OCR Interpretation


Le Meschacébé. [volume] ([Lucy] La.) 1853-1942, February 20, 1909, Image 1

Image and text provided by Louisiana State University; Baton Rouge, LA

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn86079080/1909-02-20/ed-1/seq-1/

What is OCR?


Thumbnail for

PRIX DE L'ABONNEMENT: JOURNAL HEBDOMADAIRE,
*1.50 par An. Paraissant le Samedi.
Entered at the poet-offioe at Reserve, i E J CHARLES LASSEIGNE,
La.. as second clam mail matter. Adminitrater.
VOL 57. RESERVE (PAROISSE ST. JEAN-BAPTISTE), LOUISIANE, SAMEDI 20 FÉVRIER 1909. NO. 8.
CHOSES ET AUTRES.
Deux navires, dont l'an est le steamer
Auoetralia', l'autre un voilier inconnu,
ont fait collision près de l'dle d'Alboran,
dans la Méditerranée le 12, et ont coulé.
Quarante-six personnes ont perdu la vie.
M. Henri Vigneand adonné sa démis
"ion comme secrétaire de l'ambaseade
méricasine à Paris, position qu'il occu
pait depuis 1875. M. Vigeaumd est natif
de la Nouvelle-Orléans; il Me démet de
me fonctions à cause de mson ge avancé
et de son désir de n'être pu un obstacle
à l'avancement d'hommes plus jeunes
que lui.
Pour la troème fois depuis que le
pays es habité par les blancs les chutes
du Niagara ont gelé à a fin de la semai
ne derntère Le vent excessivement
roid qui a soufflé depuis vendredi a fait
glacer l'ea jusqu'à ce qu'il n'en coulait
plus qu'an minee filet. Un mur de
gleoe s'est formé qui barrait les chutes
du cOté améticain, et les rapides ont
perdu leur vigueur tandis qu le grand
torniquet amit -e movement.
Les jues Chrétien et Baker, de la
emar de district criminele d'Orléans,
-ant rends ne décision sur linterpréta
'mm. de la loi Gay-Shattnck cette semai
e. Le seul point de la loi qui ai été
idiM est celui qui a trait à refet ré
trootif de cette loi quant aux établisee
abot qu«i eistaent avat son passage.
IZ ndbmnal a déclaré que et efet ré
tn«bt a istait pes etique les aacies
& egmedea eass. Un1"
u aged t mrSd et 10 mcosdusit
* riesp b epqu I e*'st éebafpé et a
46e at
O O a ee 4. Wt- e BoMge que le
geoget da te ijo-nwation d'ume ggae
e atedel d e éheeia de fer entre cette
'vi t lt» Non*-Eh4Meumat reprisMn
|yiMei1iisl»t it W sen ibnepesinemet dé
ulelppéH I ya tqin - S b a>5 7
an tearsom ettte w gle avait
M*1tKOp0ra, jn de. t*a0 s oMt ét
easte do dt de pa.ssae asn. mais
o créée per la panique uan
a anhes b. p1ouoteas a eabsdun
n-r *M jqua' atour de la p
BlKau: tde Depfriet Slhy avat
,1 4p - ôJackBo, MUse, on gagoan de
megt met, W. bi" y.Jr., contre le
* *,. * dstant ems la eroe es époux
>» Inn e a MIomeer de
tS4 L'4pab i paldé de 1"
* eaie -« n i V *ade«wk la tdbananx
^:.les g|lNesi^ a bs quesge lai
us sese axicM *oa r gh<atiimAts dam ftf00i0
db es«pau.teu UttBa»t te valeur
ageaeaP..WrL *ont someMa que
IV-bBteeW.liusre.tescsn Lamr-.n
*: '# 'tall trop ca>er et eat r;on«nt à scor
*ser 40,00 &la gIigmneto.
g^^ sen»M<6a »S^ sa'e sag la shes
Satï qu.e.t us . peas t.uée
' 1 aiàad. eat. dUamite dela
ye espatqe 1 tur aisset feteq'A1
see sea mse men p.4a1tt our
e«iitreat p^ waspte nnth.
^^ll4^RVp.^^
'Bî.- '^K*kf .*ki& i^- ^- lMw
^^*'.''^™I.^|*î**^*Bt'^S*^ S^S;?T Sl
;'. i4- :':MBt^l'*(*^Blp slBt'llBïCiB
foule s'est lancée vere les trois étroites
issues, se bousculant, se pressant, beau.
coup de personnes sont tombées et ont
été écrasées, et leurs corps entadssés ont
birré le passage aux autres. La rapi
dité de l'incendie a empêchée de leur
porter secours.
«9 1
Mme Siato", de Ruaston, st allée
traire es vache samedi matin, accompa
gnée d'an jeune enfant qu'elle a fait
stationmer devant la bête. Un chien est
venu taquiner la vache en aboyant après
elle et la vache a fait un bond pour don
ner un coup de cornes au chien, renver.
sant l'entant et le foulant sous ses pieds.
Mme Blaton, en voulant défendre son
entant, a été attaquée par la vache; le
mari est accouru aux cris de sa femme
arm6 d'un gros morceau de bois qu'il a
lancé contre la vache, mais qui est tom
bé sur la tête de sa femme et l'a renver
sée, lui causant une pénible blessure
qui a nécadessité l'appel d'un médecin.
On ne croit pas que l'enfant ni la mère
ne sont dangereusement blessées.
A une rêunion de médecins réeem
ment tenue à Gulfport, Misa, de savan
tee discuasions ont été entendues sur les
dangers qui mensacent l'humanité. Le
docteur Folkes s'est longuement étendu
sur le danger qu'il faut redeouter des
mouches et autres insectes, le docteur
Giles a fait remssortir celui d'une nourri
ture malsaine, moas il appartenait au
docteur Mayar, de la Nouvelle-Orléans,
d'indiquer le plus grand de tqus les
dangers, celui qui découle du basaer. c
'est, selon li, un éebange de sirobes
et d@ beateoia qui et espable de po
dnie.~saptaa(Ef pMCowéqum»S. L .
n m.rnme q..i.hi4 Mme dleu so
gusu et ethitui 1". tbu" mi dieu&
tua& ftoe mare p.sÎs mute lai
doexrai po, abauq ue atout Silera
dm ssw ml j ulaoevell, plua u mci
blm~ n uad dici qu'à l'aveni aul
bevmam M"" mpali àL StemibUplial
edmm cd e"sura. ab
que r4s w hde cdl. hI. Un.
ptiuln dlg*"& b iqualas MM@rnas dl
»Iam" Muafde -u dpwmumdt d'sol
gr q.. tom lu 4almmte ld
pa l li t *mm ho drnau*s
a us woqublir à c0"i mquil, bm.
qume'e-. csitdeg qui »seasi pus
-laqoi maen qui oevrh. de lid
i1, duwd -b& oern toua h.
dtbl.ieà l *"àl ami
la »Mie *iu, 4" lude Infeums, q
;Dm, ,.t ¶fSi >ali
PhDS up fteW et t4rndmin
cosk~~~~sM Oi atsb
*Ite àmktmw -mon> qi ..u
uqede<Paa~tag bec epsu pou
avoir grelotté pendant trois jours. Ce
qui fait le plus souffnrir l'humanité, oe
mont les brusques variations de la tem
pérature de février. Il a fait par ins
tante très chaud, puis sont survenues
subitement les périodes froides. Il en a
résulté de nombreuses affections des
voies pulmonaires.
Mariage.
Lundi prochain, le 22 courant, à 10
heures et demi du matin, aura lieu à
l'Eglise St. Hubert de Garyville le ma
riage de M. Emilien Ory, Jr., et de Mlle
Louisa Vicknair.
Décs.
Lundi soir est décédée, sur la rive
gauche, Mme Charles St. Martin, née
Delphine Montégut, Ogée de 54 ans.
Mme St. Martin était la fille de feu sieur
Lucien Montégut. Elle était la mère
de plusieurs entants. Elle était haute
ment considérée et estimée et sa mort a
causé une vive affliction à tous ceux qui
la connaissaient. . Ses funérailles ont eu
lieu à St. Pierre mercredi au milieu
d'un nombreux concouru de parents et
d'amis.
Mercredi matin, sur la rive droite, est
décédé M. Théophile Perret, âgé de 75
ans. M. Perret était un des citoyens
les plus estimée de notre paroisse. Il
était né en la paroisse St. Charles le 27
mai 1884, sur la plantation de son
grand-père, Charles Perret, un des pre
miers planteurs sucriers de l'état. Il
était le fils de Drausin Perret, aussiel su
crier. Il vint demeurer à St. Jean.-Bap
tinte avec s mère pendant son enfance
et y demeura toujours, e'occupant d'a.
griculture. M. Perret reut une édues
ti lbdtale u Ooèlge St. Josph, de
Bmardstwa, £79 et as Ouilg. 4. Goor-:
Tusi%, asseur de cette parolw., et
LéiUMe, qui moarut l y a quatre ans.
Sa unme et s fime lui ear'véet, aini
50 deux demi-froes, P. E. St Mratin,
loggtempe assoié aves lui dans la cultu
re de I'ambitatien Whitey, aujourd'hui
résidant à la Nouvele-Orldman, et FWix
St. Martin, demeaurant à Wallace, et
a-i plusieurs petits-enfants. Lu funé.
railles de M. Perret ont en lioeu jeudi à
11 heures eon Eglie St. Jean-Baptiste.
.tiathse de Traul Jemasett.
Uh bint eh binD qui ça y a eeaort
i Pfye-là pu même dupa quadque temops,
Stout qul oboge changé. Avnt-shier, mo
voyé mo lit-O1s péoher pou oa ai li
*pab traper quéque mrd&ies pou moim
Stai tri et yét ait li tourner a disant
Squ faut à prend in la lieouse pou con
i ad p6her ardinem. l p gain droit
e scs lo. Mo trouvé gla ort et mo b
Sbilé in taes asL Oomment, Athdnodore
Sdéjà doné in. plMose pou in la liense
i poa aht is ehase, a tiré poa quinze
saos la poudre, di plomb et espesanie
i poa tuer jas sept etornMsauz et troie
Stahiaques quand M. Olivier ende yd
dikx sos la douaine, tout plumés et
e tripés, et à teUr y tat li prend in lote
b ome pou trapé in demi-douanM ear.
dines, ai acor y as pou traper. Mo
i coari w pou laet yd di mnoin qua y
Stlaudran*mi preane des la lisease pou
pêber duétrettes et pou peêher criuem
rt pou pmcher patmB>, et eneor si Io
terpé eie dmn gropes tu lagues
yéSy j4paMâdes truites vertes pMe
giy ten y tudra elaker K emoore
> painWt"l pondre Avntt it icoitm
b Mai âl. daoe natravmaler (mju
Spoasy po d lal lee.s Na p cou
i - poul.es po.arim tai t rfaudra
gpa pa.er is liueas I Mau. m-s,
s-a sm aantes a dit mobi e'eet pu
qui i*og qUil terdible, ç.
w4 *ua- bçeies wee y la tiecae.
IeTa -.. yd.B. $ sge tu-er p»
g pyèj cappb eIdaa tqueur. Y
*lane*.sIns - - .... ssn
laui je s n ero aut, aopre
- aXtepoam" gB . Soe
| ,êi_,pé Mon-ý
besoin boit, y na juse yé qui connain
gain soit! Femmes, y7 capabes boit
do l'eau.
Est-oe que vous trouvez ça juese, dit
vrai? Si in femme prend so ribote, li
resté côté li, mais in nomme li fait tapa
ge on chimin, li tiombo mauvais propos.
Et c'est juase yô qui gain droit acheter
la niqueur.
Li temps que femmes commencé mon
tré yé in peu, que yé révolté contre
tout ça.
Ma gain pou couri wa Missieu JToe
pou ça. Ma fait li compranne que c'est
pas bien du tout, et ma fait li rangé ça
mieux que ça yé. Ça mo content, c'est
que nous autes shérif découvrit que y
na in la loi que yé pellé la loi dimanche,
qui déjà vieux dupu quinze ans, et la p6
tait frémer les cabarets jour-là. Pas
plus nommes que femmes a capabes
boire au moins in jour la simaine.
Esquises-moin.
TANTE JEANNETTE.
LES CORNEILLES ET LES AIGRETTES
Conte-Oiseau emprunté aux Fables
de Lafontaine et reproduit sur
requète.
Par un soir d'automne, les corneilles
ayant fait tous les dammagea imagina
bles, se rmasemblèrent au haut bout
d'an noyer.
-Quoi pouvons-nous faire encore ?
demande un vieux.
Une aigrette paesit, se dirigeant vers
son nid. L'idée surgit aune vieille cor
neille :
-Accusona l'aigrette d'avoir volé nom
noix et notre blé.
-Oh! non, dit une jeune corneille,
nos noix et notre blé sont encore là.
-Tais-toi, lui dit s mère.
Anasitdt dit que fait, les corneilles s
dirigeaient vers un coq qui pa-ssit pour
juge. Apr4s avoir écouté leurs plain
Stea e coq leur dit;
mias injuiscewt -.'1" *\'""
-Cea* bon, rdpeudit le eoq, sen tro.
gent es seute, nous verrons.
-Pourquoi tout oa brait ? dit an
héro qui passait. Je viens du grenier
dm corneilles, et il ne leur manque ni
noix ni bl.
-Tmaiseos.vos, fit le juge; je le sais
bien, mai si je donne tort aux corneil
les, qui payera les trais? Ils n'ont rien
et je leur domnne raison. Les aigrettes
nous doumneront l'argent pour nous
amuser.
IUtodes Chuws
qui ont pris license du 28 décembre au
19 janmile:
Jack Wilim, Adam Geret.
Joseph Newell, Edmond Jacob,
Abe Compbell, Cyrille Vicknai,
J. P. BouraM*i. Léoeue Brfdy,
WiUiam Thomas, E. . uJ. B«rtel,
Albert Hanell, E. J. Maitr6me,
1iehard Migel, Joeph Webre.
Fed Stewait, Hamiltea Elfer,
O. Wi1sMaMn, Octave Hymel,
AeBilleBIaM=e. George Jacob,
Felix temider. Loais Vickaair,
L6poM Bobinte, James Taylor,
iph Martia, Arthur Taylor.
ieba& Bywater Jr., G-orge Catoire,
AndrCéhsmpagn, Caringeta Laganas,
WDeWt»y8chexydr,
F'eiea l e, Lewis Ambrole,
Alox. Dillad. James Patseaso,
Aiphoem Madue, Willl Triche,
AdoPe Keller, John Bobert,
Omimi IJaeab, Ca Troxer,
Muael Meaon, Arthur ismth.
abrtdimyJ=o Gerge Ozdode
WiHe Oloa, Charles ArthTer,
EBavier aa Abeabsa NicholseN,
Emd BOMrae, WillMà White,
Ou9tWebse, Absx. 0044
Biais Pablo, Alessmadre Alexander,
Adam Johseon. Jr.. Jeas Webre
Pierre posl, AleSI. Nestido,
Ioviaoy Jasmia, Charles Faleon,
J. 8. Demwse Wilfred Bobiae,
John Douey. Jr., EW.L1p.
Philp O. I Klmeai&e,
BruSfeMosel, E. Roi....
Eri Viokuair, B Mroud Baptiste,
Flariaeauroe, rl Vk r,
Wialiam mseB, Jules FPletng
Wilaes ime., O mdSmanmib,
Albers Due, A. O. Abedie,
JamFe nt, Arm mary.
KmU G»anguBal, AlfwdA Osabnb
VaieB aKla. Peulato Pioe, -
Fnaadl mous, CyrUiellodiset
Oide1!mie. 4euaa Ombre,
JuoW lages, Nrt 8*1u sau
Maxi Vidhaesir, MsW.i..a.em,
8.10 Beairh Âm6-le.laemaek,
AniatoLus awe, Nasares &tBaeMB*i
WalaanBeasiBasa, Wais1LeTmm
Asémiia«raebe Jcs.L.na Jean»,
(saa. Plstsm ..* AiessbWete.
,~ a.I~
- 1w~ - ÂNI~ WU Ual, R..~
,~-,
~*'sr*~.àRdv 4o- Yh.~.
SALON DE MODES8
ClAVAUW ET FlOuESh.
1-poý«MIovguwstbpr*W .de "

Sherif's Sale.
STATE OF LOUISIANA,
Twenty-Eighth Judlidal District Court,
Parish of St. John the Baptist.
L. T. DONALDSON
vs.
HEIRS OF JEAN GUSTAVE.
No. o06.
By virtue of a writ of seizure and ale dated
January 14, 1909, and to me directed for exe
cation by the aforesaid Court, in the above
entitled and numbered suit, I shall offer for
sale at public auction for cash, at the court
house of this parish, on
Saturday, the 20th day of February, 1909,
at eleven e'oelek A. U.,
the following described immovable property,
to wit:
A certain lot of ground situated in the par
ish of St. John the Baptist, on the left bank
of the Mismasiippi river, commencing at about
five arpents and a half from the public read
and measuring three-fourths of one arpont in
width by three-fourths of one arpent in length
or depth, bounded in front by the property of
Firmin Duhe, on the upper line, the lower
line and in the rear by lands belonging to
Adrien Vignes or assigns; together with all
the buildings and improvements thereon, and
all the rights, ways, servitudes, privileges
and advantages thereunto belonging or in
any wise appertaining.
Terms-Cash on the spot.
Sheriff's Offic, Parish of St. John the Bap
tist, January 16, 1909.
PAUL BERTHELOT,
SheriE
For Sale.
My stock of general merchandiss is for isle
on very liberal disconut. The store I am
occupying is for rent. and I will make things
interesting to anyone wishing to engage in
businees. I am retiring from the general store
business. L K. WILLIAMS.
Garyville La.
For Rent.
110 acres new lands, suitable for rice. Ad
dress or see EUGENE DUMEZ,
Esgard P. O., l.
Feor 9fe.
ONU WRULIE P1*1NOR 01 PINOL&
wurn'. gives ti< ssws et' ti dry
it s peblieimd.
Ple. of snbses.pt :
Three meosts.».».41J0
Ons e.ar.. . . eit.
Any...s wishin to sabeib address ti
C A. CAILLET. At.,
Edgad P.0,1*.
The Picayune, Times
Democrat, Daily Item
and Ieschanb
LEADING PAPERS OF TNE SOUJTI
Prices m bscriptdos:
PICAYUNLAND TIM -DEMOCBAT
(pablished daily)
Three meaths........... 1.
Siz moths.. .......... 6.00
Twelve moatbs.......... 1. 00
DAILY ITEM
Thaee month~....... ......1
- Si moat5.... .... 75
Twelvemoath.. ......... 7.00
MBBCHACBt (weekly)
One Year .................
el yer twelve ddoas, which will eaei
mruaberption for one jearothe Pksyam
STmee sand in addition you will reeelve ti
Daily Item for three mo#ths or Mesehaihi
or oes year.
All thoe wishlag to absoihrle or des.rin
ahrther Infoa tino. adrem
1Z>eltY C. NAURIN.
Laplaee, Ia.
war sWW -M rrrurwrrs
GARY STATE BANK,
- QlRAILLE, LL.v
PAID UP CAPITAL - - a $10,000
L. mo.. . As... , Pimt;.i a a 8
#.0:*fl; .E.Y.1. o 3.1}4. tRUES, I ; Az3 D L ucs A at' ýy Ia
________ N
I a & n a % t,
2mbsui hfl;laM~I3*% L A.t~et~-·
* ~ qndhfl*
Notice.
The following personsor firms have applied
to the Police Jury of the parish of St. John
the Baptist for bar-room or saloon permits:
George Bourgeois, Mount Airy, La.
Fernand Montdgnt, Laplace, La.
H. BODIN.
Secretary pro tam Police Jury.
Pay Your Lieenses.
Merchants and other persons liable to a
license are hereby notified that licenses for
1909 are now due. The State license should
be paid before the first day of March, 1909,
and the Parish license In the same limit
of time. If not paid at or before the afore
said dates, two per cent. interest per month
will accrue, and the same will be turned over
to the attorney for collection with casts and
penalties.
PAUL BERTHELOT,
Sheriff.
Sheriff's Office, Parish of St. John the Bapt
ist, January 28, 1909.
Notice to Tax-Payers.
Notice is hereby given that the State and
Parish taxes for the year 1909 also poll taxes
for the said year due by the male inhabitants
over the age of 21 years, as per list on file in
my office, are now due and collectable, and
unless paid within the time prescribed by
law, the same will be collected with interest
and costs. PAUL BERTHELOT,
Sheriff tand Tax Collector.
Sheriff's Oice, Parish of St. John the Bap
tist, January 38, 1909.
Registration Notice.
Public notice is hereby given that according
to law the office of registration will be opened
at the following places, from 8 o'clock a. m.
to 4 o'clock p. m., and on the following dates:
1st ward, at Paul Berthelot's Store. Wed
needay, January 20:
3d ward, at Alovron Granier, Thursday, Jam
nary 21;
4th ward, at Chas. St. Martin, Friday, Jan
uary 22;
5th ward,at NewSugar Belt Clb. Saturday,
January 23;
8th ward, at Garyville th Justice's Cst
Building, M day, ary 96
and from there to the ousthose natil the
dosing dray of rsite tiae
St. John tim Baptist. L11011 -
s roasarer
New 1 4 ·u eI htr:ri kA h
(leta beuDim) 040 OraeteuL,
NEW omr s.
We boy. sel, rent, euldaaser aasio. am
We will Inoure your prOperty, repoir it and
collect your rent on zemoblre psrms.
SUGAR A AND NICE WWU/
ýPIemICTAL'R
Iinue lw Ufe
is the
Penn Ental Life Insureixa C.
of Penmsylvsais.
Sepreesut.d is St.Joha thPIh&pd I&al by
EUGNU DUN,
humid. Jostsus
THE NEW SIJGA BELT CLUB
P. RI:K XORTZ, Proprietor,
TEAM 8 TO HIBE,
FERRY WITH FLAT,
Best Wine; LigArs asd Cigars.
rEus Al t, I MalAID zeNS
SIEBUVE, LA.
EED
FOR 10to CNT
Fw.sw.-m
ELTI

xml | txt