OCR Interpretation


Natchitoches union. [volume] ([Natchitoches, La.]) 1859-1864, July 03, 1862, Image 2

Image and text provided by Louisiana State University; Baton Rouge, LA

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn84020181/1862-07-03/ed-1/seq-2/

What is OCR?


Thumbnail for

Union ùcs Sïatcljitodjcs.
jrmti, 3 juillet, iso*.
■ I 1
AO K NTS PK L'IJNION :
C lout ierville, M. Abel S ers.
Louis M arcy.
A (
Jnmpté, I
A la NUe-Orléans, P aya
& 0,
Jßtfjjr Toni communiqué ou annonce envoyé
un journal »pré» lu Mardi soir, no sera inséré
quo dans le numéro do la semaine suivante.
A M>S PATRONS.
Mr Lotis Purt.Eix demeure,
seul,
chargé do la responsabilité et. des inté
rôts du journal L'Union pendant l'in
térim occasionné par la mort de Mr
krn'f.st lk.genhrk.
AVIS.
E port, sur toutes les lettres expédiées
j (mrcs cetto date sera de I > I X CK NTS.
JOHN W. TAH Uli,
Mittlre </c l'u sic,
Natchitoches, 30 juin 1 HG2.
Loi M aiiti \m',. — La loi martiale est
établie dans les paroisses des Natchi
toches, Rapides et A voyelles.
Le gén. P. A. Morse est nommé pré
vôt marshal nom - les Natchitoches.
Pi'itsoNNi:i,. — Le lient.-gouverneur II. j
M. 11 v ains, est dans notre ville depuis
plusieursjofirs.
R kcoi.tk . — La mk'hercrse constante
fait un tort considérable à nos maïs.
Sur plusieurs points de la paroisse, la
récolte est endommagée.
Pittsojj. — Peux fois dans l'espace-do
• pielqties settiaitics, notre prison s'est
trotiVée à peu près vide de sea pension
naires habituels. Cette bâtisse est
j
construite de manière à laisser partir
ceux <|tii en ont la bonne volonté.
^JüKiut.i. as .—C'est avec plaisir que
Tome voyons les compiignies de gué
'l illas -s'organiser dans notre paroisse.
Trois suit à peu près complètes, et
'celle ëe aiotre Ville a élu ses officiers
samedi Ikumier. Les candidats étaient |
aiom^rcux. Le scrutin adonné pour i
résultat:
Capitaine, W. O. Brca/.ealc.
.1er Lieutenant!,, Langlois.
" J'olyç. Gallien.
41 " jr., Jules Possicr.
\1 er "Soldent, W. llarkins.
Communiqué.
Un détestable scandale vient d'être |
. n . . •
(ll „é à notre vdte, et est venu se me
(lonni
1er aux"graves pri'occupations luîtes à
notre société par les lointains reten
tissements de notre artillerie aux prises
avec les canonnière« ennemies. 'Kun
jeune et digne prêtre, auquel s'attache
le double intérêt d'uno vertu connue et
(modeste, n<t «Pnne vie qui va s'éteindre j
avant le temps, ait été publiquement i
...••!
insulté; ou quuniviqui si xa„i . i I
Koit llétri par la main d'un scélérat, !
îi'v a en cela rien de nouveau. C'est |
partout et toujours qu'il se rencontre j
-des hommes imfiiondes, tourmentés du ,
utb i''i" ' , j
•besoin de jeter de lenr lange au 1 1 ont ,
•de ceux qui par état gênent leurs
în'itobles passions, ou les forcent à sou-1
lever le masque hypocrite dont ils ;
u v*1 le iutiïMi«v
cherchent se couvrir. Leu n est, j
tioiiit notre a (Taire.
Mais l'infamie au-dessous de toute j
c'est que pour donner *atis- I
infamie
faction à ses Mues, ou exercer une
odieuse Vengoance, un ntisérable ait
Voulu souiller de ses ordures de pures
jeyijes filles, des mères de famille, des
fournies sans défense. Toutes les lan
gue!» ont un nnui et les lois une expia
tion pour lo meurtre: mais le crimiyle
cet infâme, quel est son nom? et quelle
lui w laroaia prévu un châtiment qui
. t , ¥ |
pu 'n' 1 ' • ^ J
Fne somme do ^500 a etc, dit-on. j
orferte par notre digne maire à qui ^
iténoiieerait le coupable. Si peu d'hom- !
j
es sont capables d'une telle bassesse,
que le dilHcilo ne serait pas de le trou- ^
yer. Ce ne pept être qu un ptiaugei,
.continuant ici une série de lâchetés
commencée ailleurs. Le diilicilo serait
de savoir que faire de cet odieux per
^ . . , .
sonnage. I jo touot et} plein maitlu, p
sciait pas asscï; la oordo est réservée
a l'assassin ; et le evituc iuuoiné do oe
lâche reptile est. pire que l'assassinat.
,l . 1 ' .. (1 i- i
Le mieux ne serait-il point de lui don
chance d'un gibet dans son pro
pre pays, si touti luis ii c Ht
nour de tels n.oilstic-- '
PROCEDURES
du
Juri ao Police.
Le rapport suivant fut adopté:
(j. L. Walinsley, » Pr.
En act. avec la Par. de Natchito
ches.
1861.
Juin 1, bal. de taxe de Par.
aasessée pour 18;*!!», $1(1112 öS
" Taxe de par. assensée
pour 18(10, 22000 00
" Pal.de fonds d'écoles
en mains, 45lf> 86
" Montaus re<;08 depuis
en ac. de fonds d'éc. 0150 02
Contra (Jr , $51887 90
Mont, payé depuis juin
1801, par F Vienne on
à compte sur la taxe
de l'ar. de 1859, §101(1 71
Montant reçu de M. F.
Triçhell, (Jol'r.on ac.
de taxe de par. 1800, i)<îl5 1 1
Mont, do War. d'école
rentrés depuis juin,
1 8C1 , & salaire du tré
sorier comme très. des
fonds des écoles, î>7<> I 0(1
Salaire comme Très, de , •
paroisse, 200 00
Balance d«e par Frs.
Vienne sur la taxe
d /;t. de 1.8:»!). 1 5125 h 7
Hal. due p*,r i I . F. Tri
chelsiir la tjixe lK(i(), I23â-t S!i #
Hal. due à la Paroisse, .1704
j |hc,2
•'uiu 2, Ind. » Li paroisse. -S.'t « <i l :t2
»' WALMSJJfiY.
Trésorier île Pttroitoe.
Nati'hilnoheK, Juin i, 18(12.
'»is;!7 00
7~ . .
Le montant fins papier de pannsse
omis et enrogwtire, <gni u est pas encore
racheté et rapporté par le trésorier, okj
de ? 14,-71-7 'S M
Le rapport sinvaut fut alors roi;n et j
approuvé:
Votre comité inwiAiié pour prendre I
en cousidératiol!desu'ésol«!ions passées !
à, Une assembler tl>: ( de Salut i
ment :
Que le J il ri de police'le Sa paroisse
des Natchitoches eoneoKi're .avec l'as
seinlilée tenue dans la paroisse PeSolo
le 22 mai susdit, dans leur opinion sur
la nécessité de jeter des obstruction
dans la Rivière-Ronge ; poiir.r*M«|*k*-lier
Pdldiclenue dans la paroisse DeSoto
p il)Vnsioll j c IVnuetai. et autorise pai
1<; présent le,président dm juri d(
j
22 mai, 18(1»,. apt «. •terespectueuse-l
.. . . ,. l
lice «Je cette parole d agir avec les
autorités i.oiu..»ce« t r*rh>» anstn-s pr- ,
misses pour for.mor.res «b s tm<-tio.,«. j
Il VP- irKllT/OfJ.I ( , . ;
■JACOB "KILL, ) '
.paiement d'arrérages depub
lev lu tu 1 S f >0, et < in« I I mkm I uk 1 L u' I i
^ imU>rh - - |( ,
S'H - motion de'M. Robinson, il fut
Résidu, que le nom de Marian Alba-/
rado soit rem s sur la liste des ind' •
gents ét qu'il reçoive la somme < ,e i
piatre piastres par mois; et qu'il ;c
le
tier
Sin motion, le juri de ptlice s'a ourue
à A lieures, p. m.
SEANCE DE L'APRES-MiDI.
Le juri de police se réunit, < ,niil'ornn ;
ment à rajourneinent.
Tous les membres sont présents.
Sur motion de M. Cowse.r, le préatn
j bule ot ta rés^tetioii qui suivent sont
de ffCftves et justes
i passés.
Attendu
Attendu que île graves et (listes
I plaintes existent de 'JL' que cleft Irais
! considérables sont < ncotirrus dans de
| frivoles accusations criminelles devant
j les magistrats, fait >s souvent pom' des
, d'aninnisito personnelle plutôt,
j que pour satisfaire la justice publique,
, ( ,^ ivéqueniment mal fondées, dans les
quellet* la paroisse est rcqnme de payer
des frais inutilement et injustement
; encourrus, et .quecet abus devrait être
«orrige, cost pourquoi:
j ]| est, résolu, que le vœu du juri de
police est, que les magistrats usent de
j circonspection en e it rant «les plaintes
I crmincllcs, en ce qui concerne
j acitc de la personne qui fait l'afiidavit
et la jiatul'O do l'accusation, et ne
devrait, dans aucune învUMt'S'ition cri
minelle, fournir une trop grande ^(.Hu
miliation de frais, sonrlout de trais de
témoins, et qu'ils soint prévenus que
le juri de police n'acceptera ni ne paiera
les comptes pour frais dans les cas qui
sembleront mal fondés ou lrivoles, ou
lorsque les frais seront trop élevés.
Sur motion de M. Kilo, il tut
Résolu, que le président du juri de.
| Kesolu, que ' te presnieiii ou jmi >»;
J police soit et il est par le présent ;|
j ^, )r j st ;],,uer les chambres de la vieille
^ llKl i aou de cour et à approprier le nion
! tant, ou ce qui en sera nécessaire, pou
j réparer la bâtisse, la cour et la bai rièi e.
Sur motion do R E. Hami»ett, il
^
Régulu, que lo juri do polie
paroisse n'approuve pas la
dice de cette
détentton
de Jackson liyams dans la prison pu
blique connue n'étant pas un lieu oon
venable pour les tous; et que ses p.i
bl)1 ,t par Ut présent requis sur
ÜQ pj c ^ e-ettu résolution, do lo faire
transférer, ut que s'ils négligent de le
ïalro, des mesures légales doivent être
prises par le president du juri de police
i ^ translation, sou b.m traitement
^
su wj\i\ egayde
sur motion do M Backen, il lut
&so!ii, '^ie l'iddigafiou de Ç
Walmsley, trésorier de paroisse pour
18(11, suit, et elle est par lo plissent an
nulée. / *
Sur motion, Mr. (J. I,. Walmsfey fut
unanimement élu ttéeorier do paroisse
pour l'année suivant#. m
Sur motion de 5fr. Murpff, il fut
Ré#)lu, Qu'à l'avenir, le second jour
de chaque session régulière du juri de
police sera employé aux nflaires des
districts.
Sur motion de M. Hackeri, il fut
Résolu, Que le président du juri de
police soit autorisé à faire entourer la
nouvelle maison de cour et la prison
d'une barrière convenable, et d'en offrir
lo travail au plus bas enchérisseur
après avoir donné avis pour le contrat.
Sur motion de M Robinson,
Résolu, que les procédures du juri de
police soient publiées dans V Union •let
JVafr/iiloc/ies.
Sur motion, l'évaluation suivante fut
adoptée et il fut ordonné de la publier.
\at., La., 4 juin 1862.
A Plu m president et aux membres du
juri de police de la paroisse des
i Natchitoches:
i Messieurs,- — Qu"il me soit permis de
| soumettre l'évaluation suivante îles dé
! penses probables de la paroisse pour
l'année finissant en juin 1808.
Frais de Cour —
; l'aie des juris, 81(10(1 00
j Dépenses pours, eriin 2500 00
Dépenses de la prison, 1 *100 00 *
Salaires Cours des Mag., 700 00
Salaires des officiers de Paroisse
Dépenses pour élection,
Impressions
Fonds do Charité
l'aie des membres du juri de polit
lions dus en 18(111,
j Intérêt sur bous & dettes de I8(i;i
j impenses « tingentes,
j Taxe de guerre qu'il est ordonna
| d'assesser cette .session,
j
I
!
i
!#«ll no on
<100 00
I 000 00
11)0 00
1000 00
11(10 00
5000 00
4000 00
8000 00
«101100 00
Total, 882000 00
Très respectueusement.
C. L. WALMSLEY,
Trésorier.
Sur motion de M. Cowser,
j Résolu, que quoique le juri de police
rt ' r "' se ''"«W ."«."'.velle ,l ''
• our pour i les exhibitions publiques,
il n'a, pas d'objection à ce qu'elle soit
employers pour un but religieux par de
n;«pce.U.Lies ministres de l'évangile de
n'importe quelle déiiomination.
Sur jiotion de M. Robinson,
Kos jlti, qu'il est par le présent du
devoir du trésorier de paroisse de four
nir nu. grellier du juri de police, pour
l 'a p'iblication, un résumé des dettes,
. fl) . lm)(in „ M M ,,
, { ,. so|n • St(U in 1)S( -,
j Sll , , ( , s (M , k . rs 4 . 0 | lM)l tclirs
; si Jt, savoir:
' \ pied, cent piastres.
A cheval, deux cent piastres.
Avec un waggon, trois cent .piastres.
Sur ino ion, le juri de police s'ajiuir
i lie «V /lie.
Atteste : W.O. BUEAZKA LE,
President du Juri Poli e
C. F. DRAN(iP
< i'rel/ier.
KT,
A vif.
Sercc«/cm il'Emile M. litir/.tti .
\LKX ANDRE L. Dehlieux, administrâ
leur de la succession de feu Emile M.
Tauzin, ayant déposé au Imreau du greffier
de la cour de dist rict dans la paroisse des
Natchitoches un tableau provisoire du dis
tribution à cet tains créanciers privilégiés de
la su -cession, avec sa pétition demandant
l'homologation du tableau et qu'il soit auto
risé a payer les créanciers tels que placés sur
le lublcatt. Avis est donné à toutes person
nes intéressées de déposer leur opposition,
dans les trente jours qui suivront cette date,
ou sa petition sera accordée.
j. r . nons,
Clerk.
juin'<2()-!t0jj
Avis.
SOrce^rtm île Anh/néo Ititfth'trich.
| j |,'RC|\Y W. RiuWfrll athnittistratrici
« j( -|
u-|J[ do lu succession du fett Alttottio//adescich
i ayant déposé au bureau du grelllet' de la cour
de District dans ht paroisse des Natliitoclies,
son compte fi nid (I udliilulstratioti de ladite
succession et une etat des sommes payables
aux héritiers, i» la, veuve et aux créanciers,
avec sa pétition en demandiuit l'homologa
tion, et pour être autorisée a payer les héri
tiers, lu veuve et Jes créanciers couiformément
uu dit etat. Avis est donné aux personnes
interressee» d'y déposer leur opjiosition dans
los trente jours qui suivront cette date, ou sa
petition sera accordée,
1 ii. .i. lions,
Clerk.
june'2(i-30j
A vis
Svirevoon tic Théodore Clément llitchal.
OPHELIA l 'erbau no, veuve, ayant «1e
mnwde à être nommé administratrice, de j
la wieccssitMi de Théodore ('lenient Rachut,
décédé;
Avis est )iar ces présentes donné à toutes
■personnes intéressée» d'avoir à déduire, dans
dix jours, les raisons pour lesquelles la de
mande du pétitionnaire ne serait pas aceor- .
dée.
H. J. HO IT IS.
:ijt-2i ' ( » re ffier
AVIS.
i PARTI U, du 1er Juillet prochain
J V (18(12) jouvrirai une école rptciulc de
jeunes demoiselles pour l'enseignement de la
Couture, broderie, tricotage, et tous les Ira
vaux d'aiguille à la main.
Prix par mois $2,00
.le me charge également de tous outrages
de couture et de confection qui nie seront
confiés aux prix les plus modérés.
M mi ;. HENRIETTE PANTIN,
Non relie rfie Set initie, en Jure
2lijntf l'ancien cime! ihr.
'
i
AVIS
I ?ST par le présent donne que j'ai nomme
J les personnes suivantes pour sssesser les
propriétés qui doivent être assessees pour la
taxe de guerre des Etats Confédérés, dans le
district des Natchitoches :
Estes Whitted, assesseur pour le Ward No.
I; (filma Perot pour les Wards, Nos. 2 H I;
.1. J. Rains pour les Wards Nos. 5, 7, S; .1.
M. Elliott pour les Wards Nos. et (>:*M.
P. Davis pour les Wards Nos. 0 et 10: et
llenrv T. Triebet pour les Wards Nos. I I et
12.
Lcsdits assesseurs doivent donner avis aux
habitants des divers Wards du temps et <lu
lieu on ils doivent les rencontrer.
REM Y LAM IHIE.
rollceteur de la Taxe «le (îueriv E. C.
Natchitoches, 10 Juin, lK(iL'.
'
SIROPS CONCËNTK !>'.
IE soussigné, à la demande d'un
J nom lire de personnes, vient, i
niaiiuliicture du sirops concentrés, as
On trouvera toujours à sa pharmacie
.Virops de < toiinne.
(•roscilles.
Frainhoises^
Orgeat,
I .i mous.
N attire!.
Salsfpareill •
L'attention apport 'e u la l'abricat'n
qualité stipérii uro des articles l'nijil iM -
modicité des prix, lui l'ont e.;p,-r r le |
nage du puldic amateur.
22mi-ja Dit. L. l'A FIJ
i*:i i m i
• mie
m. la
cl i;,
latro
AVI!-'.
\ dater de ce jour, je n i,, boars - toi:; m -
tickets, quoiqu'on .-oit le montant.
Les personnes 1411! doivent a 1 lna .''iis,ii -ont
prices de venir r.-glcr im;:i diateiueu . pai
billet ou autrement.
'itlnii-l'Aru-itOj II. MOLINA.
IES ji'Tso nés ayant en leur possession
J des livres appartenant a la bibh'ot eqlie
du soussigné, ou a la bibliothèque ci-devant
appartenant a. lohn I'. Curr. Esq, qui résidai'»
en cet cndiwiit . m'obligeront bcaiicouji en le
rendant on l'ii lue J lisant savoir le- titres e
les volumes des livres qu'ils peuvent, r.voir.
La valeur de beu.icoup d'ouvrages Hilles
ayant etc d'piveiec en eons.-qite:<ce île Vollmes
uiatiqmint.
I "a-jn -L C. CAM IMîEL! .
«.I ice.
JJERSONS having in their pussessior,
I. books belonging to the library ni' the un
dersigned, or that formel lvbelonging to .lohn
II. C uit , Esq, lute a resi lent of this place,
will couler a great favor by returning tliein.
or notifying me of the tities, volumes of the
books they may have.
The value of many useful works having
been grentlv impaired bv the sets being broken.
ITa-tf * .1.' 0. OA M l'IîELL.
LeDr. CHARLES SABOURIN
A riionneur de prévenir qu'il est
ven u lixer sa. résidence à Natchitoches
Fne longue pratique (le sa profestion
lui permet d'espiirer la conliance publie
que.
80r"R» ; sidenee, ancienne demeun du
Dr. Kerel.
ï» LACOSTE,
Pliarmaoien,
Front sticcl Natchitoches.
A constamment -en main un
i grand assortiment de Dropu-s
ruiches et de première qualité.
Produits chimiques importes nou
vellement de France, de la celelx-e
maison Monier, de Paris.
Constamment, en main, Médicaments fran
çais et américains. (fraud assortiment d'ins
truments et appareils do chirurgie provenant
de la maison Charrière. de l'âris.
Les prescriptions des médecins recevront
une prompte et, attentive execution.
'foute prescription portant une etiquette
blanche . ne doit être employee que pour un
' usage interne ; étiquette ronge, ii*agn
erlerne
JACOB 1SHAKL,
A n: ieil Mii^iisii! tie Diiplcix Frères.
A Y \ NT reçu i . ii l-irt assortiment d
M .niriiAM)isi:s si:ciii
r.r ni;
C ROI'EJ'I S.
et d'sir.int soutenir ma \ , .in- r« pHlntion i'
M \t; \SI N \ BON MARCllf: t>-< {„■■
tir ht Stilti'cHc-i hte m i .je continue: a', •i-ûn t
par le passe, à ven Ir •
! ,1,
pr..: Ij-l
.n' . tul /r-»' '
» r " i-.*
(J'i'i.s viennent en juger pur eti.vineiws. *
s,roui convaincus i ;-ie HI /-.' 1/ IUI.
(i / V / N ; 1 Nntcbit dus n'e- l'ipab c d'olî
un plus fort si 1 t 1 1. ■ utarelian 1 ,-e eu
TEMI'S i»:-: «Ji'Kir.JF.
1 r
! [;t:s 1 i;i\ ;r.s's7 fv.
('..TON ET M' »TIES I'Ü(L>1'.".'
pris eu 1 change.
(iraud-et petits. \ ■ 1:: • voir, e! v
-e/. -ulis'.u.l.-.
.lACo:: isîiAEl .
Alex. P. BREDA. Dr. Medoein
( ! nullit', à il uirffiiiitp ilt ht
S'ETANT associé, pour la pratique
lu Miileciiw, aveu le Rr- '»'*
otVre ses sj^rviei's aux habitants
N atebitoebos «-t '{•> ru virons,
tfesideiiec i'b<'/, le Dr. F. I»re

ANNONCES JUDICIAIRES.
Avis.
StH-ress;ou île Hilieartl Loner, ilvcétlé.
i 1 1 1 RIS'I'OI 'II ER C. Antony avant de
\J mandé à être nomme administrateur de
la succession de Edward Rojier, decedc:
A vis est par ces présentes donné a toutes
personnes intéressées d'avoir ù déduire, dans
dix jours, les raisons pour lesquelles lu de
mande du pétitionnaire ne serait p;is accor
dée.
n. j. lions.
3jt-2i Greffier .
T. GABBNT,
Unreif uu re Horn ci Denrièmc rW,
i I NT l'i NSION FRANÇAIS
* '■* V , l ' 1-' \ - . . I , i
a un prix nio'lere.
I. L'SIllSSIi,
Washington street, Natcliitoclies
VTOIJVELLEMENT arrive de la ville.
lN avec un assortiment considerable de niar
chaudisem M. L'Hérisson vendra à des prix
modérés les articles suivants :
llrocerie» «le («Miles Sorte»,
Vins et Eau-dc-Vie, importes directement de
France.
Indiennes,
Chaussures,
Nouveautés, , %
Cotonnades,
Chapeaux
• Habillements conlectionnes
Chemises,
l'urfinneries, etc.. etc.
LUCIEN PAULIN
DOCTEUR MEDECIN
ET
CIIIRUROIEN
111 F. S TDK.M*.
Continura a cxerc r sa profession se
«Ira jiroinptenieiit à l'appel «le tons vea\ qui
Pap] »clcroiit.
J. M. B. TU CK KB,
avocat,
N.vrcurïot nt;s.
I^XERCEKA ,- h i.;ol'c.-sion dan F paroi
Ii e 'U- . Nifti.-tiitôçhcf. Sabine et Winn.
j
.
JKTAU MORTIER D'OK.-®«
J". XV". TABER
AP0TE1CHR Si JRM15!
A toujours en main un grand assoctiinent <
Médiciimens, j Peint un*,
' Articles de Fantaisie, Vernis,
Vitres, | Huile.
VINS et BRAN D VH
/'nur lu, jiréjitiration île, Méi/irn incuts.
Ordonnances des M édecins seror
soigneusement préparées ii toute heure i'
jour et de nuit.
Hue Washington , Nulrhitorhes , / ,n .
1
i
|
1
j
V1CÏ0R DURftHB,
I ; ( i ; ni'
I 'm ■tin rr urn' f !" - '
lis 5 amis ainsi q'i ■
FiJONT.
"■" iV /'rn :.in mine.
ME* amis u'ii-i q-i • mes clients sont
lorill 'S qu ' pir S lite lie l'au_' ocnlul
immkxse d • lue- u 11", i ires e. d • raeeiiinulat
de mail stock de m .reuairlises. j ii tr;»n<po
inon niagasi 1 a 1.-:i Ir.>i t ci- 1 ---u.-. S<t
tßltliffi!. Ell e ms q-'ee .e ■ d • e -t adag,-. je ..
tinuerai nr -s % e ile>
I'OI'it I»!' COM I 'T AN V.
i des prix sau- pr.-ccd 'lit. (,' le cfticuu
rende visite, s'il vent se coin ai 1 -r • q«e je
pais être surpass par aue nie maison d«
ville.
EN VENTE:
(irticrriii l'tne*,
I 'our familles,
l'our habitations.
Sucre, cale et whiskey.
Tabac, cognac, riz.
( 'handelles, sirop, assort
Liqueurs lines, et Hiqjerlhies,
Fruits au jus et, autres,
Il nitres lmbfers, tomates,
(Jigarres de toutes marques. ;
OCINCÂI-LLEKIE.
l'arfuiuerie de Lubin,
l'ipes Cuniemer et. autres.
lîrosses et peignes assortis,
Papier, plumes et encre.
Foudre, plomb et, capsules.
Variété d'articles pour toutes J
bourses.
MARCHANDISES SECHES.
1^' département est assort i de manière
accommoder tous les goûts lis plus di.T'c'
depuis le nionchoir a bon marché jusqu a
robe la plus chère.
CHAPELLERIE.
Chftpeunx do soio et feutre,
Magenta et Soll'eriuo.
Do paille de toute espèce.
D'habitation et panamas.
CHAUSSURES.
Cue nivrinde décaissés, comprenant J
So rtiment le plus complet pour hoinnus. I
mes enfans et garçons.
D" J. IMQUEK,
OFFICE Horn Slm'b

xml | txt