OCR Interpretation


Echo de l'ouest. [volume] (Minneapolis, Minn.) 1883-1929, August 26, 1885, Image 4

Image and text provided by Minnesota Historical Society; Saint Paul, MN

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83045239/1885-08-26/ed-1/seq-4/

What is OCR?


Thumbnail for

r: ïyi «pw
15»$-*
ife"
If'
!r
F-
I
k
eix cents lieues. Quarante rivières mes ohaînes de rochers qui donn
réunissentl eurs flots dans cet im- nent le lac. Les uns semblent
mense bassin qui forme à l'ouest renversés de leur base par une vio.
la limite méridionale du Haut-Oa- lente secousse souterraine les au
nada. Plusieurs îles remarquables très paraissent planter dans le sol
sont disséminées dans ce lao celle aride et nu plusieurs percent les
du Grand-Esprit pourrait former airs de leurs pics dénudés ou de
en Europe le territoire d'un Etat leurs sommets arrondis.
(A continuer,)
comme la Suisse* la Belgique ou
la Hollande, Des caps nombreux
s'allongent profondément dans les
flots. Le rivage méridional est
cliers taillés à pic. Le lao lui-mê-
prendre de vertige. Ce lac im
mense a un flux et un reflux irré
guliers: ses eaux, par les plus
grandes chaleurs de l'été, sont froi
des comme de la neige et cepen
dant elles gèlent rarement, même
pendant lés hivers les plus rigou
reux, alors que la mer est gelée.
Les productions de la terre, autour
de ces eaux, varient selon les diffé
rents sols: sur la côte orientale,
on ne voit que des forêts d'érables
rachitiques et dé jetés, qui croissent
presqu'horizontalement dans le
sable au nord, partout où le roc
vif laisse à la végétation quelque
revers de vallée, on aperçoit des
buissons de groseilliers sans épi
nes et des guirlandes d'une espèce
de vigne qui porte un fruit sembla
ble à la framboise, mais d'un rose
plus pâle. Cà et là s'élèvent des
pins isolés.
Sur ces eaux voguait, vers l'O
rient, un léger canot dont une bri
se matinale gonflait la voile. Un
sauvage de la nation iroquoise le
montait Sa lèvre plissée, son
grand œil fauve, l'irradiation de ses
traits, décelaient le plaisir d'une
vengeance satisfaite. Près de lui,
à l'une des extrémités de la piro
gue reposaient deux petits enfants,
encore à la mamelle, dormant sur
des peaux de castors. Au simple
aspect de leurs traits, on pouvait
reconnaître un garçon et une fille
le premier décelait d'une manière
très-caractéristique le sang-mêlé
la seconde aurait pu passer pour
l'enfant d'une de nos plus élégan
tes dames de Paris, sans un léger
cercle de bistre qui entourait les
jointures des doigts et le rebord
des ongles de ses mains.
Le canot venait de pénétrer dans
la large baie du détroit de Sainte
Marie. A sa droite, de petites îles
courbées en demi-cercle étaient re
couvertes d'arbres à fleurs sembla
bles à des bouquets dont le pied
était trempé dans les vagues. Les
uns étaient enveloppés d'une pe
louse qui mariait sa verdure au
double azur du ciel et de l'onde
les autres composés d'un sable
blanc et rouge, ressemblaient, sur
le fond du lac bleuâtre à des ra
yons d'ouvrages de marqueterie.
Entre ces caps longs et nus s'en
tremêlaient de gros promontoires
revêtus d'arbres qui se reflétaient
intervertis dans le cristal transpa
rent
Ici, serrés les uns contre les au
tres, il formaient un épais rideau
sur la côte là, plus clairs semés,
ils bordaient la terre comme des
avenues et leurs troncs écartés ou
vraient des points d'optique mira
culeux, dans lesquels les plantes,
les rochers, les couleurs dimi
nuaient de proportion ou chan
geaient de teinte, à mesure que le
paysage s'éloignait de la vue.
Tvr"a
les deux petits êtres qui pleuraient
~J -v.i
Lettres de l'Ouest._
Batoche, Saskatchewan, N.-O.
a
réd»te«d»
M^1,sl®ur*
me est creusé dans le roc. A tra- ^ez P®8
vers son onde verte et transparen- teur, que les différents engage
te, l'œil découvre, à plus de trente
ments
et quarante pieds de profondeur, dwjB-le Nord-Ouest, soit avec
des masses de granit de différentes les Métis, soit avec les sauvages
formes, et dont quelques-unes pa- soient régardés ici comme des vie
raissent comme nouvellement cise- toires. Non, et si ce n est pas des
lées par la main de l'ouvrier. Lors- déroutes, ça été au moins de vrais
que lTvoyageur laissant dériver échecs qu ils ont subis, notamment
son canot, regarde penché sur le à Ftsh Creek, dont je vousenyoïe
bord, la crête de ces montagnes aujourd hm quelques détails^ mé
sous-marines, il ne peut jouir long- dits, et à Cut Knife Creek, où les
temps de ce spectacle sans sentir sauvages sont restés maîtres du
ses yeux se troubbr et sa tête se champ de bataille et_ n ont perdu
-p
qu ils (les volontaires) ont
que cinq hommes. De sorte que
les soldats de l'Est, malgré leurs
canons et leurs mitrailleuses n'ont
fait que bien peu d'effet sur ceux
qu'ils combattaient. C'est leur
nombre seul et leur persévérance—
sans compter bien entendu le bon
droit qu'ils avaient pour eux—qui
a désarmé et dispersé les insurgés.
Sans doute que Batoche a été pris
par eux, mais pas à la baïonnette,
comme ils disent et encore avec
quelle misère quoiqu'il n'y eût là
que 60 à 80 combattants propre
ment dits durant la dernier jour
du combat
Et puis ce tour que Gros-Ours
vient de leur jouer on le pour
chasse sans répit mettant les hom
mes et tous les chevaux & bout, et
lorsqu'on croit mettre la main des
sus, ce pauvre hère fait le plon
geon, vient ressourdre sur leurs
derrières pour venir fumer tran
quillement sa pipe au Lac des Ca
nards et se livrer ensuite le plus
prosaïquement du monde à un
agent de police à Carleton.
Je ne dis pas ces choses pour
décrier la milice du Canada, mais
je dis qu'elle n'est pas un match,
comme disent vulgairement les
Anglais, pour les Métis et les sau
du Nord-Ouest, lorsque ceux-ci
veulent se battre.
Yoici les détails inédits sur la
bataille de Fish Creek d'après la
version métisse
y avait là d'abord cent vingt
hommes, Métis et sauvages, sous
la conduite de Gabriel Dumont.
Mais peu après les premières dé
charges de l'ennemi, les sauvages
s'enfuirent tous, et les Métis, pla
cés d'abord dans les broussailles
qui couvrent le défaut de la côte
d'un fer à cheval, que forme à cet
endroit la Coulée des Touron, re
culèrent plus bas et plusieurs
avaient même les pieds dans l'eau
de la Coulée. Gabriel et quelques
autres sortirent pour aller rallier
les fuyards mais ne purept ensuite
rejoindre leurs confrères, car
ils étaient complètement entourés,
et le cercle de fer et de feu que
formaient les soldats de Middleton
se rétrécissait toujours. Les Mé
tis, recherchant toutes les cavités
possibles, ne recevaient toutefois
que très peu dë dommages, et leur
feu était loin d'être bien nourri.
Ils ménageaient leurs coups, car
ils ne savaient pas combien de
temps ils allaient être assiégés mais
les coups qu'ils portaient étaient
toujours justes. Us étaient là au
nombre de cinquante quatre seule
ment, et loin de perdre courage,
ils se mettaient souvent à jeter des
cris de joie et à crier à l'ennemi:
Tirez, tirez toujours il va vous
arriver une surprise tantôt"
Cette surprise fut apportée par
quatre-vingt-dix cavaliers métis
qui, s'étant étendus en débouchant
du bois, et jetant des cris de joie,
firent retraiter à la hâte les soldats
de Middleton qui laissèrent sur le
champ un canon et plusieurs effets
d'ambulance, jusqu'à des flacons
de whisky. Ces 90 cavaliers qui
arrivaient si à propos, venaient de
Batoche. Ils n'eurent pas un coup
de fusil à tirer, car à leur seule ap
parition les soldats s'enfuirent à
toutes jambes. Qu'on juge de la
de ces pauvres assiégés du
Ces îles au Midi et ces promon
toires à l'Orient embrassaient une
vaste rade dont les eaux gardaient
un calme perpétuel, même lorsque
l'orage bouleversait les autres ré
gions du lac. Là se jouaient des
milliers de poissons et d'oiseaux
aquatiques: le canard noir du La
brador se tenait perché sur la poin
te d'un brisant et les vagues envi
ronnaient ce solitaire en deuil des
festons de leur blanche écume.
Des plongeons paraissaient et dis
paraissaient pour reparaître enco- joie de ces pauvres
re, tandis que l'oiseau des lacs pla- fond de la coulée.
nait à la surface des eaux et que Cette bataille de Fish Creek,
le martin-pêcheur agitait rapide^ comme on l'appelle, aurait été bien
ment ses ailes d'azur pour fasciner plug désastreuse pour Middleton
sa proie. Pour compléter le pay-
si
sage, l'œil découvrait par delà tou- premier plan arrêté. Ils ne de
tes ces îles et ces promontoires les vaient attaquer les troupes que
plaines fluides et sans bornes du lorsqu'elles auraient été rendues
lac. Les surfaces mobiles de ces au fond du ravin, mais l'impatien
plaines s'élevaient et se perdaient
les Métis s'en étaient tenus au
ce
graduellement dans l'étendue: du très qui allèrent en avant et qui
vert émeraude, elles passaient au tirèrent sur les premiers éclaireurs
bleu-pâle,
Alléwémi, le puissant chef iro-
quois qui dirigeait la pirogue, ne
prêtait nulle attention à la magni
ficence de ce tableau
... magique.
LesTêgaras toujours "attachés sur
saut Sainte-Marie, à pénétrer dans
le lac Huron, si abondant en pois
sons et où se pèchent des truites
du poids de deux cents livres. Lais
sant à sa droite l'île de Matimou
lin, dernier assile de la nation des
Ontawais, il aborda dans la baie
de Saguinan, terminée par d'énor- lléra.
de Gabriel et de quelques au-
l'nTitro.mor af «Ai.
l'indigo.
dant l'une dans l'autie, allait se désastre complet Car Middleton
terminer à l'horizon où la dernière ignorait complètement qu'il y eût
semblait se joindre au ciel par une des ennemis, et il s'en allait en
barre d'un sombre azur. complète sécurité, ne s'attendant à
voir des Métis qu'à Batoche.
Les Métis perdirent là deux
hommes qui furent tués sur le
et. &
de leurs blessures le lende-
re^
main.
petits êtres qui pleuraient rnain. Deux sauvages aussi y fu
au fond de son frêle esquif, il for-
r6nttués.
çait celui-ci, après avoir franchi le Veuillez nie ôroïre, i
M. le Rédacteur,
Votre tout dévoué,
L. B.
A Marseilles, vendredi dernier
109 personnes sont mortes du cho-
1
Québec, 11—On dit qu'une mine
d'or a été découverte dans le comté
de Mégantio.lg|5|^J| P%fV
LBS RECOLTES AU MANITOBA ET
AU NORD-OUEST.—La compagnie du
Paoifique a reçu des rapports de
Ses
resque tous ses agent» sur l'état
récoltes au Manitoba et au
Nord-Ouest Toutes les récoltes
sont dans une bonne condition,
dans les limites de la Province et
avec du beau temps la moisson du
blé commencera dans deux ou trois
semaines, Les cultivateurs au Ma
nitoba appréhendent qu'il y ait
trop de pluie jusqu'ici
été très favorable.
Cette nouvelle causera le plus
sensible plaisir à ses nombreux
amis et tous souhaiteront que de si
consolantes prévisions se réalisent
—Courrier de St-Hyacinthe du 14
courant
NOUVELLE VOIE FERREE.
Il se fait au Montana une gran
de industrie d'élevage du bétail.
Le meilleur débouché pour les éle
veurs est le chemin de fer canadien
du Pacifique. Déjà, l'an dernier,
une forte quantité d'animaux du
Montana ont été transportés par ce
chemin, viâ Winnipeg et St-Paul.
Les chargements se prenaient à
Maple Creek. On veut bientôt
faire mieux, et Sir Alex. T. Galt
est lui-même, parait-il, à la tête
d'un mouvement pour construire
un nouveau chemin de Medecine
Hat à Fort Benton, Montana, dis
tance de 155 milles.
Le Pacifique trouvera dans la
réalisation de ce projet une source
puissante de revenus, en même
temps que les éleveurs du Monta
na y prendront avantage.
Belle pêche.—MM. F. D. Re
naud, L. P. Morin, de cette ville, et
C. E. Lavallée, de West Gardner,
E. U., ont, au cours d'une excur
sion sur la rivière Yamaska, captu
ré un maskinongé du poids extra
ordinaire de dix huit livres et demi.
Recherche de pétrole—C'est avec
plaisir que nous apprenons que la
Cie de Pétrole de St Grégoire a
commencé ses travaux de creusage
pour la recherche de pétrole Des
"drilleurs" d'expérience qu'elle a
réussi à ee procurer dans Ontario
sont à l'œuvre et ont déjà poussé
le puits d'exploration à une profon
deur d'une centaine de pieds. On
nous dit que les apparences sont
magnifiques et que les actionnaires
de la Cie sont plus encouragés que
jamais.
On ajoute que ces travaux sont
très intéressants à voir. Aussi il
y a beaucoup de visiteurs chaque
jour.—Journal des Trois-Rivières.
Incendie—A. Trois-Rivières, le
5, le feu a détruit le séchoir de la
fabrique d'allumettes de MM. Fré
chette et Cie, de cette ville. Le
feu a commencé vers 4 heures a. m.
par le tuyau de la fournaise.
Les pertes sont de $500.
Caissier—M. Romuald St Jac
ques a cessé d'agir comme caissier
de la banque de St Hyacinthe. Il
est remplacé temporairement par
un des employés, M. Blanchard.
Nouveau journal—Un nouveau
journal humoristique vient de pa
raître à Longueuil. Il a pour nom
Le Bourru et a pour éditeurs-pro
priétaires MM. Berthelot et Ste
Marie.
Départ—M. Gabriel Marchand,
avocat de St Jean, et rédacteur du
Franco-Canadien, s'en va à Holyo
ke se livrer à la pratique dè sa pro
fession.
Riel—JJ Intelligences de Belle
ville que l'on dit être l'organe de
l'honorable M. Bowell, prétend
qu'il est raisonnable de supposer
que les jurés, en recommandant
Riel à la clémence des autorités,
ont voulu donner à entendre par là
que le chef Métis ne possédait pas,
selon eux, la plénitude de ses fa
cultés mentales.
TUE PAR UN BŒUF.
GRENVILLE, Qué., 12—Un terri
ble accident est arrivé mercredi
dernier sur le lot 31, rang A, du
canton de Ponscnuby, comté d'Otta
wa. Le propriétaire, Gabriel Do
vilèle, ayant trouvé Un de ses bœufs
de labour qui avait pénétré dans le
champ de grain, le chassa en le
battant assez brutalement. Plus
tard, lorsqu'il voulut le prendre
pour le travail, il dut appeler Ma
dame Dovilèle. l'animal ne voulant
plus se laisser approcher. Mme
Dovilèle réussit à passer une corde
aux cornes de l'animal mais, quel
ques minutes plus tard, au moment
où Dovilèle allait lui mettre le
joug, l'animal se rua sur lui, le tua
à coups de cornes et le foula aux
pieds.
slg
WINNIPEG, 12—La femme de
Riel est tombée dans un état de
prostration mentale depuis qu'elle
i/i
saison a
JOYEUSE NOUVELLE.
L'hon. M. Chapleau a reçu de
son médecin, à Paris l'assurance
qu'après un traitement de cinq ou
six semaines il serait parfaitement
rétabli à la santé. Notre sympa
thique ami est beaucoup mieux de
puis qu'il a laissé le Canada et il a
le ferme espoir d'une guérison ra
dicale et prochaine.
HJOHO SB Ij'OTTHSST
a appris la condamnation de son
Un moment, on a pensé quelle
en mourrait, mais elle s'est réta
blie peu à peu. Sa pauvre vieille
mère qui a soixante-aix ans, a re
fusé de prendre aucune nourriture
depuis la sentence de son fils.
Elles oroient toutes deux qu'il sera
pendu, et font tous les jours des
prières ferventes pour le salut de
son âme.
Monseigneur Taché et plusieurs
Français influents font tout en leur
pouvoir pour sauver Riel de l'écha
faud, pareequ'il aurait, dit-on, re
noncé à la religion protestante.
Le College de Saint-Boniface.
Comme on le sait déjà, Sa Gran
deur Mgr l'Archevêque a confié le
Collège de Saint-Boniface aux RR.
PP. Jésuites.
Voici les noms des Révds Pères
qui forment le personnel du collège
cette année: Le Rév. Père Lory,
recteur et professeur de philoso
phie Père Luissier procureur
Père Drummond, professeur de
rhétorique et préfet des étude Pè
re French, directeur spirituel et
professeur des belles-lettres "Père
O'Bryan, maître de salle et pro
fesseur de mathématiques Père
Blain, maître de salles et profes
seur de mathématiques Père Pa
quin, maîtres de salles et profes
seur de mathématiques Père Bel
lïveau, professeur d'éléments la
tins.
Inutile de dire que sous d'aussi
distingués professeurs, les élèves
comme par le passé sauront soute
nir l'honneur du collège de Saint
Boniface, en quelque circonstance
que ce soit—Le Manitoba.
EUROPE.
LA QUESTION AFGHANE.
TEHERAN, 12—Une lettre d'Hé
rat, en date du 30 juillet, annonce
que les habitants de cette ville
achètent et emmagasinent de gran
des quantités de grains et que des
milliers d'hommes sont employés
aux réparations des forts et à la
construction de grands bastions.
L'auteur de cette lettre affirme que
la population est pleine d'enthou
siasme et décidée à défendre la vil
le si elle est attaquée par les Rus
ses.
LONDRES, 12—La commission
anglaise chargée de la délimitation
de la frontière afghane est à neuf
milles d'Hérat où elle achète des
mules et des chameaux.
Une lettre d'Askabad est ainsi
conçue: "Le chemin de fer rus«e
aboutissant ici sera achevé le 1er
octobre. Les autorités achètent
des des grains. Depuis la conquê
te du territoire Akhaltekke quatre
mille russes sont morts victimes
du climat."
LES SCANDALES DE LONDRES.
LONDRES, 12—11 devient de plus
en plus évident qu'il n'existe guè
re de moyens pour étouffer le
scandale Crawford-Dilke. Lors
que le mari outragé a consenti a
accepter un chèque de $125,
000, il était permis de croire que
le scandale serait évité, mais il n'en
est rien.
LONDRES, 12—Le comité chargé
d'organiser la grande démonstra
tion qui doit avoir lieu le 23 août
«fin d'appuyer la croisade ouverte
par la Pall Mail Gazette contre la
prostitution, va distribuer des mil
liers de circulaires ainsi conçues
La démonstration de Hyde Park
pour la protection des jeunes filles
est nécessaire pour les raisons sui
vantes: lo Prouver que les fem
mes de Londres ne sont pas indif
férentes aux horreurs dont leur se
xe est victime^ alors que toutes
les autres villes du royaume ont
protesté avec indignation contre
ces obscénités révoltantes 2o Eveil
ler l'opinion publique contre la
quelle, comme l'a dit lord Shaftes
bury, la loi la plus stricte est im
puissante 3o Protester contre la
conspiration du silence qui fait de
la vertu la complice du vice 4o
Demander que la loi contre la pros
titution soit appliquée d'une façon
stricte 5o Exiger l'égalité de la
justice pour les deux sexes et pro
tester contre la théorie d'après la
quelle ce qui est légal pour l'hom
me est un crime pour la femme
6o Profiter de la crise morale ac
tuelle pour enrôler tous les bons
citoyens dans une campagne con
tre le vice de Londres."
Un chapitre des révélations de
la Pall Mail Gazette n'a pas été
publié pareeque l'amendement à la
loi contre la prostitution présenté
par M. Labouchère a été adopté.
Cet article ayant été écrit pour as
surer l'adoption de cet amende
ment n'avait plus de raison puis
que la chose était un fait accompli.
LONDRES, 12—La chambre des
lords a sanctionné l'amendement à
la loi contre la prostitution qui
été adopté par la chambre des com
munes.
COPENHAGUE, 12—On dit que le
prince Charles Waldemar de Dane
mark est fiancé à la princesse Ma
rie, fille aînée du duo de Chartres.
LONDRES, 12—La Russie a envo
yé 50 torpilleurs à la Mer Noire*
PARIS, 12—Son Eminence le car
dinal Guibert, archevêque de Pa
ris, est dangereusement malade.
Pr
The Minneapolis
PACKERS
La Cie cidessus a loué dernèire
ment le magnifique block neuf à
cinq étages, portant les numéros
juste en face la grocerie de
Z. Demeules & Cie.
pr^s du nouveau UNION DEPOT
et du BRIDGE SQUARE, pour
en faire le plus grand marché à
viande de la ville et de tout
l'Ouest
Vous trouverez là en abondance
toutes les viandes fraiches des
meilleurs qualités
A des prix 25 pour cent
meilleur marché que partout ail
leurs.
Fork
Boeuf
Mouton.
Côtelettes, graisse, saucisses de
toutes sortes Epaulles jambons,
etc, etc.
C'est le plus vaste entrepôt à
viande de l'Ouest.
Ne manquez pas de visiter cet
établissement, vous aurez à souhait
et à votre goûx. On coupe et dé
coupe tous les morceaux que vous
voulez.
N'oubliez pas que les prîx sont
bien audessous que dans tous les
autres marchés à viande de la ville.
Charles Henry,
MARCHAND DE FER
107 CEKTR IL AVENUE,
MINNEAPOLIS, EAST DIVISION
Fabrique toute espèce d'articles en
Cuivre, en Fer-blanc, en Tôle, &c.
Fait une spécialité de la pose et du rac
commodage des Pompes et des Tuyaux de
Puits et de Citernes.
A constamment en mains des
Posies au Bois et an Charbon
POUR LA
Cuisine et le Chauffage,
et échange les poêles neufs contre les
vieux.
On trouvera aussi à ce magasin tout ce
qui est nécessaire pour la construction des
maisons, comme clous, serrures, etc., etc.
M. Henry garde constamment pour
louage, des CRICS,
M. S. A. PAGE.
Commis-Canadien.
est à l'emploi de M. Henry, et invite
les canadiens à aller le voir, certain qu'il
est de leur donner satisfaction.
Ne manquez pas d'aller à ce magasin
qui vend à des r»rix qui délient toute con
currence.
FRASER & SHEPHERD.
Manufacturiers
—ET-
MARCHANDS EN GROS ET NE DETAI.
-DE—
Portes, Persiennes, façades de magasins,
Moulures de toutes sorte, Cadres de por
te et chassis, etc. etc. etc.
Nos compatriotes sont spécialement in
vités à donner leur commande, pour ce
genre d'ouvrage, dont ils peuvent avoir
besom, à MM. Fraser & Shepherd.
Oflioe et MekmiffeLOture
5e rue et 4e Avenue, Nord.
ÏV
iy.
P.
i
& V-
VrX?
HI
KNAEBLE.
Marchand de
Fournitures, meubles, poêles, vais
selle, ferblanterie, couteaux, etc,
eta
Marchandises nouvelles et de se
conde mains, achetées, vendues
et échangées.
312 Plymouth Avenue.
Minneapolis, Minn.
P. H. KNAEBLE.
Commerce de gros.
ARTIC CRACKER
k SPICE GO.
Cette compagnie attire spécialement
l'attention des marchands détailleurs de
la ville et de la campagne sur les produits
de leur établissement, qu'elle garantis
et met sur le marché aux prix les plus
avantageux.
Epices generales.
Poivres.
Clou de Girofle.
Muscade
Cannelle etc etc
Garantie pure et dégagée de tout ingré
dient malfaisant.
En boite d'une 1 fc— à 3.60 la doz.
(Chaque boite contient une riche cuil
lère à thé en argent.)
Lemon etc etc etc.
NIOOLET ISLAND.
MINNEAPOLIS.
CHEMIN DE FEB
Minneapolis & St-Louis
Et la Fameuse Ligne.
ALBERT LEA ROUTE.
L9ERT
MINN.
MINNEAPOLIS,
CAPITAL $100,000.
:i i:%'v-!:.c-^surplus $25,000.
les d'affaires de
banaue.
La seule banque à Minuuapuhs
qui possède un capital garanti et
qui paie le plus fort taux d'intérêt
compatible avec la raison.
Les dépots fait jusqu'au troisiè
me jour du mois portent invaria"
blement intérêt du 1er du mois.,
'paci
ole U
Sitter
DEUX TRAINS PAR JOUR
De St-Paul et Minneapolis, Directement
»k CHICAGO
Sans changement, et correspondant avee
les Trains Rapides sur toutes
les lignes pour
L'EST ET LE SUD-EST
Ligne Directe, el la seule, faisant
le Service, sans change
ment de chars, entre
Minneapolis et
Des Moines, la.
PAR ALBERT LEA ET FORT DODGE.
w- SERVICE DIRECT
Entre
Minneapolis et St-Louis
et les Principales villes de la Vallée du
Mississippi, et correspondant, à la
Gare Centrale, avec le résolu
de tout le Sud et le
Sud-Ouest.
ON GAGNE PLUSIEURS HEURES
et cette Ligne est la seule ayant deux
trains par jour pour
Kansas Oit/v
Lavenworth et Atchison. Correspond avec
•l'Union Pacific & Atchison et 1'At
chison, Topeka & Santa Fe.
|gyCorrespondant"aussf de très prts ft
la Gare Centrale, avec tous les trains sur
les diverses lignes du réseau de St-Paul.
ty 150 Livres de Bagage sans frais
additionnels. Prix du Passage toujours
a a plus bas chiffre Ponr horaires, Bil.
tets de trajet complet etc., s'adresser ft, l'a
gent le plus proche, ou écrire ft
ÏÊSîm S. F. BOYD
Agent Gén. des Billets ot des Passagers.
:i% Mmrafreùs. Mura

GEO. HUHN & Co.,
PHARMACIENS,
Ont constamment en mains ie
plus'bel assortiment da
'arfumeries.^1'-
iArtioles de ioilétte,
PEINTUBES, HUILES, v
et remèdes patentés que Ton puis
se trouver à MINNEAPOLIS.
123 Nicolet Avenue.
Ceo. Huhn, reçistrateur
Nos compatriotes ayant affaire
au bureau d'enrégistrement (Deed
Office) peuvent s'adresrer à M.
Garon employé de ce bureau.
Oliexaaixi d» fer
i IJGNE DIRECTE EHTRE
SAINT PAUL,
MINNEAPOLIS,
Ou DULUTH,
Et tous les autres points dans 1$
Minnesota, le Dakota, le Hontana,
Idaho, Washington Territory,
OREGON,
la Colombie Britannique, Puget
Hound et
ALASKA.
Trains express quotidiens auxquels sont
attachés des chars dortoirs, Pullman
Palace.
et chars a diner elegants.
Pas de changement de char entre st-Paul
et Portland, pour toutes les classes de
billets. Chars dortoir "free" pour les
émigrants,
La seule route ferrée continue pour le
Pour plus amples informations, con
cernant les heures de départ, les taux de
billets de passage, etc.
S'adresser
GXX AS. S. PEK
Agent Général des passagers,
ST-PAUL. MINK
Crackers! Crackers!
Patisseries et candies.
H.F.LILLIBRIDGE.
La plus grande manufacture de crakers
et patisserie de la ville.
Aussi un département consacré au
commerce des noix (nuts.)
Tous les avantages possibles offerts aux
acheteurs.
(3*15) 17 & 19 THIRD ST. SOUTH»
Minneapolis.
i*
ROYAL ROUTE."
E
6,
Lia Ligne Royal
PBEMIEBE SEBIE C'EXCTOSXONS
DANS LES
CHARS PALAIS
PULLMAN.
LA. CITE DE MEXICO, LOS ANO
LES ET SAN FRANCISCO.
VIA.
CHICAGO.
SAINT PAUL
MINNEAPOLIS
& OMAHA
W. B. WHEELER,
City Ticket Affent
NO 13 NICOLLET HOUSE BI0CK.
St. Paul. Minn
10
BAH
3?BIs£2£J&22ld.b8 withoot. Tbapoptuûrtte
U «SOta jKntn
ATENTS.?^^
a
Tr»dj-M»rk». Copyright*
Assignment*, «ni *11 other papan for
raring to tawr*—
îited State •,
irmanjr.
atad otu.. »un.a
datahortnotioe and
on raaaonablatanoi.
formation to obtaining Datent*
Monjwnt
timinm gtt
oheexw
free. Patenta obtained
w
t..
i*

24& 26 South First Street
JACK-SCREWS-
Hennepin Co. Savings
Bank.
PORK
BEEF
Silver Spoone
Baking Powder.
TOUTES LES ESSENCES
Flavoring Extracts.
Vanilla.
Northern Pacific.
Yellowstone Park!
W TEASDALE
Agent General des passagers,
the P*ten» Otto^ wS^E?vrapàSt
mora than
ind mppTiMtim*
Jnltad SUtM and.
given without charge. Hand-books ol

xml | txt