OCR Interpretation


Echo de l'ouest. [volume] (Minneapolis, Minn.) 1883-1929, October 14, 1885, Image 2

Image and text provided by Minnesota Historical Society; Saint Paul, MN

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83045239/1885-10-14/ed-1/seq-2/

What is OCR?


Thumbnail for

)£tto
de
MINNEAPOLIS, 14 OCTOBRE, 1885.
B. R. DUFRESNE, REDAOTEUR.
MINNEAPOLIS.
L'ECHO
DB L'OUF3T
n'est pas respon-
ponssble des idées et opinions émises par
ses correspondants.
Il est arrivé lundi à Minneapo
lis 611 chars chargés de blé.
Les arrivagee de môme nature
dans la môme journée ont été de
325 chars à Duluth et 246 à Chica
go. Comme on le voit Minneapo
lis tient bravement la tôte.
Les transactions sur la propriété
foncières, en cette ville, se sont
élevées à $278,427 la semaine der
nière.
Vendredi dernier les commer
çants de charbons de cette ville
ont augmenté de 50c. la tonne le
prix du charbon dur.
Nouvelle assemblée publique
vendredi soir dans l'intérêt de l'ex
position industrielle de Minneapo
lis.
Le blé monte toujours et il y a
toute raison de croire qu'il attein
dra $1.00 le boisseau, comme il y
a deux ans.
Essayez-le—"LINEN SOAP"—
de OBERN HOSICK & Co. poid*
légal et strictement pur en qualité.
De terribles feux de prairies ra
vagent actuellement les comtés de
Piercej Cedar, Wayne et Knox,
dans le Dakota et causent des dom
mages considérables. Tout le foin
dans le rayon parcouru par l'élé
ment dévastateur a été détruit,
ainsi que nombre de bâtiments,
granges, remises, etc.
Mort du cardinal McCioskey.
L'Eglise catholique des Etats
Unis vient de perdre son plus haut
dignitaire dans la personne d3 sou
Eminence le cardinal McCioskey,
décédé à New Xork dans la nuit
de vendredi dernier.
Le cardinal McCioskey était né
à Brooklyn le 20 mars 1810, de pa
rents Irlandais venus du comté de
Derry, Irlande. A 33 ans il fut
nommé évêque coadjuteur de Mgr
l'archevêque Hughes. Lors de la
division du diocèse de Nets'-York
en 1847, il monta sur le siège épis
copal d'Albany, qu'il occupa pen
dant 17 ans. En 1864 il revint à
New-York comme successeur de
l'illustre archevêque Hughes et
il euf la gloire de présider è
l'achevement de la cathédrale îSt
Patrick, de la 5e avenue, New
York, le plus beau temple catholi
que des Etats-Unis. Le 15 mars
1875 il fut créé cardinal par le pa
pe Pie IX. Il a été le premier
prélat américain revêtu de la pour
pre romaine,
Le cardinal 'McCioskey était une
intelligence d'élite, un caractère
fortement trempé, orné des plus
belles qualités du cœur et de l'es
prit, et il a rempli avec dignité
pour lui-même et profit pour l'Egli
se les hautes fonctions où l'avaient
appelé ses mérites. Son coadju
teur, Mgr Corrigan, lui succède de
droit sur le siège archi-ëpiscopal
de New-York.
A l'assemblée mensuelle des di
recteurs de l'institution des orphe
lins catholiques de cette ville, te
nue hier soir à la résidence du
Revd Père McGolrick, aucune dé
cision n'a été prise par la cham
bre au sujet des plans de la nou
velle bâtisse à ériger. Il y a aus
si eu division sur la question
d'opportunité de commence
cet automne les travaux de
la nouvelle constructîon. Un co
mité composé de MM. les direc
teurs W. Naah, G. 1. Léveillé.
John Norton et Anthony Kelley a
été nommé pour faire l'examen det
plans et decider de la question de
commencer ou non les travaux cet
automne, avec orctre de faire rap
port à la prochaine assemblé*».
Comme tous le3 rapports des
dépensas du dernier bazar des or
phelins catholiques n'ont pas en
core été faits, il a été impossible
de spécifier exactement le montant
des recettes: On croit qu'elles se
ront considérablement en dessous
du chiffre de $10.000, première es
timation que l'on en avait donnée.
Yin de Bourgogne à $1.25 le gal
lon, à la Compagnie des vins de la
Californie—office à Minneapolis,
CHAMBRE NO 15, 2e ETAGE,
BOSTON BLOCK, audessus de la
Poste-Office.
La reprise des affaires:
Les avis de Washington en date
du 11 courant mandent que les of
ficiers du Trésor sont d'avis qu'il
se fait un mouvement considéra
ble vers la reprise des affaires par
tout le pays, dans le fait de l'aug
mentation constante et générale de
la demande de monnaie fraction
nelle qui est deux fois plus forte
aujourd'hui qu'elle ne l'était il y
a huit mois. Ceci, d'après les mê
mes autorités, serait une preuve
évidente de l'amélioration du com
merce et indiquerait d'une maniè
re certaine que nous sommes à la
veille d'une ère de prospérité.
a*
Dans l'embarras.
Les autorités du Trésor à Was
hington se trouvent dans un grand
embarras actuellement, si l'on en
croit les nouvelles de la capitale.
Les employés du beau sexe, en
grand nombre dans les bureaux de
la Trésorerie, constituent, parait il,
un grave danger pour la moralité
du sexe fort—indiscrétion du fil
télégraphique— et les vertueux
chefs du département sont à cher
cher les moyens de couper le mal
dans sa raoine, tout en couvrant le
corps du délit On avait opté pour
l'élimination de tous les employés
à plumet, pour cause d'incompé
tence à remplir leur charge, mais
voilà qu'aux examens réglementai
res pour la tenue des offices,
tous ces employés sont arri
vés bons et premiers im
possible alors de songer à les éli
miner pour raison d'incompétence.
Force est donc de les continuer en
charge, au risque de voir se pro
pager dans des proportions in
quiétantes le mal dont on se plaint,
ou sinon, d'avouer candidement la
véritable cause du mal et de met
tre sans plus de 'oérémonie les fil
les d'Eve à la Porte. On n'ose
pas encore aller jusque-là affaire
de délicatesse et de galanterie,
sans doute, mais il faudra bien y
arriver un jour au l'autre, ou se
soumettre à l'inévitable. On en
verra de belles, alors.
On voit d'ici ce que nous prépa
re le suffrage de la femme, si
jamais il devient un fait accompli
L'expérience que l'on éprouve au
jourd'hui à Washington dans l'un
des principaux bureaux du gouver
nement pourrait bien se générali
ser alors. Ce n'est là qu'un des
inconvénients multiples du droit
invoqué, et assurément C3 n'est
pas le moindre.
Allez visiter le magnifique assor
timent de hardes pour l'automne
et l'hiver, nouvellement arrivé chez
Rees Brothers, 200 Hennepin Ave,
et demandez M. L. Desrosiers.
La grande manufucture "Oberne
Hosick & Co" de Chicago a établi
depuis quelques mois un comptoir
à Minneapolis pour la vente des
célèbres savons qui portent sa mar
que—savons pour la toilette et sa
vons .pour le blanchissage. Ces
savons sont supérieurs à tous au
tres et se recommandent à la pré
férence du public par leurs quali
tés sans égales et leurs prix rela
tivement modérés. Ils sont en
vente dans toutes les groceries de
la ville. Faites-en l'essai et vous
êtes certain de n'en plus acheter
d'autres, ils donnent satisfaction à
tous ceux qui en achètent.
Nous sommes heureux d'appren
dre que M. Z. Demeules a l'inten
tion d'ouvrir prochainement un
bureau d'agence de biens-fonds
(Real estate), échange de lots de
ville et de campagne, louage de
maison, etc., etc.
Samedi dernier, à 11 heures 12
minutes on a fait sauter, au mo
yen d'une charge de 283,000 livres
de dynamite les immenses récifs
appelés Flood Rock, qui obs
truaient le cheval de la Rivière de
l'Est, à New-York. L'explosion a
au lieu en présence de milliers de
spectateurs. L'opération a réussi
à souhait.
Samedi dernier à une réunion
enthousiaste d'une couple de cents
Minneapolitains à la salle de l'As
sociation des jobbers, $100,000 ont
été souscrites du coup pour l'expo
sition industrielle projetée et à
l'assemblée de lundi soir à la
Chambre de Commerce, réunion
qui était plus nombreuse que la
précédente, le public a acquis la
preuve que l'an prochain Minnea
polis aura certainement son expo
sition iudustrselle. Déjà $116,000
sont souscrites sur les $250,000 ju
gées nécessaire à l'exécution de ce
grand projet,et dans quelques jours
JU
quelques semaines tout au plus,
la balance sera indubitablement
couverte.
Goodfellow & Co., les populaires
marchands de l'avenue Nicollet,
viennent de recevoir une importa
tion considérable de marchandises
sèches d'automne et d'hiver, des
meilleures fabriques, et qu'ils ven
dent à prix extrêmement bas. C'est
le temps d'aller visiter leur splen
dide magasin et de fane emplette.
Mde Léa Bourque et M. Paul H.
Roy sont à la disposition du pu
blic canadien français et invitent
leurs compatriotes à leur faire vi
site. Les pratiques françaises se
ront servies à souhait comme par
le passé.
Nous avons eu au bureau de l'E
CHO DE L'OUEST jeudi dernier la
visite de M. D. Hallé, l'un des di
gnes représentants* de l'intéressan
te et nombreuse colonie canadien
ne française de Chicago, accompa
gné de M. le Dr P. Marchand de
St-Paul.
Hallé en était à sa première
excursion dans le Minnesota et
comme tous les étrangers qui nous
visitent, il a été émerveillé au plus
haut point, du progrès étonnant de
nos deux grandes villes Minnea
polis et St-Paul.
Notre sympathique compatriote
s'est embarqué dimanche soir pour
Chicago, enchanté de son voyage
dans l'Ouest et se promettant bien
de le renouveler une autre année.
"Sweçt 16 Soap" 5cts, la barre.
Incendie a Duluth.
Le 6 octobre, entre 3 et 4'heures
A. M., le feu se déolarait dans la
maison occupée par M. Miohel
Longtin et sa famille. Tons dor
maient d'un profond sommeil. M.
Longtin, suffoqué par la fumée,
fut le premier à se réveiller. Sa
première pensée fut pour ses en
fants il courut^ à leur chambre,
les éveilla et les sauva par une fe
nêtre du deuxièmle étage. Bravant
la fumée qui devenait de plus
en plus dense, il put encore sau
ver cinquante dollars, déposés dans
la poohe de son habit, près de son
lit II ne piut sauver plus, malheu
reusement, car la maison fut bien
tôt un brasier ardent Il n'y avait
sur les lieux que trois pompiers,
en outre du chef et de l'ingénieur
de la cité.
Ces braves jeunes gens durent
se multiplier et ils se multipliè
rent. Ils ne purent sauver la mai
son de M. Longtin, mais il sauvè
rent deux maisons voisines. La
raison pour laquelle il n'y avait
que trois pompiers à cet incendie,
est que les autres avaient résignés
la semaine précédente.
M. Michel Longtin a tout perdu
Huns cet incendie, sa maison, son
ménage, toute
une
fournée de
pains, tout l'outillage nécessaire à
un boulanger et confiseur, tous ses
habits et ceux de ses enfants, tout
son assortiment de sucreries^ et de
pâtisseries, etc. Tout a péri des
amis durent lui prêter des habits
ainsi qu'à ses enfants.
M. Longtin est grandement
éprouvé depuis quelque temps. Il
y a quelques semaines, il avait la
douleur de perdre sa femme, au
jourd'hui le feu vient détruire
propriété. Il a les sympathies de
tous les citoyens de Duluth.
On ne connait pas l'origine du
feu. Les pertes sont légèrement
couvertes par l'assurance. Avec
l'énergie que nous lui connaissons,
nous sommés convaincus que M.
Michel Longtin sera bientôt capa
ble d'exercer son état de boulan
ger, pâtissier et confiseur.
COMMUNIQUE.
Cinq grosses barres du "Sweet
16 Soap" pour le blanchissage et
le bain, pour 25 contins. Essa
yez-le.
M. G. Léveillé, agent général
de la "K Life Insurance Co," et
agent de biens fonds, a transporté
cette semaine Bon bureau d'affaire
dans le
block
Hennepin, en face du
Bureau de Poste, chambre 44—3e
étage.
Nous sommes heureux a appren
dre que M. Léveillé est honoré
d'un patronage toujours croissant
comme agent d'assurance et de
biens-fonds.
Le nombre des faillites aux
Etats-Unis et au Canada dans le
cours
de la semaine dernière, ont
été de 204 contre 233 pour la se
maine correspondante l'année der
nière.
La grande .ligne du chemin de
fer le Pacifia life Canadien sera ou
verte au trafic sur tout son parcours
—de Montréal à la Colombie an
glaise—le 18 courant, et pour le
transport des pafiàagers le 2 no
vembre prochain.
Vendredi deriper il y avait nom
breuse rénnion d'amis chea M. A.
H. Trépanier marchand de hardes,
120, Central afenue, à l'occasion
du 32e anniversaire de Mde Tré
panier.
1
Chants, musique, rafraîchisse
ments et divertissements à la cana
dipnne ont fait toujs les frais de
cette agréable sbirée.
Les participants Wcette charman
te fête de famille sesont retirés
tard, emportant le meilleur souve
nir de l'urbanité et de la libéralité
dé M. et Mde A. H. Trépanier.
Nous avons le pénible devoir
d'annoncer la mort de M. George
Fisher, ci-devant de Minneapolis,
arrivée le c8 septembre dernier à
Chambly Bassin, P. Q., Canada.
M. Fisher a succombé à la con
somption galopante après quelques
mois de maladie il était le be u
frère d* notre concitoyen et com
patriote M. G. A. Scheffer.
Nous offrons à la famille du re
gretté défunt nos plus sincères
condoléances.
Secours aux Metis
Il y a quelque temps, nous près
sions le gouvernement fédéral de
venir en aide aux Métis de la Sas
katchewan, qui ont souffert par
suite de l'insurrection. On nous
informe que c'est fait, et que l'on
distribue des secours aux victimes
de la guerre civile, sans s'occuper
de savoir quelles sont ces victimes.
Nous félicitons le gouvernement
de sa prompte intervention et de
son impartialité. Nous espérons
qu'il continuera de soulager les
misères profondes qui sont le ré
sultat inévitable des événements.
11 ne faut pas que les pauvres fem
mes et les pauvres enfants aban
données de la Saskatchewan, souf
frent de la faim d'après ce que
nous apprenons, les autorités sont
résolues à faire pour eux, tout ce
qu'il est possible de faire.—Mi
nerve du 8 octobre.
Le véritable "Linen Soap" porte
le nom de Obéra Hosick & Co. im
primé sur chaque barre. N'en pre
nez pas d'autre.
A':. ÉÊèÊMlÊÊMË ifclit§É^
BSOHO DH3.Xi'OTJH3ST
CORRESPONDANCE.
MINNEAPOLIS, 12 octobre, 1885.
Monsieur le rédaoteur,
Veuillez me permettre de vous
exprimer mon opinion, au double
point de vue tnoral et financier, au
sujet de l'orphelinat canadien
français projeté.
En premier lieu, chacun de nous
doit se demander serait-ce une
bonne chose pour nous d'avoir un
orphelinat Tout le monde répon
dra oui, et pour plusieurs raisons.
D'abord, c'est util acte de charité
par excellence, piareequ'il vient en
aid» aux affligés et gu'il donnera
aide et secours M^ceux qui sont
dans l'impossibilité de se soulager
eux-mêmes et de combien de ma
nière he vientâl ias én aide aux
malheureux d'abord, en leur as
surant les nécessités de la vie, ce
qui est le plus grand des biens, en
second lieu, en leur donnant l'é
ducation qui en fera des hommes
et des femmes utiles à la société,
en leur Bauvëgardant la langue ma
ternelle dont nous sommes si fiers,
et surtout notrè rôligion.
Enfin là dernière raison mais
qui n'est pas la moindre, c'est que
nous pourrions dire que nous som
mes capables de prendre soin de
nos orphelins, indépendamment
des autres nationalités, ce qui se
rait certainement r,un grand avan
tage pour nous particulièrement
pour ceux qui sont à la tête de fa
mille, grande on petite. Suppo
sons par exemple un chef de famil
le de cinq à six enfants, qui serait
subitement enlevé par l'ange de la
mort, ou une personne qui n'a que
ses gages quotidiens pour le sup
port de sa famille, ou encore une
personne qui est obligé de s'absen
ter pendant les mois d'hiver afin
de gagner de quoi faire bouillir la
marmite à la maison, pensez-y bien,
et voyez si ce n'esit pas la meilleu
re police d'assurance pour un pau
vre homme, car en réalité, tout ce
qui lui est demandé de faire, c'est
de contribuer suivant ses moyens,
aucune taxe d'aucune sorte n'est
requise pour une telle entreprise.
Quant au point de vue financier
de la question, je dois dire dès le
commencement que de toutes les
entreprises qui sont considérées
comme étant de première utilité,
aucune ne l'est au même degré
que celle-ci. Les églises, les éco
les et les asiles d?orphelins sont
généralement soutenus par la cha
rité, et je puis dire qu'il est d'ex
périence en cette ville qu'en géné
ral, il a toujours été plus aisé de
prélever des fonds pour les orphe
linats que pour les autres entre
prises, témoins leè deux bazars
que nous. avons eus ici cet autom
ne.
De plus, vous verrez souvent des
gens de moyens qui n'hésiterons
pas à donner largement pour les
asiles d'orphelins et qui ne donne
ront pas une cent pour une église
ou une école.. Et en autant qu'une
congrégation y est concernée com
me corporation, tout ce qui est de
mandé en tel cas, c'est le support
moral, et quand ceci est obtenu, il
est très facile d'obtenir ensuite des
contributions libériles de ses mem
bres, suivant leurs moyens.
Dans l'espérance que l'entreprise
de l'orphelinat canadien français
projeté marchera au gré et à la sa
tisfaction du. comité exécutif,
Je demeure votrp etc.
UN CITOYEN.
Un journal anglais de cette ville
dit que les jeunes gens des deux
sexes se soumettront facilement à
l'opération de la vaccination, quand
ils apprendront que la picote a été
introduite à Montréal par un bai
ser.
w
Z. Demeules a acheté derniè
rement un stock considérable
de pommes, confitures, gelées,
beurres, farines, œufs, etc., etc.,
qu'il garantit pouvoir vendre à
des prix défiant toute compé
tition. Grande réduction sera faite
à ceux qui achèteront leurs provi
sions et épiceries ,en gros. Faites
une visite- à son magasin pour
vous en convaincre.
L'annexion de Cuba.
NEW YORK, 8—Les dignitaires
de l'association cubaine de cette
villa viennent de recevoir une let
tre du district de Cinco Villas, di
sant que, plusieurs rencontres
avaient eu lieu, en cette ville, et
que quinze Erpagnoles étaient
tombés dans la mêlée.
Un mouvement s'opère parmi
les principaux Espagnols de l'en
droit, à la tête desquels se trouve
le citoyen le plusfnotable de Cuba,
dans le but d'aviser aux moyens
à prendre, pour assurer l'annexion
immédiate ae ôetïê lie' auxiEtats
Unis, afin de protéger la vie et les
propriétés des cïtoyèns.
Plusieurs Espagnols dit-on, sym
pathisent ouvertement avec les
chefs révolutionnaires de Cuba.
Le- mouvement annexiou.liste
semble rencontrer l'approbation de
plusieurs américains influents, qui
se sont réunis dernièrement à Sa
ratoga, pour discuter la question.
Trois banquiers espagnols d*
oett» ville, sont, ^lit-on, en faveur
du projet, et ont envoyé des délé
gués à Cuba, avec instruction «le
travailler à faire réussir le mouve
ment.
Les cubains se' sont aussi pro
noncés fortement pour ce projet et
font preuve d'urîê grande énergie
afin de le faire réussir.
Ifim
ST. PAUL.
A la dernière séance de la confé
rence de St-Vincent de Paul de
l'église St-Louis, M. le vice-prési
dent Z. Quesnel a annoncé que M.
le Dr Marchand offrait gratuite
ment ses soins à tous les malades
pauvres secourus par la conférence.
Ces offres charitables et généreu
ses ont été acceptées avec recon
naissance.—Le Canadien du 7 cou
rant.
DECES.
Nous avons encore à enregistrer
cette semaine la mort d'un des an
ciens Canadians de St-Paul, de l'un
de ceux de nos compatriotes qui
ont vu les commencements de cet
te grande ville.
Monsieur Charles Rouleau est
décédé lundi dernier, à sa résiden
ce, à "West St-Paul" à l'âge de 77
ans et 7 mois.
M. Rouleau est né à Berthier
(en haut), P. Q. Dès sa vingtiè
me année il partit pour les Etats
de l'Ouest et il se fixa bientôt à St
Paul, qui n'était alors qu'un villa
ge. Il a résidé en cette ville pen
dant 43 ans. Il exerçait le métier
de tonnelier. Il est le père de M.
Ch Rouleau, de notre corps de po
lice, de deux autres fils et de plu
sieurs filles dont l'une est l'épouse
de M. Vallée.
M. Rouleau a toujours joui de
l'estime de ses compatriotes et de
tous ceux qui le connaissaient.
Mardi do la semaine dernière à
l'occasion du 37e anniversaire de
sa naissance, les employés de M.
P. J. Bigué, marchand de groce
ries et provisions, West St Paul,
lui présentèrent une adresse de
félicitations, accompagnée d'une
magnifique canne à pommeau d'or.
Nous sommes heureux d'enrégis
trer aujourd'hui ce beau témoigna
ge d'attachement et d'estime envers
notre prospère compatriote de
West St Paul.
Brillante Soiree.
Dimanche soir le 4 courant, une
foule élégante et nombreuse se
pressait dans les salons dorés de
M. Edouard Langevin, le million
naire canadien français de St-Paul,
à l'occasion de l'entrée de la famil
le Langevin dans sa nouvelle de
meure princière, coin de la rue
Minnehaha et de l'Avenue, Payne,
St Paul.
Rien n'a manqué au charme de
cette magnifique soirée illumina
tion,—a giorno—décorations splen
dides franche et cordiale hospita
lité des hôtes de la maison somp
tueuses tables chargées de mets
exquis et de fines liqueurs musi
que, chants patriotiques gaieté
générale à faire revivre les chers
souvenirs de la patrie absente, etc,
etc.
L'espace nous manque pour
donner par le menu les détails de
cette brillante réception qu'il
nous suffise de dire qu'elle inau
gure dignement la série des soirées
canadiennes de la saison chez nos
compatriotes de la capitale du
Minnesota.
Tous les marchands en groceries
vendent le "Sweet 16 Soap."
et
elles du Œanatla.
Sur les treize ministres qui com
posent le cabinet fédéral du Cana
da, six sont catholiques.
QUEBEC.
LA VACCINATION. —Plusieurs mil
liers de personnes employées dans
les manufactures se sont fait vacci
ner, à Saint-Roch et à Saint Sau
veur, durant ces derniers jours. Les
employés de la manufacture Butte
rell et Cie, ont été vaccinés, same
di, sur leur propre demande.
11 y a bien eu ça et là quelqu'é
motion à la nouvelle que la vacci
nation était obligatoire et que les
gens allaient être forcés de faire
vacciner les élèves des écoles, mais
ce n'a été que l'effet d'un malenten
duet partout en cette ville on est dis
posé à avoir recours à ce moyen de
prévenir les effets de la variole,
chose qui est recommandée du
haut de la chaire.
LA VARIOLE AU CAP SAINT-IGNACE.
On dit qu'il y a plusieurs cas de
variole, au Cap Saint Ignace. C'est
une femme venue de Montiéal qui
a apporté la maladie, il y a environ
trois semaines. Aujourd'hui on
prétend qu'il y a aumoins 15 mai
sons où il y a des cas de picotte..
Ce n'est qu'à la compagnie des
vins de la Californie, office à Min
naepolis, CHAMBRE NO 15-2e
ETAGE, BOSTON BLOCK, que
vous pouvez acheter des vins purs,
non falsifiés, et à bon marché.
LA VARIOLE A MONTRÉAL. L'E
tendard a publié, semedi, un ta
bleau. montrant les décès par la
variole, dans la ville et la banlieue
de Montréal, durant la semaine ter
minée le 2: Il appert qu'il y a eu,
321 décès, dans la ville, 30 au vil
lage Saint-Jean-Baptiste, 15 au cô
teau Saint-Louis, 16 a Saint-Hen
ri, 18 à Sainte Cunégonde et un à
Saint-Gabriel en tout 401.
En septembre, il y a eu 817 dé
cès.
Les rapports pour la journée de
vendredi constatent 45 décès.
"v#-*
As
L'officier de santé a fait rapport.
que, vendredi, 36 maisons ont été
placardées, 48 placardées de nou- mis canadien français.
GOODFELLCW.
Grande ouverture des marchandi
ses d'automne et d'hiver,
Tel que soies noires et de couleurs velours de soie Brocard en
couleurs—Prix variant de $2.50 à $7.00 la verge.
ETOFFE A ROBE, DE COULEURS.
Camel Hair serge, pure laine—40 pouces de largeur à 42 cts. la
verge.
Drap de Damas, 52 pouces de largeur, à 55 cts. la verge. Etoffes
moitié laine, à 10 cts.
Grande variété d'étoffes les plus nouvelles—prix variant de 75cts.
à $5.000 la verge.
[Combination Suits] des goûts les mieux choisis, depuis $10.00 à
$35.00 le patron.
Il y a 58 médecins vaccinateurs
à l'œuvre à Montréal
BONNE NOUVELLE.—On continue
à
recevoir, à Montréal, des nouvel
les satisfaisante concernant l'indus
trie du coton dans ce pays. Les
fabriques sont en pleine opération
pour exécuter des commadee.
LE POUVOIR DU SAULT MONTMO
RENCY'—On dit qu'une compagnie
nouvelle est en voie de formation,
ici dans le but de se servir du pou
voir des chutes Montmorency com
me pouvoir moteur pour tous les
genres de machines pour manufac
tures, imprimeries, etc. Le pou
voir sera transmis au moyen de l'é
lectricité, et l'on dit qu'une grande
roue a été pourvue pour mettre ce
proiet à exécution.
Trois-Rivières, 8 oct—Dimanche
on a annoncé aux prônes dans les
ég ises, que des grandes messes,
recommandées par les citoyens de
plusieurs rues, seraient chantées
chaque jour de la semaine, à 7
heures, afin d'obtenir du bon Dieu
la grâce d'être préservés du fléau
de la picotte.
On vient de signaler un fait sin
gulier qui se produit actuellement
dans 1e voisinage de Montréal les
vaches à lait paraissent atteintes
de la picote en plusieurs endroits.
L'on ajoute que le lait étant la
principale nourriture des enfants
en bas âge, ce fait expliquerait sur
abondamment comment l'épidémie
s'est introduite en certains lieux
qui semblaient à l'abri de son at
teintes.
M. Sidney Bottineau, commis ca
nadien-français dans le splendide
magasin de hardes faites,
dans
Sous-vêtements pour Dames et Messieurs, de 75cts. à $400 pièce.
Manteaux, Dolmans
en Sealskin, Vison et Beaver, en Pluche,
ses, Draps Diagonals et en soie Brocards seront vendus à des prix qui
ne peuvent être comparés ailleurs.
1500 patrons de couvertes seront vendus à aussi bon marché qu'ils
peuvent être achetés directement des manufactures.
DEPARTEMENT DES FLANELLES.
Flanelle rouge, Croisée, purô laine^-15cts la verge, en montant
straker flanelle—moitié laine à 11| cts la verge.
Makina pure laine à $1.00 la verge.
La pratique Canadienne aura l'avantage de trouver le magasin
ouvert jusqu'à neuf heures tous les samedi soir.
R. S. GOODFELLOW & Co.
DAME LEA BOURQUE,
PAUL H. ROY.
NO. 245 ET 247 NICOLLET AVENOE.
/eau, 42 maisons fumigées et que
97 personnes ont été vaccinées au
bureau central, et 29 à la succursa
le de West-End.
Montreal, 6 Oct.—Il y a eu, 37
décès, dans la ville, samedi, 3 au
village Saint-Jean-Baptiste, 2 au
coteau Saint-Louis, 2 à Saint Hen
ri et un à Sainte Cunégonde.
Dimanche, les décès ont été au
nombre ie 59, dont 2 à Saint-Jean
Baptiste, 2 à Saint-Henri, un à la
côte Saint-Louis et 2 Sainte-Cuné
gOnde.
On dit qu'il y a 6,000 cas de pi
cotte à Montréal. Au 1er octobre,
le nombre des décès était porté à
plus de 1,000. Ce chiffre est su
périeur à celui de 1872 qui s'éleva
à 896 dans la même période de
temps.
A. P.
Walrath, 224 Hennepin Ave.,
Minneapolis, attire l'attention spé
ciale de ses compatriotes sur le
magnifique assortiment de non
veautés et les mille et un articles
de toilette pour hommes, jeunes
gens et enfants, qu'ils viennent de
recevoir. Leur stock de hardes
faites surpasse tout qe qu'il y a en
ville
cette même ligne, pour
la qualité des étoffes, la coupe et
le fini defc habits et la modicité des
prix. Leurs chapeaux sont dans
les derniers goûts et les dernières
modes connus, ainsi que de toutes
les variétés. On trouvera aussi
dans cette maison tous les articles
connus sous le titre de Oeufs Fur
nishing Goods, etc., etc., de qualité
et de prix à satisfaire les plus dif
ficiles.
Les pratiques canadiennes se
ront reçues avec la plus grande
affabilité par M. Sidney Bottineau,
et servies à souhait.
N'oubliez pas le No,
Walrath,
A* P«
224 Hennepin Ave­
nue.
SIDNEY BOTTINEAU, com-
fi
Draps
Matelas­
commis canadiens
Savez-vous ce qu'il faut faire
pour conserver vos montres?
Faites-les nettoyer une fois l'an
chez M. W. C. Leber, horlo
ger et bijoutier, Ne 208 Hennepin
Avenue.
Depot de Vins de la Californie.
Office à Minneapolis, Chambre
No 15—2e étage, Boston Block,
audessus de la Post Office.
Old Bourbon Wkiskey, vieux de 1 an,
par gallon $1.50
Old sour Mash, vieux de
S
ans, par
gallon 82.00.
Anderson County Bourbon, vieux de 5
ans, par gaHon $2.25
Franklin County Bourbon, vieux de 6
ans, par gallon $2.50.
Vins Claret, vieux de 3 ans, par gallon
$'.00.
Vins Catawba, vieux de 3 uns, par gal
lon $1.00.
V'ns Guteded, vieux de 4 ans, par gal
lon $1.25.
Excellent Gin de Hollande, par gallon
$2 25.
Excellent Black Berry Brandy, par
gallon $1 75.
California Wine Bitters, par gallon
$2 00.
Tous les ordres de la campagne
sont promptement exécutés.
Pour le catarrhe et maladies des
poumons et de la gorge, lisez l'an
nonce du Dr Roy.
A TENDRE.
A bon marché un lot de 140
40, et un magasin, coin des rues
Spring et Pierce. S'adresser à Z.
Demeules, 27—1st str. S.
Dureau de placement Canadien,
gratuit.
Les entrepreneurs, menuisiers,
maçons et terrassiers trouveront
toujours à ce bureau des ouvriers
d'expérience, sobres et bien recom
mandés.
Adressez-vous au No 27—1st
Street South.
GALHOUN & LONG.
Marchands en gros et en détail
de marchandises sèches et de nou
veautés, 228 Central Avenue,
poussent les affaires en avant cet
automne. Ils sont si affaires au
magasin qu'ils n'ont pas même le
temps d'annoncer. Pourquoi cela,
et comment font ils tant d'affaires
quand tout le monde se plaint à
coté d'eux.
La raison en est qu'ils vendent à
si bon marché que tout le monde
dans East Minneapolis ommence
à s'apercevoir de la chose et
porte en foule à leur magasin.
se
Leurs dépenses sont moindre
que partout ailleurs, ce qui leur
permet de vendre à bon marché.
Ils ont été dans l'Est et ont acheté
les qualités de marchandises qu'il
faut pour cette saison, et leur com
merce augmente tous Ids jours de
proportions Ils ont été obligés de
doubler personnel de leur maga
sin pour répondre à l'augmentation
des affaires. M. Calhoun doit al
ler à Chicago cette semaine ache
ter ae nouvelles marchandises.
Ces nouveaux achats seront arri
vées la semaine prochaine et le pu
blic de East Minneapolis est invi
té à visiter la maison Calhoun à
Long. On économise en achetant
à ce magasin.
Delle ARTHEMISE BESSETTE
com mis canadien français.
Demandez le "Linen & Sweet 16
Soap" et voyez si chaque barre
porte bien le nom imprimé de'
"Obern Hosick & Co.

circulars

xml | txt