OCR Interpretation


Echo de l'ouest. [volume] (Minneapolis, Minn.) 1883-1929, December 09, 1885, Image 2

Image and text provided by Minnesota Historical Society; Saint Paul, MN

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83045239/1885-12-09/ed-1/seq-2/

What is OCR?


Thumbnail for

l^cito At
MINNEAPOLIS, 9 DECEMBÎRE, 1885.
A. F. CARRIER REDAOTEUB.
MINNEAPOLIS.
L'ECHO
DE L'OUF&T
n'est pas respon
ponssble des idées ei «piuions émises par
ses correspondants.
Le sentiment national au Canada.
toute une révolution dans les par-
rouges paraissent pour lo moment
Au cours d'un article remarqua
ble publié dans "l'Electeur" de
Québec, au sujet de la formation
de ce nouveau parti, ce journal dit
qu'il ne s'agit plus comme autre
fois de combattre pour obtenir la
possession de droits politiques il
s'agit de savoir si nous allons, oui
ou non, en conserver l'exercice.
11 s'agit de reprendre sous le dra
peau britannique, non par une pla
ce plus large que celle qui nous
appartient, mais seulemont le rang
auquel nous avons droit. Nous
voulons regagner le terrain perdu
par notre faute, rien de plus De
puis plus de vingt-cinq ans, une
majorité considérable, des Cana
diens-français a prêté main-forte
aux pires ennemis de sa race et de
sa religion. L'esprit de parti,
aveuglant une partie de sa popula
tion l'a empêché de voir ses anta
gonistes naturels abuser chaque
jour de l'appui qu'elle leur prodi
guait. Enhardis par l'impunité,
ils ont souffleté notre race comme
aucune race au monde ne peut l'ê
tre davantage.
On nous reproche de faire de la
question Riel une question de race
Mu is quoi! lorsque de tous les
points du monde civilisé s'élevaient
des voix puissantes pour demander
la grâce de Riel au nom de la civi
lisation, nous, ses frères par le
sang, ses défenseurs naturels, il
nous eût fallu nous taire? Et lors
que, fermant l'oreille à tous ces
appels suprêmes formulés au nom
de l'équité, de l'humanité, de la ci
vilisation, le gouvernement n'écou
te que les cris sanguinaires de
quelques êtres fauves assoiffées de
sang français, il nous faudrait
étouffer nos protestations dans
notre cœur, sur nos lèvres, et lais
ser parler les étrangers à notre
place?
Allons donc! qu'on ne vienne
pas reprocher aux Canadiens-fran
çais de s'être laisser aller à une
aussi ville et méprisable inertie
Comme on peut le voir, ce senti
ment national est puisssnt et por
tera certainement ses fruits, si nos
frères du Canada se montrent plus
persévérants qu'ils le sont généra
lement, avec de l'entente ils peu
vent tout, mais si comme par le
passé ils continuent à se diviser,
ils ne seront qu'un jouet entre les
mains de leurs ennemis qui sau
ront bien profiter de leurs divi
sion, pour les écraser.
Monseigneur Ireland a officié
hier a l'église St Etienne, Anoka as
sisté du Révérend Père Brennanes
Sa Grâce a confirmé au delà de
cent personnes.
Les funérailles de George et d'al
lié LaClair, qui se sont noyés en
patinant sur l'Italian Lake, mardi
dernier, ont eu lieu samedi à ano
ka.
Le SWEET 1£ SOAP 5c. par
barre.
On parle de construire une non
velle manufacture d'engins à Brai
nerd. Le site de cette nouvelle
construction est déjà choisi et plu
ieurs capitalistes compétents sont
la tête de cette entreprise,
Le sénateur Harris a été choisi
par les Démocrates comme leur
candidat à la vice-présidence.
La tempête de vendredi a causé
beaucoup de dommages sur le lac
les prix défient toute compétition.
206$ Central Avenue.
Mort du Roi d'Espagne.
Nous avons annoncé la semaine
dernière la mort du roi d'Espagne,
Alphonse XIL. Oet événement
bien qu'assez soudain n'était pas
tout à fait inattendue vu la mala
die dont ce roi souffrait depuis
plusieurs mois déjà.
La disparution d'Alphonse XII
rouvre virtuellement 1 ère des ré
volutions qui ont agité l'Espagne
presque sans interruption depuis
la mort de Ferdinand "VII, c'est
à dire depuis un demi siècle. Il
7 rt n'y a probablement pas de pays au
mQD(ie et
-r». i ,, r.y I puissance en Europe qui ait passé
a o e i e é é é e a e i o n a n n
gouvernement canadien qui n
pas su résister à la presssion des
orangistes, l'insulte faite à la race
française du Dominion et qui a été
UOUVMOO V*«. I seaiuons CIVIJ«S OL UHUIOUDO,
si vivement ressentie, ont produit
et par
Qn
du moins complètement effacée?
Tous les Canadiens bi3n pensants
et vraiment patriotes semblent en
fin comprendre que leurs ancien
nes animosités n'ont plus leur rai
son d'être, et en face de la tombe
de Riel, ils se sont franchement
donnés la main et se sont unis
pour protester contre le sacrifice
de leurs droits qui vient d'être
consommé d'une façon aussi ini
que. Leur conduite est certaine
ment rationnelle et mérite l'admi
ration de tous les peuples civilisés.
Ils ont l'appui de tous les hommes
indépendants des deux partis quel
que soit leur croyance ou leur na
tionalité.
certainement pas de
par autant de vicissitudes dans un
aussi court espace de temps. Tou
te cette histotre d'un demi siècle
est une série non interrompue de
séditions civiles et militaires, de
con8pirati0ns
d'élévation et de dé
oa(jence je
tis politique qui depuis des années Natures. Il serait trop long de
se disputent la suprématie devant
rapp6ier
l'électorat. Les anciennes divisions g^ère des evenements, en passant
existantes entre ce que l'on est je
convenu d'appeler les bleus et les
proscription et de dic-
môme sommairement la
oourt
règne du roi Âmédée
|a république, qui se sont
succédé
à travers des insurrections
oo renaissantes, jusqu'à l'a
vénement d'Alphonse XII.
Maintenant, la mort de ce der
niers laisse l'Espagne dans une si
tuation qui présente une analogie
frappante avec celle qui existait à
la mort de Ferdinand VII, et d'où
ont découlé tous les revers de l'Es
pagne. L'héritière du trône est
une enfant de cinq ans, née d'une
mère autrichienne, et qui tient ses
droits de succession, comme Isa
belle, de l'abolition de la loi sali
que, à l'exclusive de don Carlos et
de sa descendance.
Le petit fils du prétendant de
1883 n'a point renoncé à ses pré
tentions, et il devra les faire reyi
vre plus énergiquement que ja
mais, en face d'une longue mino
îité et d'une régence nécessaire
ment faible dont l'autorité sera
contestée dès le début. Aucun des
partis qui se sont disputé le pays
depuis, cinquante ans n'a désarmé,
aucune ambition ne s'est effacée
le carlisme est aussi vivant que
jamais, et le parti républicain
des chefs intelligents, courageux
et populaires.
Les conjectures s'arrêtent devant
une situation aussi complexe et
aussi redoutable. Espérons que
l'Espagne sortira pacifiée et régé
nérée des nouvelles épreuves qui
lui sont sans doute réservées, pen
dant sa vie.
Gliemin de Fer du sault S te.
Marie.
Le Général W. D. Washburn
président du chemin de fer de
Minneapolis Sault Ste Marie et
Atlantic, de retour hier d'une visi
te d'inspection des travaux faits
pendant la dernière saison, disait
à un reporter de VEvening Jour
nal. "Je suis très satisfait du ré
sultat de nos opérations la ligne
est maintenant ouverte entre Min
neapolis et le Lac à la Tortue dis
tance de 140 milles, au printemps
les travaux seront poussés avec
toute la vigueur possible, afin de
completer le chemin jusqu'à Rhi
nelander. Ce dernier endroit pos
sède les plus grandes facilités que
l'on puisse imaginer pour le com
merce de bois.
Une personne compétente m'as
surait dernièrement, continua le
Général Washburn, qu'il y avait
au moins 40,000,000 de pieds de
pin, qui ne peut être touché avant
qu'un marché soit ouvert pour en
commencer l'exploitation ainsi no
tre intérêt est de faire avancer
les travaux dans cette direction
aussi vite que la chose sera possi
ble. Je puis dire avec certitude
que nouss serons prêts à commen
cer la location de la ligne à l'ouest
du Lac à la Tortue, de bonne heu
re le printemps, prochain, et com
pléter avant la fin de l'année notre
ligne jusqu'à Minneapolis."
M. Hendricks qui vient de mou
rir est le cinquième vice-président
des Etats-Unis qui est mort dans
l'exercice de ses fonctions. Les
autres ont été M. George Clinton,
de New-York, qui fut élu en même
temps que Madison et qui est mort
en 1812 Ehlridge Gerry du Mas
sachusetts qui fut élu lors de l'é
lection de Madison pour un second
terme et qui est mort en 1813 W.
R. King, élu avec Pierce mais qui
n'a jamais présidé et qui est mort
•en 1853. Henry Wilson élu lors
de la seconde élection de Grant
mort en 1875. Les vice-présidents
qui ont hérité de la présidence lors
de la mort de président ont été
Tyler (1840) Filmore (1850) John
son (1865) et Arthur (1881).
Une atrocité à ajouter aux anna
les de l'échafaud.
Hier, à Norwich, Angleterre, on
pendait un uxoricide du nom de
Goodale. Pour être plus sûr de
son fait, le bourreau lui attacha un
poids de quinze livres aux pieds.
Lorsque la trappe s'ouvrit, la chu
te du supplicié fut si violente bien
... v qu'elle ne fût que d'une hauteur
Je Bjx
ju
Michigan. Plusieurs bateaux à J
été tranchée d'un coup de hache.
pieds, que sa tête se sépara
tronc aussi net que si elle eût
19 1* iJlCIUvi*vv U lil VvU^r llv uttvUut
vapeur dus depuis plusieurs jours L'horreur saisit les spectateurs à
ne sont pas encore arrivés. ia
vue
je cette tête et de ce eada-
vre mutilé, rougissant la terre d'un
206^ Central Avenue est là pla- double flot de sang. V
ce ou vous pouvez vous procurer On s'en consola du mieux que
sur le plus court délai une bonne l'on put en répétant après les mé
photographie pour vous en _con- decins que le supplicié avait moins
vaincre allez chez W. MATTERS souffert par cette décapitation vio
ou tout ouvrage est garanti et on lente que par la strangulation. Le
bourreau fut même exonéré} de
tout blâme.
Jeudi dernier un grand nombre
des amis de M. Jos. Menard &e
rendaient à la nouvelle résidence
que oe dernier vient de se faire
construire sur la Plymouth Avenue.
Au nombre des personnes présen
tes nous avons remarqué Les
Révds Père Dagnault et Nougaret,
M. et Madame G. Marchassault,
M. et Madame A. C. LàBrash, M.
et Madame Louis Laramee, M. et
Madame J. H. Seymour, M. et
Madame P. H. Robinson, M. et
Madame L. Taillefer, M. et Mada
me Meunier, M. et Madame P.
Potvin, M. et Madame J. Rivet,
et Madame P. Chouinard, M. et
Madame J. P. Brault, M. et Mada
me O. Boisolair, M. et Madame N.
Emond, M. et Madame J. Menard,
M. et Madame A. J. Menard, M. et
Madame Provost, M. et Madame
Ai L. Menard et Messieurs Z. De
meules, L. Tuscany, Dr. T. Lali
berté, G. I. Leveillé, G. Frenette,
J. Davis, Jos Bélair, J. Gagnier,
Eli Menard et A. F. Carrier.
M. J. H. Seymour se faisant
l'interprète des personnes présen
tes pria M. Menard d6 vouloir bien
accepter en cadeau un joli fauteuil
que ses amis venaient lui offrir à
l'occasion de son entrée dans sa
nouvelle demeure, et lut ensuite
l'adresse suivante:
Monsieur,
Un ancien disait à certaines gens
qui trouvaient sa maison neuve
trop petite "plut au ciel que je
pusse la remplir dè vrais amis si
cet ancien eut vécu assez pour vous
connaître et pour être ici ce soir, il
aurait certainement admiré votre
maison, mais il aurait dit lui à son
tour quelle est trop petite pour le
nombre de vos amis pour le grand
nombre de ceux qui vous veuleut
heureux dans ce foyer de vos vieux
ans. Reposez-vous ici sur cette
terre et sous ce toit que votre tra
vail, votre énergie, votre persévé
rance vous ont acquis. Asseyez
vous ici sur ce siège dont notre af
fectueuse vénération veut faire à
la fois un trône et un fauteuil, un
trône d'honneur pour un des fon
dateurs et des pionniers de la Co
lonie canadieane à Minneapolis,
pour celui dont le front vénérable
est moins couronné par son auréo
le de cheveux blancs que par une
vie honnête, laborieuse, constante
dans le bien et qui peut servir
d'exemple à tous un trône dont
l'affection conjugale, la tendresse
filiale, le dévouement des amis, le
respect et la sympathie de tous
formeront les degrés. Un fauteuil
pour votre verte viellesse car en
fin si sous la neige des ans l'œil
paisible encore de jeunesse et de
vie, si le front brûle de l'activité
des pensées généreuses et patrio
tiques (quelquefois méconnues) si
la tête et le cœur ont toujours
vingt ans les jambes ont marché
devant et le chemin de la vie si
dur quelquefois les a quelque peu
usées.
Il est temps, Monsieur, de re
cueillir les fruits de vos labeurs
dans un repos bien mérité, envi
ronné comme d'une Cour, d'une
épouse dévouée, d'enfants fiers de
leur père, et d'amis empressés
recevez donc aujourd'hui avec nos
témoignages de respectueuse ami
tié, nos souhaits de bonheur et de
longue vie dans votre belle demeu
re/pas trop belle néanmoins pour
vos mérites. Nous architectes et
constructeurs nous pouvons faire
de beaux plans, bâtir solide, élé
gant, luxueux même, mais il ap
partient au grand Architecte de
l'univers de mettre par sa puissan
ce dans les murs, le bonheur, la
paix, la santé, c'est ce que nous lui
demandons pour vous en ce m
ment en disant, respect, honneur,
paix, longue vie et félicité à M.
Joseph Ménard et à tous les siens.
M. Menard vivement impression
né de cette marque d'estime de la
part d'un grand nombre de ses
concitoyens et amis, remercia en
termes émus M. Seymour et autres
de leurs souhaits et du joli pré
sent qu'ils venaient de lui offrir,
M. G. I. Léveillé, au nom de
l'Union St Joseph, présenta ses
hommages à Menard endossant
les remarques de M. Seymour.
Le Révd Père Dagnault, au nom
de la paroisse de N tre-Dame de
Lourdes présenta à M. Ménard une
magnifique paire d'épaulettes en
fleurs.naturelles il rappela le pas
sé de M. Ménard, les travaux qu'il
a faits, l'énergie, les talents qu'il a
déployés depuis les premiers
temps de son arrivée au Minnesota
en 1850, les combats qu'il avait dû
soutenir, pour défendre contre les
envahisseurs le terrain qu'il s'était
choisi et qu'il venait cultiver, le
félicitant du succès qui a couronné
ses efforts, et qu'il doit, à son in
domptable énergie, son travail
constant et sa persévérance. Il
lui fait plaisir de s'associer en cet
te circonstance à ceux qui ont eu
l'heureuse idée de venir offrir lëurs
félicitations et de joindre lui aussi
sa voix aux leurs et souhaiter paix
et bonheur à son vieil ami.
Le Révd Père Nougaret, appelé
parler, dit qu'il ne lui reste plus
qu'à endosser les remarques qui
viennent d'être faites, il espère que
l'exemple dé M. Ménard profitera
à tous.
4
Nous sommes toujours heureux
de voir le mérite donné à ceux
auxquels il appartient, et certes
dans cette circonstance celui qui
était l'objet de ces témoignages
d'amitié et d'estime,*en est digne
au plus haut degré. Né à St-Ours,
Province de Québec, )e 3 féyrier
1821 d'une bravé famille de culti
vateurs! M. Joseph Ménard quit­
1
I/OTJBSST
tait le Canada en 1850 pour venir
se fixer ici.
Le 26 mai 1850 il se fixait à East
Minneapolis, et le 6 mai 1852 il
prenait une préemption sur le côté
Ouest, et construisait la seconde
maison au nord de Bassets' Creek
cette maison n'était qu'une log ca
bin, qui était alors de mode dans
ce temps, 1^'
Par une vie laborieuse, M. Me
nard, a su aquérir une jolie fortu.
ne, venu ici pauvre il est aujour
d'hui: grâce à son énergie et son
travail, possesseur de beaucoup de
propriétés doué d'un oœur géné
reux sa bourse est toujours ouver
te à ceux qui souffrent et toutes
les bonnes œuvres trouvent en lui
un ami encourageant et dévoué.
Ses donç à nos églises et insti
tutions de charité sont nombreux
et ce n'est jamais en vain que l'on
fait appel à sa générosité. Puissë
son exemple être suivi, et la colo
nie canadiènne de Minneapolis ne
fera que prospérer et acquérir la
légitime influence à laquelle elle a
le droit de pretendre.
Essayez le savon d'OBERNE
HOSICK.
L'assemblée régulière de l'As
sociation Canadienne Française
aura lieu lundi prochain à 7 heures
P. M.
CBOOKSTON, MINN. DEC. 7,1885.
Monsieur le Rédacteur de l'Echo
de l'Ouest, Minneapolis.
Monsieur,
Veuillez publier dans votre
journal les résolutions suivantes
qui ont été acceptées a l'unanimité
pay l'Association St-Jean-Baptiste
de Crookston,,Minn., à sa dernière
assemblée générale:
Proposé: par M. F. E. Lepage,
secondé par M. Frank Benoit, que
l'Association St Jean-Baptiste de
Crookston a appris avec la plus
profonde douleur l'exécution injus
te de Louis Riel à Régina le 16
novembre 1885^
Résolu:—Que cette Association
prend part au deuil dans lequel
est plongée la nation qu'elle res
sent vivement l'insulte que le fa
natisme anglais et orangiste vient
d'infliger à nos compatriotes dii
Canada, et réprouve avec la plus
grande énergie l'action du gouver
nement de la Puissance dans cette
triste affaire
Que copie des présentes résolu
tions soit adressée aux principaux
journaux français du Canada et
des Etats-Unis avec prière de re
produire.
Par ordre de l'Association,
FRANK BENOIT,
v
Secrétaire-correspondant.
Nous publions aujourd'hui une
annonce de MM. Ingram, Oison &
Cie les célèbres marchands de l'A
venue Nicollet. Inutile pour nous
d'y référer plus longuement, il suf
fira à nos lecteurs de la lire
s
pour
se convaincre par eux-mêmes des
avantages qu'ils trouveront à faire
leurs achats, à cet établissement.
îi nous fait aussi plaisir de men
tionner le nom de notre compa
triote M. A. Lacroix, commis cana
dien de cette maison. M. Lacroix
n'a pas besoin d'être présenté
public canadien dont il est si avan
tageusement connu depuis au-delà
de six ans qu'il demeure à Minnea
polis. Il suffit de mentionner son
nom en connection avec cette mai
son, c'est ia meilleure garantie que
nous puissions donner à nos lec
teurs qu'il recevront toutes les at
tentions possibles de Monsieur La
croix qui invité respectueusement
ses compatriotes à lui accorder une
part de leur patronage.
A la dernière séance de l'Union
Nationale dont nous donnons ail
leurs Un compte rendu, la résolu
tion suivante a été passée
Proposé par J. Ë. L'Hérault, se
condé par M. Sirois que l'Union
Nationale in/ite toutes les sociétés
et les deux paroisses canadiennes
françaises à nommer un comité de
trois membres représentant cha
que société et paroisse pour for
mer un comité général qui devra
aviser aux meilleurs moyens
prendre afin de venir en aide à la
famille Riel et aux métis en gé
néral.
William Vanderbilt, le roi des
chemins de fer et l'homme le plus
riche des Etats-Unis, est mort su
bitement hier après-midi à New
York.
Chicago, 5 décembre—Un rap
port donnant le nombre des désas
tres éprouvés par les vaisseaux na
viguant sur les lacs, vient d'être
publié il est constaté que 60 vais
seaux ont été perdus durant la
dernière saison occasionnant une
perte de plus £un million de pias
tres. De ce'" nombre 22 étaient
des vaisseaux à vapeur et 38 étaient
des voiliers. Vingt-cinq ont été
perdus sur le lac Michigan, 10 sur
le lac Huron, 6 sur le lac Supé
rieur, 6 sur le lac Erié et 13 sur le
lac Ontario, avec la perte de ces
60 vaisseaux 74 vies ont aussi été
perdues. Le plus remarquable de
ces désastres a été la perte de
l'Algoma, qui s'est échoué sur l'Ile
Royale, Lac Supérieur, le 7 no
vembre dernier et dans lequel 48
personne» périrent.
Nous attirons l'attention de nos
lecteurs au sujet de l'annonce de
M. Demeules, que nous publions
dans une autre colonne.
Vendredi dernier l'Union Natio
nale convoquait une assemblée de
ses membres et des Canadiens en
général pour passer des résolutions
à l'occasion de l'exécution de Riel.
MM. Dufresne et Dr Brunelle,
de cette ville, étaient annoncés
comme devant prendre la parole,
mais M. Brunelle, seul- s'était
rendu. Des discours furent pro
noncés par MM. Brunelle, Sirois,
J. E. L'Hérault, Marcoux, F. Tré
panier et Faubert.
L'espace nous manque pour
donner an rapport des discours
prononcés en cette circonstance,
discours patriotiques et qui furent
vivement applaudis.
M. François Trépanier qui est
un patriote de 37 et qui était au
nombre de ceux condamnés à mort
pour avoir participé à la rebellion
de 37 et qui fut ensuite libéré.
11 a senti son patriotisme se réveil
ler au récit de l'indigne conduite
du gouvernement canadien qui
foulant aux pieds les droits des
métis s'est ensuite constitué le
bourreau de leur chef. Nous vou
drions pouvoir reproduire en en
tier le discours de M. Trépaniez
nous donnerons cependant son ap
préciation des ministres canadiens
qu'il appelle les complices dé Ju
dah:
Sir John McDonald—Le meur
trier de Riel, at- le champion des
orangistes.
Sir Caron —Le renégat canadien
et le champion de la perfidie.
Sir Langevin—Le Canadien sans
cœur et le champion des lâches.
Sir Chapleau—Le voleur public
et le champion de la trahison.
Shérif Chapleau—Le Canadien
dégradé et le champion des bour
reaux.
Juge Richardson—Le juge par
juré et le champion des fanatiques.
Ouimet—Chevalier de la corde
et le champion de l'infamie.
Que le souvenir de vos forfaits
vous étrangle que les larmes de
la mère de Riel et de sa femme
désolées tombent sur vous en gout
tes de sang.
La patrie vous vomis de
sein!
son
$2.00 $2.00 $2.00
Est le prix d'une douzaine de
"Cabinet photographs" à la galle
rie de WILLIAM MATTERS,
206^ Central Avenue.
Une photographie de 8x10 don
née gratis avec chaque dbz.
Notre ami, le Dr H. A. Pinault
est arrivé hi6r de Red Lake Falls,
où il a été pendant quelques jours
l'hôte de M. Charles Langevin,
marchand de cette localité. Le
Docteur est un intime de la famil
le Langevin dont il loue beaucoup
l'hospitalité, et la franche cordia
lité sous laquelle Madame Lange
vin reçoit ses amis.
Red Lake Falls est un village
canadien très important qui de
viendra une ville dès qu'un chemin
de fer s'y rendra. 11 y a là d'ex
cellent pouvoirs d'eaux et une im
mense prairie de très bonne terre
pour la culture.
Le Révérend Père Marcil, curé
de l'église St-Joseph, a réussi à
force de zèle et de travail à bâtir
un presbytère qui aujourd'hui fait
l'orgueil de toute la congrégation.
Un seul essai du LINEN SOAP
convaincra tout acheteur que c'est
le seul savon que vous puissiez
acheter à bon marché. Essayez-le.
Brillantes perspectives pour les
Papes.
La décision de Léon XIII qui
avait été choisi comme arbitre pour
décider les différends qui existaient
au
sujet des lies Carolines vient
d'être rendue publique et n'est au
tre chose que ce à quoi l'on s'at
tendait. Il recommande que les
négociations soient reprises d'a
près la base du de la reconnais
sance par l'Allemagne des droits
souverains de l'Espagne sur l'ar
chipel de Pelen et Caroline, et la
concession par l'Espagne de la li
berté de commerce navigation et
colonisation ainsi qu'une station
navale d'approvisionnements. Les
droits que l'Espagne prétend avoir
à cet archipel—bien que très fai
bles—sont cependant reconnus, et
l'Allemagne de son côté a obtenu
tout ce qu'elle demandait. Ces
concessions tout en donnant satis
faction à l'orgeuil de l'Espagne,
donne une plus grande liberté au
commerce.
C'est le Prince Bismarck qui
avait suggéré de s'en rapporter
la décision du Pape pour régler
cette question* et il a raison d'être
fier du résultat obtenu.
Si son exemple est suivi par
d'autres puissances, d'en appeler à
Rome pour le règlement de sem
blables différends, ce sera une nou
velle gloire d'ajoutée au Vatican,
principalement si les futurs occu
pants du trône pontifical se mon
trent aussi justes et modérés dans
leurs décisions aussi que Léon
XIII vient de le faire.
—Pall Mall Gazette.
Chicago, 5 Déc.—Vers onze heu
res hier au soir, un homme a été
trouvé sur l'Avenue Wentworth à
demi enseveli sous la neige. Il
fut immédiatement transporté à la
maison la plus rapprochée, mais
un docteur qui arriva sur les en
trefaites constata qu'il était mort.
Le défunt se nomme Daniel Miller
il laissé une femme et plusieurs
enfants.
GOODFELLCW.
Avis aux acheteur* d'étrennes pour Noël et jour de l'an. Nous
avons en voie d'offrir au public les plus grandes variétées de marchan
dises qui n!ont jamais été instalées sur au conptoir des magasins de
Minneapolis, invitation générale est faite afin de pouvoir vous assurer
et constater de la veritée.
Nous citerons premièrement.
200 doz. de mouchoirs en tojjes avec initiales Brodés au
prix variant de
500 doz. de mouchoirs de Soie au prix variant de. 25c. à 4.00
300 doz. de mouchoirs Brodés en couleur au prix variant de 25c. à 4.00.
Grande nouveauté de collets, poignets collarettes et mouchoirs en
dentelles les plus riches tel que (seal point) point Duchesse, point
appliqué &c., &c.
Articles de fantaisie.
Parfume les plus recherchés et les plus exquis.
Brosse a cheveux, miroirs de toilettes.
(Towel racks) Brass pictures frames.
Comb Tray's & Brushs) satchels pour dames.
Bourses et portmonnaie, porte cartes nécessaire de poches, &e.
Bijouterie pour Dames et Messieurs, stock la mieux assorti et
meilleur marché de la ville.
Grand assortiment de cartes de Noel et jour de l'an. Boites de
toilettes en pluche, settes manicures. Boites de bijouterie.
DEPARTEMENT DES TOILES.
Dans notre département de Toiles nous offrons de grands avan
tages à ceux qui achètent pour les Fêtes.
Serviettes pure toile depuis 10c. la pièce jusqu'à $3.00 de toutes
grandeurs.
et Serviettes à table pure toile de 75c. à $10.00 la douzaine.
Damas pour tapis de table depuis 35 à $1.50 la verge.
Résolu:—Que tous les membres
assistent au service avec leurs in
signes recouvertes d'un crêpe.
Résolu: —Que les membres por
tent le deuil jusqu'à Noel exclusi
vement, en portant à lenr bouton
nière one boucle de ruban noir.
Résolu:—Qu'une soirée drama
tique et littéraire soit donnée par
les membres de la société dans le
cours de l'hiver dont les produits
seront destinés au fonds de secours
pour la veuve et les orphelins de
RieL
Couvre-pieds! Gouvre-piedsl!
Couvre-pieds de Marseille, $1.75, $2.00, $2.2o, $3.75 chaque.
Les marchandises que nous venons d'énumérer sont marquées à
des prix très réduits et les acheteurs devraient se faire un devoir de
visiter notre assortiment et se convaincre par eux-mêmes que c'est le
plus considérable et le meilleur marché de la ville.
n. S. GOODFELLOW & Co.
PAUL H. ROY, commis canadien.
NO. 247 ET 249 NICOLLET AVENUE.
A la réunion mensuelle de la so
ciété St-Jean-Baptiste de Red
Lake Falls, tenue la semaine der
nière, sous la présidence du Dr
Israel Lemieux toutes les résolu
tions passées à l'assemblée du
Champ de Mars, Montréal, furent
unanimeiit adoptées.
Il fut de plus résolu: Qu'un co
mité de trois membres soit chargé
de s'entendre avec le chapelain de
la société au sujet de la célébra
tion d'un service funèbre pour le
repos de l'âme de Louis Riel qui
devra avoir lieu dans le cours de
la semains.
Résolu:—Que copies des pré
sentes soient envoyées au "Monde"
de Montréal, au "Canadien" de
St-Paul, et à "l'Echo de l'Ouest"
de Minneapolis, avec prière de pu
bliera
Croyez-moi, Monsieur le Rédac
teur,
Votre, etc,
Jos. LABISSONNIERE,
Sec.-Correspondant.
Les transactions sur la propriété
foncière ont été nombreuses pour
la dernière semaine de novembre,
263 ventes et échanges de terrains
ayant été effuctuês. Le total des
montants réalisés étant de $501,
842.
Pour la même semaine 70 per
mis de bâtir ont été accordés, le
CQ^ projeté
est estimé
de ces constructions,
à $103,510.
Achetez ce savon. Le savon
Dour
blancbissage est fait par
OBERN HOSICK & CIE.
Essayez-le.
"Notre pauvre ami Riel est mort
en brave, en saint." Jamais mort
ne m'a tant consolé et édifié que
cette mort! "Je remercie le Sei
gneur de m'avoir rendu témoin de
toute la vie que Riel a menée en
prison. Il passait tout son temps"
à prier et à se préparer au passage
terrible de cette vie à l'éternité, et
Dieu lui a accordé de faire une
mort héroïque. "Il a, si je puis
me peimetire cette expression en
nobli et comme sanctifié 1 échafaud
le supplice auquel il a été condam
né loin d'être une ignominie pour
lui, est devenu, par suite des cir
constances qui l'ont accompagné,
un véritable apothéose de Riel.
Le gouvernement ne pouvant mieux
faire pour rendre immortel le nom
de Riel et se couvrant infamie
aux yeux de l'histoire, qu en fai
sant exécuter la sentence comme il
l'a fait."
Riel est mort, mais "son nom vi
vra dans le
Nord-Ouest,
quand e
nom de Sir John son implacable
ennemi, sera depuis longtemps ou
blié," malgré toutes tes affirma
tions au contraires de ses adula
teurs intéressés." Le4 Leader de
EégiM, qui n'aimait^ guère xuel, a
a été obligé de rendre hommage à
cette grande et magnifique ncort
Mon cher ami, je ne puis vous
dire les tristes impressions que
j'ai éprouvées en tenant compa
gnie à ce prisonnier pour lequel
j'avais le
respect
et la vénération
qu'on a pour un saint. Voilà vingt
cinq «.TIR que j'exerce le saint mi
nistère et je puis vous assurer que
jamais la mort ne m'a tant édifié
et consolé à la fois. Toute la nuit,
il n'a j.as eu une seule parole de
plainte contre sa sentence de mort,
ni contre ses persécuteurs.
"C'est un saint que ce pauvre
Riel, il suffit de le regarder pour
être convaincu de ce fait."
(Lettre du père André publiée
dans Y Etendard du 25 novembre
1885.)
Il y a eu mercredi dernier aux
Trois-Rivières un Service solonnel
de chanté pour le repos de l'âme
de Louis Riel, Mgr Laflèche assis
tait au trône.
M. Frank Turcotte chanta à l'of
fertoire un cantique dont voici les
strophes.
La cloche tinte pour les morts,
Chrétiens mettons-nous en prières
Ceux qui gémissent sont nos frères
Se consumant en vains efforts.
Entendez-vous ce triste glas?
C'est l'échos d'une juste cause,
Un martyr au tombeau repose
Bon3 amis, ne l'oubliez pas.
Pitié mon Dieu pour ce héros
Expirant pour sa cause sainte,
Mon Dieu ouvrez lui votre enceinte
Donnez-lui l'immortel repos.
Savez-vous ce qu'il faut faire
pour conserver vos montres?
Faites-les nettoyer une fois l'an
chez M. W. C. .Leber, horlo
ger et bijoutier, No 208 Hennepin
Avenue.
Bureau de placement Canadien,
gratuit.
Les entrepreneurs, menuisiers,
maçons et terrassiers trouveront
toujours à ce bureau des ouvriers
d'expérience, sobres et bien recom
mandés.
Adressez-vous au No 125 Ni
collet Avenue.
A Vendre
A bon marché. Lots 8 et 9,
Block 42, dans l'addition de High
land Park.
A vendre à bien bon marché,
condition de paiement faciles. S'a
dresser que Z. Demeules, 125
Nicollet Avenue.
Nous attirons l'attention de nos
lecteurs sur l'annonce de M. H. C.
Peterson épicier, successeur de Z.
Demeules.
M. Peterson a rstenu comme
commis MM. P. Robinson et Louis
C. Demeules qui Be feront un de
voir de servir leurs compatriotes
fidèlement et honnêtement
JOHN C. CRAUS &
j.-
18!
»r
Cie.
214 Avenue Nicollet Minnea
,• ,-
polis.
Importateurs de Champagne de
prix, dè Brandy de première qua
lité et de cigares de la Havane.
Cette maison tient aussi un sa
Ion au numérô 172, 3ème rue Est
St-Paul.
i-isp

Les vice-presidents.
LINEN SOAP is the best.

xml | txt