OCR Interpretation


Le pionnier de l'Assomption. (Napoleonville [La.]) 1850-185?, November 15, 1850, Image 4

Image and text provided by Louisiana State University; Baton Rouge, LA

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn86090609/1850-11-15/ed-1/seq-4/

What is OCR?


Thumbnail for

Commercial înt ^Counter.
N ouvelle- O kleans, 13 novembre 1350.
C oton . — La demande sans être très
nctive a été suivie, et les ventes faites
dans le courant de la semaine s'élèvent à
17,300 balles. Les achats ont été prin
cipalement podr l'Europe, Le Nord n'a
pris que 4,000 balles. Les prix ont été
maintenus pour les qualités de good-mid
dling à fair; mais les 'aux pour -io mid
dling sont chancelants.
Good .Widl'g, 13 J- à 13| 1 Midi's Fair, 13^ à. —
Ordinaire,. . 12 à 13 | Middling,.. 13J à 13|
T abac . — Cet article est toujours très
recherché, et les ventes de la semaine
courante se montent à 650 boucauts à
des prix élevés.
S ucre. — Il s'est vendu pendant la se
maine 1,100 boucauts; le fair vaut 5 et
5 èf.
M elasses . — Les ventes faites sont de
1,800 barils an taux de 254 et 2Gc.
F arine . — Les 5,000 barils qui ont été
achetés sont côtés au taux suivant: St.
Louis et Illinois, $'4 40 et .§4 50; poul
ies marques extra $4 87i et §5 124.
M aïs. —11 n'en est arrivé que fort peu
du Nouveau qui se vend au taux de /0
et 75c.
A voine . — La demande est ferme, et
comme il n'y a que peu d'arrivages, les
prix ont augmentés. 1,200 sacks de St.
Louis ont obtenus 54c, par petits lots.
W hiskey .— Peu d'arrivage?. Le Rec
tifié se paie toujours, par petits lots 32c.
P orc . — Le Mess se vend en gros $11
2Sc, et se détaille pour §11 75.
B acon . — Le stock en mains de Plat-cci
tés et d'Epaules étant beaucoup plus lé
ger que d'ordinaire, la hausse se main
tient. Les Clear Sides sont côtés (5i et
6|c Epaules 5 et 5Jc. Jambons peu de
ventes aux prix suivants: fumés, 6 et 7c.,
couvert?, 8 et 10£c.
G raisse . — Demande active pour l'ex
portation et on obtient 74 et 7£c. pour le
Prime et le Choice.
B œuf . — Mes*, languissant; prix, §10
50 et §11 00, Prime, $7 50.
C afe . — Rio nouveau 11c, vieux 10|.
Riz. — Petits lots vendus 3x et 4§c.
8i:l .—Fin, «1 25 et §i 30; Gros
51 10 et SI 20*.
Marguerite. Boudreaux vs. Silvère Miiam;on.
Etat de la louisi .42VE.-Paroisse A s -
somption. — Cour du Cinquième District
Judiciaire. —No. 247. — En vertu d'un writ de
g ri facias -à moi adresssé par l'Honorable la
r»ur susdite, dans l'affaire ci-dessus intitulée et
mérotèe, j'ai saisi, et j'offrirai eu vente pu
joe, Etir les lieux, le Samedi, 7me jour du mois
iécembre 1850, entre onze heures du matin
nitre heures de l'après midi, la propriété ci
3 décrite, appartenant audit Silvère Mélan
ainsi que tous les droits, titres et intérêts
Uai
Assotnp
fourche.
maison de
fondeur do
haut p» T le C À
rla terre di
SÄ&
rr ^e
que
à ladite terre,ou qu'il peut y avoir, savoir:
nofceau de terre, situé dans la paroisse
tion, sur la rive gauche du Bayou La
à environ dix milles audessus de la
cour de cette paroisse, mesurant cent
le facc au chemin public, sur une pro
cent soixante huit pieds, bornée en
heroin de Joseph Martinez et en bas
• la veuve Pierre Daigle, ensemble
bàtisies et améliorations qui s'y
en dépendent, consistant en deux
isine, etc., saisies pour satisfaire
et les frais du procès.
mptant.
Tion, le 30 octobre 1850.
. F. HICKMAiV, Shérif.
VE N TES J UDICIAIRES .
V ION TE PAR LE S! 1ER 1 F.
Wm. Rochel vs. E. L. Terrier et 1?. iV. Ivy.
Etat de la L ouisiane .—Cour du
Cinquième District Judiciaire, dans
et pour !a paroisse Assomption- — No. 152.
En vertu d'un writ de alias fi. fa. à moi a
dressé par l'Honorable la Cour susdite, dans
l'affaire ci-dessus intitulée et numérotée, j'ai
saisi et j'offrirai en vente publique, à la »mi
son de cour de cette paroisse, le samedi, 7nie
jour du mois de Décembre 1850, à 11 heu
res du matin, la terre ci-après décrite, ap
partenant audit E. L. Terrier, savoir :
Un morceau de terre située dans la parois
se Assomption, faisant face à la Belie Riviè
re, bornée d'un cùté par le Bayou Maxile
et de l'autre côté par le Bayou Long, con
tenant cent quarante neut acres et uouze
centièmes d'un acre (119 12(100,) étant les
lots No. 3, de la section No 21, et let No.
3 de la section No. 28, dans le township 14,
Ouest de la Rivière Mississippi, de la Ran
gée 13 Est, ensemble avec toutes les bâtis
ses et améliorations qui en dépendent, sai
si pour satisfaire le writ ci-dessus et les
trais du procès
Termes et conditions : — La terre ci-dessus
décrite, sera vendue à douze mois de crédit,
à la charge par l'adjudicataire de fournir
son obligation avec une caution solidaire ,
bonne et solvable, et hypothéqué spéciale
sur ladite terre jusqu'au paiement, portant
intérêt à raison de cinq pour cent par an, du
jour de la vente jusqu'au parfait paiement.
Paroisse Assomption, 4 novembre 18;)0
n 10, 5i] A. F. HICKMAN, She.it.
Landry, veuve
Breaux.
décédée
Succession de Rosalie
d'Hilairt
EN vertu d'un d< cret de Thonorab'e la Cour
du Cinquième District Judiciaire de l'Etat
de la Louisiane, dans et pour la paroisse As
somption, i! sera oflérten vente publique, sur les
lieux, dans le voisinage de Paincourtville, par
le soussigné, en sa qualité d'administrateur,
samedi, le 7 décembre 1850, à dix heures du
malin, les propriétés appartenant à ladite succes
sion, savoir :
Un nègre nommé André, âgé de 45 ans ;
Une négresse nommée Marie, âgée de 33 ans
et ses quatre en fans, Caroline, négresse âgée de
7 ans, Ophélia, négresse âgi e de 5 ans, Evéline.
négresse âgee de 3 ans et Elizabeth, négresse
âgee de 7 mois ;
Quelques efiets mobiliers et une vache à lait.
Conditions: — Pour l'esclave André,cent pias
tres payables en mars 1851, et la balance, moitié
en mars 1852 et l'autre moitié en mars 1853.
Pour la négresse Marie et ses quatre enfants,
cent cinquante piastres en mars 1851 et la balan
ce, moitié en mars 1852 et 1 autre moitié en
mars 1853. Pour le mobilier, toute somme au
dessous de dix piastres, payable en mars 1851,
et toute somme de dix piastres et au-dessus, moi
tié en mars 1851 et l'autre moitiéenmars 1852;
les acquéreurs fournissant leurs billets cau
tionnés, payables au bureau du Greffier de la
Cour de District de cette paroisse, et hypothèque
spéciale sur les esclaves jusqu'à parfait paiement,
et toute somme qui ne serait pas payée à échéan
ce, portera intérêt à raison de huit pour cent
par an.
Assomption, le 6 novembre 1850.
VILEOR LEBLANC,
nl0,âi] Administrateur.
VESTES JUDICIAIRES.
VEN'î E 1»E SUCCESSION.
Succession de Darne Marguerite Landry,
décédée, épouse d'André • Leblanc, de la
Paroisse Assomption.
CS ; ) N FORM E M E N T à uu décret de la
9 Cour du Cinquième District Judiciaire
dans et pour la paroisse Assomption, Etat de
la Louisiane, daté le 10 octobre, 1650. ii
sera vendu à l'encan public, le samedi S3 me
jour de novembre prochain (18oö,) à 10
heures A. M., par le soussigné, administra- j
ti-'ur de ladite succession, sur les lieux, les !
i
deux morceaux de terre ci-après décrits, ap
partenant à la succession tic Marguerite
Landry, décédée épouse d André Leblanc,
Ravoir :
lo. Une habitation située en cette parois
se, rive droite du bftyou Lafourche, dans
l'intérieur des terres, établie en sucrerie,
qui comprend les qudfts S. L. S. O. des sec
tions Nos. 4G et 47. T. No. 12 et R. 13 S.
E. I). Le. mesurant treize, arpents 144 pieds
de face sur trente-quatre arpen'S 44 pieds de
profondeur bornée vers le bayou Lafourche,
par la terre d'Ansëlme Molière, vers ie
Grand Bayou, par celle de A. M. Foley, et
sur les côtés par celles du Colonel Augustin
Pugh et du Dr. Wm. L. Logie.
2^ Un morceau de terre mesurant soi*an
te-dix-neuf acres de superficie situé au même
Brtiié Ste Hélène, quart iVord Est de la
Section 40, T. 12 et R, 13.
I! y a maintenant sur ladite habitation,
de bonnes cannes, suffisamment pour plan
ter quatre-vingts arpents, le tout en bon
ordre.
Termes et Conditions: — Lesditsdeux mor
ceaux de terre seront vendus payables en
trois paiements égaux, savoir : un tiers en
tout mars mil huit cent cinquante-deux, un
tiers en mars mil huit cent cinquante trois,
et un tiers en mars mil huit cent cinquante
quatre.
Les acquéreurs devront fournir de bons
billets endossés à la satisfaction de l'admi
nistrateur de ladite succession, payables au
bureau du Recorder de cette Paroisse. 4
. Hypothèque spéciale sera retenue sur la
dite propriété jusqu'au paiement final du
prix d'adjudication.
Toutes sommes qui ne seront payées à
l'échéance, devront porter intérêt à raison
de huit pour cent l'an, à partir de l'echéancc
jusqu'au paiement final.
Paroisse Assomption, le 18 octobre 1850.
FELIX GILLET,
nT.fîi Administrateur
VENTE ISlîCCLSMO.w
Succession de Pierre Lucien Tioudreau.
Etat i > e la L ouisiane —P aroisse
A ssomption. — Cour du Cinquième District
Judiciaire. — En obéissance à un ordre de l'Ho
norable, la Csur du Cinquième District Judi
ciaire de l'Etat de la Louisiane, dans et pour la
susdite paroisse, portant la date du 23 octobre
1850, il sera offert en vente pnblique, par Cy
prien L. Blanchard, encanteur dûment qualifié
dans et pour la susdite paroisse, sur les lieux, le
samedi 30 novembre 1850, à 10 heures A. M.,
les propriétés ci-après décrites, savoir :
lo. Une habitation situee en cette pa
roisse, à la Baie du Lac Verret, mesu
rant un arpent $ de face au chemin qui conduit
à la Belle Rivière, sur quatre arpents de profon
deur; bornée d'un côté par la terre de Pierre Dai
gle et de l'autre par celle de Sévérin Crochet, en
semble, toutes les bâtisses, etc., etc.
2o. Un cheval, un lot de cochons, qn lot d'on
tils aratoires, une pirogue et les meubles de mé
nage, etc.
Fermes tl conditions: — La terre payable en
trois ternes égaux: un tiers £n mars 1851, un
tiers en mars 1852 et le dernier tiers en mars 1853.
Pour le mobilier, toute somme de $10 et au-des
sous en mars 1851 et tonte somme au-dessus de
$10, moitié en mars 1851 et l'autr« moitié en
mars 1852. Les acquéreurs devront fournir bon
ne et suffisante sécurité avec hypothèque spéciale
sur la terre, et toute somme qui ne sera pas
ponctuellement payée à l'échéance, portera un
intérêt à raison de hait poor cent l'an jusqu'à
parfait paiement.
Paroisse Assomption, 25 octobre 1850.
n9.5i] C. L- BLANCHARD, Eucaateur
AMO ICES-ADRE SSES.
Ar^r~v\TuLRi^
HnjnUfttr ct
AGENCE generale
j neur p r; venir ses amis et le publie
! ra |. q U -ji vient de recevoir du Nord de
que, et de l'Italie, des marbres de toutes espèces,
et qu il est prêt à exécuter tonte commande de
tombes, caveaux de famille on monuments con
De tout ce qui a rapport aux affaires des terres,
.4 Donaldsonviile, L:.
S'adresser aux bureaux du P ionnier .
TO-.ibKÖ EJ - MO NU ME. VIS EU a I . ÜK ;.:.
Le SIEUIt L s , F. FLATTEN, connu depiu
plusieursann.es par les nombreux ouvra
i <res, qu'il a faits dans ie cimetière de cette parois
et ceux des paroisse
avoisinantes, a i non-1
■n g-. n< -
l'Amèri
tombes, caveaux
cernant sa partie.
Il emploie au choix des familles, îe marbre »a
pierre, ou le bois, et se charge également des
grilles ou entouragesde tombes, soit en bois soit
en fer. Pour plus amples renseignements, s adres
ser chez lui à Plattenville à côté de l'Eglise Pa
roissiale de l'Assomption. Ses prix sont des plus
mods rés.
Plattenville. 28 octobre 1850. | n0,6i
FORGERON et INGEMEUR MECANICIEN'.
M JACOB H. A EMEN DINGER prè
a vient les planteurs qu'il ext cutera à
domicile toutes sortes d'ouvrages de sa profes
sion, qu'on voudra bien lai confier et qu il se
transportera sur toutes les habitations où il sera
appelé, pour y exécuter les réparations des ma
chines à vapeur, et les mettre en peu de temps et
à des prix modérés, à même de bien fonction
ner. [n9,6i
TO.nnlu.EKII:.
JACQUES VIVEY, Tonnellier,
Donaldsonville, a l'honneur d'infor-S§ggJ|L
mer messieurs les planteurs qu'il fabrique des
BARILS à MELASSE, de la contenance de 44
à 45 gallons, à des prix modérés. »S'a tonnelle
rie est située rue 3/ississippi, presqu'e'Â face de
l'Eglise. h»*
AUX planteurs .
T .J. CRANE, Forge ron et Ingénieur
Mécanicien, a l'honneur d'annoncer au
public qu'il est maintenant établi près l'habita
tion de A. C. McCultnm et qu'il entreprendra
toute espèce de travaux concernant sa profes
sion. Il s'empressera aussi de répondre à la de
mande des habi'ants pour les ri parafions des
machiner, à vapeur, bouilloires, moulins, etc.,
etc. Le tout, à des prix inod< r^s. n7*
a
a
of
RELIEUR.
MR. AMBROISE ROUGH AU. t tabli de
puis quelque temps à Donaldsonville. en
qualité de relieur, offre ses services au public.
Les nombreux ouvrages qu'il a déjà reîrés, sont
garants de son goût et de son adresse.
Ses antécédents joints à la modicité de ses
prix et à la garantie qu'il donne de la perfection
de ses reliures, lui assurent la clienièlo de toutes
les personnes de la campagne qui tiennent à
avoir une jolie hiliothèqne. 8s-nl-la
JOS.
PUGH, DR.
Paincourtville, Le.
H. — Docteur Licencié.
n5*
QfNGRY, ANDREW — Grocer, opposite the
Ferries, Donaldsonviile, La.
NTE. ASSELJNEMI.
DOCTEUR EN MEDECINF, DÛMENT LICENCIE,
Tient son office à l'habitation de M. Jean
Dugas, un mille plus haut que Paincourtville.
(Bayou Lafourche.) sl5,n2 3m.
LE DR. PAiNCHAUD, a établi son domicile
chez M. Gauthipr, à Paincourtville.
WlAhKO M OK KU
NOTAIRE PUBLIC ET JUGE DE PAIX
NAPOLEONVILLE. ASSOMPTION.
g ; c . raby ,
ATTORNEY AT LAW.
JDiasssœi'JEiaCPûacsjoaa
Practices in the Courts of the Parishes of As
sumption, Lafourche Interior, and Terrebonne.
G. C. Il AL Y,
AVOCAT.
Exerce sa profession dans les Cours des pa
roisses Assomption, Lafourche Interne et Terre
bonne. sï5,n2*
ACHILLE RICHARD, A. M. TEMPLET.
RICHARD & TEMPLET,
17 Mississippi Street.
»eilers in
Gentlemen'6 Clothing, Hats, Boots, Shoes,
Ladies' Shoes, Hobieries. Gloves, Sic. Also:
Ploughs, Nails, Axes. Tinware. &c. . nl*
A. G ENTILE,
Jivocat 9 a JVapoleottvillc.
Exerce sa profession dans le 5ème Dis
trict Judiciaire, composé des paroisses As
somption, Lafourche Interne et Terrebonne.
Il donnera tous ses soins aux affaires qu'on
voudra bien lui confier dans ce district et les
avoisinants. 15s,nl*
EIGNE REGULIER -
Entre Donaldsonville et la Nelh -OrUans.
, Le magnifique steamboat, le GEXE
«SblRAL TAYLOR, Capitaine E mile T ri
nidad , vient de reprendre ses voyages entre la
Nouvelle-Orléans tt Donaldsonville.
Le Général Taylor, complètement radoubé et
■~l ""J "V ei
mis à neuf, offre aux passagers tous les avanta
ges du comfort et du luxe ; i! part de la Nouvelle
Orléans, le, Lundi, Mercredi et Vendredi àe
chaque semaine,* ä 9 heures A. M , et quitte
Donaldsonville, les Mardi, Jeudi et Samedi, à 6
heures du matin.
Le prix du passage est fixé à $2. Pour le fret,
les planteurs pourront s'entendre à l'amiable, en
s'adrsssant an capitaine Trinidad. n 8*
ÏJPceaaaaaa» <»aa SiacsjOcstpa.®»
comedie vaudeville en uk acte,
PAR E. DE LAUC MARIAT.
. En vente aa bureau dit PossxEs.—Prix : $Ccts.
HOTELS, ETC.
HOTEL.
M. C. J. E. GAUTHIER, connu de
puis long-temps des planteurs et desvoya
t geurs qui parcourent les bcrùs d;: Bayou Latour
| c | ie _ p rcv ient le public qu'il a mis son ttablisse
; ment de Paine ourtville. sur un pied plus confor
I tnbie encore que par le passe. Non content
d'amtliorer l'hôtel proprement dit, ii a puni son
e;if. des produits des meilleurs crûs et desdistil
leriesles plus ri putées. Il compte ainsi se ren
dre digne du patronage «jue !e public lui aaccord
jusqu'à prisent avecW.t de bienveillance et en
mériter la continuation. 15s.n2*
hotel W ashington ,
a napoleon ville.
âpK M. GAUTHIER, !e proriétaire du bel
SaïKi établissement connu sous le nom d 'Hôtel
Washington, remercie les habitans de cette pa
roisse ainsi que les voyageurs, du bienvei.lant pa
tronage sous lequel ils ont pris sa maison.
Jaloux de justifier l'empressement de sa nom
breuse clientèle, M. Gauthier n'ipargnera ni
soins ni dt penses, pour faire de son hôtel un
établissement des plus confortables.
De nouveaux bâtimens, aussi vastes qu'tlé
gants viennent d'être construits à gr»nds frais,
et l'Hôtel Washington est aujourd'hui l'un des
plus beaux etdespius fréquentes de la campagne.
8s,ni*
t O M .JLfU i \L llO'l L' >.
Donflldsonxille, encoignure Lafourche el Ibcrcillc.
MM. FELIX BESSON prévient ses amis
et le public en general, qu'il vient d'organi
ser sur un nouveau pied, son bel < tabliscement
connu sous le nom de Commercial Ilotd. Une
B arke , où les consommateurs trouveront tou
jours des Liqueurs, Sirups, Vins, etc. de premier
choix, est attachée à l'Hôte!, et dans la salle du
Cafc se trouve le Billard.
M. Félix Besson, qui s'occupe activement et
exclusivement de l'ameliorption successive de
son établissement, espèie que le public voudra
bien lur cortinuer le bienveillant paironage sous
lequel il a pris le Commercial Hotel. nV
AV 1S AUX GOCRiMETS!!!
restaurant baudot.
M LE PETIT PAPA BAUDOT, dont les
gourmets ont depuis longtemps appn cié la
cuisine et sacre le talent, prévient ses amis et
le public en général, qu'il tient toujours ouvert
à l'appétit des amateurs de la bonne chère et
des vins généreux et délicats, son bel établisse
ment de Restaurateur, situé à Donaldsonviile,
encoignure des rues Mississippi et Lafourche.
Le peth papa Baudot, tient en outré une
CONFISERIE, où l'on trouve toujours des pâ
tisseries de toute espèce, depuis le chou glacé
jusqu'au gêteau de Savoie; enfin le Salon de
cuemes a la glace , du petit papa Baudot, est
ouvert chaque soir aux dames.
Le triple établissement du petit papa Baudot,
se recommande autant par le comfort que par le
choix des mets, vins, gâteaux et glaces.
M. Baudot se charge encore, et aux plus justes
prix, des rafraicliissetnens pour bals ou soirées.
8e-nl-*
ANNO NCES.
RTICLESDIVERS, récemment reeus et
à vendre par les soussignés, savoir:
Clous de Weymouth, Craie, en pierre et en
Fer à forger, du Ten-i poudre ;
nessee. Lampes, à huile, à gaz
Plomb, en feuille et en] et à Camphine;
barre ; ^Moulins à maïs, à café
Dravs et charrettes ; et à poivre;
Charrues, p ioches et Cordage en pitre, en co
pelles; j ton, etc.;
Haches, étrillés, etc.; Ferblanterie, Poterie;
Harnais de buggy ; iïluiliers amt ricains et
Selles, américaines, an- français, etc, etc.;
glaises et espagnoles; Verrerie, parfumerie;
Montures' de brides; Brosses à barbe, à che
Martingales,croupières;, veux, à blanchir, à
Eperons en acier, en fer,
en cuivre, en plaque;
Peinture blanche; j
Huile de lin, et lard oil;
Thérébentine;
Pinceaux ;
Ciment hydraulique;
fourbir, à cirage, ù
épousseter,à peignes,
à dents, à ongles, à
habits, à poudre, pour
enfants, etc, etc.;
Habillements confec
tionné d *,
Le tout à des prix modérés.
RICHARD &. TEMPLET,
nl* Donaldsonviile, 17, rue Mississippi.
UX TONNELIERS. — Les .soussignés oui
tout récemment reçu des meilleures ma
nufactures de Cincinnati, un assortiment com
plet d'outils de tonnellerie, et de charpenteric,
qu'ils offrent à vendre à bon march' po\r do
comptant. RICHARD & TEMPLET.
17, Rue Mississippi
Donaldsonville, 5 septembre 1850. nl*
FOU SALE —2 waggons, 2 horse cans
1 ox cart, 1 dray, iron axles.
20,000 Fire Bricks ;
Five tons Tennessee Iron, different sizes,
or sale by RICHARD & TEMPLET,
n4* Donaldsonville. 17 Mississippi st.
Graisse , chandelles , liqueurs ,
&c. —100 barillets de graisse première
qualité ;
12 caisses Star Candies ;
6 barils de Whiskey ;
35 paniers de Champagne ;
Liqueurs tiues, Ketchup, &. c.
à vendre par RICHARD & TEMPLET,
nl* Rue Mississippi, N'o. 17. Donaldsonville.
LIBRAIRIE—Livres de C! a »se français, an
glais et espagnols, à vendre par
RICHARD & TEMPLET,
nl* Donaldsonville. 17. rue Mississippi.
FRESH TEAS!!
JUST received, a general assortment of the
New'York Canton Tea Company's cele
brated TEAS, and for sa'e by
ANDREW GIXGRY,
Agent for the company.
Donaldsonville. La.. Sept 14 1850. [Y,2*
THE!THE
J^E soussigné vient de recevoir un envoi de
Thés assorti«, importi s par la compagnie
connue sous le nom de New York Canton Tea
Company, et l'offre en vente.
' J a \BRFW PTVfRV
! „ 0 *i » j i „ r> n
Agent delà Compagnie, a Donaldsonv ille
TAT DE LA LOUISIANE.—PAROISSE
Asso
Judiciaire.
présenté
les lettres d
feu Jean Joseph Boudreaux décidé intestat,
avis est par le présent donne à tous ceux que
cela peut concerner, d'avoir à déduire sous dix
jours, les raisons pour lesquelles il ne serait pas
fait droit à ladite pétition
Par ordre de la cour.
Assomption, 16 octobre 1850.
t7,2i] DESIRE LEBLANC, Greffier.
Assomption.
do.
do.
es certificats stii
A. L. PLOUGH & FIES,
DENTIS TUB.
Tant pour les opérations que povr la fabrication
des Râteliers et des Dents Artificielles,
OFFRENT tre-s respectueusement leurs ser
vices, dans les différentes branches de leur
profession, à toutes les personnes qui voudront
bien les croire dignes de leur confiance. lia
osent esp< rer que, par leur stricte attention à
leurs devoirs, ils mériteront d'obtenir une nom
breuse clientèle. Us se transporteront avec em
pressement au domicile des dames qui les feront
appeler. Il suffira de s'adresser chez M. Gauthier,
Hôtel Washington.
Le docteur Plough s'appuie respectueusement
sur la recommandation de Messieurs Thomas
Whaly et Valentin Landry des paroisses Iber
ville et Ascension, et d? celle de- MM.
Le Dr. Tusson, Paroisse St. Jacques.
P. T. Landry, clo Ascension.
Bercegeay, do do.
W. C. S. Ventriss. do do.
Severin Landry, do
Alcide Landry, do
Anatole Landry. co
Comme on peut le voir j;
vants :
P aroisse I ht.vîi ï.f, 1er juillet 1850.
Pour rendre justice an Dr Plough, nous nous
plaisons à reconnaître que, d'après nos observa
tions personnelles et l'expérience que nous avons
faite de ses talens, ii est comme dentiste, d'une
habileté incomparable. Nous avons eu occasion
d'en employer plusieurs autres : mais, à notre
avis, le Dr Plough est le seul dont les opérations
ne laissent rien à désirer, et dont le travail mé
canique soit d'une qualité «vraiment supérieure.
C'est par conséquent pvec une entière satisfac
tion que nous le recommandons -à nos amis et à
tous ceux qui peuvent avoir besoin du concours
de son utile profession, T homas W haly,
J. V. L andry.
P aroisse S t. J acques , le 19 juin 1847.
Monsieur,
Plusieurs personnes de ma famille ayant eu
besoin des services professionnels du Dr Plough,
j'ai eu l'occasion de reconnaître et d'apprécier
ses talens comme dentiste. Je vous le recom
mande, en conséquence, comme un homme très
capable, et vous engage à. avoir recours à lui
dans le besoin.
J'ai l'honneur d'être votre, etc. T usson.
D onaldson ville, 7 juillet 1845.
Je soussigné, atteste, d'après ma propre ex
perience, l'habileté et les connaissances pratiques
du Dr A I.. Plough, dans sa profession de chirur
gien-dentiste. P. T. L and y.
Arpenteur Général de l'Etat de la Louisiane.
D onaldsonville , 10 juillet 1850.
A Madame Edixond LeBlanc.
Madame,
Permettez-moi dé vous recommander le Dr
Plough, dentiste. Si vous avez dans votre famille
quelqu'un souffrant du mai de dents, vous pou
vez aveuglement vous confier à lui. Je base
ma recommendation sur 1 habileté dont il a fait
preuve dans l'extraction et l'orification des dents
de Mme Ik-recffeay. Suivant moi, il est impos
sible de mieux füire.
A scension, 31 août 1844.
J'éprouve un vrai plaisir à declarer, d après
mon expérience pratique et mûr examen, que je
considère le Dr Plough comme éminemment ha
bile da'ns sa profession de chirurgien-dentiste.
W. C. S. V entriss .
A ssomption , le .... 1848.
Nous avons individuellement eu l'occasion
d'apprécier, dans nos familles, les talents du Dr
Plough comme dentiste, et pour rendre hommage
aux preuves qu'il nous a fournies de son habileté,
nous nous faisons un vrai plaisir d'attester qu'il
opère avec autant de dextérité que de succès.
S everin L andry, A lcide L andry,
A natole L andry.
L aurel V alley, )
Lafourche Interne, 2t> sept. 1845. (
Je déclare que le Dr Plough a fait dans ma
famille, un travail très-difficiie sur la dentition.
Jene crois pas que ce travail.eut pu éi-ie fait
plus supérieurement. En conscqut-ne- je ie
reconnmende consciencieusement à tnines les
personnes qui auront besoin du ministère d'un
habiie dentiste. J ose: h W. T ucker.
# S ayou du L ac, 7 novembre 1846.
Je recommande avec plaisir à tous mes amis
le Dr Plough, qui a fait dans' ma famille plusieurs
opérations, toutes couronnées de succès, qui
denotent un habile dentiste.J. M. P elton.
"•> *
DETENU i la geôle de la paroisse .4o
somption, ù Napol< onvi.lle, le nègre S .4 M
- u JOHN, ûg de 35 à 40 ans; taille d" 1 5
pieds 4 ponces et A; se disant appartenir à Mme
Vve Daiery, près d'un moulin à scie: i! a dit aus
si qu'ii appartenait à M. Bibb, de la paroisse La
fourche Interne; il porte moustaches ct barbe au
menton.
Le maître dudit esclave est prié de le retirerds
prison, en se conformant à la loi.
A. F. HICKMAN, Shérif.
Assump
£ DETENU à la geôle de la parois^
Assomption, le nègre JOSEPH, âgé
d'environ 22 ans; taille, 5 pi^ds 10 pou
ces ayant doux ou trois dents oui lui man
quent; dit qu'il est tonnellier et qu'il appar
tient à MM. Payne & Harrison, Marchand»
Commissionnaires, rue Poydras. No. 3S,
Nile. -Orléans. Il a une cicatrice à la lè»ro
supérieure. Il a premièrement diV qu'il f
nommait Henry Joncs et qu'il appartenait*
James Foulk.
Le maître dudit esclave est prié do le r #*
tirer de prison en se conformant à la loi.
A. F. IIICKMAN, Shérif.
Nanoléonville, 13 octobre 1850.

VENTES JUDICIA IRES.
"^HËiÏÏFFSsXS.
Wm. Rochel vs. E. L. Terrier <y W ■ N. Ivy.
STATE OF LOUISIANA— Fifth Judi
cial District Court, in and for the Par
ish of Assumption.—No. 152.—By virtue of,
and in obedience to an alias writ offi. fa. to
me directed by the honorable the aforesaid
Court, in the above entitled and numbered
suit, I have seized and will offer at public
sale, at the Court House of this parish, on
Saturday the 7th day of December, 1850, at
11 o'clock A. M., the following described
property, belonging to the said E. L. Terrier,
to wit :
A tract of land, situated in the parish of
Assumption, fronting Grand River, bound
ed on one side by Bayou Maxile and on the
other side by Bayou Long, containing one
hundred and forty nine acres and twelve hun
dredths of an
No. 3 of section
l acre, [149 12[100,] being lots
,-tion No. 21, and lot No. 3 of
PCCtion 28, in township 14, west of the Mis
gjgftjppi River, of Range 13 East, together
with all the buildings and improvements
thereon and thereunto belonging, seized to
satisfy the above writ and costs of suit.
Terms and conditions: —The above de
scribed lands will de sold at twelve month s
credit, the purchaser be : ng required to fur
uish his bond with good and sufficient joint
security, and spécial mortage on said land
until paid, bearing interest from the day of
sale at the rate of live per cent, per annum
until paid.
Parish of Assumption, Nov*.' 4, 1850
nlO.öij A. F. HICKMAN, Sheriff.
•ix vs. Silvère Mélançon.
SI A N'A. —P arish of A s -
Tudicial District Court.—
and in obedience to a
VHV „ >ted by the Honorable
Ho. to me dire«. ibove entitled and num
wïit -rturt. ittthe »> nd will offer at public
the afore«»» gC ued, a aturday, the 7th day
tajed suit. » o ises , on & fl o'clock a. u.
«ale, on the P between .Homing described
ef Dccetnhe , the j sfivère Melan
*nd 4 o cloc ing ^ lh e eav , j nU >rest which
proP®^ the right, >' ie sai ne. wit:
«on; v have, ,u parish of As
trac^ UDd S Baj ' c ' u Lasourche,
°° above the p 0 ' aud^ve feet
^ about tee 80 oce buwirea
£îp,ri.h, »«SÄ. «. » i**
Deuting the P u ^ ht feet, bounded ., J ^ 0 f
tS A ""ï jSS«" 1 S kll
awàof ïu together ,
r f5 Pier« theceon, ^
l » and of two ^ i
i» ^ging.cous-sting . ye wn t and costs ot ,
be- to sattsfy to
^ !
Î. #! * "
Succession of Rosalie Landry, deceased widow of
IJilaire Breaux.
BY virtue of a decree of the Honorable the
Fifth Judicial District Court of the State
of Louisiana, in and for the Parish of Assump
tion. bearing date the 5th day of November, 1850,
will be sold, at public auction, by the undersign
: ^ administrator of said succession, on the
j premises, in the neighborhood of Paincourtville,
j on Saturday, the seventh day of December, 1850,
i at ten o'clock in the morning, the property be
| i° n g' n £ t0 sa ' ( l succession, to wit :
! A ne S ro !ï>a » uatned Andrt ' a « ed about
45
negro
y t ars ;
A negro woman named Marie, aged about 33
I ytars, together with her four children, Carotine,
j girl aged 7years, Kr 'line , aged 3 years, Ophelia,
; aged 5 years and Elizabeth, seven inontl s
Sundry moveable property and one cow
Terms and conditions : —For the slave André,
one hundred dollars payable in March, 1851.
and the balance, payable in two equal instal
ments, one half in A/arch, 1852, and the other
haif in JWarch, 1853. For the negro woman
Marie, together with her four children,one hun
dred and fifty dollars in March, 1851, and the
balance, one half in March, 1852, and the other
half in March, 1853. The moveable property,
all sums under ten dollars, payable in March,
1851, and all sums of ten dollars and above ten
dollars, payable one half in March, 185!, and the
other half in March, 1852. Purchasers to fur
nish notes with good and sufficient security,
, payable at the office of the Clerk of the Filth J u
; dicial Dîstrîct .Parish, and all sums
i not punctually paid at maturifj7~tft—b e a r J iUej cst
: at the rate of eight per cent, per annum, ant*
| the slaves to remain mortgaged until final pay
ment.
Assumption, this 6th November, 1850.
VILEOR LEBLANC,
n!0,5i] Administor.
j
;
|
remaining third in March 2853. For the movea
■ b] alJ pum oJ ten ^[„rs and under, payable in
: Jto* 1851. -d «11 «bo,. »lO.payablc
one half in March 1851, and the other half in
to furnish poi and
sufficient sscutity with special mortgage on the
^ property; ^ a!1 snms not punct aal!y
paid at maturity, to bear interest at the rate et
C) _ ht wnt ^ annua, until paid,
Parish of Aseumption, October 25th, 1850.
C.l.B®CIURD,^.ion«,.
SUCCESSION SALE.
Succession rf Pierre Lucicn Boudreau.
STATE pF LOUISIANA.— P arish or A s
sumption.— Fifth Judicial District Court.—
In obedience to an order of the Honorable the
Fifth Judicial District Court of the State of
Louisiana, in and for the aforesaid parish, dated
the 23d day of October 1850, will be offered for
sale, at auction, by Cyprien L. Blanchard, auc
tioneer, duly qualified, in and for the aforesaid
parish, on the premises, on Saturday, the 30th
day of November next, 1850, at 10 o'clock A. M-,
the following described property, to wit:
1st. A plantation, situated in the par
isigll iah of Assumption, at the Bay of Lake
Verret, measuring one arpent and $ fronting to
the road that leads to Belle Äiver, by fourteen
in depth, bounded on one side by land of Pierre
Daigle, jr., and on tho other by land of Se vérin
Crochet; together with the buildings and improve
ments thereunto belonging.
2d. One horse, a lot of hogs, a pirogue, farm
ing utensils and household furniture.
Terns and conditions: —The landed property,
payahle in three equal instalments : oce third in
arch ÏS51, one third in A/arch 1852 and the
{Sût CESSiUiN S\LL.
Succession of Marguerite Landry, deceased
wife of André Leblanc of the Parish of
Assumption.
AGREEABLY to an order of the Fifth
Judicial District Court in and for the
parish of Assumption, State of Louisiana,
bearing date t'ne v 10th of October 1850.
Will lie sold at public aucti n, on Satur
day, the 23d day of November 185 ), at 10
o'clock A. M., by the undersigned, adminis
trator of said succession, on the premises,
the following described two tracts of land
belonging to the succession of Marguerite
Landry, deceased wife of André Leblanc, to
wit :
1st. A Plantation situated in this parish,
on the right bank of Bayou Lafourche, in
the back part of the lands, established as a
sogar farm, composed of Quarter S. E., S.
W. of Sections Nos. 46 and 47, T. No. 12,
and R 13, S. E. D. La., measuring thirteen
arpents 144 feet wide, by thirty-four arpents
44 teet long; bounded towards Bayou La
fourche to the land of Anselme Molière, to
wards Grand Bayou by the. land of A. M. Fo
ley and on the sides by the lands of Col. A.
Pugh and Dr Wm. L Logie.
2d. A Traet of Land, measuring seventy
nine superficial acres, situated in same Bru.
lé Ste. Helena, Quarter N. K. of Section
46, Township 12 and Range 13.
There is at present on said plantation, a
quantity of plant canes sufficient to plant
abou/ eighty arpents, all in very good order.
Terms and Conditions. —Said two tracts
of land will be sold payable in three equal
instalments, viz: one third in all the month
ofMaich, eighteen hundred and fifiy-two,
one third in all March eighteen hundred and
fifty-three and the, last third in all March,
eighteen hundred and fifty four.
Purchasers to give good endorsed notes
to the satisfaction of the administrator of
said succession, payable at the office of the
Recorder of this parish, and special mort
gage to be kept on said property, until paid.
All sums not paid at maturity to bear in
terest at the rate ofeight per cent, per an
num from maturity till final payment.
Parishof Assumption, October 18, 1850.
FELIX GILLET,
n7,6i] Administrateur.
I t ) PL v A .A<N.
MR. T. J. CRANE, Blacksmith and En
gineer, has the honor to inform the public,
that he keeps his Blacksmith Shop near the plan
tation of Mr A. C. McColIuin, where he will un
dertake all works concerning his profession. Ile
will be happy to answer to the call of the planters
who may require his services for repairing their
steam engines, boilers, mills, &lc., &- c . II
prices will he moderate. n i*
a. gentile,
Ji ttofn e y sit Ws ft ir 4
Practices in-ihe Fifth Judicial District,—*
in tht> parishes of Assumption, Lafourche
Interior' and Terrebonne., and will give p:i>•
ticular attention to-law suits that maybe en
trusted to him. s!5,nl*
s'adrsssant an capitaine Trinidad. n 8*
LAFOURCHE AND NEW OR
i EANS PACKET. — The steamer
MARY FOLEY, Capt. C. D alferes , has
resumed her weekly trips and will leave Donald
sonville every Monday, at 6 o'clock A. M. Re
taining, leaves New Orleans, every Thursday, at
9o'clock A M. A. F. HICKMAN,
n5* Agent, Napoleon ville.
j
^RAi\E S Patent Compound SOA^, pateTl
ed January 29th. 1850, for sale at whole
sale and retail by RIC/iAIID & TEMPLET,
etail by
17, Mississippi street, Donaldsonville.
Also : 300 barrels white sand for plasterer's
use. sl5,ti2*
ssomption, septembre }8
g fi DETAINED, in' the jail of tins parish,
situated at Napoleonville, the negro boy call
JÖLing himself JOHN, an<i also, SAM; said hs
belonged to Mr. Bibb, of Lafourche Interior,
and afterwards said he was owned bv Widow
Daiery, residing near a saw miil, in the neigh
borhood of Thibodaux. Said slave --'-ears mous
tachios arid beard on the chin.
The owner of said negro is requested to conw
forward, comply with the lawand take him awty.
A. F HICKMAN, Shertf.
Assump tion. October 2tth. 1850.
£ DETAIN ED. in th« parish ja' 1 01
the parish of Assumption, a negro hoy.
aged about 22 years, calling bira® 8 "
JOSEPH, says he belongs to Messrs Payn®
has a scar on the upper lip; when taken
he said his name was Henry Jones, I " l! '
he belonged to James Foulk.
The owner of said slave, is tequesW"
come forward, take him away, and comp}
with the law. A. F. HICKMAN'.
Napolecnvillc. October 13. 1-00.

xml | txt