OCR Interpretation


Echo de l'ouest. [volume] (Minneapolis, Minn.) 1883-1929, June 10, 1885, Image 1

Image and text provided by Minnesota Historical Society; Saint Paul, MN

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83045239/1885-06-10/ed-1/seq-1/

What is OCR?


Thumbnail for

-i
M'-'r*
ry
sV,
l*
VOLUME III.
ECHO DE L'OUEST
Journal Hebdomadaire.
ABONNEMENT
Pour un An.. ....:.. .$1.50
Six Mois... .....:.. .. .75
Trois Mois 50
PAYABLE D'AVANCE.
n
No. 105 Central Avenue, E.R,
Minneapolis, Minnesota. Propriotairos
MARCHAND OE
poêles, Meubles, tapis, toile-cirée pour meubles, et en général tous
les artciles qui entrent dans l'ameublement d'une maison.
On trouvera toujours à cette maison de commerce le plus beau
choix de meubles possible. L'assortiment est des plus considérable»
et des plus variés.
La marchaidisa est de qualité Supérieure,
Les prix defient toute competition.
M. Scripture s'est assuré les services d'un commis canadien, notre
sympathique compatriote M. Frank Thibeault, dont l'expé
rieuce en aff aire et l'urbanité assnreut d'avance, a la pratique de lan
gue française, toute garantie de satisfaction pour le choix et le prix de
la marchandise.
BÈT"Une visite à ce populaire magasin de meubles vous convain
crera de ces faits.*"©8
fera toutes les réparations qu'on voudra bien lui confier.
^©"N'oubliez point d'aller faire visite, au magasin numéro.
SOS ïïerineTDin Avenue,
Minneapolis. Minn.
Bardwell, Robinson 1 Co.
MANUFACTURIERS DE
Portes, Chassis, Persiennes,
et tous autres ouvrages de moulin,
Aux prix les plus bas.
Manufacture et magasin de depot.
2e rue et 24e Avenue Nord,
Magasin
IDE
CHAUSSURES A l'ENSEIGrNE DE LA
GROSSE BOTTE ROUGE,
llo Henne-Din Avenue.
Le Magasin de la Botte Rouge, s'est, par l'importance et la vari
été de son stock, conquis une vaste clientèle il possède un assortiment
aussi complet, aussi varié que possible de ChdUSSUreS de tout
genre, très élégantes et bein formées, fabriquées avec le plus grand
«oin à son Magasin et faites sur commande.
Demeules & Laramee
No 23 BRIDGE SQUARE.
W.
Levi Glgault, commis canadien est employé dans cette
Raison.
C. LEBER.
BIJOUTIER & HORLOUIEK.
No. 208 Hennepin Avenue,
Annonce au public qu'il a cons
tamment en mains
MONTRE HORLOGES
ET
BIJOUX
Du plus bel assortiment tel que montres en or et en argent, chaînes
de montre, bracelets, loquets, sets de boutons pour chemise, épinglettes
pour dames et Messieurs, lunettes, lorgnons, pour
tous
les goûts, et
ivciKnsrjEA.i=orJifc3.
-ooooo-
Lea Canadiens Français sont priés de patroner cet établisse
ment.
Aux Canadiens ds Minnsapolis et des Enyirons
1 ,:
E.
Alraanach d'adresses
DE NOS COMPATRIOTES ENGA
GES DANS LES AFFAIRES
A MINNEAPOLIS.
G. E. Matile.
avocat 34 Washington Avenue South.
J. B. Bottiueau.
avocat Pence Opera Block Minneapolis.
T. L. Laliberté.
Médecin et Chirurgien, Corner Central
Ave et 2e rue. Téléphene 162—2
Dr P. Marchand.
No 10—3e rue, Oued (Bridge Square)
St Paul.
J. B. LeRoy.
Médecin Chirurgien No 400 Cedar Ave.
en face de la Banque Scandinave.
M. J. B. (Le) Roy.
Violoniste No. 400 coin de la 4e rue et
Cedar Avenue.
Louis Laraméë
Marchand de Sellerie. 304 Nicolet Ave.
Demeules & Cie.
Caron Bros.
Epiciers, 738, Adams Street, N. E.
Charles Marchesseault
Forgeron Machiniste. Nicolet Island
Power bu'ldinys.
Alphonse Leblanc.
Plymouth Clothing House, 14 Washing
ton Ave. N.
T. F. Rivières.
Pharmacien 105 Central Avenue. E. D.
O. Lanctot.
Commis Marchandise Sèche.
213 Nicolet Avenue
A. Lacroix.
Commis Marchandises Sèches.
213—215 Nicolet avenue
Louis Desrosiers.
Commis Clothing Store. 2i'0 Hennepin av.
Theophile Davis.
Sellier 3i4 Nicolet Avenue.
Raymond Bernard.
Épicier 5 Main Street. S. E.
F. Trepanier.
Entrepreneur 423 Nicolet Avenue.
J. A. Pagé,
Commi8 107 Central Avenue.
Commis, Clothing Store 204 Nicolet Ave
Paul Roy.
Commis, marchandise eeche.
247 Nicolet Avenue.
Peintre 1207—3e rue N. E.
Joseph Faubert.
Barbier, bains à l'eau chaude «t à l'eau
froide 119 Nicolet Avenue.
Peter Houle.
Maison de pension & voiture de louage
59 Main Si. S. E.
L. Tuscany.
Salon 10—Ire rue Nord.
Chs. Blanchette.
Maçon et Tailleur de pierre
1153—IL St, 12 Ave. N.
Olivier Boisclair.
Constable 47—10 Ave. N. E.
Geo. Frenet.
Const ble 622—5 Street Nord.
L. A. Hénault.
F. Beaudoin.
Selliei 304 Nicolet Ave.
Frank Lanctôt.
Boucher 745 Adams Street.. N Ç.
Joseph Marcoux.
Commis Shoe Store 209 Nieolel Ave,
E. Thiboduau.
Comin s Clothing Store
204 Nicolet Avenue.
Labrèche & frère.
Forgeron 1314—2e rue N. Minneapolis
John Larue.
Peintre 2933—32 Avenue Sud.
Marcel Guimond.
Constable 1314 4 Street Nord
Raymond Lussier.
meuufier charpentier 247—13 Ave Sud
X. Larose.
Entrepreneur 622—5e rue N. E.
Achiles Bourget.
303 Plymouth Avenue Norû
Commis Magain de Chaussures.
M. ïïealy.
Singer Sewing Machine office
25 South—4 Stret
Octave Duperré.
House mover] 911—12e Avenue, ^Nord
Félix Biais.
Commis 1301 Washington Avenue N.
Rose E. Saucier.
Commis, Segelbaiim Bros. Niçois Ave.
Coin de la 3e rue.
Nazaire Pariseault.
Maçon, Entrepreneur, 616—3e Ave N. E.
Edmon i Beaupré.
Commis
Marchand de thé, café, épicerie, etc.
Market Hail.
Pierre Jasmin.
Mécanicien Forgeron, No 1809—2 St. N,
Leandre Taillefer.
Entrepreneurdebâtisses,924--8trN.
vÈmààâiâ
MERCREDI*») JUIN,
ÇsWSîl
^®asi5!4ï©ip3
fiî^Xl
«J s*
IfSSfeSIIt- y
FAIS CE QUE DOIS, ADVIENNE QUE POURRA^
R. DUFRESiri,
Paul.
ASSOCIATION CANADIENNE FRAN.
CAISE
(Patron St Jean Baptiste) de Minnea
polis.
•Président G. A. Scheffer No. 27—1er
rue, Sud.
Secrétaire L. Desrosiers, N,o.20i» Hen
nepin Avenue.
CONFERENCE ST. VINCENT DE
PAUL,PAROISSE STE CLOTILDE.
Président Revd père R. O. Nougaret,
No. 727—lie Avenue, Nbid, Minneapolis.
UNION ST JOSEPH DE MINNEA
POLIS.
Président M. A. Plas e, No. 122 Cen
tral Avenue.
Secrétaire A.' Davignon, No. 105 Cen
tral Avenue.
CERCLE LITTERAIRE DE Lui JEU
NESSE CANADIENNE FRAN
ÇAISE DE MINNEAPOLIS.
Président' J. Marcoux, No. 209 Nico!.
let Avenue.
Secrétaire A. J. Vinet, No, 119 Nicol
let Avenue.
UNION FRANÇAISE ST PAUL.
Président
T. O. Dufresne, No. 92--
1 te rue, Est.
Secrétaire Alphonse
597 rue Fairview.
St-Pierre, No.
SOCIETE DE CONSTRUCTION LAFA
YETTE-St Paul.
Président T. O. Dufresne, No. 92—
lie rue. Est. i
IfjcuiUetan.
LA FILLE
DES CAMELOTS
(SUITE.)
Il
y avait une femme, chez le
juge une femme qui, selon toute
vraisemblance, allait assister & son
interogatoire.
Pourquoi cela ?....
Il y avait eu jusqu'alors peu de.
femmes dans son existence. Lam
bert avait des mœurs, et, en tout
cas, ses amours ne lui avaient lais
sé aucun remords.
Il fallait voir il attendit.
M. Ménager avait levé les yeux
sur lui, et 1 examinait.
—Vous vous nommez Lambert
dit-il après un instant.
—Oui, monsieur le juga, répon
lit Lambert Jean-François Al
phonse.
—Ou vous a cherché à vos diffé
rents domiciles, et on ne vous y a
pas trouvé où avez-vous couché
ces derniers jours
Lambert sourit modestement
—Oh vous savez, monsieur le
juge, répondit-il, on couche où on
peut il y a des hauts et des bas
le plus souvent je loge à la semai
ne, mais quelques fois aussi, à la
nui4, quand le travail ne donne
s. v- i
—Quel est votre état
—Pour dire la vérité, on fait un
peu de tout mais il n'y a pas de
sots métierSj et pourvu que l'on
reste honnête.
—Soit dit M. Ménager ce
n'est pas de cela qu'il s'agit.
-Et de quoi donc, monsieur le
juge dit curieusement Lambert
Je vais vous le dira i/ais au
para vaut, comme je n'entends pa*
vous surprendre, vous saurez qu'il
y a là, à ce bureau, derrière moi,
une personne qui est chargée de
recueillir toutes vos paroles,, et qui
enregistrera toutes les réponses
que vous allez faire
tout ce qu'il voudra.
Puis s'inclinant, il ajouta
—La vérité monsieur le juge.
Rien que la vérité.
—C'est bien, dit M. Ménager.
11 y eut un court silence, au bout ment,
duquel il reprit
—Vous étiez bien, l'année
soir, pour
avril, à huit heures du
rse rendre à Bordeaux
Lambert était loin de s'attendra
à la question et il la reçut
démonté.
Mais c'était une nature robuste,
et presque instantanément il re
prit possession de lui-même.
—Le 20 avril tram de Bor
deaux, att»ndez-donc, monsieur le
juge, répondit-il en se raidissant,
imtmtim
Redaoteur
'U
-ft i
Adresse des officiers des sociétés pris le train qu'à Orléans..Môme au moment où vous allez prendre
nationales ^canadiennes fran- que j'étais en comDaenie de deux le train de Paris.
nationales canadiennes fran
oaises de Minneapolis et 8t.
que j'étais en compagnie de
camarades.
—Caminade et la Cagnotte
V/OUAAUOUC? JLCrn VO^UV/IIVO gUUliQ l/Ui UIV VVAUi
Il avait deviné.
La femme voilée, qui était là,
c'était la Cagnotte
On allait donc causer encore une
fois de l'ast- a usinât de l'infortuné
Beauchamp
ce qu'il éi mvait, il ?e sentit désa
gréablement pincé.
Mais M. Ménager reprenait l'in
terrogàti i e.... Il fallait s'obser
ver.
XI
—Vous n'avez pas, je l'espère,
oublié les divers incidents de la
nuit du 20 avril, dit-il, et vous de
vez vous rappeler notamment
qu'un jeune homme a passé une
partie du voyage dans votre com
partim -nt, bien qu'il fut porteur
d'un billet de première
—Oui, monsieur le juge, répon
dit Lambert, je me rappelle cela.
—Connaissiez-vous ce jeune
homme?,
—Non, monsieur.
—Cependant, ou prétend que
vo~"8 auriez échangé quelques mots
avec lui..
Ca, c'est bien rossible, je ne
dis pas non en voyage on cause,
on rigole.. histoire de tuer le
temps.
—Enfin, voue ne le connaissez
Pas
—Je ne l'avais jamais tant vu..
Et puis, c'était la nuit., il faisait
noir..
—C'est bien.. continuons.. Vous
vous rendiez à Bordeaux, où vous
deviez prendre le paquebot, pour
gagner le Brésil
—J'avais un engagement, mon
sieur le juge.
—Oui, vous l'avez montré au
commissaire qui vous a interrogé,
au lendemain du crime aux ter
mes de cet engagement, votre vo
yage était'payé d'avance, et vous
voyagiez aux frais de l'entreprise.
—C'est bien le moins.
—Sans doute.... mais il est prou
vé que vous n'êtes pas parti, com
me vous vous y étiez engagé.
-Ca, c'est vrai, monsieur le ju
ge, il y a eu un retard.
—Vous n'êtes pas parti, conti
nua M. Ménager et cependant, le
jour du dép.irjb du paquebot, un
homme se présentait à bord, avec
votre engagement, sous votre nom,
et allait prendre la place que vous
leviez occuper,—pourquoi cette
substitution?
—Mon Dieu, monsieur le juge,
répondit Lambert, est une faute
c'est une faute, certainement, et
j'ai eu tort mais on a le cœur sen
sible, n'est-ce pas, et j'avais ren
contré à Bordeaux, un pauvre dia
ble de cabotin qui était misérable
ce n'est rien do le dire... Alors,
moi, ça m'a fendu j'ai eu pitié 1 il
voulait aller chercher fortune en
Amérique et, ma foi, je lui ai cédé
mon billet et mon engagement.
—Mais vous êtes resté à Bor
deaux.
Oui, monsieur le juge.
—Et pourquoi n'avez vous pas
avoué cette bonne action au com
missaire
—J'ai eu peur d'être mal com
pris.
—Comment appelez-vous le ca
marade qui a pris votre place.
—Talpin,—au théâtre, Florville.
—Est-il toujours en Amérique?
Ce n'est pas probable.
—Vous n'avez pas eu de ses nou
velles?
—Je n'en ai pas demandé.
Nous nous occuperons de ce
détail, et nous vérifierons la sincé
rité de votre déposition. Nou^
avons sollicité des renseignements
nouveaux à la Compagnie des pa
Lambert fit un geste équivoque
qui signifiait
"Je connais ça... .Ca m'est bien
égal... .et le petit vieux que vous
avez fourré là peut enregistrer quebots du Brésil, et nous savons
aujourd'hui que le passager, qui
s'était présenté à bord sous votre
dora,
n'a fait qu'une partie du vo
yage, et que l'on a constaté sa dis
parition au moment du déparque-
Nos avons son signalement
nous établirons facilement son
—, der- identité,et la justice aura un comp
nière, di -il, dans le train qui avait te sévère vous à demander si vous
quitté la gare d'Orléans, le 20 avez cherché à l'égarer.
égarer
—Cependant... balbutia Lam
bert un peu interdit de ce qu'il ap
prenait.
a ta qutjBuou eu mu Je reprends, poursuivit M. Mé- c——- -a- ».
comme un coup droit en pleine nager. Ainsi, au lieu de continuer pas longtemps sans qu il y ait une
poitrine. Un peu plus, et il était votre voyage, au mépris de l'enga- comtesse de 1
resles.
gement que vous aviez signé, vous
restez à Bordeaux où vous vous ca
ouez.
—Oh monsieur le juge.
—Vous vous cachez si bien, que
icpuuui»-» ©st par hasard, que huit ou quin
tout en ayant l'air de rappeler ses ze jours plus tard, vous êtes ren
souvenirs.... Mais oui..
c'est bien contré, la nuit, par deux de vos ca- Lambert
cela...,Seulement, moi, je n'ai
t'est oar hasard, oue huit ou quin- —Conduisez cet
u
Sans qu'il se rendit compte de resté à Bordeaux, si je suis parti
"4*1:
'tyf*,,
'r
^r- 'Ls
le train de Paris
—Ah c'est Caminade et la Ca
gnotte qui ont dit cela?
—Précisément, monsieur le juge. Qa'import? de qui nous tenon*
Et il allait poursuivre quand la ce détail, interrompit sévèrement
parole s'arrêta sur ses lèvres.
«4.^
13x—An"
M. Ménager. Répondez sans am
bage, est-ce vrai?
—Eh sans doute, c'est vrai.
—Vous l'avouez 1
—Parbleu pourquoi le cache
rais-je il n'est pas défendu d'être
jeune, n'est-ce pas et si je suis
pour Paris, c'est que ... je vais
vous dire... ily a une femme dans
l'affaire.
—Quelle femme
—Ah 1 ça, monsieur le juge...
vous con.» prenez, on est discret...
et aurais la tête sur le billot, que'
l'on ne me forcerait pas à parler.
'-On ne vous demande rien de
semblable.
—Je le pensais bien.
—Alors c'est tout ce que vous
avez à dire sur affaire d'Angoulê
me vous n'avez aucun indice à me
signaler et depuis, aucun fait nou
veau n'est venu à votre connais­
sance
qui soit de nature à éclairer
la justice?
—Non, monsieur le juga.
M. Ménager enveloppa Lambert
d'un regard d'une vive intensité
et un moment, un pli sombre se
creusa sur son front.... Mais et
fut rapide comme l'éclair, et aussi
tôt, il recouvra sa bienveillance se
reine.
Il se tourna avec un geste cour
tois vers la Cagnotte.
—Vous f.vez entendu, mademoi
selle, reprit-il alors, et vous voyez
que la déposition de cet homme
est en tous points conforme à la
vôtre. Avez-vous cependant quel
que objection à présenter
—Aucune, monsieur le juge.
—Vous n'avez rien à ajouter non
plus
—Tout au moins est-ce fort peu
de chose.
—Rien n'est indifférent en pa
reille matière, mademoiselle, et
c'est dans l'intérêt de la vérité que
je vous invite à parler en toute as
surance.
La Cagnotte avait levé son voile
une certaine résolution se lisait
maintenant dans son regard.
—Ainsi que je viens de le dire,
répondit-elle, je n'ai rien à ajouter
aux réponses que je vous ai faites:
Vous savez ce que Caminade et
moi nous avons fait à Bordeaux, et
Lambert a complété ma déposition
par l'explication de son mystérieux
retour à Paria. Tout ceci est donc
fort clair maintenant, et il ne reste
plus qu'ua point obscur sur lequel
je voudrais interroger mon ancien
compagnon de voyage.
Lequel V fit M. Ménager.
Lambert réprima un geste d'im
patience.
—Ne vous gênez pas allez-y
dit-il d'un ton légèrement railleur
et puisque le bureau est ouvert..
—Eh bien poursuivit la Ca
gnotte, n'y a-t-il pas d'indiscrétion
k demander à Lambert ce qu'i^est
allé faire, il y a quelques jours, au
château de Pratmeur
Lambert tressaillit.
C'était là encore un de ces coups
Iroits qu'il n'aimait pas. *11 lança
un mauvais regard à la jeune fem
me.
—Au château de Pratmeur ré
pliqua-t il en effet, je m'y trou
vais....
—En compagnie de M. le comte
de Presles
—Mais
—Répondez, dit M. Ménager,
qui ne perdait rien de ce qui se
passait.
—Eh c'est vrai répondit Lam
bert, il n'y a pas de mal à ça, je
suppose.
—Vous connaissez donc le corn
ce de Presle
—C'est bien simple, monsieur le
:omi e est depuis peu à Paris i
uonte sa maison, et l'on m'a fait
dos propositions pour entrer à son
service. Ma foi 1 faut pas itre fier
juand on meurt de faim, et il y a
longtemps que j'en avais assez de
crever la misère on dit que le
comte est généreux et j'ai accepté
—De sorte que vous l'avea ac
compagné au château de Prat
meur
—Oui, monsieur le juge.
—Qu'allait-il y faire
—Le comte est amoureux, mon
sieur le juge, et si j'en crois let
potins qui courent, il ne se passera
est bien 11111
C'est bien fit M. Ménager
Et il écrivit quelques mots sur
une feuille de papier» qu'il plaça
sous enveloppe.:'
r, Puis ayant sonné l'huissier, il
luj remit
marades qui vous reconnaissent ^nait de sulvi^ l'huissier»
l'enveloppe.
—Conduisez cet homme & M.
Burlard, ajouta-t-il en faisant à
un geste qui lui ordon
i§Hf fsffel
A. Davignon, Administrateur.
lllâps
7
TARIF Dm ANNONCES.
Par Semaine
Un Pouce... .. .......... $.00
Un quart de Colonne 2.00
Une demi Colonne 3.25
Une Colonne 5.0»»
Tarif spécial pour le* annonces au moi*
et & l'année. v Par Lignes
AvU~ChaoueInsertion.........10 cents
Aria de Décès S cents
•vis de Mariages, SO cents.
Demandes d'emploi—demandes de do.
mastiques ou employés—annonces pour
chambre ou pension annonces pour
objets perdus ou trouvés,
Au taux de DM CKNTIH par mot.
Lambert eut un moment d'in-'
quiétude.
'-Est-ce qu'on va me retenir ici?
balbutia-t-il interdit
—Il ne vous arrivera rien de
semblable, répondit M. Ménager
c'est une formalité dès que M.
Burlard vous aura vu, toute liberté
vous sera rendue.
Lambert respira.
Il avait eu peur un moment.
Quand on ust entre les mains de
la justice, on ne sait jamais bien
ce qui peut survenir.
Il se hâta de suivre l'huissier
qui sortait.
Cependant la Cagnotte s'était le
vée.
En voyant disparaître Lambert,
elle avrtit éprouvé comme une dé
ception et ne put dissimuler son
impression.
—Vous le laissez partir! fit-elle,
étonnée.
—Il le faut bien, répondit M.
Ménager, ce n'est pas lui qui est
te prévenu.
—Oh sa conduite, dans toute
cette affaire, me parait plus que
louche.
—A moi aussi mais si nous le
gardions ici, nous n'eu appren
drions pas plus long, qu'il ne
nous en a dit.. tandis que dehors..
—Vous avez peut être raison..
—Nous avons assurément raison
.. Je l'ai envoyé M. Burlard, qui
«ra le faire surveiller et à la moii
dre imprudence de sa part.
La Cagnotte fit quelques pas, et
au moment d'atteindre la porte
elle se tourna vers le juge d'ins
truction, qui l'accompagnait
—Et le comte? demanda-t-elle
alors à voix basse et rapide.
M. Ménager mit un doigt sur
ses lèvres.
—Silence silence, répondit-il
sur le même ton. Ceci est trop
grave, et il faut prendre garde de
de tromper..
—Mais vous ne savez peut-être
pas..
-Je sais bien des choses, mon
enfant. .Et quant à celles que vous
avez apprises vous-màme, gardez
soigneusement le secret au plus
profond de votre cœur, j'usqu'au
jour, plus prochain que vous ne
croyez, où la vérité se sera enfin
fait jour-
La jeune femme salua donc le
Juge et se hâta de regagner sa voi
ture qui stationnait devant la gril
le du Palais de Justice.
Et comme elle en refermait la
portière, après avoir ordonné au
cocher de la recouduire à sou hôtel,
^lle put apircevoir Lambert qui
descendait sur le trottoir et gagnait
la place du Châtelet.
Lambert était libre et il s'en
illait heureux d'en être quitte pour
si peu
Toutefois, au fond de sa joie, il
y avait comme un voile de mélan
colie.
M. Ménager avait été juste
inais il était resté sévère
Tout n'était pas fini, et Lambert
ue se rappelait pas surtout sans
frisson, ce qu'il lui avait dit à pro
pos de la substitution.
On avait demandé des renseigne
ments à la Compagnie des Messa
geries dont les paquebots font le
service entr Bordeaux et Rio-Janei
ro, et avec le signalement obtenu,
on faisait rechercher le faux Lam
bert !..
Qu'adviendrait-il de tout cela?
Rien de bon assurément, et la plus
élémentaire prudence lui comman
dait de prendre des précautions en
vue de toute éventualité.
Arrivé à la place du Châtelet, il
hêla un cocher, et tout eu se ren
iant chez le comte de Presles, il mit
le trajet à profit pour réfléchir uti
lement à la situation.
Nous verrons tout à l'heure le ré
sultat de ses réflexions.
Le comtc^Tattendait avec impa
tience dès qu'il fut entré, il alla
vivement à lui.
—Eh bien dit-il d'une voix
brève et nerveuse, as-tu réussi
—Parbleu fit Lambert.
—Tu as la cassette?
—Depuis cette nuit
—Euhn, enfin dit le comte
avec une explosion de joie.
Lambert eut un sourire équivo
que.
—Oh il ne faut pas trop se hâ
ter de se réjoair, répliqua-t-il car
ce que j'ai à ajouter mérite atten
tion. Savez-vous d'où je sors, à
l'heure qu'il est
—D'où sors-tu
—Du cabinet du juge d'instruo
tion.
—M Ménager I tu l'as vu?., à
quel propos
—Eh toujours à propos de l'af
faire d'Angoulême.
—Mais on ne te soupçonne pas,
toi
—Pas encore, peut-être., quoi-
«1* «utte NI i* |um«MaM H».)
3

W. F. SCRIPTURE.
Directory
Epiciers No 27.—1st Street South.
B. Bloch.
Octave Leblanc.
Sellier 208 First Street North.

xml | txt