OCR Interpretation


Le Patriote canadien. (Burlington, Vt.) 1839-1840, December 11, 1839, Image 2

Image and text provided by University of Vermont

Persistent link: https://chroniclingamerica.loc.gov/lccn/sn90000507/1839-12-11/ed-1/seq-2/

What is OCR?


Thumbnail for

-LL
- F"TtamT"iriB
1
.11
!!
.!:
I?,
1
HI-
.t -i :.t
f;if.
i f;
i . w
! .
0
LE PATK'IOTE CANADIEN,
itaufiiques, !r,ir.i,ivcr.-i.t '."f I"
l(rr,iii'-r.t si'tn.ii.! M"r..tf:
:k. priiicm- W.oi.-.ti.!u hrinM.i'd-'-.
I l:m- lu t' M?i- lotivictioil q'I'ï tf- f:-
1 . . . j. 1. ...
I IXIl i r
mfticuf.pi son:, n diXF.mp.p.l.'-. ciibr.-., to... i:.-.i:.-nai.t &
in; i;i i o jiuinii i i !-!..-
..ij..T kjaux
PL.VSF.Z-Ï W-.n.
L'opinion patriotique 'est mauifeste chaque
. . i -i
: ir ri;':ll' r- -.fii.ii' i
I ter a I' desir-.it I"
u
,.t afici lionne ilf V.wy v en ,!.
t . ......
nn ulna lorto s 1! silence u uni-r la v- ..
i
i n
fas
.iu miiu nui il-.'. -- " . ,
r.ole o.it c!airctii:iit e.i lira's t.o li;i!H ..,r i' i , ; ., I vn 'l
limites qu'elle doit respecter, il nc no'w r.-t- ! j,.
. I t. 1. 1!,,,, f it r.'. !-. ...M-tl .t ' '
..V" .K..n.i II Bf.r-iil iisiteii i!i"rn.!i!it Inc.
"'J'1"" "I ' ' ,!,. lotie iil-Mii il moil aJll.llli.-tratiOil -k, Ul.ai
m:, laiHflr t'nijo ir j'-mir noire p;y sous
. i t
comme auiia.iuv ; niai jiou.i u
Iroi. e i.ouu.yti a Voir': ..ci .k-h- v
i . . ' :' 1. .).. . .... .'..rii'.r
tj r :i : . jO noire u i.';r ); i-ju
:-i i.,' - t l i ' 'yi f!iil-i Mir li-..n-i''.
::-nr- lit.
:. c a r1 poMc! :
vniu huh r'.if îe io?r
Vurj'fharl.s KoTiiAl-il'tr, t 1' ' " j' tut roLf.l fn ! f or c i.jOK,
- - - . V .... ! .1 I .1 n.i.riu! A 'I f il'irrf
M.rtinc. tulii.atr, tUr,-i.lir ; Frai.-;oi fcXéçuliga 1ourg, ou il fut guillUtu.
Xaw.r Tou;h tt-, J: Str. Martii., i '2'iort: '
I rai.rou .Miiurice I.;j.jil!rr, i riAt'-i.ujui.y, j NotlM'llt's ll'Eurp.
hui-sKr ; Jov j h (.uiiuoini. ; That' c nv, .
journaliff ; J.oui I)iiiriovx:h.ff .' Mf. M-f Arrlttt Ju Stcawtr lÀrt rjutoî, 1 1 JW J'
ti:.c, cultivateur; Jtari !an'ï Tln!- it, ! i riant.
('.n) ùun-ir, ultivatrur : I.o'ii iu-'ria îit ' Nom trnpruntori oV- r'itlqu'
I ii..i'i!t, t'.'i rbit-ai'"i-jv, cultivateur; Jo- m t! nouvlies, r i:irit riieutiuubve, Ji
o-
ytr îon.t. mp. q-j ;Urt il y , quelqoet
aauit, U iiK-.tiw. Uljr ; c't km j,uviU
ptta gutlre îe ffoeok.
TKXAS.
Mr. d SIipr, lumm, fîîMt;
Franrai au Itsa. Mr. Dulou errttairP
out aifiv a .Ntw-ïork à bofJ d L.irpt(,.
Nom arotii cbt?t!U Jr paiffft
ton ? de lîraoria jusqu'au H uovtrulre.
I'ar k '!rait qyi i,ou copiom de eti jour,
r.s'jt, on icrra fjue le Indien reromnucekt
A Jut ii.tnf t-j rmi.r 'i.rn 'F
jmtric.
Toms les CatU'lnMia so
r m 1!'; tcK'- I'rov in' .
Lc 1!'i'im:iii' mfiit iiiri' riJii, Tow
Ii firim- i'.i Ii lli!JIU:t;OIi lit; m Jl I II!' Il I r IllWOla:
! 1 ( ojui' ioti i l. In- ri s (iiouii B it li tn n-
1 1 1 ..
till, li ' 11 a 1, a i moll: U: l'ir n-r
. 1 . . 1 1
urt.ee, ai honneur, au lcv.jir . a I;, . , ; ; . .
buma,.... Ou tr.o..,pi..; 'J .,;ot.-m, Mf ; ,.)inH v'CM,jf)! ,.,.v,.ir ,;i r,
U courage tt la consUnc, h-ro., U j, mMu-li-rai avu:
,.i.i r.il ii.nuri. r . .1 1 - unll liTVJ. M llilS ,1
M,"n"" "i"' "" "" ' ' ....m -. .... r vi.r r. f,r n. i u. it I- n'.OIH BMC
plaisir l:a-stiraii o ii m, lu- li ;n-i;iou a tu .s-iv.i-r
' t a coojM r r av r moi. '
S Hrmninn- l'ait lf ri !l Mon. s.jivat.fe:
I.'Adii m,.; portait un iri'-'aul i;"inï rc I-:
IJOIIS VOt:i
li'i Hi-'iialurf-s 'I l CliT"'4 !: u'v -
vcilïcr, ft a flcvtr ur H; sot v i-:rt. ii': noin: i . ... - T T
1 ph .Narciv? Cardinal, tl? ChatvaugUHy,
ta.n-; J. ai. I.oui Ih.'nt, de Chai.:au2tiay. Ns-lKF.CTIO TV AN-I.KTKRUn.
cultivateur; .Samu' 1 .irom:)'', w t. i.ai .-au .11
1 - .i , 11 ,1., 1,,.,,. 1 m-atiflarilf Ti-tJîe t-ii Iif'Jlc 4 iiOtm
j iav, m d' ciii ; Chark Lcrsciu o.t I.ai.'.- . - . . .
' . t . 1 r. ir.. '-.. .r; i .;ort, dan k- oiimoiitn-hire.
in. tx- Me. Martine, eu. tivattur ; Iqnai.c a-, ,' 1 , ' . . , , .
i.r.el Chev.efiU. d': M:. Martine, cultivateur; I'. rni.P, r.rjrt.Mr, n-uarcm ur j TtJt n,artlw rapidemunt CalvcW ; î,
de M. Clement, - - rorîllI1,.r,:l., a ,,0,ulation et la construction d
i !.i nouvelk; de la prie de Mkt par U fredr.
! raliti tt aussi continuée.
I tmei
1' .. . I-1. I) . .. .1. é'. .r, t mil!
lor'-roii ; iiii...c ivci, u: - i. -ni .,. ... . . , 1 .
v.iteur ; JiC'iuei Jovet!'', ce M. t Hrnent, cui
leg morte is, inimoiu ls.
Courbé, sourj lu jou.7 !; l'injutiee, nous
tvon ci vain fait mieudre lo cri de I t ii:uui .
Toin kii fifiitimciw di devoir et d liiinuiiiite
.... ...J ..!.!.:. À .. ... . ...... . . I il 11.. ii.iii r'-.O.
.iii . il. viril. a .1 111. il." l'v 111. . 11 il'. 11'. 11. i.iv 1
.7 , 1 (.i-riiri'iiri . nu 1:0m .n; nesi.il'-.ifi
r.Iiii ii 1 i.r-.nlrir A 1.1 luire IlIVSlUUe. A 11 (ill . r. ' . ' .
I 1 ' . . ' t ! 1 1- in'i t fin
ko vierL't: i e nolnr i i
v.i.r .1.. !.. 11'... t.. IV,. .t;o. ' H'iiu i o'-iioiiiui.i.eoii i- i..' -,
rciiu .murée, i ami i nu m " i' ' '
Je la jutitice qui -iiùl, a la place d'une iul'ame
L'Ii-e d' ni"terie
il.: ï : i î u r -4 d'-M ln'.iitrnls
i . -i . I.. It. I'.I, !.. .,, VI lr
.. . " . i i ,- i t'irw i iwiii.c. .ioirjii- l'i. iii.'iii', .'..'
Hlo c que nous rnar'-ons n; mairuu.u iiia j n , M I I' .t.V- t M
. ' ,., . . . i i iWidiii'r, .M. at ,ra, M. .1. . I.ilow.t., .M.
Intil ciiit'iir 1 hnliîiril- ll'itliill'il . ' .. .
lia i ici' ."i iiii, i uiMi.ii' u.', i'. r , , , . . ... ... l ,i
, 11 . r i .i i ; maie hand-t ( i: :i t iu ito km mx l.u
r BVCl qui font eu tvraiiM ; c'eM d;un le sein J ' l ,,,;,,,,,
I.U..U1... ..... u ..: :. 1 .:eJoumauv l'unir. I n tn s i ut nom
Ul a IU',IIIW ll; Il ipillllMl. M' ..--......
du 4 iiovei.-ilr-, tir ii t une oeseente oan
e, avec Tint
je, t de massacrer ttux ijui teraiti t nustau-
1''"'"'. . .' !.. .. .1. I -, ..... .......
Hea,î resc trouvcn-t-iNbnr Pa auprès du ueiaci.em. ni n
nouveau Fo-.v.rm ur CM,. ral uuclMu'uu a.se. empieUde penetier dans inH-rieur de l.i v il
humain, aeZ de.ir. ux de voir no. plaies ,,o- , 1", U u con,;at .aillai. . e.j.a.ça ,-e ni- . Il
l.t,r!U,H se cicatriser, a-,. ami de l'iionneur et , y eu ou - . . - ;.
delaploirc do U ira.;.!,-. .retape .t de ,a 0.. c;. i-0.:,,. turu. e. ; , ' -j.,mc
Heine, pour ookt.irde lui que ce dernier ' "rt tut !., ai..S. ,., ua grand ..om.TC Je
i.ait .le remllance a la politique liue eu ' mar. hand, 1 1 de o!d;t
'ccroit et su lortilie. La revolution il'. '"
Uii peuple qui M ul secouer le jouy île l'opprex-
nu pour être li'ore, e.l une entreprise memo-
raLlc, qui honore le. courase cl l'esprit humain, ;
Ct qu l'histoire immoitalisi m. filant aux ,
séditions harb.irrg, illégales, tllos sont dm j
fcUotitaui envers Dieu et I I uiiianiic enln te. !
n .:... i r.: . ... . .. i. L.,.,. i m'
IrHi(iiiM mint; iu i,iiii iii a i. i,..--.-" , i.
Lie d'Uio-i't
ce
!. Adn.-'Si: d
app'i- I' nt l' r.n
coiil'.. nice i n ' "ii
iriiit us a
e ''el!er,ce.
rafiscrvistiorneiit et a la laibarii" atixqu. on
Son Kxct l'.ei.re rer-it la ileputatio-i nvee
une uiLiiiite m.irq'.K'C, et fut -vid' mmtit ausvi
satifil'.iite de r.dre-e, que leg Menteurs de la
dép.ttatioa le lurent de la réponse. Non ne
f ront aucun loue cntnmer, taire .ir c don,.
... . . . i t.
t ; il ira ilroit ju-q.iait ni ur ou pcujiie.
!.. ... .. .I....I. ir.l
... -A. :. . . I . -, : . ... . I . ... .!.'. ' V H II ai i.i in-eiai lllli: ul I ' ir m; pi ni "u . ' i
l.lll lliill.T tlîl.iiiivi.i, tiinii; !.. i iiiiwii i i mum'. i. i .
, ;n... .:...:,, i; uement eniit d nir i u harmonie avf
rrjxnisni'iii ij;ui' lieni. iiiiiiiiiu i ni n 11- i (
wr.. t,.,.i,..ir. I,- Im.,.in.. l'n.lifiee rie eeuv nui till.-ftr uU p. llple
..i l'ii.liiiin ,1,. I... .I...i....r 11. ....vi.'mu.et i 'i'"- " e-..ell.;.:co ne n mpli'se
Viib llllieii'UM J' .i- "viiiiii' w
meut fji ptoini's-i", i i iioiw o-o.is p
.ru a riioniii ur de n tirer celte liclle proVinei
l'j.l
d'autant plus ciitrcjireuau. qu'une nalmu w -icut
(lin timide. Avec les riueipes lyranni
queti, une Province compotieo d'huii. inet bra
ves qui savent a;precier la liberté, ct coiuiii'
c n . n-
.N'ii'ii n'avons aucun doute
ImiMiuMc-
ri'dire qu ei!e
de
"une ik- iiiiM ri' ou l'ont Pl'iup1 ses prede.
c h.-cui s po:tr avoir i.rinluii leur piuverin ment
i . . i.. . . i . c....;.i.
, . . . I .: . . '. liiriUO e nvei i-m fi-iii nu i.ii o mu. iai.ii,jii,
ui) regsort qu'on lorce a n-nir ur lui-même, 1
I .. ..i . Irt .. ... i . , I i ii i n i ! 1 1 Ml 'III i e v
111 IH.U 'I' L' ' . "' I itii. . '.-. y ..j-. .
,' r.raminer dans un artiele sur la detal-
et qui, parvenu au point oil finit sou cla-tiein'1, j
e lirisu tout a coup, ct uothire U nuun qui le
eomprimf.
La eoutrninte du rouvernemept riritannique
eontro nous ft rendue au dernier point, l.i ré
action doit nécessairement n'ojierer. On peut
éprouver de infortunes, des revers, incme
des trahisons, nue rien no nous décourne. l,a
justice et la liberté sont dignes des plus grands
travaux. La libciteest la richesse des peuples,
elle c fst le repos et la gloire.
Quoi! un petit nonibri'ile brigands dévorent
H multitude, et la multitude se laisserait dévo
rer ; ce serait une honte infamante.
Puisqu'il nu nous rento d'autre alternative
que de vivre dans la degradation, ou de jouir,
par notre énergie, do la plénitude de nos droit
icré, oraai.oun, arnioiit, nous, it combat
long. Tout canadien indien du spcctai -le dé
chirant que lui présente sa nalheuieue pitrie.
doit, au prix de son sane, g ntt uir si dignité
et ses droits. Quelle est imposante l i cob re
du peuple qui lri-e seschiiins ! L'orale ennuie,
il doit éclater ct lraper. Le moment it venu
fîe déployer notre enereie our remplir Ick hau
tes destinées qui nous attendent.
Le génie do la liberté u est pas tel que l
cation récemment deconverl" du 'net du IK
parlement des Terres, l'ilonl le. M. Sullivan,
dit que 'de publie am nd avec beaucoup d'anti
ete ce que v a faire le :muvi nu ur-'ticral a l'é
gard de cctle ailaiie. '' l ' ntnir.fre n'atten
diait lieu moins qu.7 le renvoi du Cniiseil Kxé
eutif nctin 1, quiatirmp dans cette defalca
tion, qui a cherché a la couvrir, qui, au lieu
de recommander la ! stitmion du defilcatnire.
aur iit recoinmai de une augmentation de L.mii
dans son traitement. Il est curieux de remar
quer eue ce M. Sullivin est le nitine quia
cte noinme jmr sir (.'corje Arthur, l'rf s.iili!
de la Comnii-'iou chareee do sVnqu r i r mit la
conduit'' des Hun aux Publics .c. r:i im t;t,
il ct diliieile (! ciiucevoir coin nient .r t ! or
peut montrer .sa tiuie, apn.de juiriili m' lads
! adniUii-lratiN.
I Il i naît devoir se dessiner trois couleur
ou l uaneis d'opinion dans la ("iv.m' re d' A s
! MMiiblee du fl.'iit-Canada, mit la jnuiN- qn. s
: lion de ITiiiou ba-"e sur uir principe d'exelu
ision, nu pi' iudi. e des Canadiens Praniiis.
! ci tto CHteeurie it tmCc torie ; ceux qui ne veu
' lent pas de P 1 mon du li iitiomuie le Slur 1 1 le
! .Var.iiKiii. ceux-ci sont " rcspoiirai le " ou
Pologne n- soit nioute ii la pohtiquo Uritan
nique en Canada! l'u l'oloene i tirore, les
coto'Kcations n'ont freappé que les hautes nota
bilités révolutionnaires ; tuais ici c'est la fa
mille abandonnée d'' simpbg cultivateurs,
d'humbles ouvrier, même de pauvreg journa
liers eue l'on prive des débris qui ont échappe a
la ll.irotiic et au nil'i.i'.'e. Si les homme oui ont
le pouvoir en inaiu étaient uu-si amis de l'I.ou
11' ur l'ritaiiiii'i'ie qu'ils le prétendent, iU U -I
raient taire leur ei :g"ance, tt hiipdr;.ie:it ;
eiix-iiii nu s lu jir' rotative d'intei venir putir ar- .
ri" li r le cours de rigueurs qui n'ont d'-ja que
trop puni de simples chau(î'oiiréc. provoquées
encore, de l'aveu même de leurs journaux, par i
la conduite du parti officiel. Voir l'extrait du j
lianarript dat.g un autre article,
tf l.a . a V r-nflw. rt un loi envV.v n-ii '
.(. ;,:.e l'.iiniH eut i'" f j-ui.f i''i.n' '.e J rn.i. l'en pin I
irrsi 1 ( l ter rn.'.'ie jimreî t.lv ne Irnp;" rj'ie ''' mn i en
I . preieii'l j r ii'.l i Lia ('an iu no ut que ici j
: t !! iV'g i ii;m r.n;:;!!' ' ': ''r lymnri.r. Ju- .
r. i! "ic-i ptr mi Coi.r anaunn r c tn- mii4-
t'ir, '..t. Imii ; if r r !'t-.-.af.i -1- ï. r ' '.", la peat ,
, ! i!i i!ii-;e ;r. r i-n e K'iiiiin a l'i-sii
re n'ai! 'lr (in i! li rr- f , 'V.ilo ile ir .-eï v -ic- a
re it.r mfi.- il lamii i ' n hfuri" n L il
il eu . re .r "f.i.i iiii ii i - j..Vfi'c.i-1'J'-')', npn. ! v ..f
t .. i;.if - i.ri'.c. .r- : -.e :e .r -i i rie, it", r rr !.e
r . .'. tie le ir r ; r iUc et ni'-rn-
t é' r.iir m. i lifls'e nn l're n !
H n'e ' 1 1 n :rn a i z'ewrnpmcnt n?!a; '.
.n ti n 'e a '.(.n âi'i n 1 1 a lemi' r dnii. le nou'.eau
(."i ivrfiie .r, revfiii iV p ivur ritra' fin ref, '.le
,,i-!i li'b îimin l'it i-n J 'I li'""-' veii l i i ;r
I l.r.if . C ivit lî'.n 'j ..'.t m n j ré. é ine r.
K l C.
irianon. I' apreg les journaux de cet endroit,
il parait que de g r.avirct de guerre texieug, aa
noml reiie cinq, doivent visiter les porta de
Ktat-I'riig juur y lecrutcr le nombre d'hom.
me sullisunt pour mettre toug les équipage au
complet tt faire tous les pr jiaratilg néceesaireg
jiour un servie..' n' ti. Non ne serions pag
surpris d'apprendre, aTantdctix mois, que loua
les ports du Mexique .ont lloqufg jiar leg trou
jies Texiennes.
'Ni h France ni les Ktats-I'nig ne peuvent
g'oppeger à une mesure de celte nature, puis.
pre ces puNsanccg ont truite avee le Texa
comte nation indendaiite, en gupo!,aiit
filtlti 1,il rmo l:i ilf.nî'l i fit r. ,i .1.. î.l.....
, ,i ' l - .... u.. j 1 1 l. v. minu, f u il ai
ci.r (le on activité, ue i pruucu.e .i u,- m,.. , .,,,.,.. ,,.,. fl,r,
coiira-e. Oii croit fine le succès des l harlis- . ... ,
- . , , , i u meure eu vigueur, comme le porte le lo
..-aurait entrain- un .oul.-vi-mput çÉuoral . PAnpleterrc et l'I'Wne,
. . .... !.. il'iii.n iii'imi .'fturicre. .
V i.i. la "'jmiaiii,ii iii.iiiuiu'.i-. . v.
Les trou;- eurent cependant le dessus, et
firent deux cents j.risonnitrs qui doivent être
jiiL'i s p.r une commission sp' ciali. i rost. le
chef de l'émeute, u f te lait prisonnier. La rei
ne a i dit au maire de Newport, pour le remer
rm.NcK.
31 des Tnsurr'és de mai dernier ont adre
a Mr. le lîaroti de Pasiiuier, président de la
loi de
qui
chambre des pairs, un piolet contre leur de
tention arbitraire. Ils déclarent que les pro
cédea de 'e tribunal, quant a eux, acte un
cruel abus de la force, qui doit exciter l;i r' .ro
batinti de tout homme vertueux, de quelque
parti ou nation qu'il .oit, et hautement ils de
mandent d'être mis eu liberté ou d'être jugeg
de nouveau.
Kf-tmottle Général Tiernard, antérieure
ment ineenieur ibtns le service des Ktats-lnis,
et dernièrement ministre de (iuerre eu France.
n'ont pas encore reconnu l'indépendance du
lexas, tir voudront pas probablement lui re-
I connaître h droit de bloquer des jorts avec
lesqui.ia ils ont uca relations commerciales tre
suivies.
Quelqu journaux anglais répandent le bruit
que le jirince Napokon-Louis trame un com
plot en France. Ils ajoutent que le maréchal
Clause!, depuis line-temps en disgrace ii la
cour de Louis-Philippe, pourrait y prendre
part. Nos ami s'occupent toujour de iious.
j On a fait, m enmp de Fontainebleau, plu
I sieurs expériences des fusils de Mr. IMiivignc
! qui chassent de halh s creuses dont l'expbi-
sion, en arrivant nu but, est suscctilile de met
tre le feu a un caisson, a une distance cotiai-
Auiourd'hui il f t parti un roninarnie în 1 fJernbl
i. M.i t.. i "u I Le Hoi
lie. j ne i r .'iiiuiin iiii'M ii'iitiiv uuu lui' i.
d'une autre Lundi ou Mardi.
Louis-Philipp'', né le C Octobre
1773, rt emt1 le 6 Octobre dan sa C7e
année.
!. . Wnr .V X 'err Ju Tria., V Un Anomo.Ml r
r.ê (V- il ,vt i.n i ! Noine!l-l)r éan, Mptti un trarer
rtr. (V i) ii ir. x Irîir, i prctr air annoi
cent T Maonii rrs e.t li.inl é a i p(ivoir i!e l'artr.é la
lirnne, 011 le, i nlrc le eoloiir' Karnc n Ro. Cet
le no'ivrl1!., fj'Kn.-j ' cnôralf rnnt ivrrJilé, (irman.'ay,
nvefi'lant l'oniirmation.
lx-- j'iurr.a n île la ll.ivsne, i 'a.la'r 'li î aoTerntsV
icndri enl i.ei k corrul orer ect avis inipr iian1. Il, r,i.
Iieiinont (!e l'éia.l ai mus J'nn ana-jim fai'e par ! Fé
itérai. v a cr la vii! de Imrrrero, ntuér pr da t'10 H"j
Nurfre. l'aT W rapport d'i ei.imnan.'ant île i-r:l p'ara
il ai.rait fjol eiiycr un rmtcé liée a it ilcrmer. Il ajou
ta.! t ci rps i!c lnii(!i- Fé craint, iO'in lr (.rdre d
( aim :t Fr...;.aa ei:i. y ir, t q ir la pf vinr al
la.l éirc expii'éi" k un danger iinnuiiriii, i ouveraa
n, ni n -e l.iia.l dVnvnvrr un nmant rrnfi.r..
nftllil 11,1 Uiilifqi.n lli.niiiiil nritirt .lu l..r.'lu'iâ ,'l !
iiwiui 1111 iuij:iiiii. inntii.'i f .1 1 1 1 1' il'. iiMMi" ' 1 . 1 1.1
de poignard ; il se présente so.h l'aspect au- 1 101 "'S V" "'" " d 11 1'1"1 1 ' '
mistcdela iustiee. tenant on main les balances I '" sur des bases . nu .tal b s, ces derniers soi t
sacrées ou se ti'sent les actions des moi tels.
les Pii liumi-tes puis. Il sciait aise, d
.flic
"il
I.e temps ro'itiuufi à être beau pour la ai
soii, et le lleuvo est ausi libre de glace que
.lai s le mois de Juillet. Le seul inconvénient
maintenant, c'est le manque de iteip. a quel
que distJUicc de la ville. Au-delade St. Tho- j
mas, du cote d'eu bas. Je la Pointe uux Trciu-
1 1 . du cote d'eu haut, ct de Ste. Marie du
( l'ite du Sud, on eu est encore aux voitures
d'ete, et dans no environs mêmes le peu qui
i t.iit reté de neige cvt use par I" traînage en
,i
l'ONCHKS DES LTATS-l'NLS.
N ajiiim. ton. Les dlfTicultés survenues au
Congres a l'occasion des elections de New.
Jersey, i.e sont jas encore aplanies. Le di
rusious les plus animées n'or.t pas cessé de
tenir en émoi les membre do la Chambre, tt
et en dépit de toutes le mesure proposée
tour a tour, les choscg sont toujours dans le
iiu .'h quo.
On prépire maintenant i l'Ecole .Militair
un ballon destine à naviguer dans l'air avec
une direction precise, nu gré de l'aréoraute,
M. Garnerin, De chaque côté do la nacello
es ailes
pie l areonaute lait mou
voir a l'aide d'un mécanisme intérieur dont lui
seul a le secret. La résistance do l'air, i cha
que palette dont il est freappe, .e refléchit sur,
le ballon et le porte eu avant, absolument com-
Destilvlinn tt arrestation ilu romte (TF.tpa- me loisrnu qui vole ou le poisson qui nare. M."
KSPAtïNK.
Mipntrt,C nov. Le ministère n'est fas en-
i i.. :. i .
core compost-1 : i i aiïeue ui. poor iih-ijuic une , , . . , ,
, : i . , i 1 i,r filit placées quatre palettes, imitant di
( ' termination decisive. ;ue la position u Ls-1 . i. , i .
. .. 1 .'. .. , de moulin a vent, et que 1 aréonaute k
parti ro se iiessiniii u une manière iraueueii
liivorable. Plusieurs illages se sont refusé a
! payi r les taxes, ce qui ajoute encore au malaise
Ou couvi rneineiit.
plusii urs tue
v I lie'.
Iroits. Il en il de même dung la fi-n'. lans Iji nuit du octobre, le. comte i (Jarnerin a déjà tente quelques essais, dont 1
id'Lspagne a été deposed;! conitnanueiiif nt f 'us.s.t: a etc partait' .
Ides troupes carlistes. La pinte lueiiviye cher
' cln r avec intention de i uir la présider, ct c'est
' dans son s iu même qu'il a été désarmé et ar
rête pour être conduit eu France, ainsi que les
i membres Oiti u. Ferrer et Scupone. Le rmn-
Le Ciirif.'îfï ayant trouve une chnrge parlit
de Montr.'al hiïidi soir tt arriva ici avant lin r
la nuit, charge do provision, faune ft viande.
11 et itjiaiti fit après-midi pour Montreal.
L'idée de la liberté contient essentiellement j llt-' l"" "'' M"'1 "''
i biuns. ( iiiiiiiu n.
le résultat ut uiscus-
Ottverlure du 'n li-mmt in Iluvl't'n'iniln, le 3.
i,
i.
i liciivison a
ccllo de la justice, qui liait de l'égalité. L'é
galité et l iliberni sont donc les bases ihvsiques
et inaltérables de toute reunion d'hommes eu ;
î.w i I .
socieie, ci, par mine, ic principe nécessaire ei i L i nva.le de .'Montreal o anjouro Ijui nous
générateur tip toute loi ct do tout système de fl)Ur;t le discours du petvirucur
gouvernement régulier. l'ouverture du Parlement du I lau.- 'an n'a.
Qu'égalité, justice, liberté, soient, Cana-, (,u,. harangue dit que la reine c-t deteiminei
diens, Ct toujours, notre code et notre étendard; I . render les CanaJ is ; qu'il n'vn aucune anpre-
qu'il n'existe plus pour nous qu'une loi, r H'' I hensiou pour i inuisiou ; mais-, pie la buiu-
lo h nature ; qu'un même code, celui de hi j ,. des Ihuts-Canudieiis saurait la rrpio-ir:
raison ; qu un même tronc, celui de la justice ;
qu'un même autel, celui de l'union ; enfin
qu'une seule ambition, cello d'eue libres et In
dé peu dans.
Avec des aines fortes ct courageuses or. ecra
ce l'ojipressiou !....
une es ilociiinen.s n l egaul o
Jills rochaiii' iii "i t devant le paib ment iic.
Le giiiivi riieui' dans sou d.:urs ne se dissi
mule pas les d.l'i Milles qui l'cnv irotiueut jiour
l'I n ton sciait
,i.
.u i:l.i"cl.ienl tics il i. iin s lies i aii.uiis. ,,ii
solum ce d .ciment ne coii'ient lieu de ecu- !
HAIT-CANADA.
Ia Tjerer que Son Excellence In fïcmvcr
neur Général tint le 23 A Toronto fut le plus
nombreux qui eût jamais ou lieu en cette ville.
Immédiatement après,sou excellence reçut une
CioTi nrrt I. Nvmcitiin. îfirr malin
vers 11 heures, est p;ir;i jour Montréal le SI.
(!et, r. nrrlvi e ,i veille, t qui sera le dernier
bateau à vapeur qui voyagera cette année entie
(Quebec et Molitrial. On lit ur b- livre de la
lcire que h; Cdinni était pri t ii tenter un
Titre lov'agc a (Quebec, mais q.i'il n';i pu trou
vt r ill- I r ( I. Le Camilla aurait pu t'a il t' son
vo;ige iu s fai lli ment. 11 n'y a pas le plus
petit gl.i;oii sur le lleuve, it le temps tst doux
.luji.uiii'iiiii, avec un vent d'It modéré, ("est
pi'.uailt nient i;i jireniiere lois que les liateaux
a vap, i,r ont cessé iîe naviTiirr fatitr ib freet,
lero fil n v avait aucun danger a le faire.
mandement a i p donne a agarr. Le se
cretaire Ad' ll est aussi i n tat d'arrestation.
Labaïukro est charge do faire la visite des pa
piers du con.P d'I'.spa7iie. Il parait qu'on s'est
engage à giiidi r le plus inviolable secret ur
'cette îevolutioti a la turque. Il ien n'était en
core ébruite a Iîerga, le lundi 2.
duant, ni de n-m at ;ui
le
de ce qui
a ete nit j Ji r s rcu ciscurs".
Selon tou les rapports.
merci des 1 '.tal"-! nis avee
I ete tri actif pendant la sai.-i"i qui vient le li- (
Les i xporlutions des Ltat
Commurce, et l'Adresse des Réformiste, la- ,,bu consideiablcs nu' a l'ordinaire
quelle après les félicitations tt compliments j Canada les juoduils di l'agricullure ont trouve
d'usage, poursuit comme suit : 'facilement des achi ti urs et de Ions pn'x ; mais
"Dans la nomination d'un homme d'état de j ,M, ;i jns ete de m me pour b s jiroprietes,
la haute réputation du voire excellence nu gou- 'rar pu ,x ",.rt d-s tern s cultive, s a meilleur
verntincut des Canadus dans cette grave crise, I mu-ehé que celles en niches. Les banques de
nous reconnaissons le ilesir sincere de sa ma- ) tc jiavs paient Imites en espèces
jegic ue promouvoir lo ùien-etro uo ces impor
tante Provinces.
" N'yus profitons de cetto occasion pour as
surer votro excellence de notre attachement
cordial A la personne et au gouvernement de
notre tros-grocieuse souveraine et de notn fer- j not
1USSIE.
Sî-Pr.Tt Ri.oi ki,, -Js oct. D'après des let
tres de St. Petersbourg en date du 2s octobre,
il inrait que la Rusie n'avait encore adapte
aucun l'Jiiti définitif au sujet des affaires de
Constantinople : toutefois sn anibaadeur
près de la Puissance Ottomane, se maintenait
o.iiii.nrv l'unit l.i iniition n l'il n nsuine dru
I. année dernière, a parenle époque, non si- ; . . . . 1 . '
.,.,;.., . t.. . t.. , .u . ...(,. . . l'origine de la question.
iiii'i'ii!i n. n i"ui ui n m i viuu x iiiui? v i mit î i
M.res un temps d'une secrite, qui avait rendu I l' ,al ,lr "'"crinPecl.era long-temps
la iiaviaîjou ties dang, reuse, impo-sib.e ,n0. ! encore cette puissance de prendre 1 offensive.
Le SI. (i'fnige partit de Quebec le lli .
i ii i i ..
La Gazette de Leqisic dit que le Uoi de
Musse, par represaille contre le Pape, est sur
le iioint de tnodilier
tes dans toutes les parties de la monarchie, do
manière que les entans provenant de tels ma
On a découvert une mine d'e-r considérable
dans le comte (ht Randolph, Alabama. Dans
un seul jour, on a obtenu wne quantité de mé
tal évaluée à 4.' ('H dollars. Celte mine est.
dit-on, b plus riche de l'Amérique du Nord.
"Von'i q '' uni wic !e. ui(i. iverurn' rrenf-aré. d'i rorm).'
nirfei-1 la f'rin.T. j.m.'aiit trois ilrrn r annér :
Mil" FT. INT'HT. T' TIL.
Afirn'-r. Frsne.. Fran"s Yntr:
i-jr, !'Of, non 'ji-,1 non i.sfi" (vxi.noo.
J-17 ki duo î'.siniO ,.Vi6.0uij.Ug).
Isîs )s;.mx) '.i-,c.noo ifi'jxiur
(Vt avi-!r f.'a;-t iu et l'AnsV-ern; q r la Fran'e
a -et pî'i iinpdr'Hntr rrlatii n roinmre'iaV-. Kn lîl
' ri.ninien r d. Kn's-t 'n M'n fiir en ehulre de C pour
cenl dans 1 transair ;i n de la f ranef, et fAnrie rrrf y
liï'ir.i p iir en i l.i ire tir 'i pour irni. A i résumé, lr eoin
mm e ci la Fratu-e, k iVx.ili'-n de se rrlanon- avae le.
Mi x ie r'. tr r.-ronje-, a rntrvt twte attiarre mâ4rs
ra:i( n.
me.
t-V-t nut- rrix tition i ltT-ilia, eu 1;7, niais il couiut lu plus
i i t . . . . . ji m .. i .
grands dangers, et il Lirait li s ciicoiistaiict
imoeiit uses de cette epiniuo iour hazarder un
il p.-ra.l qM- lr com- ' VvW nyag.-. Cunniu.
i; . i .i u i-v i uii.i. a i
L'rvli drrn r, i:n md vi lu n uuiu Krrr, annonça qu''l
a' ail r'iiiur.rn rr tur- ur "le ea.ie et la ruari-
.( n de la fnpe." Q irlq mur apr il e uieida, H V
verliet mnta'a que siiii'idc èiait le rsuii"t ifu-e al.
n.Uii.n nirniaie.
Pritii v r f i t f 1.i'.T,iiirn'.nT t-' ifincilfi I
1.1 iri. I. II. Vl-I I. lu - ..vin uni , .n.y...: j . ,
. i. .. n.li','1. soient eleieu il.lll n rr ii'inn ni r, Ira.
l uis ont ete 1 -ont Peaiicrurp cccoes de i ahaire l'ev 'et, ; r - -ts-- i '
Dans le qui a inspire en rance le puis grand intérêt, r"
. - i .i .. ....i ....... .
voici de quoi u sngu: i cviei eiau noi.urc
Mu. rr 13. J. (J. VaM-EE est décédé a
Mnotreal ditnniicfie îernier a l'.nee de 35 ans.
Dr.. V a 1 1. i.e jouissait à juste titre de festitrie
de tous ceux qui eurent l'avantage le le cctl.
naînre, comme médecin et cmimc citoyen.
& CONFISCATION. .ÇO
IN Canadien de Qui''c fi" 0 Dir.
i
de la ville de Uourg, distingue par ses conna
sjinces, ami de Mrs. Lamartine, de Raine,
Jules .1 a u i; iu et autres hommes de leitrc.
Pi vtel contracta un maiia-e avec une jeune
Demoiselie fortunée. Par ses sollicitations,
i elle lit un testanieut en sa faxui : et il y avait
! c i i ni iiinis qu'elle était cnc iiite lorsqu'elle fut
1 tiouvee a-sassince pies d l pont d'Andcrl.Pevte
'dit nue son domestique, flans
La (iazelle Officielle d'iiier contient les nn- avait entiepris avec sa femme, la tua d'un roup i
nées de vente par décri t des liens de dix- ' de pisioli t, et qu'il entreprit nini mai ansi
OUII'.NT.
Les anctaia ne sont pas parfaitement unis
enlie eux sur la question de l'Orient. Il y a
des divisions d'opinion. I.e uns veulent l'al
liance des Fiançait, autres l'alliance Ru.
Les uas sont cir.itro Mi bomet-Ali, les autres
jxiur.
CiisTiNTi-xetfi r. Fn r.wuvrl incendie a
vovnge ('u'il Corystantinople, clans leiqsnrtii r des A r me
nu lis, le lu Octobre, a doitifit 4 ' maisons.
CoNsTiNTiMiri.r.. XI oct'XTe. D'njires les
Tcnt désir de raffermir la connexion qui lie ces ' neuf des personne trouvées coupa'des do j sucres, iV l'assassiner ; que lui, Pcyt.1 lo nouvelles du 23,1a il lté anglaise était sik le
Colonies & notre luen-aiince inérc-iiatrie. haute tiahison par lu Cour Maitiale, et dont la ' pi utsuiv it. et qu il pr
Remplis de vénération pour les institutions tdupart ont rte ext c itées nu exilées. Ces
consacrées par le temps, qui grace a la sagesse
et à la bravoure de nos ancêtre sont devenues
W dreil iobéeDt ct Uialier.alW dus sujets tri-
parvint a lui cnscr la tète point de i miter la l aie de I'esk kl pour se rcn
avec un marteau. O a ord I histoire controu-1 un II ouni. Le v-oun rnctiient r m plus c tn.iar-
ventes sont toutes annoncées en vertu de unis j vie de l' ytel lut crue ; mais une longue suite rase que jauni, et le peu d énergie du u.
d'ui'ij litri Inii.. Les i.oius de ces pet son-1 do circonstances prouvèrent évidemment ! tant ajoute iik ore a cette incertitude. Aucu
ne eut; iîwsiajit UuisstT, dç ihv. Martims 'qu'elle rtnit fanrse, tt quo hi cul était l'auteur t ci ictwlittii t,'tré ftdf-rt'c ju'i'i'a
A l'heure où nous mettons sous presse, I
wralrr du sud n'est pas arrivée, vu le loauvai
eiat de chemins.
fJ-f 'oinnie iiou? l'avons annoncé a no
nl'onni's, non amenions de ne pouvoir fai
te sortir f numéro de cette semaine ; -penchni,
le déir de n pas oemsionner rr?
inlerrujuion nous a 'M-irtc. a p'endre rie" me
sures pour ïeut rinnef une demi-feuille.
u r. : k s.
J A '-xnv, . Y. O-iifrefwOma s nanf d Nui'.
Ki-iai 11.".-' a.im.a, a.-,1- de 2t n.
v Ar.in i e I a. -era . ïS i ,nl r't ' lt'
( har.e. I Kr.'.n pi r Ur . i, lke lr .n.
u,t.-. lr IVvc - S " I':t,n M'c j'!
x.r't.; f pel(. r Mt. r-errît f.afihveA
I

ranaie ns fui toujour qu'uu j. rename, phu r.c
tiaçinu
....-I'l, tii itr'ler.t inn c ta bi ectro
porU't jiar k- Liverpool.
Andre l'apintati dit Marti.'i.y,
' ! ( Small, et M. U tcliiim, P- u mtiiati
II....... i.vii.. f .1 ii'i (1,111 j .inn ro antir h'u '
l'our la premiere l'on un "onverneur il i Mau:
aucase de felicitation do la part du Uurcati du 1 ,ir.
es lois des manages mix-1 , , , r , .
. . nnree nue rillrmtin orrilMOr.ee rfi niralvsie. I.e

xml | txt