OCR Interpretation


Echo de l'ouest. [volume] (Minneapolis, Minn.) 1883-1929, May 07, 1915, Image 1

Image and text provided by Minnesota Historical Society; Saint Paul, MN

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn83045239/1915-05-07/ed-1/seq-1/

What is OCR?


Thumbnail for

-h
"«ill
iTj^V
33eme \^N
•{â'.".
E E
ECHO DE L'OUEST
Journal Hebdomadaire
Abonnement:
$1.00 par Annee
Payable d'Avance
Europe et Canada $1.50
Toutes lettres, correspondances, Etc.
doivent 6tre adressées directement à
L'ECHO DE L'OUEST, Minneapolis, Minn.
A. H. DEMEULES, GERANT
DR. A. L. LALIBERTE
B. S. B. M.
Bureau 303 Avenue Centrale
Résidence 626 Adams Street N. E.
Gradué de l'Université Laval. Elève
des hôpitaux de Paris et de Londres
S F.C:ALITES: MALADIES DES FEMMES
ET CHIRURGIE
HEURES DE CONSULTATION:
10 à 12 A. M. 2 à 4 et 7 à 8 p.
TELEPHONES:
J3 ireau: Résidence:
N. W. East 569 N. W. East 917
T. 8. Spruce 109 T. S. Spruce 756
OR. C. A. LAPIERRE
Medecin Chirurgien
Bureau 303 Avenue Centrale
Résidence 319 Ave. Université N. E.
Heures de Consultation:
11 à 12 A. M., 2.à 4 et 7 à 8 P. M.
Dimanche: 12 à 1 A. M.
TELEPHONES:
Bureau' Résidence
T. S. Spruce 109 T. S. Spruce 176
N. W. East 569 N. W. East 142
DR. A. A. LAURENT
M. D., C. M.
Chirurgie-Gynécologie-Obstétrique
Résidence: 3812 Pleasant Ave.
i
ll A. M. 1. P.
3 À & P. M.
Les Deux Téléphones
DR. G. DEZIEL
Bureau 303 AVE. CENTRALE
(Chute Block)
Téls: N. W. East 309, T. S. Spruce 590
Résidence, 516 5ème rue S. E.
Téls: N. W. East 299, T. S. Spruce 18
Heures de bureau: 2 à 4 et 7 à 8 P. M.
DR. L. A. REXFORD
Médecin-Chirurgien
Bureau 429 Syndicate Bldg.
(Nicollet et 6ème
Heures de Consultation:
9:30 à 12:30 a. m. et 2:30 à 5 p. m.
SPECIALITES: Maladie des yeux, des
oreilles, du nez et de la gorge. Lunettes
ajustées.
Téléphone, Bureau: N. W. Nicollet 4861
Tel. Bureau. Tel. Résidence
N. W.Hyland 3036 N. W. Hyland 3009
T. S. North 321 T. S. North 1235
DR. AUBIN
Coin Plymouth & Lyndale Ave. N.
Résidence: 503, 12ème Ave. N.
Heures de Consultation: 10 à 12,2 à
et 7 à 8. Dimanches: 12 à 1
DR. F. B. PEIK
DENTISTE
303 Avenue Centrale
même bureaux que les Docteurs Lali
berté et Lapierre)
Heures 9 a 12 et 1:30 a 5. Soirs par rendezvous
CHAS. FRANE, Prop.
i,
Ouvert jour et nuit. Chauffé à la vapeur
Accomodations de première classe,
30 1ère rue nord. $1.00 par jour
LEPHONES:
Bveau N. W. Main 232
Résidence N. W. East 1098
N. A. L'HERAULT
AVOCAT ET NOTAIRE
435 Palaie Building
WILLIAM B. HENDERSON
Avocat
406 Plymouth Bldg. Minneapolis
OPTICIENS
409 Ave. Nicollet
Examen des Yeux gra
tuit. Yeux artificiels
DR, E. N. FONTAINE
DENTISTE
110 Temple Court
Washington et Hennepin
Téléphones: N. W. Nie. 5477
T. S. Centre 1957.
Résidence: T. S. North 2398
Heures: 8:30 A. M. à 6 P. M.
Soirs: 7 à 8. Dimanches, 10 à 12
M. E. LOUISELL
AVOCAT ET NOTAIRE
Pratique dans toutes les Cours
604-606 Lonsdale Bldg.
DULCTH, MINN.
wingates
Vingt Emplois du Citron
Peu de personnes se rendent
compte de la valeur inestimable
des citrons en cas de fièvre, de mal
de gorge, de torpeur du foie, ses
qualités édicales sont sans riva
les.
Voilà vingt usages auxquels on
peut l'employer:
1 —Deux ou t^ois tranches de ci
tron dans une tasse de thé fort
guérissent on mal de tête nerveux.
2—Une cuillerée à thé de jus de
citron dans une petite tasse de ca
fé noir guérit le mai de tête bi
lieux.
3—Le jus d'un citron dans une
tasse d'eau chaude prise le matin
en s'éveillant, est un excellent ré
gulateur du foie et économise bien
des drogues.
4—Quelques gouttes de citron
dans de l'eau ordinaire font un
dentifrice excellent, enlèvent non
seulement le tartre, mais parfu
ment l'haleine.
5—Une lotion de jus de citron
et d'eau de rose enlève les taches
de rousseur et blanchit la peau.
6—Le jus de citron avec l'huile
d'olive est bien préférable au vi
naigre pour assaisonner la salade
—il faut mettre parts égales.
7—Le jus de citron sur un mor
ceau de sucre est bon pour l'en
rouement.
8—L'application externe du jus
de citron calme l'irritation des
morsures d'insectes.
9—On fait une boisson rafraî
chissante en ajoutant un œuf fraî
chement battu à la limonade.
10—Le même mélange congelé
fait
UP
sorbet délicieux.
11—Si on met dans la semoule
ou du riz qu'on fait bouillir une
cuilJerée à thé de citron, les grains
seront plus blancs et auront un
goût exquis.
12—Le miel, l'alun et un jus de
citron constituent un remède an
cien contre le croup.
13 —Tout le monde connaît la
valeur du sel et du jus de citron
pour enlever les taches de rouille
sur les objets blancs.
14—Après que le jus a été ex
trait, l'écorce de citron trempée
dans du sel sert à nettoyer parfai
tement le cuivre.
15—Il enlève aussi les taches
malpropres sur les mains.
16—Le jus de citrons est excel
lent pour assaisonner la cuisine.
17—Une fois que la pulpe a été
enlevée, les citrons font d'excel
lents réceptacles pour servir les sa
lades, les glaces, etc.
18—La viande dure peut être
rendue plus tendre en mettant une
cuillerée de jus de citron dans
l'eau où elle bout.
19—Des tranches de citron peu
vent servir de garniture à toute
espèce de poisson.
20—Une tranche de citron amé
liore beaucoup le thé, soit qu'on le
prenne à la glace en été, ou qu'on
le prenne à la russe dans une jour
née froide d'hiver.
En achetant des citrons, chosis
sez ceux qui ont une écorce mince
et sèche ils sont bien meilleur
marché et plus juteux que les gros
citrons.
Mme Laura Meunier Sec. Fin
de la Cour L'Etoile du, Nord 519
18e Ave. N. Séances, salle Kraft
2027 Washington Ave N., les 1er
et 3e lundis du mois.
.w 113 1 ««W ir,*K
S, ''Tr» 1 VN'i'»1Jit
T,ft?jJVi) ,(»
L'Accord Nécessaire
"L'Action Sociale" de Québec
vient de publier le très intéressant
article que voici:
"La France, écrivait Louis
Veuillot en 1876, remontera l'é
chelle jusqu'à ce qu'elle se retrou
ve catholique et pontificale. La
tête y est déjà. Dieu, se servant
de quelque voltairien et de quelque
anti-Pape, lui donnera la main.
Elle ne peut pas être bien autre
ment. C'est sa pente II faudrait
la tuer pour l'empêcher d'être ro
maine. On ne tuera pas la France
sans la permission expresse et ex
traordinaire de Dieu. Dieu, jus
qu'ici, n'a pas donné cette permis
sion-là. On punit la France, on
la roule, on s'y épuise, on en
meurt elle renaît".
La prédiction du grand écrivain
catholique serait-elle à la veille de
3e réaliser, et la France, que des
récentes dépêches de la Presse As
sociée nous montraient négociant
officieusement avec le Saint-Siège
au snjet de la très grave question
des Lieux Saints, va-t-elle repren
dre auprès du Pape la place que
Dieu lui avait donnée et que plus
d'une puissance a cherché en vain
à occuper depuis la séparation?
Cette guerre épouvantable, qui a
déjà emporté tant de sophismes et
d'erreurs dans le gigantesque tour
billon qu'elle fait passer sur l'Eu
rope et sur le monde, aura-t-elle à
son acquit d'avoir fait la lumière
dans l'esprit des chefs de la nation
française et de leur avoir montré
que le génie de la France est d'al
ler au Pape"?
''N'est-ce pas le bolonais Benoit
XIV, écrivait récemment M. le
chanoine Gaudeau, dans son excel
lente revue "La Foi Catholique",
n'est-ce pas le bolonais XIV, ar
chevêque de Bologne, dont le car
dinal délia Chiesa a ressuscité le
nom et semblé vouloir continuer
les traditions, n'est-ce pas lui qui,
au milieu du dix-huitième siècle, à
l'heure, si je ne me trompe des
tristesses de la guerre de Sept-Ans
il y avait donc alors des guerres
qui duraient sept ans!), a dit de la
France cette parole incomparable:
"Le royaume de Marie ne périra
jamais: "Regnum Mariae nun
quam peribit"? Benoit XV, le
pèlerin de Lourdes, sait bien que
la France est plus que jamais le
royaume de Marie et qu'elle est as
surée de ne pas périr. Sans tomber
dans la superstition ni dans le
mysticisme déraisonnable, pour
quoi ne serait-il pas permis de re
marquer que les seuls jours vrai
ment sombres que no as avons tra
versés depuis le commencement
de la guerre se sont écoulés pen
dant le veuvage de l'Eglise, dans
l'interrègne entre Pie et Benoit
XV?"
Jamais, dans toute son histoire,
la France n'a eu autant besoin du
Pape qu'aujourd'hui. Et d'abord,
aucune nation, qu'elle soit catholi
que ou non, ne peut se passer du
Pape et l'ignorer. Le Pape, en ef
fet, de par la volonté de Dieu, est
le maître des âmes, le vrai chef de
l'humanité le moindre de ses en
seignements à une portée univer
selle, et sa puissance morale est
unique au monde, puisque seule
elle est directement la vertu de
Dieu s'exerçant en terre. Toute
nation qui s'éloigne de Dieu s'en
va vers la ruine. Jésus-Christ
hier, aujourd'hui, toujours, voilà le
premier et le dernier mot de tonte
politique qui veut être civilisatri
ce.
Or, si cela est vrai même d'une
nation qui n'est pas catholique,
combien à plus forte raison, cela
l'est-il de la France. Ici, cédons
la parole à Léon XIII: "La très
noble nation française, par les
grandes choses qu'elle a accom
plies dans la paix et dans la guer
re, s'est acquis envers l'Eglise ca
tholique les mérites et des titres à
une reconnaissance immortelle et à
une gloire qui ne s'éteindra jamais.
Embrassant de bonneheurele chris
tianisme à la suite de son roiClovis,
elle eut l'honneur d'être appelée la
fille aînée de l'Eglise, témoignage
et récompense tout ensemble de sa
foi et de sa piété. Souvent, dès
ces temps reculés. V énérables Frè
res, vos ancêtres, dans &e grandes
et salutaires entreprises, ont paru
comme les aides de la divine Pro
vidence elle-même. Mais ils ont
surtout signalé leur vertu en dé
fendant par toute la terre le nom
catholique, en propageant la foi
chrétienne parmi les nations bar
bares, en délivrant et protégeant
les saints lieux de la Palestine, au
point de rendre à bon droit pro
verbial ce mot des vieux temps:
"Gesta Dei per Francos", (En-
—-—-—"i-fr
rtf
MlNJ\JEAl C)L.l& 1ST ST. PAUL,
i
r—-
su
jfais ce que bois arienne que pourra
çycl. aux évêques de France, 8 fé
vrier 1884*)
Toute l'histoire, jtoute la civilisa
tion, tout le génie de la France,
comme toute sa gloire, sont impré
gnés des gestes de Dieu et, à un
moment de sa vief$a France s'est
résumée dans ce nom, Jeanne
d'Arc.
"Malgré s'est emportements ou
ses faiblesses qui Remblaient em
porter tout le corps,^ a dit encore
Louis Veuillot, toujours l'esprit et
le cœur de la France ont tenu bon.
Elle est restée à Jésus-Christ et à
saint Pierre. On né peut faire que
cet acier fortement trempé ne se
redresse et ne brille tout à coup de
son ancien éclat. Il y a des taches
de sang, des taches de boue, des
taches d'haleine: la rouille n'y
mord pas. On essuie la France, et
elle reparaît. Lorsqu'elle dit qu'el
le est hérétique, ni Dieu ni person
ne ne veut la croire elle ne peut se
croire elle-même et en effet cela
n'est pas vrai. Elle a le don d'ê
tre guérie même de l'hérésie. Im
pie, c'est une mode. La mode rè
gne, elle la suit. Elle croit qu'elle
a peur, elle s'en vaiîte. Allez en
core un peu, vous verrez! La Fran
ce a trop d'esprit poùr être héréti
que et pour rester longtemps im
pie."
L'heure est arrivée pour la Fran
ce de prouver encore une fois au
monde qu'elle a trop d'esprit pour
rester longtemps impie, ou mieux,
de montrer qu'elle ne l'a jamais été
foncièrement. Sa place est aux
côtés du Pape, dans cette Europe
si troublée et qui voit aujourd'hui
se poser devant elle les questions
les plus graves. La restauration
de la Belgique, de la Pologne, de
l'Alsace-Lorraine, le protectorat
des Lieux Saints sont des ques
tions éminemment catholiques et
sur lesquelles le dernier mot ap
partient au Saint-Siège. Est-il
concevable, même au point de vue
purement politiquâgmi© la France
continue à ignorei^i»Pape, à une
pareille heure de l'histoire du mon
de, de son histoire? D'autre part,
est-il possible d'espérer que les
chefs de la nation sauront enfin
mettre les intérêts supérieurs du
pays au-dessus de leurs sophismes
et de leurs préjugés?
Sans pouvoir trouver de réponse
à cette dernière question, du moins
dans des faits d'ordre officiel, nous
gardons toujours l'espoir que, tôt
ou tard, l'accord nécessaire se fera.
Et cet espoir est fondé, non sur
des calculs humains, non sur des
prévisions plus ou moins boiteu
ses, mais sur la parole prophéti
que de Pie X: "Le peuple qui a
fait alliance avec Dieu aux fonts
baptismaux de Reims retournera à
sa première vocation".
FEUX DE FORETS
Lebanon, Me., 29 avril.— Un
gros feu de forêt fait rage ici et a
détruit 300,000 pieds de bois de
construction. Les maisons qui se
trouvent sur la route du feu sont
en grand danger. Des secours
ont été envoyés de Dover et Ro
chester.
Boston, 29 avril.—M. F. W. Ra
ne, garde-forestier de l'Etat de
Massachussetts, assure qu'il y a
eu plus de 1000 feux de forêt la
semaine dernière par tout l'Etat.
Le forestier demande qu'on n'al
lume pas de feu de broussailles à
moins que la pluie soit tombée en
assez grande quantité pour que
tout danger d'incendie soit dispa
ru.
Il n'est pas tombé deux pouces
d'eau dans le district métropolitain
au cours des deux derniers mois.
K i
L'Impôt sur le Revenu
Deoassera $80,000,000
Washington, 30 avril. Les
fonctionnaires de l'administration
sont optimistes au sujet de ce que
rapportera l'impôt sur le revenu
cette année, et ils disent que le
montant s'élèvera probablement à
un chiffre beaucoup plus élevé que
l'estimation originale de $80,000,
000.
Cet optimisme est basé sur les
estimés préliminaires au complet
envoyés au département du trésor
par les collecteurs du revenu inté
rieur dans tout le pays. L'ensemble
de ces estimée s'élève à la somme
de $80,035,000. Les fonctionnai
res ont confiance néanmoins que
les rapports excéderont cette som
me de plusieurs millions.
Les recettes provenant des cor
porations n'atteindront pas la som
me que l'on avait prévue, mais cet
te perte sera plus que compensée
par les retours des individus, qui
cette année sont de 357,000 de plus
qu'en 1914.
v
NJV.. VJEJNBKÊD1, 7 MAI 1915
Echos de
la Guerre
Londres, 1er mai.—Le corres
pondant du "Times", à Sophia, an
nonce que la Turquie a recours à
ses dernières réserves d'hommes
pour essayer d'arrêter la marche
des alliés.
Milan, via Paris, 1er mai.—Le
"Corriere délia Serra", donne des
renseignements sur la capture de
l'aviateur français Roland Garros,
à Ingelmunster. Garros venait de
descendre d'une altitude de 6,000
pieds au-dessus d'un train sur le
quel il jeta une bombe qui causa
de grands dégâts, puis, il était re
monté à une hauteur de 2,000 pieds
lorsque le moteur de son avion re
fusa de fonctionner. Garros dut
exécuter un vol plané pour échap
per à la mort et il fut fait prison
nier dès qu'il atteignit le sol.
Paris, 1er.—Le président Poica
ré a reçu hier, avec la plus grande
Cordialité, la délégation irlandaise
dirigée par MM. T. P. O'Connor
a lu le message dans lequel il était
dit que la France et l'Irlande
étaient liées par une amitié sécu
laire. Le message rappelait aussi
plusieurs souvenirs historiques.
M. Poincaré a répondu que la
guerre allait consacrer solennelle
ment l'amitié franco-irlandaise.
La délégation porte aussi un
message destiné au cardinal Amet
te.
Londres, 1er.—On a annoncé,
à la chambre des commu
nes, que 180,000 Belges avaient
quitté la France pour se rendre en
Angleterre
On pense que la plus grande
partie de ces réfugiés trouveront
un emploi dans les manufactures
anglaises de munitions de guerre.
'Le
Havre, 1er.—Le "Vingtième
Siècle" décrit l'anéantissement de
4,000 Allemands qui avaient tra
versé l'Yperlée sur un pont près de
Steenstraete.
L'artillerie lourde des Belges dé
truisit le pont pendant que leur
artillerie de campagne aspergeait
les Allemands de shrapnels. Un
grand nombre d'entre eux atta
chèrent leurs mouchoirs à leurs
baïonnettes, les agitant en l'air en
signe de reddition mais immédia
tement, leurs propres mitrailleuses
ouvrirent le feu et les tuèrent sans
pitié.
Les survivants furent faits pri
sonniers par les Belges.
Paris, 1er.—Les critiques mili
taires français estiment que l'ar
mée italienne complètement mobi
lisée^peut compter deux millions
d'hommes, dont huit cent mille
hommes doivent former l'armée
active en campagne.
Le chef de état-major général
italien est le lieutenant-général
comte Cardonna. 11 est né le 4
septembre 1850 et est le fils de
Raphael Cardonna, qui s'est dis
tingué pour ses services en Cri
mée.
Le lieutenan-général Cadorna
est considéré comme un penseur
brillant, calme et tenace, et est en
core dans la pleine possession de
ses moyens.
Il a pour sous-chef d'état-major
le lieutenant-général Porro, âgé de
soixante-et-un ans. Il est très po
pulaire dans l'armée et est réputé
comme très grand stratégiste.
Quartier général de l'armée an
glaise, nord de la France, 30 avril.
—L'anecdote suivante, dont on
peut garantir l'authenticité, nous
vient du champ de bataille. Un
chirurgien, après une charge alle
mande qui avait été sans résultat,
trouva un soldat anglais étendu
râlant. Une balle lui avait fait un
trou dans la tête, et il refusait de
se laisser soigner. "De grâce, doc
teur, permettez-moi de tirer encore
une fois sur eux. Ne me forcez pas
à rester tranquille jusqu'à ce que)
j'aie eu une nouvelle chance de
tuer un Allemand, disait-il au doc
teur". La balle avait complète
ment aveuglé le soldat, et il insis
tait toujours pour connaître la dis
tance où se trouvait l'ennemi et sa
direction. Quand on lui répondit
que l'ennemi était à 600 mètres il
demanda au docteur de lui indi
quer où il fallait viser et de le sou
tenir. Le soJdat tira et s'affaissa.
Quelques minutes après il était
mort.
Paris, 1er.—Le communiqué of
ficiel suivant a été publié cet après
midi:
"En Belgique, au nord d'Ypres,
nos attaques ont été couronnées de
succès tout le long du front où
nous avons avancé d'une distance
«w "frf, sfn
•, PEMI'
I'"z
1
MMttë
Htsroi
800U
variant ce 500 mètres à 1 kilomè
tre.
"Nous avons pris possession de
deux lignes successives de tran
chées et fait un très graud nom
bre de pr'son iiers.
"Le ccnfspondant de l'Associa
ted Press visité aujourd'hui le
sommet de l'Hartmannswillerkopf,
que l'ennemi n'a pas attaqué de
puis deux jours.
"Un de nos dirigeables a bom
bardé la voie ferrée et des hangars
à Valanciennes.
"Un de nos aéroplanes, détruit
par une explosion est tombé en ar
rière des lignes ennemies."
Paris, 1er—Le communiqué of
ficiel suivant a ét publié ce matin:
"Hier, nous avons fait des pro
grès au nord d'Ypres, dans la ré
gion de Steenstraete.
"La ville de Reims a reçu 500
obus, dont la plupart étaient in
cendiaires. Ces projectiles ont al
lumé plusieurs incendies, que nous
avons pu circoncrire et éteindre
rapidement.
"En Champagne, l'ennemi a ca
nonné une de nos ambulances,
blessant un docteur.
"Des navires de guerre alle
mands ont été signalés au large de
la côte de Belgique."
"Dix-neuf obus de gros calibre
sont tombés hier sur Dunkerque.
Vingt personnes ont été tuées et
quarante-cinq autres ont été bles
sées. Quelques maisons furent dé
truites."
Les Horreurs de la Guerre
Genève, 1er.—Le Dr Scherer, de
Lucerne, est de retour à Genève,
après une visite faite à l'asile d'a
liénés militaire d'Oberwiesenfeldt,
près de Munich, Bavière.
"Je ne m'étais jamais rendu
compte de l'etendue des horreurs
de la guerre, dit le Dr Scherer, jus
qu'à ce que j'aie vu des centaines
d'hommes, jeunes pour la plupart,
devenus fous dans les tranchées.
"Quelques-uns sont couchés
tranquillement, oublieux de ce qui
les entoure d'autres, les yeux vifs
épient tous les mouvements des vi
siteurs et des gardiens.
"Un certain pourcentage de ces
alliénés sont guéris après quelques
semaines de soins empressés et de
repos et retourneront plus tard au
front, ajoute le Dr Scherer, mais
les autres sont dirigés sur d'autres
asiles, parce que leur guérison
étant douteuse, leur présence dans
les tranchées pourrait mettre en
danger leurs propres camarades.
"On a ouvert en Allemagne plu
sieurs asiles spéciaux pour ces al
liénés. Quelque chose semble s'ê
tre brisé dans le corps de ces sol
dats, sous l'effort prolongé de l'at
taque, de la fatigue, des scènes
sanguinaires et des combats corps
à corps."
Les Ambulances
Américaines
Paris, 1er.—On verra bientôt les
ambulances américaines près de la
ligne de bataille sur différentes
parties du front occidental.
Le commandant Girard, direc
teur des ambulances automobiles
de l'armée française, a pris des dis
positions avec le Dr. Edmond Gros,
chirurgien en chef du corps d'am
bulanca américain en France, pour
envoyer ces ambulances dans le
voisinage des tranchées. Elles s'y
rendront dans les mêmes conditions
que les ambulances militaires fran
çaises, au lieu d'être utilisées com
me auparavant pour le transport
quelque peu en arrière des lignes.
Les Américains sont les seuls neu
tres auxquels ce privilège a été ac
cordé.
Les ambulances américaines se
ront réorganisées en sections de
23 automobiles,- y compris deux
voitures pilotes et une autre voitu
Ti affectée aux réparations. Cha
que section sera commandée par
un capitaine et deux lieutenants
du corps d'ambulance américain.
Un officier et un soldat français
accompagneront chaque section
pour l'approvisionner avec les ra
tions de l'armée.
On pense que cinq sections sem
blables, c'est-à-dire 115 voitures
seront .envoyées immédiatement
sur le front.
Le Dr Gros a reçu deux chèques
de $20,000 chacun de M. William
K. Vanderbilt, de New-York.
L'un est destiné au service des
ambulances et l'autre au fonds des
hôqitaux.
Abonnez-vous à I'ECHO DE L'OU
EST, $1.00.
iCW~
Ï.TX
a
!4
*,«
ANN0NCES:
Tarif des annonces donrt sur appt.»
ation.
Demandes d'emploi—demande de do
mestiques 011 d'emloyés—annonces pour
chambxe ou pension annonces pou
objets perdus ou trouvés.
Au taux de UN CENT du mot
Nous en venons un numéro spécimea
du journal à toute personne qui en fer»
a demande
Bureaux: 305 Avenue Centrale
UNE VENGEANCE A LA
MODE TEUTONNE
Londres, 24 avril.—Un habitant
de Gand, qui vient d'arriver à Lon
dres, a donné au "Daily Mail" les
renseignements suivants:
"Le plus triste incident de ces
dernières semaines a été l'exécu
tion de M. Lenoir, haut fonction
naire des chemins de fer belges,
qui a été fusillé mercredi dernier
par les Allemands. Ceux-ci l'ont
accusé d'espionnage, et, condamné
à mort par un jugement sommaire
rendu par un conseil de guerre.
"La parade d'exécution eut lien
au champ de tir municipal de
Gand et environ 200 personnes,
parmi lesquelles la femme de M.
Lenoir, furent contraintes d'y as
sister. Le condamné savait que
sa femme était présente malgré
cela il fit face au peloton d'exécu
tion sans trembler et mourut avec
le sourire aux lèvres.
"Le duc de Wurtemberg, qui
commande la quatrième armée, en
Flandre, avait rejeté l'appel en
grâce qui lui avait été présenté."
Pour Distiller de l'Eau de
Mer
A Santa Monica, Cal., on consi
dère un plan peu banal pour sur
monter la difficulté que présente
l'approvisionnement de l'eau. L'ap
provisionnement est déjà insuffi
sant et une application présentée
à Los Angeles pour une partie de
la rivière Owens n'a pas été accor
dée. Maintenant on propose de
distiller l'eau de mer pour l'usage
domestique et il est probable que
la municipalité achètera la "Bur
ning Mountain" située à plusieurs
milles sur la côte de Santa Moni
ca range pour s'en servir comme
une bouilloire. On croit que l'eau
de mer pourrait y être transportée
dans un conduit en forme de "UM
à l'intérieur de la colline fumante
et distillée à un coût insignifiant.
Par ce procédé on obtiendra un li
quide presque aussi pur que la
bière golden grain belt, la VRAIE
joie de la vie. —Ann-
Personnes souffrantes. Les
douleurs sont un signe de maladie.
Il y a deux manières de s'en dé
barrasser l'une est de guérir com
plètement la maladie, l'autre est
d'apaiser la douleur. La première
méthode est la seule qui soit sûre
car où il n'y a pas de maladie il
n'y a pas de douleur. Apaiser la
douleur n'apporte qu'un soulage
ment temporaire, et cette douleur
est apte à se faire sentir de nou
veau, dans un temps plus ou moins
éloigné. Détruire la douleur en
guérissant la maladie, c'est recou
vrer la santé et être à l'abri de
nouvelles attaques. Nouspouvous
ne pas sentir la douleur pendant
un certain temps et cependant la
maladie fait toujours ses progrès.
La première qu'il nous faut exa
miner est la condition de notre
sang. La plupart des douleurs,
quoiqu'elles semblent être locales,
ainsi que c'est souvent le cas dans
le rhumatisme, la névralgie, le mal
de dos, le mal de tête, les points de
côté, etc., ont leur source dans un
état d'impureté du sang. Vous
pouvez soulager ces douleurs pen
dant un certain temps en appli
quant des liniments ou des emplâ
tres, mais vous ne pouvez jamais
guérir le rhumatisme, le mal de
dos, ou toutes les maladies sembla
bles au moyen d'un traitement ex
terne seulement. Frictionner ce
chassera pas le poison qui se trou
ve dans le sang, par conséquent la
cause du mal reste, et elle se mon
trera de nouveau dans un temps
plus ou moins éloigné. Vous pou
vez frictionner et frictionner, mais
le poison est toujours là. Vos reins
sont en mauvais état, en raison de
leur inhabilité à chasser le poison*
le sang est devenu vicié.
li n'y a qu'un seul moyen de dé
barrasser le corps de ces maux et
c'est par l'emploi d'un purificateur
du sang, doux et cependant actif
et vivifiant. Le Novoro du Dr
Pierre est un tel remède. Ceci aus
si est une recommandation pour
lui: Il n'est plus à l'état d'expé
rience, mais il a été éprouvé par
les années il ne contient pas de
poisons minéraux il est puremené
végétal dans sa composition il
n
1
,'•Vir'j"
i
i-m
1

Ml
i
""2F
w
0M
ÏM
a
guéri des milliers de personnes
dans le passé, et il possède les mê
mes mérites aujourd'hui. Il est
fourni directement au public par
des agents locaux nommés par les
propriétaires, le Dr Peter Fahrnej
& Sons Co., 19—25 So., Hojne
Ave., Chicago, 111. —Ann*
s
4
Hf-

DONALDSON BLDG.
Market Hotel
Ecurie en connection.
Open Day and Night. Steam Heat
First Class Accomodations
30 1st St. N. $1.00 per day
Livery Barn in Connection
E. D. BEST CO.
Drv Goods Furnishings
90l~3 20e Ave. N.
Téliéphone: T. S North 199,

xml | txt