
de l'une des plus belles épiceries
de Manchester. Il emploie une
douzaine d'hommes à son magasin.
M. Grenier est franc, honnête et
laborieux il a su se créer en peu
de temps une position enviable.
Aux dernières élections municipa
les, il a été élu conseiller de ville.
M. Grenier est aussi président du
comité d'éclairage. Sans être pro
phète, nous prédisons un avenir
brillant à ce distingué compatriote
avant longtemps il sera membre
de la législature du New-Hamp
shire.
Decisions judiciairees concer
nant les journaux.
lo. Toute personne qui retire
un journal du bureau de poste,
qu'elle ait souscrit ou nom, que ce
journal soit adressé à soi? nom ou
à celui d'un autre est responsable
du paiement.
2o. Toute personne qui renvoit
un journal est tenue de payer tous
les arrérages qu'elle doit sur abon
nement nu autrement, l'éditeur
peut continuer à le lui envoyer jus
qu'à ce qu'elle ait payé. Dans ce
cas, l'abonné est tenu de donner en
outre le prix du paiement de l'abon
nement qu'il ait retiré ou non le
journal du bureau do poste.
3o. Tout abonné peut être pour
suivi pour abonnement dans le dis
trict où le journal se publie lors
même qu'il demeurerait à des cen
taines de lieues de cet endroit.
4o. Les tribunaux ont décidé que
le fait de reftiser de retirer un
journal du bureau de poste, ou
de changer de résidence et de lais
ser accumuler les numéros à l'an
cienne adresse, constitue une pré
somption et une preuve prima
facie d'intention de fraude.
GEO. HUHN & Co.,
PHARMACIENS,
Ont constamment en mains le
plus bel assortiment de
Parfumeries,
Articles de toilette,
PEINTURES, HUILES,
et remèdes patentés que l'on puis
se trouver à MINNEAPOLIS
123 Nicolet Avenue.
Geo. Huhn, reçistrateur
Nos compatriotes ayant. afiaire
au bureau d'ènségistrement (Deed
Office) peuvent s'adresrer a M.
Garon employé de ce bureau.
ECHO DE3 L'OUEST.
VENTE SUR PAIEMENT MENSUEL.
—AD—
GRAND MAGASIN
—DÉ—
Meubles
HEIL MCMILLAN,
31
-5 rue entre la Nicolet
& Hennepin Ave-
Minneapolis
o—
M. McMillan informe le public
qu'il a constamment en main un
assortiment complet de Meubles
Tapis, Garnitures de Chassis, Etc.
Yente faite sur paiement à la Se
maine et au Mois. Venez visiter
notre établissement, et vous infor
mer de nos prix avant d'aller ache
ter ailleurs vous y trouverez votre
bénéfice.
CHEMIN DE FER
Minneapolis & St-Louis
Et la Fameuse Ligne.
ALBERT LEA ROUTE.
St.Vince
[mrned J*
WllMEAP
SIN
Wlnou
[ttichland
ffartî&nd
cster_i
iLPERT LEA
roraft*
.KênseU
MIL W
edarFa
iPorte ctfii
«*W- OwUnn
^pSlI
Liberty
Côlumbus
Wlaterset
e o o o i
j&r j/t-MokuifflKiifcZr* V/o3/r
V? 6* AlpTftVirirURfPl i -Y 1- u
Alexai.idri
MQjU/no
dx\ £an\nbbat
•Quittai
^ï* St.Peter
«TIP
/4°'
DEUX TRAINS PAE JOUR
De St-Paul et Minneapolis, Directement
A CHICAGO
Sans changement, et correspondant avee
les Trains Ripide.* sur toutes
les lignes pour
L'EST ET LE SUD-EST
Ligne Directe, el la seule, faisant
le Service, sans change
ment de chars, entre
Minneapolis et
Des Moines, la..
PAR ALBERT LEA ET FORT DODGE.
JW SERVICE DIRECT
Entre
Minneapolis et St-Louis
et les Principales villes fie la Vall'e du
Mississippi, et correspondant, à la
Gate Centrale, avec le résolu
de tout le Sud et le
Sud-Ouest.
ON GAGNE PLUSIEURS HEURES
et cette Ligne est la seule ayant deux
trams par jour pour
Kansas Oity
Lavenworth et Atchison. Correspond avec
l'Union Pacific & Atchison et l'At
cliison, Topeka & Santa Fe.
^^Correspondant aussi de très près à
la Gare Centrale, avec tous les trains sur
les diverses lignes du réseau de St-Paul.
W150 Livres de Bagage sans frais
additionnels. Prix du Passage toujours
au plus bas chiffre 1 Pour horaires, Bil
lets de trajet complet etc., s'adresser à l'a
gent le plus proche, ou écrire à
S F. BOYD,
Agent Gén. des Billets et des Passagers.
MINENÀPOLIS, MINN.
LE JOURNAL
LES PETITES
ANNONCES,
ET LE GCJIDE DE L'EXPOSI-
TION,
PARAISSANT LE LUNDI DE CHAQUE
SEMAINE.
ABONNEMENT
Un an $2.50
350 Villeré Street, New Orleans,
(Louisiane).
The Minneapolis
Provision Company
PORK
and
Lta Cie cidessus a loué dernèire
ment le magnifique block neuf à
cinq étages, portant les numéros
juste en face la grocerie de
Z. Demeules & Cie,
pr s du nouveau UNION DÉPÔT
et du BRIDGE SQUARE, pour
en faire le plus grand marché à
viaude de la ville et de tout
l'Ouest.
Vous trouverez là en abondance
toutes les viandes fraîches des
meilleurs qualités
A des prix 25 pour cent
meilleur n arché que partout ail
leurs.
Pork
Boeuf
Mouton.
Côtelettes, graisse, saucisses de
toutes sortes Epaulles jambons,
etc, etc.
C'est le plus vaste entiepôt à
viande de l'Ouest.
Ne manquez pas de visiter cet
établissement, vous aurez à souhait
et à votre goût. On coupe et dé
coupe tous les morceaux que vous
voulez.
N'oubliez pas que les prix sont
bien audessous que dans tous les
autres marchés à viande de la ville.
Charles Henry,
MARCHAND DE FER
107
C'EjYTR
IL AVENUE,
MINNEAPOLIS, EAST DIVISION
Fabrique toute espèce d'articles en
Cuivre, en Fer-blanc, en Tôle, &c.
Fait une spécialité de la pose et du rac
commodage des Pompes et des Tuyaux de
Puits et de Citernes.
A constamment en mains des
Poeles au Bois et au Charbon
POUR LA
Cuisine et le Chauffage,
et échange les poêles neufs contre les
vieux.
On trouvera aussi à ce magasin tout ce
nui est nécessaire pour la construction des
maisons, comme clous, serrures, etc., etc.
M. U enry garde constamment poui
louage, des CRICS,
M. i. A. PAGE.
Commis-Canadien.
est à l'emploi de M. Henry, et invite
les canadiens à aller le voir, certain qu'il
est de leur donner satisfaction.
Ne manquez pas d'aller à ce mag&sin
qui vend à des nix qui défient toutecon
cuirence.
JESSY J.JONES.
Marchand ci© tools.
OFFICE
COiN DE Ut 10e RUE ET DE
WASHINGTON AVENUE NORD
Nos compatriotes qui auraient
besoin de bois de construction
trouveront des avantages exception
nels en s'adressant pour cet objet
à M. Jessy J. Jones,
Son immense cour de bois est
constamment pourvue de tous les
bois de construction des meilleurs
qualités ses prix sont excessive
ment modérés et ses conditions de
vente des plus avantageuses.
Office, coin de la 10e rue et de
l'Avenue Washington, Nord.
Crackers! Crackers!
Patisseries et candies.
H.F.LILLIBRIDGE.
La plus grande manufacture de crakera
et patisserie dè la ville.
'Aussi un département consacré au
commerce des noix (nuts.)
Tous les avantages possibles offerts aux
acheteurs.
13,15,17 & 19 THIRD ST. SOUTH.
Mj2Hiea.Tpo.Us, Minn.
Commerce de gros.
ARTIC CRACKER
Nicolet Island.
Cette compagnie attire spécialement
l'attention des marchands détailleurs de
la ville et de la campagne sur les produits
de leur établissement, qu'elle garantis
et met sur le marché aux prix les plus
avantageux.
Epices generales.
Poivres.
Clou de Girofle.
Muscade
Cannelle etc tl
Garantie pure et dégagée de tout ingré
dient malfaisant.
En boite d'une 1 1b— à 3.G0 la doz.
(Chaque boite contient une riche cuil
lère à thé en argent.)
Lemôn etc etc etc.
STRICTEMENT GARANTIES.
Préparées au Laboratoire de
l'Arcti 3 Cracker & Spice Co.
Le célèbre Dr Dunlap's Anchor
Bitters.
Pour la dyspepsie, maladie du
foie indigestion et stimulant, etc
etc.—$6.50 la doz.
Seul jDroiprietair©:
L'Artic Manufacturing Co.
NICOLET ISLAND.
MINNEAPOLIS.
LARUE & POWERS.
Peintres.
Contracte pour tous les ouvrage» en
peinture et tapisserie.
Peintures à Fresques Fresco Painting.
Pose la tapisserie Paper Hanging.
Peinture de maison à l'intérieur at à
l'extérieur.
Enseignes, etc. etc.
Tous ouvrages du genre exécutés avec
art et à conditions avantageuses.
[Entrée—par l'allée.]
415 Nicolet Avenue. 415
1846.
STENTS.
Munn à Co. have
Le Chemin de Fer
CHICAGO.
MILWAUKEE
&ST PAUL
Esr LA
LIGNE DIRECTE
DE
St. Paul et Minneapolis,
Par La Crosse et Milwaukee, pour
I A O
Et tous les Points des Etats de
l'Est et du Canada.
C'est la seule ligne sous une seule ad
ministration entre 8t. Paul et Chicago, et
c'est le chemin de fer le mieux équipé de
tout le Nord-Ouest. C'est la seule ligrn
ayant des chars-dortoirs de Pullman
ainsi que des chars-palais comme fumoisij
et qui passe par la fameuse route du bord
du fleuve, route qui longe les rives du lac
Pépin et du superbe Mississippi, sur une
grande distance-avant d'atteindre Mil
waukee et.Chicago. Ses trains corres
pondent avec ceux des lignes du nord, à
la Grande Gare Centrale, à 8t. Paul. Pas
de changements de chars d'aucune classe,
entre St. Paul et Chifcago. Cette compagnie
tient maintenant les pins beaux chars-res
taurants du monde, pour le service entre St
Paul et Chicago. Pour billets de paasage
complet, pour horaires et autres inform
tions,s'adresser à aucun agent de billets,
coupons du Nord-Ouest.
S 8.
MSKBILII,
A. V. CARPENTER,
Directeur Gén'l. Agt Gén'l des Pasa
T. CLARK, GEO. H. HKAFFORD,
J.Surin't. Gén'l. Asst Àgt.Gén. des Pass.
Milwaukee, Wis:
W. H. DIXON, Agent Gén'l des P« ga
gera pour le Nord-Ouest, St. Paul
Mitmegota.
Le Chemin de Fer
ST.PAUL, MINNEAPOLIS
MAI'Htcj
AVEC SES
1,400 Villes de Chemin
est la seule ligne traversant lâ
DANS LE
Minnesota
et atteignant les points principaux
DANS LA
MIE:
o-:
U MN MUG
DANS LE
Nord du Minnesota,
LE
NORD DU DAKOTA,
ET LES
DISTRICTS DU LAC DU OIABL
ET DE LA
MONTAGNE
a la
9,000,000
TOURTE
qui comprennent plug de
D'acres
DE
Terres du Gouvernement.
Le Département des Terres du Chemin
de Fer St. Paul, Minneapolis & Manitoba
a charge exclusive des terres de la com
pagnie dans le Minnesota, et toutes cor
respondances touchant l'achat de terres,
les termes, la description ou le prix d'au
cun terrain en particulier, djit être adres
sée à ce Département.
Cartes et pamphlets donnant li. descrip
tion de toutes ces contrées, les prix des
passages pour les coions, etc., envoyés
gratis, sur demande, par
JAS B. POWER,
Com. des Terres et d'immigratiji.
H. WARREN,
Agent Gén. des Passagers,
Chemin de Fer, ïSt-P., M. & M.,
St-Paul. Minn
ROYAL ROUTE.'
CH'CAGO
La Ligne Royal
DANS LES
CHARS PALAIS
PULLMAN.
LA CITE DE MEXICO, LOS ANG
LES ET SAN FRANCISCO.
VIA
CHICAGO,
ST. PAUL,
MINNEAPOLIS
& OMAHA
ET
Agent General des passages,
St. Paul, Minn
CHEMINS DE FER
CHICAGO,
SAINT PAUL,
MINNEAPOLIS
& OMAHA
ET
La Ligne la plus Courte
POUR
CHICAGO ET POUR L'EST
AINSI QUE FOUK
Omaha, Kansas City
ET LE
SUD-OU3ST
La seule ligne allant à Chicago
qai ait des chars-restaurants- sur
tous ses trains.
J. CHARBONNEAU, Ajrent dés Billets,
No. 13, bloc de l'Hôtel Nic. llet, Minnëa
polis.
C. H. PETSCH, Agent des Billet*, 159
Est 3me Rue, St. Paul.
Vous pourrez ausi vous pr curer de»
billets, en les demandant pour la Royal
Reuie, aux gares centrales (Union l)epot)s
de Minneapolis et St. Paul.
T. W. TEASDALE,
Agent Gtén. des Bihets, St. Paul.
F. B. CLARK,
Directeur Général du Transport.
GEO. W. CHOWEN & CO.
Notaire Public
ET
Agent pour recherches de titre de
propriété, dans le comté
d'Hennepin.
tient son Bureau
ïTo S Johnson's JBloblc..
EN FACE
XTioolet XXotQl.
Titres fournis court délai

INTERMEDIAIRF DU COM
MERCE FRANCO-AME
R1CA1N,
BEEF
PACKERS
24&26 South First Street
JACK-SCREWS-
& SPICE Co.
Silver Spoone
Baking Powder.
TOUTES LES ESSENCES
Flavoring Extracts.
Vanilla.
The most popular Weekly news
paper devoted to scienee, mechanics, en
gineering, discoveries, inventions and patents
ever published. Every number illustrated with
splendid engravings. This publication, furnishes
a most valuable encyclopedia of information which
no person should be without. The popularity of
the SCIENTIFIC AMERICAN is such that its cir
culation nenrly equals that of all other papers of
its class combined. Price, $3.20 a year. Discount
to Clubs. JSo'd bv all rewsdeaiers. MUNN & CO.,
PuKishers, Ko. 361 Broadway, N. Y.
also had Thirty
Seven Years'
practice before
the Patent Office, and have prepared
more than One Hundred Thous
and applications for patents the
United States and foreign countries.
Caveats, Trade-Marks, Copyrights,
Assignments, and all other papers for
ing to inventors their rights in the
id States, Canada, England, France,
any and other foreign countries, pre
at Bhort notice and on reasonable
terms,
jrmation as to obtaining patents cheer
given without charge. Hand-books of
"nation sent free. Patents obtained
through Munn & Co. are noticcdin the Sciontiiic
American free. The advantage of such notice is
well understood by all persons
who wish to dispose
°f ^ddresl® MUNN & CO., Office SCŒOTmO
AMERICAN, 361 Broadway» New York.
REGION DU PARC,
PREMIERE SERIE D'EZCÏÏRSIONS
ATCHISON, TOPEKA
AND
SiNTA FE KAIL WAY S.
W TEASDALE.
Chicago & Northwestern.

xml | txt