OCR Interpretation


Le pionnier de l'Assomption. (Napoleonville [La.]) 1850-185?, June 25, 1855, Image 1

Image and text provided by Louisiana State University; Baton Rouge, LA

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn86090609/1855-06-25/ed-1/seq-1/

What is OCR?


Thumbnail for

LE PIONNIER s L'ASSOMPTION,
JOURNAL POLITIQUE. AGRICOLE LITTERAIRE ET C OM M ß RC IAI.
JOURNAL POLITIQUE. AGJÎJCOLI! LIT
HT COMMERCIAL
VOL. V.
NAPOLSONVILLE, LUNDI 25 JUIN 13S5.
NO 38,
Ifc PIONNIER OE L'ASSOMPTION,
rtrni.n? r ut
amadeo morel.
|,UNt)I '25 JUIN 1855.
«Toitttitfoiia ïm $oimiîU :
AlJÔNNrlfllEN'r .—1, 'abonnement eut pnjui
tir h'à'Vascb.
roon us a» :• : : : : : : : : $- r > 00
riiCK »ix m oi m : : : : : :
3 ou
AUENTà nu PIONNIER.
E
KliUl-OlttSAII*
Ahuf. ssios
UIVIHBK-NRUVK. .
I UKK VILl.fc
Nr-Jicw"B* . • , •
ht -J ra * harrmik,
Mr. i'iuiti.K» .
l'«f* r-LlRE*nx, A» .
'I'm not' a h x ....
i i ou m a
Hriî Maimk . .
Ahsomitio* . .
Bhixk Rivikiib
» M. E. Ende, l'itnKHtr«'
y de la Hoar#«!, No 35,
) encoignure Conti.
M v(.llirli«nl eV Templet.
M. firmin Diiplessi*.
M. .1. lire« a.
M . Aii{fii«lo Tliériot .
| M. Fal^anl Perret
Edmond B h 11 ib r»! .
M . Adolphe lllaiH'linrd.
M. F. (jfljfné
M. Etiennp Pénimon.
<J. tlndrigue/, (Mé Stnr
M. Pierre Tliériot.
I T D.noi I"« p'iroiKW"» o.Vftou« h'n»««« p*»
"nomme ir«Bçnti«, nous prions le Mhi ^
d«J voiiluir ne do 1 ageii(,p de notre
, ,,
ßO
\jninti- jour« mi inoin«, évitât IVâptrMlioii du tri
aipulir.
, „ ,
On exécute S l'itupritnerpdu Puisvirn ,ei ce
V x prix le»« plim m<-il«rr<'M,i<iiitPB ei*pticpn H' oii -I
«ije«« ty|i"irriiplui|ii «!K, tf'ih t |iip,CAR
"ms i- a«:tiirk 4. ra.mrm.ict#, bi.akuä . Kto.. rtc
T0111II ».
ANNONCES: Po'ur le» insertion», minonros
h 1«, etc., eic., les conditions »oiit I bs «uivantps
fur l'ix IDIOME», pour lu lùrp iiisPrtiiui $1 00
l'tôirlps iii«9rtion«< suivHiites
Tout n Im mit! tpn >rtu«lrH siispondrp son «tion
•uiit'nt, d-tvri* jift-voilif, |inr ei'Vif. l'Kdiipnr
Vïll là,
Jim
.1/. l'Editeur,
Ve«ii)lci! nnnoiicir «|ue AI. yj'LVOlN'
I«A B \ U\ M, d Iberville, est candidat
I o ir ifu^e-A»*»« ié «le la Cour Suprême
^toor le Second liistrii t Judiciaire.
liXeclion aura Heu le "25 Juin.
»V:« nom ml hl'x a mm.
i
]
i
We «r<l imlhori^,i i| to announce ilml I d'hboid proposée
Hi* if à«. T1IO.UA& J. ( OÔliEV, who ! AUriticiii:
had l»«en put in iiomimition by his j l e liruil < irtulait que les négociations
friiiitU fur mir fjl,., . rriii. f"l 1 1 , dé l'Aulrii lie «levenaietit de plus en plus
, ' l , ' '• '"''f J "" ,C " "'i iv.-. lb but il -hl, r .1.1 ,:,l.i„H
Maie, bas de.'hned lb it honor, through j (ic Vieillie la suprématie Si.'f l'A Ile
Oie iiistrinnentitliiy of I ii « friend« and ha« magne.
Iii:!, ciotre.
I. a Relgiqiie «levait, dil*on , envoyer
1111 renfort de îll),l )0() homines aux alliés.
1 onsi'iited lo nVh fdr tho \«sociate Judg»
of said Court for tîS «î 'il Judicial Dis
Iri« t.
Nous sommes ntitorisés â nnnonrer
que pilon. T homas j . cooi . ey ,
Vpii nvml ^lé porté par s«-s at'nis, comme
candidat pour la charge «le Chef Ju*ti
ci«*r 'du cet Ktat. n refusé cet honneur,
'»( rt consenti, i là sollicitation de se?
mime» «mis, à « omir pour l'emploi de
Juge Associé dp fc'ette Coiir; pour le
Second Disliict Judiciaire, eh icinpla
• cillent d'ç l'iloii. Ogden, démissidil«
iiwirc,
^'ttc élection aura lieu aujourd'hui.
fcu iTo^fcj.
CRIMEE.
Lfe« lion «cl lei apportées par l'Ailantic
♦ont les plus impoiiaute« qu« nous iiyon.
«eijuo» depuis culles qui annonçait In
grande bataille de l'Alrtw. Ces derniers
atis constatent trdis siiccês distincts ob«
tenus par les alliés»
l.<! général l'élissier renaît 1 perc
lrc a pptlô au commandement des
troupes, qu'il ceUe prji(J de
« ommandement, par des opérations dé
ritfer njc -"i"
I.es Fronçai«, m ht suite de combal«
sanglants qui ont duré loule la nuit «lu
"J'J et Iii journée « Iii ~iï triai, se tout em
paré# et muinlenu d'une: impru taule po
silion île défense, l'on place d'arme«)
devant Sébastopol. Le« travnuX avancés
des russes ont été complètement définit-».
I.e# Russe« ont peidu dan« ce« terribles
conflit!' environ S,OOÜ homme?, (né# en
majeure partie par la bnyounellc dec
alliés.
|,e« alliés onl complètement anéanti
1er» fore«« ru«««« qui a e trouvaient dan« la
mer d'A/.'tfl. ils se «ont emparés ihm« le
j > hrt A r.'ilint de cfiit chiioih , et ont dé
Iruit cent navires mart 'hand# russes.
I ,e liruit cil ciilaii nussi qu'une grande
bataille avait été livrée entre une por
! lion de« forces alliée» et celle« «ou« le
I comniandement de l.iprandî; ce« der
1 i ière« ont «'té forcée« «le se rendre apiès
avoir perdu 8,000 I ouïmes.
On di«"it <|ne le général Cunroberl
■ avait été blessé dans lin «le »e*
i ment#.
D'api«-« le« derrière« nouvelle« reeues
de Sébaslopid, il paraît que 'J0,0()0 ;• | —
j lié* sous Je «'ommandement de sir (».
Hreitvn, ont opéré, I«? til dernier, on dé
lifjage»
| u ,rq..ement ù Kerl«. Ii. et que le même
j ollr 33 yOO nuire« allié« ont attaqué lai,
1 , 11» . ,
po«ili«ln occupée pur le« Russes dans le
Mipee par
Telurnnï 1 et s'en sont emparé«.
!,«•« Ku«ses onl fuit sauter ton« leur,«
fort».
Is alliés sont pu;venu» S capturer le«
bailer i<" s i"'««'« platées sur la cote «le
Ivor («cli et Vermltalc.
I.«'« Eusses. à l'approche «le la flotte
''H'ee, «• «it biûle qunlie tleleui« propres
»•earners, trente transports et navires
marebands.
. . . ...
" di-ait aussi «pi apre« «les combats
'|"i (),, l e.i lien pendant deux nuiN eon
seenli v«'s , les Fiançai« ont ct>a»-é la irr r»
ni«on «I«: Séba-iopol d'une po«iIion im
portanie, dont il« se «ont emparé«.
V.es suc« è« doivent, néee««aireoient , i
aVoir one imj öi'tante et pinmpie intluen.
ée sur la lin «le« lio'lilîlés. I,e bruit
- iicitait ao«-i «ju'one pr'ande bataille!
avMit éjé buée a lokeim.iii, mais celte 1
riiineur à lies.tin «IVire eotilirmée.
j
j
:
j
i
!
!
j
1
!
mîtioci \V10.\s it^ pais.
I,i s i>vis relatifs aux négociations de
paix,-ont en général p#-u iinpori.'iuis.
un
ont
l,es I' - 1 îi 1 1 «^»1 i« ont, «lit-on, établi
camp reli an« lié h I « horium.
t O.NPKu'l:^CK I»E VtK.VXIÎ
I ,'ouvei Iure «le lu conférence de V ienj
ne n'a pas « ncore «11 lieu, et il est plu«
que piohable que ce corp» ne se réuniia
i pas de si | q (, iitiendu que les derniers
] «uccè#, obtenus en Crimée, par l«-s alliés
i leur permeltrotit de diel« r «les condition«
plus avail ( h genres pour enk, «pie celles
i:-r.\«JNK.
I,e« nouvelles que nous tifMism»t P A—
llaulic , miiiident qu'une insurrection car
liste avilit en lieu, mais que la répression
a été ittimédirtte.
Toutefois le gouvernement a d fi re
courir aux Corlî?«, afin d'obteliir
extension de pouvoirs.
tin«"
— Ec fteattier Washington , parli de
Creme et Soulhampton, est abrité à
New«Vorlt le (î. Il a quilté le continent
européen le mai, tt ses nouvelles
sont cbllséqucmmcnt antérieures tie trois
jouhä celles que nous dfcions à l'arrivée
do YAfrica à Halifax. Nous trouvons
peu de détails intéressants dans les jour
naux apportés par le H'athington.
Un supplément à la P rente d'Orient
publie des On dit relatifs n une bataille
sanglante qui aurait eu lieu sur les hau
teurs do lialaklava, enlrc une division
russe et un corps de Turcs et d'Egyp
tiens. On dit que le# Ottomans ont
tenu les Russes en échcc pendant onze
heures. Un renfort envoyé par les alliés
a contraint les Russes â se relit er.
Cronstadt il été mis en état de siège.
Il est calculé que l'augmentation de
I armée lusse que I on devra, au dernier
ukase, sVIèvera à 250,000 hommes; la
levée sera de douze hommes sur mille.
u: OFNKKA I. OANROIÏERT.
! 'lï
,c,;rn )' 1
.1., i.,
! I.e général Canrobert n'a pas accepté
1 le commandement du corps «lu g ( '-néral
! l'élis«!«-! , que le uiini«(re de la guerre
lui avait annoncé loi être attribue par
I I empereur, en échange «lu conufiande
; menl vit chef. Il n'a voulu que repren
' dre le c<tmmnn:!cment «le son ancienne
divi«ion, ft Li (Cte de l.-iquidb 1 . il a si biil
[ laminent combattu à Alma. I ,e comman -
I dement «Iii corps a «'-le donné an général
S.ill«;«, oliieier fjénérul d'une va«te iu<
liuction, «le belles et incontestable«.
J «(unlilés inililaires, qui seia, sans doute
! à la hauteur de cet important coiinnau.
i dement.
( )ii ne saurait patter (pi'av'e respect
du genéfal ( aniobeii. dont le cara«;lère
I «>t honorable «t. l'intelligence élevée,
comme son couraj^e est héioiuii«*. Alain
il a en lui une disposition <|ui, recoin
maiidable dans la vie privée, devient
lâcheuse «Lins lu haute position où ii
; avait été placé. Il se juee lui-même avec
I , 1 • ., . '
• une modestie « xcessive. Il répondit 11
l'ari», peu de mois avant «le partir pour;
I Orient, à un personnage minisléiici «pii
lui ("lisait compliment «le «»es luillanli s
qualités triiilaircs, qu'il se croyait, en
ellct, «-u état de bien comriiuiider une
«tu uiie «Ijvi-ion, niais qu'il ne
lit pas appelé aux grandes chose«
de la gueire.
(Je II« honorable modestie rxrrr lit
siir I i une regrettnble inlluenee «lans
ses dilliciles lone ion« de géin ral en < lief.
l'ille lui faisait sentir avec iiuiuie'iide
l'immense re«pon«at)ili(é qui pesait: ttur I
lui, sans «ju il y eilt été: ni ae«Ou!umé ni
pi'«'*pan'', p 1 r d'autre « on mandein« nl«
imporlanls. Fille l<? rendait inceilaiii,
In'-sitant pour li s ordres iléci>if J ;« donner,
alors que, lorsqu'il avait lui-même de*
ordres a exécuter, aucun oliieier «le l'ar
mée n'était plus lésolu « I ne march lit
plus droil au but. Api'è« la reconoai—
snnee «pi'Omer-l'acio» avait f.iite, |>en
danl son séjour au camp, ave«; one dou
7, line de mille homme«, b- «rénéral ( an
plu« Idi te, de
éleiitlrail. 1I.1
|or««pi on con
firmée imp - ;
un sentiment, i
("le son jfi'iié
dire, « il>' se ,
!
obert en ;lvait décidé, une
ti.l.OOO Inimilies , et qui
vftnlfige. Tool était ptë«,
tre-oi dre a été donné. I ,
tiente d'agir, Voynii avec
eniburra-'ré ce- iudt'ci-ion
ral en « lief, el. il faut le
mon'rait disposée à donnei - toute su 1 inn
liance au général i'éli«sier, dont « Ile ni
niait fut le.« iiilutes lorle-, la volonlo
prompte, énertiKpie et aiiêu*«;, dun« le
quel elle voVfiit etilin riidunne fijundé
à l'oîuvr«; supiêmt! du «iége.
'
1
I,e general Cainobert , au surplus,
n'aurn pas eu seulement ce mérite ri
dimeile et ti respectable «le descendre
voloiitaih'ment et noblement du pn-le
le plus t>(nitient. Il aura en uus-i la
gloire de laisser il son successeur nue ar
mée belle, bien disciplinée, en bon élal,
toule prête pour les grandes choses «pie
la patrie attend .l'elle, l i la paix ne vient
j l Kl °' ,: t 'l'" ! ' n| .' "°" vt 'an goiiéral ne lar
! P ;,s ( ' t; 1 demander. |,e général
IVIi-i,.- I« |,oi,l, d'..»«
1 ^ r;,l,r ' ü responsabilité. Il n les qualités
fermes et sfires du coiiihiaridèfncnf. Avec
lo svnlimcnt do -a force et eh: l'aide.nte
confiance «le l'armée, il sera, oit doit
l'espérer, (oui ii la h«nleub de la belle
! mission uni lui e«t doanée.
I ,
F'EXPEDITION DE KERTCII.
Nous empruntons à la correspondance
«le la Pairie li s détails suivants sur l'e*:
l 'édition de Kerlch, aVorlée avant son
exécution :
"On a annoncé le 0, «lan# la journée,
que le corps expéditionnaire anglo-fran
çais airait reçu cttntre ordre dan# sa mar
che sur Kertcll et que ht flotte élait at
lendile d'un instant à l'autre. Beaucoup
de personnes ne ci oyaient pas à cette
nouvelle. Mais le soir, il a fallu se rc ri —
dre à I évidence, la flotte esi arrivée en
""m t e i SÄ I 1 ? 3 J b U ' "'T 0 * •
4, l," lendemain, d trois heures du soir,
le debirquemenl des troupes françai«es!
s'éltVantà 10.000 hommes, élait enliè
rement terminé, et les régiments se sont
acheminés Vers leuis divisions respecli
vesjear oa avait pris, pour former
corps expéditionnaire, dans différentes
divisions des deut corps d'armée.
14 Vous savez sr. ns doute que le corps
d'armée embarqué comptait M000 hom
mes, savoir : 4,000 Anglais, commandés
par un général de division, et 10,000
Français sous les ordres du général d'An
temare. C'est le 4 au matin, que l'esca
dre qui la portait prit la mer; elle prit
la direction d'Eupatoria. Mais une fois
hol» de la vue «les côtcs, elle changea de
t oute et se dirigea vers l'est. Malgré au
I a « « I :
! ,000
i vif*
h
nier
:tn -
Ile.
lait
t eut assez foi I. «die iu
les vai-seaux sur |e«iju<
glais »'étaient « mbarti
O11 a « ontunie
(«injours hoi - de Li t u<- de lern
I e« 11 ou pes ignoraient «-neore ou
allaient ou croyaient «pi'Kupatmin
leur «I e « t i 11 a t f o 11. ,M. ih le Lriiit «o r<
dit bicnlol qu'il s aci-sail «!
de Kerl« II. fuie pttsiiinn qui
le p I -sîl (r,. lu ]\ 0 j r ,
d'Azcill. afin de pouvoir, a l'aiile d une
flotilb; «le bateaux ù vapeur « I. de «1m
loupes calHumièie-, <^!ie inalfrn de l.i
mer «l'A^.olf «-I iulcieà-pier toui.-« le.
i r i » j » ; i 1 1
<>mm » 1 »< I
-lu
j
i
I
;
ISfC
ii r
Iou r,
on
la t ôte
lunett' .
e p;iraîl
Végéta
mai-on#
\ii
communications tf {•
urrtiéo de ( limé«'.
kl I .e «uii'edi , a ht pointe du
«e 1 éveilla à si p« tili; tli-lance d
qu'on pouv iit -un« le «t-eour# de
en di«lingucr tous lj.'s détail«. F,
|uttore««pie, t ouverte d'une |> ( - 1 1
i Ii ' n et tl'ii 11 giand nomine de
de i-iirtipague < t île j ( .|i- vill,
malin on niouillalt tout pic« du i,te Suie
point eboi-i pour b; débar«pM-meut, et ft
12 kilÖaifftrcs envimn de Kehi b.
lin un iiunueiit tout tut piéptiré a
bord pour comnienct 1 le «lebui«|uen,cnl,
lor«qu'iin bAtimenl arrivant à luute va
peur, îippoilu l'ordre (b: icbrousser che.
1 min .
" ' «•■-!. dit-on, A |.i suite d'une «lépC -
« lie lelegiapbiipn: i-leLtrique iteiie «le
S'." i- que l'expédition i, ,.[('• cniiliemau
dée. |„ua géliérau x en chef s'étaient réu
nis, et «près avoir tenu con«eil il« avaient
expédié immédiatement b- Dauphin pour
puller aux amiraux l'ordre «le letour.
" l,o «lesappoiiile'iieiit u été tié« vi''
purmi les Iroiijtes « xpéditionnaiies, qui
se pronieiI.aient d" faire un coup brillant
et presque certain.
1,1 I ,es Jîu-ses, «pioique prévenus u l'u»
va née, ne nous atleudfib. nt pu«, en t if.-t,
ou point choisi pour le «lénarquement.
i\u i« n't ussion») donc Irdtne aucun itli«.
• ii t le «ei ienx à «leseendi«'! it fetrr. pa«
plu« «pie pour lions rendre a Iv rich.
'• Or, lu ville n'a <|"c «le lies tuibb-s
ilioy en« de déb'li«e du < n ! é tie teire, <■;
-a g uni-on moulait » peine à 1300 boni,
mes. il y avait denr toute piobablilé
d « nlever d'emlilée la place, et pur eon
«éqiient de devenir rn.iïir.e de l'entrée du
lu mer d Azofl. INÎrii« un i.ttuvenu plan
de campagne exigeait sans «I« lit..- lu reu
j
j
j
!
le« 1 1 ou j „• « m „, s lu main!
en chef, et a du luire |
piojel «le l'expédition. S
impatiences I«: 1110- 1
llion de loul.es
de« généraux
al» uidotinei' I«
li'aniii'e fitter«
ment «l'i nguger une rie lion généiale. |
l,e« tifivfinx «ont, pou«-ps fieiiv» rneiit. 1
Aujoui il-1'jui S au malin, rjen «le nouveau
du .-lege. Delu gauche a la droite, Inj
cnnoniiàde et la lu-illatle sont plus «ju ;
moins vives. On trîivaille prodigieuse
merit.
CONSTANTINOPLE.
Nous recevons les feuilles «le Cbnslan
! linople du 1-1 mai. |,e Jôumul dr. Gms*
' iuntinopte ddline «les nouvelles de Crimée
j du 8; il rapporte qu'après la lutte si vive
! f l"' ' '' ' il possession «le Pou—
' V|, ''6 C conquis sur
' (:r ;i "
, '' rc '' ,J I' 01 ''" 1
■ avant, niais ils relusèrent. d'obéir et ren
,i.,.w i ».t ... «» r« .
tieionl Ufim la place. Un dit, «joute ce
journal, qu'n lu suite de cette mutine
I p ' j ,
sut le« Kusses, ihm« la
.> v • ...
-i, ceux-ci reçurent I or
, , .
er one dernier«: foi- en
nlM^rent ,l'„h.îJ, -
ri,. ,1,. noinhri -lix i;« e n,,,le, M lui,.,
1 1
et «pie la garnison de Sébastopol a élé
complètement changée.
Sur l'e mplacement conquit on établit
""<> batterie qui sera dirigée contre la
' v '" e armée de quarante canons de
; ,0,,t "T»" »» 'our.
1 ll ; lb,, " tllc »
^ ,)c ^ cn lt ' m P s »" «change des
j ç o, .|.« «le canon et, la nuit, on t.ra.lle
j ,,Î * IH le8 '"f? , t:9 ( p'"* avances: mais
| c '" • on,,l,t; » c t-" '-s» ai '
»
' PROVINCES DANUIîIENN LS.
Une cortesponeîance adressée de lîu
j cliarest au Constitutionnel en date du î)
mai, contient la version suivante des
i évèuemenls qui ont déterminé le général
IcjCornini, commandant les forces aulri
chiennes, ft proclamer la loi martiale
dans les PrincipHiités.
'• Ees nombreuses arrestation® qui ont
1 eu lieu ici, depuis un mois, paraissent
: avoir élé motivées par ht découverlé
d'un vaste complot ourdi par quelques
! émigrés hongrois, d'intelligence avec df s
agents révolutionnaires dans les l'rinci.
pautés. On parle d'homtn-s soudoyés par
une puissance eu einie «lo la Turquie,
lesquelles auraient eu en vue d'exciter
un mouvement con'r ' l ordre des cIiohï
i
- ;
l.i
r
.
tabli dppni« b- retour du honpodwr « n
j \abi« hie, et do» tenlnlive» de péduclion
exercées «outre le j îroupcK nuit icliicn
IH « d'occupation.
'• Tous les inlrrrogatoires subi« pm
les personnes qui ont été rni«es en /■r»!
d ai re'tulion, sur lu réquisition «lu gou
vernement nutrichien, ont eu lieu ft huit
« lo», le plu« grand secret a été rpcoiti
mande, sous peine «If châtiment, an*
individus élatgi-. Kien n'a transpiré nu
1I1 hoi«.
'• I ,e comte < orinini-( ronberg n « 1 1
, devoir, put un ordre «lo jour «iu corp'
d année«! «u cupu t ion, adressé i'.u sccre
laire il Flut «?e I i Principauté, «lécré! < 1
I applii'filion î/nmiUi'iatc lie la loi Irtu
tiale.
'• \ «ut .i la liadiiclioti île cet ordre :
oiumi; m toia-s iMUfet, No (il.
l'uclcjreft, avril
l'es lentiilives n-eenles nyant él»
laite« p.n- des écrits e' des plochlfiia
lioil«, pour débaucher les «olil.il« nutii
cillons et I"« pousser i» tioli r leur !>i i
menf. à etilreindre la discipline, rt (ti«"> *
rue a «b'-strler huis drapeaux, je ne
vois lorcé tie liiHIre cri vigin ur la lei
martial dans les «Jeux l'i incipanti'i». I*,n
y fivis.iut, j'ordoniit; que «loréiinviin'
toutes l«s personnes, "sans di«tint litin
de nationalité ou «Je conditio!!* «'t m «"'trir
les militaires des puissance« étrangère*
qui fuiront clé légalement retonnu cou
pablep d'avoir « omrnis ou If-ntù seule
111« nt «le «oinmettre «le pafi-ils n c I e s ,
soiet.t lii'illés en vertu de ladite loi prif
j sei, tenu nt eu \ igueur.
l-'FMMUTi: l)i; PORTf-ANI».
I ,<• jury d 'enqin'Oe iu'tilué A l'orlbiinl ii
lu suite i!i s scenes sanglantes qui Ont eii
; lieu dernièrement, u déclaré «|lih le«
coups de fu-il tirés en t eil«: cireon-iauç«
1 l'ont élé "par ordre du maire «'t «les 11!
dermen de I I ville de Portland, agissant
I en défense de la propriété municipal '
cnnlic une ioule amcii'ée, illég-iteih^lit
' ras-« liibb'e ft < «• I « Ile).'' |)'i|ll .autlO Cillé,
l'aclion inlentéc cotilre Al. pour
avoir ilîcgnlemciit eu des liqueurs en « u
j po<«e«-ion, vient «le s«' dénouer ft son
j availing«*. I.e juiy n déclaré «plr ri«'it
j ne I« inlfint à piomer «lit?,!«; maire une
! intention conti aire à la lt)i, il tu; pou«
Vl "' V ' ,VOli " "' ivn ' <,,nt '' c
j
M • Niuil I )o \r ««• I. om 0 ainsi ab-o..«
" ,r lo,M fchel-; mais il manquo n c
acquittement une ratification qu'il
:l ' l'opitiou pu »
i lief«; mais il
doubl«
n'bbliendta prts : ccile de
bliqu«'.
DKI X ( MINOIS A l'A II /SI.
Parmi les iléjd nombreux étfangt r*
arrivé* ii Pili« pbur l'Imposition, nous
avons deux mandarins deÄ plus cllincu«,
venus pur voir* «le Calcutta il l.bndles, rt
qui s'appellent, l'un Ilouaiig et l'nutro
P.ln-se-Tchen. l,e premier est detoro
l'autre, bien tju'jl so! l
rohes et fort laids; Arrivés « l'aHs il«*'
ii»
l'" ^i"" t( «" '' .
Ic , f 1 "" " «'!. ' (t ««coro q.. il b,
1' 1 ».™ do p«dn. "* 'ont (dus den* foft
, i i , i» •* •«
minuter, rue do la raifct mais il oit pro
1
puis (rois jours, il# ont déjà changé i
]• ■ , . • , r , ! , b .
lois de logement, faule de trouver eu
i> i , i i . . i
aises. Pour I« quart-d heure, cVit e n
. , .. -i ' , , i.m'i I ,
«'« l(! ' l,rC ' |l " M ' l * V ^
pable qu'au moment oil on lira ces li^
T*:,®"
(JOriMTC
quelque paravent A quelque»
au tre b out de Paris, ffnunng a loué nfi««
voilure au moi«, « t il \ooluit l 'installer
sur l'impériale, pour mieux voir le p»y*.
On u eu Ionics les peine* du monde n
le dissuader d'amasser ainsi sur se» trace«
les gamins de l'ai is. Pen-se-Tchcn
lyant Vu étalée» nu Palais-Royal un«*
f ou | c ( j 0 décorai ions française» e't étran
. ( . n(rf|> cn m . hcl!i (| ^ d0lfZ(|i(|0
\. |( b;|lio , H) f;|| tV harpe, en sautoir, en
rog( .„ rf p; „ tout et de loules façons. I.-»
marehando le voyant faire, pensa bien
qu'il se donnait la une parure de fan
tni'ie sans diplômes.
Ce Chinois parle un pen anglais, «i
un Anglais, qui le vit le soir, lui expli
qua les licences chevaleresque» que ka,
trop grande coquetterie avait pri*u'< I .' î
lendemain, il donna toutes »es croit. A
un soldat qui passait et qui aura (ort u
faire de les mériter. Aussi, en attendant,
les a-t-il vendue» h un brocanteur.
Ilouaiig est jeune et galant. U n'*
point tardé à se manifester en diverse»
excentricités qui se (rompaient d'udress« .
Tous deux assistaient l'autre soir, au
cirque des Champb-Elyteef, et on I«»»
pris comme objels du prograu me, at«
tendant toujours do ieyrs tour«. Je8ni*
qu'ils doivent dîner demain chez un sé
nateur qui a invité une rcntajnc de per
sonne» pour le soir.

Mr. r.tiitnr <)f thr Pioittrr,
l'iw i-e iinno'inc«* llial ni tb" r-tpte t
«if man y fi irml«. ZICN().V I.A R \V' V" I 1 ' ,
lw|., o< IbeVvîUe, lia« coti««uled lo be
» ortv 11 riiriilidai«» l'or A«'oeia(<- .lusl'u »?
«•I (lie S iprnne (Joui t for Ile- Second
DiWrict. ICleclion -i.-IiTt of Jone.
lîiis election to lotie place lo day.

xml | txt