OCR Interpretation


Echo de l'ouest. [volume] (Minneapolis, Minn.) 1883-1929, November 18, 1885, Image 2

Image and text provided by Minnesota Historical Society; Saint Paul, MN

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83045239/1885-11-18/ed-1/seq-2/

What is OCR?


Thumbnail for

fr
II
•lit
t?
'T
l|ito de r^tws*.
MINNEAPOLIS, 18 NOVEMBRE 1886.
MINNEAPOLIS.
L'ECHO DE L'OUEST n'est pas respon
ponsable des idées eu opinions émises par
ses correspondants.
Nous attirons spéciale Tient l'at
tention de nos lecteurs sur l'avis
de convocation d'une assemblée cle
l'association canadienne française
de cette ville que nous publions
dans une autre colonne, et à la
quelle tous les canadiens français
sont cordialement invités.
L'INFAMIE EST CONSOMMEE.
RIEL PENDU.
Infâme trahison des ministres
Canadiens-français.
TRIOMPHE DE L'OBANGISME 8UR LE
CATHOLICISME.
Grâce à l'infâme trahison des
ministres conservateurs canadiens
français, Langevin, Caron, Cha
pleau, Riel est mort hier sur l'é
chafaud, victime de son dévoue
ment à la cause des siens.
Il est mort pour son pays, mar
tyre d'une cause qui lui a toujours
été chère, pour laquelle il s'était sa
crifié il y a quinze ans déjà.
Tout est fini.
On a fait couler le sang d'un des
nôtres pour assouvir la soif de
vengeance des sociétés secrètes
ameutées contre nous.
Les loges orangistes triomphent,
les ennemis de notre race enton
nent déjà le chant de victoire lors
que la nation canadienne-française
blessée au cœur, est plongée dans
la douleur. Inutile de nous faire
d'illusions dans le but d'échapper
à l'humiliation de notre défaite.
Que la race canadienne-française
ait le courage d'envisager ce si
nistre événement dans toute sa
cruelle signification qu'elle y voie
la négation de sa légitime influen
ce quelle ait la sagesse de puiser
dans ce honteux sacrifice une salu
taire leçon pour l'avenir.
Ce n'est pas seulement Riel qui
a été frappé, mais aussi tous ceux
qui lui tiennent par le sang et par
la religion.
Riel n'était pas, comme on
voulu le prétendre, un vulgaire
criminel méritant la mort pour
avoir sans raison pris les armes
contre l'autorité constituée Non.
Riel était le chef d'un groupe de
nos compatriotes qui, isolés perdus
dans les prairies du Nord Ouest
se voyant sans protection, refoulés
pas à pas comme nos ancêtres de
la vieille Acadie, sont allés le cher
cher au Montana, le supplier de
venir à leur^aide. Riel, c'était le
chef de cette petite bande de héros
qui, héritiers de la valeur chevale
resque de leurs ancêtres, n'ont pas
voulu, plier devant l'oppression,
quelle que fût sa force. Riel était
le chef de ce petit peuple, à qui on
refusait obstinément des titres de
propriété depuis des années dans
le but de distribuer leurs prospè
res établissement aux favoris poli
tiques des vieilles provinces.
était le chef des métis dont le
gouvernement vient de justifier la
révolté en leur accordant les titres
de propriété qu'il leur avait jus
qu'alors refusés.
En 1837, nous avons eu nos hé
ros qui ont volontairement versé
leur sang pour la conquête de nos
libertés les plus sacrées.
En 1885, nous retrouvons leurs
descendants luttant sur les bords
de la Saskatchewan pour faire res
pecter leurs droits les plus chers.
"Voilà ce qu'était Riel pour nous.
Il a empêché les spéculateurs
de déposséder les métis de leurs
établissements, fruit d'un demi
siècle de travail pénible il a arra
ché au gouvernement plus de 2,000
titres de propriété jusque-là refu
sés aux métis par sa révolte il a
éveille l'attention de tous les peu
ples civilisés sur le régime despo
tique et arbitraire qu'ils avaient à
subir enfin il a été condamné par
un jury choisi exclusivement par
mi les orangistes.
Voilà ce qui explique le senti
ment ardent de sympathie qui a
éclaté dans tous les cœurs cana
diens français.
L'éxécution de Riel a été un
acte montrueux, tyranniaue et ré
voltant dont la responsabilité ré
tombe surtout sur les trois minis
tres canadiens français qui par
leur lâcheté, ont fait pendre Riel.
Que sur eux retombe le sang de
ce pauvre Riel, mort martyr pour
son peuple.
Achetez le LINEN SOAP chez
OBERN HOSIOK & CO., leur
nom est imprimé sur chaque barre.
Un des marchands de chaossur
res à la mode, de l'avenue Nicollet,
disait hier à notre reporter:—Les
femmes portent ordinairement des
bas percés et les hommes des bas
non-troués, mais... .sales. Qu'est
ce qui est préférable?
A nos lecteurs.
Nous consacrons aujourd'hui
beaucoup de notre espace à la
question Riel, qui vient a avoir un
si triste dénouement-
Dans notre prochaine édition
nous dirons un mot de notre pro
gramme et de la ligne de conduite
que nous entendons suivre à l'ave
nir. Nous profiterons cependant
de l'oocasion qui nous est offerte
d'informer nos compatriotes, que
notre entrée à la rédaction de 1E
OHO ne nous empêchera aucune
ment de continuer à exercer notre
profession. Notre bureau d'avocat
est toujours au même endroit,
chambres 32 et 33, Boston Block,
où nous nous tiendrons comme par
le passé.
A. F. CARRIER.
Nous attirons l'attention toute
spéciale de nos lecteurs sur l'an
nonce de SEA, CURTIS & Oie.
que nous publions aujourd'hui.
SEA et bon marché sont syno
nimes, dit-on, les acheteurs pour
ront se convaincre que tel est bien
le cas, en allant faire leurs achats
dans cette maison qui a la réputa
tion de vendre à des prix excessi
ment "bas.
Deux commis canadiens-français
seront toujours à la disposition
de leur compatriotes qui sont spé
cialement invités à leur faire une
visite.
Notre ami, M. Charles Langevin,
marchand de Bed Lake Falls, est
venu assister à une réunion des
directeurs du Manitoba & Duluth.
Cette lign 3, que le Northern Pa
cific doit construire, partira de
Lake Park pour se rendre à Red
Lake Falls, distance de 78 milles,
et devra être terminéele 1er dé
cembre 1886.
Nous souhaitons besucoup de
succès à M. Langevin, dans les ef
forts qu'il fait pour doter Red
Lake Falls d'un chemin de fer et
assurer, par là même le succès et
la prospérité de cette ville.
Le Northern Pacifique doit cons
truire une ligne de Sauk Rapide
Minneapolis via Dayton et Oss
Yin de Bourgogne à $1.25 le gal
lon, à la Compagnie des vins de la
Californie—office à Minneapolis,
CHAMBBE NO 15, 2e ETAGE,
BOSTON BLOCK, audessus de la
Poste-Office.
Une scène terrible a eu lieu, di
manche, aux chutes Niagara.
Deux hommes louèrent une cha
loupe pour traverser du cOté cana
dien, à environ un mille en haut
des chutes. Au lieu de ramer Con
tre le courant et toujours
en remontant la rivière, ils essayè
rent de traverser directement Le
courant les entraîna vers la chute
avec une rapidité effrayante. Ce
pendant, ce ne fut que lorsqu'ils
eurent atteint à peu près la milieu
du fleuve et à environ 100 verges
de la cataracte qu'ils comprirent le
danger. L'embarcation chavira
ils se cramponnèrent à ses débris
et disparurent dans l'abîme. Quel
ques heures après, on a trouvé
l'habit de l'une des victimes et
quelques débris de la chaloupe.
Les plans pour l'orphelinat catho
lique de cette ville, ont été confiés à
M. Gilbert Léveillé, qui est actuel
lement à les préparer. Us seront
complétés le 10 décembre prochain
et tous les contracteras de la ville
sont invitée à les examiner et à of
frir des soumissions.
On a déjà commencé le déblaya
ge du terrain sur lequel cette
construction doit être érigée.
Il y a au Minnesota 112,926 Al
lemands, 22,428 Norvégiens, 80,735
Suédois, 45,473 Canadiens, 31,801
Irlandais, 12,692 Anglais, 11,785
Danois, 4,825 Ecossais, 7,645 Bo
hémiens, 5,646 Autrichiens, 2,486
Russes, 1,840 Français.
Achetez le LINEN SOAR
La femme de Michael Gallagher,
officier de police à St-Louis,
donné naissance, le 2 novembre, à
quatre filles.
Un cultivateur nommé Dolorin
était à creuser une cave à la Non
velle-Ecosse, dans un endroit occu
pé il y a un siècle par les Français,
quand il découvrit un pot rempli
d'or évalué à trois mille dollars.
La NICOLLET OYSTER
HOOSE au coin de la 3ètne rue et
de l'avenue Nicollet est devenue
très populaire parmi les amateurs
d'huîtres. On est toujours certain
d'y trouver tout ce que l'on désire,
et les huîtres que M. Rohland, un
des propriétaires, et qui est aussi
un chef de cuisine expérimenté,
peut servir sous toutes les formes
possibles contribue largement
faire de cette maison 'la meilleure
de la ville. Les plus difficiles s'en
déclarent satisfaits. Cette maison
est aussi très populaire parmi les
Dames qui ont enfin une maison
où elles peuvent entrer prendre un
lunch sans être obligées d'aller
dans un restaurant où presque
toujours il y a un comptoir où 1 on
débite des liqueurs.
l'JiiïS
•-"id
Card Photographes, $1.50 la
douzaine, chez W. Matters, 206
Central Avenue.
al
Tt-
V i
11 11
îfexsdrr•
NEW-TORT, 13—Le nombre des
faillites depuis les derniers sept
jours a été de 190 aux Etats-Unis
et 33 au Canada total 223 la se
I maine dernière il y en a eu 179 et
lia semaine .précédente 201.
^££1
Les Moulins a Farine de Min
neapolts.
Nous oroyona intéresser noe lec
teurs en leur donnant un aperou
de la capacité de nos différente
moulins à farine. Cette industrie
qni durant WB dernières années,
st développée d'une manière
resqu'incroyable, comme on pour
ra le constater par les chiffres don
nés plus bas, a fait, cette année
encore, d'immenses progrès, et nous
pourrons dire sans crainte de nous
tromper, que nous possédons ici
sur les bords des chûtes St Antoi
ne, les plus grands et les, plus
beaux moulins du monde entier.
Les MM. Pilsbury viennent de
terminer la construction de leur
nouveau moulin lé Pilsbury B.
dont la capacité est de 2,000 quarts
par jour.
Le Pilsbury A continue à faire
l'admiration de ceux qui le visi
tent. Il v a un an sa capacité était
de 6,000 quarte par jour. 7,000
quarts de farine sont maintenant
manufacturés tous les
Cette maison tient aussi un Isa
Ion au numéro 172, 3ème rue Est,
St-PauL
La construction projeté d'un
pont en pierre—stone arch bridge
—pour relier les deux rives du
Mississipi, rencontre de toutes
parte une vive opposition.
La dernière protestation contre
ce projet, vient de "l'Association
des propriétaires de moulins de
Minneapolis." Ces derniers, se
sont réunis hier et ont adopté, à
l'unanimité, des résolutions con
damnant cette entreprise^ comme
devant être fort préjudiciable, fa
tale même à l'industrie la plus im
portante de la ville, celle qui à fait
Minneapolis ce qu'il est aujour
d'hui i. .J,Ï
Si ce pont est construit, dit-on,
on enlève par là même, le pouvoir
d'eàu nécessaire à la mise en opé
ration dés nombreux moulins éta
blis sur les bords des chûtes St
Antoine manquant de Veau néces
saire beaucoup de moulins se ver
ront forcés soit de diminuer le
nombre de leurs employés ou mê
me de suspendre complètement
leurs travaux. Ce serait certes,
comme le dit cette résolution, une
véritable calamité pour notre ville,
que la fermeture de quelques uns
de os moulins ou manufactures
qui donnent de l'emploi à plusieurs
milliers de nos ouvriers mais il
faut espérer qu'il suffira de men
tionner les dangers que nous ferait
courir cette entreprise pour que
l'on y renonce.
Si nos capitalistes, nos hommes
d'affaires, tous ceux enfin sur qui
notre prospérité repose, se pro
noncent contfe ce pont et donnent
des preuves à l'appui de leur oppo
sition, nous avons droit d'espérer
que nos représentants au conseil
municipal verront à ce que leurs
projets ne viennent pas en conflit
avec les intérêts bien entendus de
nofre ville.: W
Dans ce cas-Ci spécialement,
npus ne comprenons pas trop l'em
pressement que l'on sémbïe mettre
à vouloir faire sanctionner la cons
truction de ce pont qui devra coû
tert^atudelà d'un demi-million,
lorsque celui que nous possédons
déjà suffit amplement aux exigen
ces du commerce.
Pour avoir de bonnes chaussu
res et à bas prix, ailes au No 110
Hennepin Ave,, à la grosse botte
rouge chez Brosnan Bros.
On affirme que M. Robert Reid
de Guelph, qui a construit le pont
de Ste-Rose et le pont Intercolo
nial'au fort Erie, vient d'obtenir
le contrat pour la construction du
pont que le Pacifique Canadien se
propose de construire à Laohine.
Le prix $2,000,000.—-CWote.
Pique
1
ti
jours.
Voici les noms des différente
moulins et leur capacité respecta
Quarts.
Anchor. 1,300
Cataract 575
Columbia.. 1,200
Ciown Boiler 1,900
Dakota 310
Excelsior 800
Galaxy. 900
Holly. 300
Humboldt.... 1,000
Minneapolis... 1,000
National 100
Northwestern 1,500
Palisade 1,800
Pettit 1.300
Pilsbury B.
St Anthony
Standard
Union
Washburn A.......
it
àj
2,000
500
1,500
300
3,600
1,000
2,200
900
7,000
Or.,
Zinith......
Pilsbury. A
Une charmante réunion a eu
lieu mercredi dernier à la résiden
ce de M. et Madame Taillefer, 513
9eme avenue Nord. Le plus joyeux
entrain ne cessa de régner pen
dant toute la soirée l'excellente
musique, le chant, l'amabilité des
hôtes contribuèrent pour beaucoup
à l'amusement général.
Vers minuit un magnifique sou
per fut servi aux invités qui ne se
séparèrent que de bonne heure le
lendemain matin.
JOHN C. CRAUS & Cle.
214
Avenue Nicollet Minnea
polis.
Importateurs de Champagne de
prix, de Brandy de première qua
lité et de cigares de la Havane.
srsSïK
5*
BDOHO Z3B3 UOTJBIST.
Eclairage de la route de New
Tork en Europe.
T? -^^355
Nous avons parlé, il y a quelque
temps, du projet d'un ingénieur
anglais, M. Charles William Har
ding, pour établir une série de
ihares flottants sur l'océan Atlan
afin d'éclairer la route suivie
par les paquebots qui font le ser
vice entre New-York et l'Europe.
Ce projet a été repris par F. A.
Cloudman, de Rondout, Etat de
New-York, qui vient de déposer au
département du Trésor, à Washing
ton un planjxmplet pour l'établis
sement de Wphares et uu aperçu
de ce que coûterait l'entreprise.
Si le système propose par M.
Cloudman venait un jour à être
appliqué, des 'phares étant reliés
entre eux par un cftble, on pour
rait recueillir chaque jour des ob
servations du plus haut intérêt
pour la science et l'agriculture
car ces phares seraient aménagés
de façon à pouvoir être habités
en tout temps par des observateurs
et des télégraphistes.
Mais c'est surtout à la naviga
tion qu'uiie pareille entreprise se
rait utile, car on pourrait toujours
savoir le temps qu'il ferait en mer
et lorsqu'un navire serait en dé
tresse, il serait d'autant plus facile
de lui porter immédiatement se
cours qu'on saurait d'une façon
précise où le trouver sur la vaste
étandue de l'Océan.
Essayez le SWEET 16 SOAR
La picojbte sévit toujours à Mont
réal et les préjugés et l'ignorance
contribuent à contrecarrer les ef
forts des officiers de santé. Il nous
semble, qu'au lieu de s'opposer
aux précautions prises pour arrê
ter les progrès de l'épidémie, tous
les gens sensés devraient donner
leur concours au maire de la ville
et à tous ceux qui, avec lui, tra
vaillent à faire cesser ce triste
fléau.
Il n'en est rien cependant et voi
ci que la politique vient à son tour
se mettre de la partie. On sait
que le Maire de Montréal, M.
Beaugrand est un libéral en poli
tiqué, et que lors de son élection
il fut vivement opposé par plu
sieurs journaux conservateurs en
traùtres le Monde et la Minerve
qui ne lui ont jamais pardonné son
élection comme maire de la Métro
pole du Canada.
De l'aveu de tous ceux que n'a
veuglent pasles préujgés et l'es
prit de parti, M. Beaugrand s'est
montré infatigable dans l'accom
plissement de ses devoirs et dans
les mesures prises pour la protec
tion de la viÛë. 11 a été quelques
fois obligé de. se montrer sévére
vis à vis ceux lirai refusaient de se
soumettre aui juste exigences des
membres du bureau de santé, mais
jamais croyons-nous, il n'a outre
passé ses devoirs. Ces jours der
niers cependant, la Minerve et le
Monde ont essayé de soulever^ l'o
pinion publique contre lui en inci
tant la populace à la révolté. Au
cours d'articles séditieux publiés
par ces deux journaux le maire était
représenté comme un lftche, un vio
lateur du domicile, etc. etc.
Loin de se lâisser intimider par
ces fanatiques appels aux préjugés,
M. Beaugrand a immédiatement
fait arrêter les rédacteurs de ces
deux feuilles MM. Vanasse et
Tassé, dont la conduite est blâmée
par tous les gens sensés, indistinc
tement de parti politique.
Voici ce que dit l'Etendard,
journal ultra-conservateur, au su
jet de l'action du maire.
"H était absolument dans son
droit et nous croyons qu'A est du
devoir de toutbon citoyen de faire
comprendre *à'- la population de
Montréal qu'élle doit obéissance à
l'autorité municipale» même lors
que cette autorité est personnifiée
en M. Beaugrand.
LeS personnes visitant le Mani
toba sont obligées
a
?«ff,
de prouver
qu'elles ont été vaccinées récem
ment où de soumettre à l'être
avant de mettle les pieds sur le
sol canadien
Photographes cabinets, seule
ment $2.00 la douzaine chez W.
MATTERS, 206J Central Avenue,
avec en outre un photographe sur
une carte dé 8x10 donné free d'ici
à quelque temps encore.
Une tempête à fait des ravages
considérables & Vaudreuil. La
plupart des terres basses sont
mondées et de# milliers de minots
de pommes de terre sont sous l'eau
et pourrissent rapidement. Le
labourage "d'automne est devenu
impossible à faire et à moins d'un
mois de beau temps sec la récolte
de l'année prochaine sera des plus
mauvaises. Il iest inutile de dire
que vu la sâi&c^ti avancée, il n'est
pas probable que les cultivateurs
aient ce mois de beau temps. Le
commerce est à peu près nuL X»es
grains se vendêht"à très bas'prix,
et somme toute les apparences
sont très mauvaises.
GALVÉSTON 13—Les maisons dé
truites! par la conflagration se chif
frent par plus de quatre cents.
Un millier de familles se trouvent
sans abri. La plupart ont perdu
tout ce qu'elles avaient.
—Jay Gould a souscrit $5,000
pour venir en aide aux incendiés.
GALVESTON, 13—Les dommages
causés par la conflagration sont
évalués à environ deux millions et
demi de dollars.
Les assurances s'élèvent à envi
ron $980,730.
JH
^j
V
EUROPE.
NOUVELLES DU VATICAN.
Paris, 6—Le "Monde" a reçu
une dépêche de Rome lui disant
que le pape doit publier bientôt
une autre lettre sur le libéralisme*
Rome 6—Le "Moniteur de Bo
rne" publie aujourd'hui un article
iospiré par le Vatican et attaquant
la conduite des chefs catholiques
durant les dernières élections en
France. A"vant ces élections le
pape donnant audience à un délé
gué du parti catholique français, a
exprimé le désir que l'on ne con
fondit pas la cause royaliste avec
la cause catholique. Il a donné
instruction au nonce à Paris de
conseiller aux journaux catholi
ques de France, de subordonner la
politique et de maintenir des rela
tions de l'église et de l'état turcs
qu'établis par le concordai
LONDRES, 10—Une dépêche de
Rangoon annonce que le gouver
nement de l'Inde a formellement
déclaré la guerre à la Birmanie.
L'ENCYCLIQUE DE LEON XIII.
LONDRES, 10—L'encyclique du
pape cite et approuve les syllabus
de Pie IX contre la sx:iété moder
ne. Elle dénonce la souveraineté
du peuple et insiste sur l'obéissan
ce des sujets à leurs souverains et
sur celle des souverains au pape,
Le pape exhorte les catholiques à
prendre part aux élections munici
pales et politiques.
UNE NOUVELLE UNIVERSITE.
SAN FRANCISCO, 10—Le sénateur
Stanford a fait connaître pour la
première fois aujourd'hui son pro
jet de fonder une université^ en
Californie. Le site de cette ins
titution sera à 30 milles d'ici, à
Polo Alto. Les propriétés affec
tées a cette fondation par M. Stan
ford représentent une somme de
$5,300,000.
La dotation, y compris les capi
taux qui lui sont affectés par le
fondateur, représente $20,000,000.
La France au Tonquin.
La chambre des députés vient
de se réunir, et l'une des premiè
res questions dont elle devra s'oc
cuper sera la politique coloniale,
et particulièrement la conduite
tenir à l'égard du Tonquin.^ Les
armées françaises ont subi plu
sieurs échecs, des sommes énormes
ont été engloutieB dans cette ex
pédition et tout cela sans grand
succès apparent
Cependant la France ne peut re
noncer à son protectorat ni aban
donner ses possessions dans l'In
do-Chine il lui faut absolument
y faire respecter son autorité mê
me s'il fallait pour cela dépenser
encore beaucoup et y maintenir en
permance les troupes qui s'y trou
vent actuellement.
Cette question sera certainement
une source d'embarras pour le mi
nistère qui aura à choisir entre les
différentes solutions qui se présen
tent. La première, c'est l'évacua
tion pure et simple du Tonquin la
seconde, l'occupation restreinte au
Delta )a troisième, la continuation
des opération et l'établissement du
protectorat.
Nous saurons bientôt à quoi
nous en tenir sur ce grave problè
me qui occupe sérieusement tous
les partis, et qui, nous en sommes
persuadés, ne tarderait plus à être
résolu conformément
aux
meil­
leurs intérêts du pays, si tout
1B
monde oubliait un instant les par
tis pris de coterie et y apportait
un égal desintéressement patrioti
que.
Pour $1.00 vous achetez un gal
lon de Claret pur et excellent, à la
Campagnie des vins de la Califor
nie.
Office —CHAMBRE NO 15,
2e ETAGE, BOSTON BLOCK,
au-dessus de la Post-Office.
Winnipeg, 11—Malgré toutes
les assurances contraires, le ban
net conservateur en l'honneur de
ir Adolphe Caron et de M. White
a eu hier soir un grand succès.
Dans son discours, Sir Adolphe
a déclaré n'avoir aucune^ sympa
thies pour les traîtres et il a ajou
té que justice serait faite. M.
White a voué Biel à l'exécration
publique.
Ces discours ont été accueillis
avec un grand enthousisme.
Commentant la dépêche ci-des
sus, voici ce que l'Etendard dit:
Nous avouons que tout ce que le
télégraphe nous avait apporté, jus
jus
qu'à hier, de relatif à ce ban-
quet, nous avait paru singulière
ment compromettant pour M.
Caron.
Dès lors que les sauvages oran
gistes de Winnipeg manifestaient
la moindre indice de leurs instincts
sanguinaires à l'adresse d'un com
patriote, M. Caron, eut dû, de sui
te, refuser ce dîner.
C'est en effet un déshonneur
pour un Canadien-français catholi
que de fraterniser avec ces bêtes
féroces. Et dès que, pour porter
une santé à M. Caron, il leur fal
lait du sang français au fond de
leurs verres, ce sang fût-il celui
d'un criminel, un gentilhomme,
surtout un patriote, devait repous
ser avec mépris des ovations assai
sonnées ae oette façon.
Mais la dépêche ci-dessus, a
comblé la mesure de notre dégoût
Faites usage du SWEET
SOAP pour le blanchissage.
16
GOODFELLCW.
NOUS AVONS BECULÂ SEMAINE DERNIERE PLUS DE
1,500
Magnifiques manteaux Seal Plush sacques et les célébré Newmarkets
pour Dames et Enfante.
Notre assortiment actuel de ces différentes espèces de manteaux
est sans contredit le meilleur qui puisse se rencontrer tant pour la
beauté et la perfection du fini
L'immense Variété de notre assortiment et le bas prix pour lequel
on peut acheter «es vêtements en rendent l'achat accessible à toutes
les bourses.
Sacques en marthe d'Alaska, New
markets et Manteaux.
Coiffures en Loutres pour Dames et Messieurs.
Loutre, Castor et dififerentes especes de
fourrure.
Nous invitons les acheteurs à nous rendent une visite et venir se
convaincront par eux mêmes qu'ils peuvent se procurer toutes ces
différentes espèces de Manteaux de $25 à $75 meilleur marché qu'ail
leurs.
Noue attirons l'attention toute spéciale des acheteurs sur nos
départements de fourrures et de garnitures pour robes.
TIH sont au plus grand complet, et surtout À des prix excessive
ment bas.
Nous continuons toujours à offrir d'excellentes soies, noires et
de couleur.
Nos étoffes pour robes, nous les vendons à grande réduction.
Nous désirons attirer de nouveau l'attention du public sur notre
assortiment de couvertures en laine.
Nos flannelles, une spécialité.
Nous offrons à d'enormes réductions tout notre assortiment de
vêtements de dessous.
Le fait est que toutes nos marchandises sont vendues à des prix
excessivement bas.
Nous prions les dames de vouloir bien faire leurs achats le matin
et éviter la foule dans l'après midi.
R. S. GOOMmïiOW & Co.
PAUL H. ROY, commis canadien.
NO. 247 ET 249 NICOLLET AVENUE.
A Vendre
A bon marché. Lots 8 et 9,
Block 42, dans l'addition de High
land Park.
A vendre à bien bon marché,
condition de paiement faciles. S'a
dresser que Z. Demeules, 27 1st
South street
Naissance.
Dimanche, en cette ville, la
Dame de M. Arthur Enault, une
fille.
Egorge par son mari*
On vient de découvrir à Buffalo
un crime horrible qui a dû être
commis dans la nuit de dimanche
à lundi
Un Allemand nommé Charles
Herman demeurait depuis quel
ques mois avec sa femme Eva,
rl an une maison du quartier alle
mand de cette ville. Mme Her
man tenait un petit étal dans un
marché public, tandis que son mari
que l'on croit être boucher de son
métier, était sans place et passait
son temps à se griser ou à battre
sa femme. Dans la nuit de di
manche leurs voisins les entendi
rent se disputer, mais comme cela
arrivait presque
toutes
les nuits,
ils n'y attachèrent pas d'impor
tance.
Depuis lors personnes n'a vu
Mme Herman vivante, bien que
son mari sortit chaque jour vers
dix heures et rentrât régulièrement
le soir. Intrigués de ne plus voir
Mme Herman, les voisins se sont
décidés, vendredi à aller frapper à
la porte pendant l'absence de son
mari. Comme la porte était fermée
à clef et que personne ne répon
dait, les voisins l'ont enfoncé pour
satisfaire leur curiosité. Mme
Herman était étendue sur le plan
cher, près du ht, la gorge coupée
d'une oreille à l'autre et les mains
déchiquetées de coups de couteau.
La chambre dans laquelle se trou
vait le cadavre était dans un désor
dre affreux, indiquant que la mal
heureuse femme avait dû lutter
désespérément contre son meur
trier.
Il est évident que c'est Herman
lui-même qui a égorgé sa femme,
sans doute dans un accès de folie
furieuse, causée par l'ivresse. Et
cependant ce 'misérable est allé
coucher trois nuits de suite dans
le lit au pied duquel gisait le ca
davre sanglant de sa viotime car
l'autopsie a démontré que la mort
remontait à trois ou quatre jours.
Herman a disparu, mais la police
est sur ses traces et il ne tardera
pas à être arrêté.
A VENDRE.
A bon marché un lot de 140—
40, et un magasin, coin des rues
Spring et Pierce. S'adresser À Z.
Demeules, 27—1st str. S.
-WASHINGTON, 13—Dans la eause
du Dr Hicks, directeur spirituel
de Guiteau vs Y Evening Star, pour
$35,000 de dommages intérêts, le
jury a accordé au plaignant la som
me d'un sou. Le libelle consistait
en ce que ce journal avait accusé
le Dr Hicks avoir négocié la ven
te du squelette de Guiteau à un
musée pour la somme de $1,000.
*.
mm
3f*A
M/
M. Urgel A. Gendron, commis
chez HALL the MAN, au Mar
ket Hall, remercie cordialement
ses compatriotes du patronage gé
néreux qu'ils ont accordé à ce po
pulaire établissement par le passé
et sollicite de nouveau le même
encouragement pour l'avenir. Les
Canadiens trouveront toujours
chez HALL the MAN le meil
leur assortiment de thé et café de
la ville, et à des prix les plus ré
duits. Chaque vente de thé et
café est accompagnée de bons don
nant droit à de magnifiques ca
deaux.
206| Central Avenue, est la seu
le place où vous pouvez faire pren
dre votre photographe, greaideur
cabinet (cabinet size) aussi bien
que partout ailleurs dans la ville,
pour $2.00 la douzaine, avec un au
tre photographe sur une carte de
8-10, donné free.
W. Matters, propriétaire.
L'office pour la vente en
LINEN et du SWEET 16
est au No 15—2nd St North.
n
du
F,
Pour le catarrhe et maladies des
poumons et de la gorge, lises l'an
nonce du Dr Rov.
Allez visiter le magnifique assor
timent de hardes pour l'automne
et l'hiver, nouvellement arrivé chez
Rees Brothers, ^200 Hennepin Ave,
et demandez M. L. Desrosiers.
Savez-vous ce qu'il fout faire
pour conserver vos montres?
Faites-les nettoyer une fois l'an
chez M. W. C. Leber, horlo
ger et bijoutier, No 208 Hennepin
Avenue.
Depot de Vins de la Californie.
Office à Minneapolis, Chambre
No 15—2e étage, Boston Block,
de la Poe
audessus ?ost Office.
ans, par
Franklin County Bourbon, vieux 4e 6
par gallon $2.50.
ClaM
ans.
Vins Claret, vieux de 8 ans, par f&lloa
$1.00.
Vins Catawba, vieux de 3 ans, par gal
lon $1.00.
Vins Guteded, vieux de 4 ana, par gal
lon $1.25.
Excellent Gin de Hollande, par gallon
$2 25.
Excellent Black Berry Brandy, par
gallon $1 75.
California Wine Bitten, par galle»
$200.
Tous les ordres de la campagne
sont promptement exécutés.
Bureau de placement Canadien.
4 Jtc sratalt.
1
„s
Les entrepreneurs, menuisiers,
maçons et terrassiers trouveront
toujours à oe bureau des ouvriers
d'expérience, sobres et bien recom
mandés.
Adressez-vous au No 27—1st
Street South, f^
Le SWEET 16 SOAP pour le
blanchissage, 5 barres pour 25cts,
essayez-le.
r—
1 M,
Old Bourfcon Wkiskcy, Vieux de
par gallon $1.50
Old sour Mash, vieux S
gallon $2.00.
•nderaon County Beorbon, vieux 4e 5
ans, par gallen $2.25
i
o"

A. F. GABBIER REDACTEUR.

xml | txt